Les Farnésiens chez les Cairotes. Retour sur un voyage d’études en Égypte (janvier 2020)

En janvier 2020, dix membres de l’École française de Rome ont organisé un séjour d’études en Égypte pour découvrir l’histoire du pays et échanger avec leurs collègues de l’Institut français d’archéologie orientale. L’intérêt, les apports scientifiques et, en un mot, la réussite de ce voyage doivent beaucoup à l’accueil chaleureux et à l’implication, dans le déroulé du programme, des membres de l’Ifao Florence Albert, Hadrien Collet, Lorenzo Medini, Andrea Pillon, Felix Relats Montserrat et Robin Seignobos. Nous les en remercions vivement, ainsi que leur directeur, Laurent Coulon. Des ruines de la Vallée des Rois au Caire islamique, en passant par la découverte d’Alexandrie, retour sur ce séjour exceptionnel en laissant libre cours aux souvenirs partagés.

Fig. 1. Photo de groupe devant les Pyramides de Gizeh

À notre arrivée au Caire, nous avons été accueillis à l’Ifao et logés dans la résidence attenante. La visite du Palais Mounira, siège de l’Ifao depuis le début du xxe siècle, est l’occasion de découvrir les ressources de sa bibliothèque et l’imprimerie, avec sa très riche collection de fontes hiéroglyphiques, parmi les plus anciennes d’Égypte. Nous assistons à la séance mensuelle des « Rendez-vous de l’archéologie » consacrée au port pharaonique d’Ayn Soukhna, suivie d’une réunion entre membres scientifiques des deux institutions pour réfléchir aux initiatives rendues possibles par le Réseau des Écoles françaises à l’étranger et aux orientations que pourraient prendre le dialogue scientifique entre nous. Des discussions fructueuses se nouent aussi pendant les visites et les repas, où certains se découvrent des intérêts communs. Le fait d’être logés dans un quartier central nous permet également de découvrir une partie de la ville à pied – privilège des visiteurs hivernaux tant on devine la ville écrasée de chaleur dès le printemps. Le chemin qui nous mène au monumental Musée égyptien, dont la visite est guidée par Lorenzo Medini et Andrea Pillon, nous fait ainsi passer par des quartiers construits dans les années 1920 et 1930 à l’influence Art déco et traverser l’imposante Place Tahrir, symbole des soubresauts de l’Égypte contemporaine et en plein réaménagement afin de rendre difficile, à l’avenir, les rassemblements.

Virgile Cirefice

Fig. 2. Palais Mounira @ Ifao

Notre premier contact avec les pyramides fut à Saqqarah. Sous la conduite de Lorenzo Medini, nous avons déambulé pendant toute une matinée dans cette immense nécropole des pharaons et dignitaires de l’Ancien Empire. Notre guide se dévoua pour se faire aussi photographe, car il était impossible de ne pas immortaliser le groupe devant la célèbre pyramide à degrés de Djéser. Celle d’Ounas fut plus émouvante encore : tout d’abord parce que nous avons pu y pénétrer et admirer les hiéroglyphes de la chambre funéraire ; ensuite parce qu’en sortant, sur l’un des côtés, Lorenzo nous a fait découvrir l’une des plus vieilles inscriptions de restauration, datant du règne de Ramsès II, dont l’un des fils avait fait consolider la pyramide menaçant de s’écrouler. En Égypte comme à Rome, et peut-être plus encore, les lieux sont chargés d’une mémoire millénaire, que les dirigeants de toute époque ont voulu exploiter et revivifier. Dans cette optique, les vides sont parfois plus signifiants que les pleins. Le dernier jour du séjour, Luc Gabolde, directeur du Centre franco-égyptien d’étude des temples de Karnak (CFEETK), nous montra, sur le côté sud du temple d’Amon, l’emplacement et le socle du plus grand obélisque égyptien connu, construit par Thoutmosis III, que l’empereur Constantin fit démonter dans le but d’orner sa nouvelle capitale, mais qui échoua finalement à Rome, sur le Circus Maximus, avant d’être remonté sur la place du Latran par un pape de la Renaissance. Dans le jeu d’ombres et de lumières du temple de Louxor, le dernier soir, la symétrie n’était pas parfaite : là aussi, manquait un obélisque, qui fut « offert » à la France de Louis-Philippe et trône maintenant place de la Concorde. Des obélisques égyptiens voyageant à Rome et à Paris, à l’image des chercheurs français installés au Caire et dans la Ville éternelle, c’est l’un de mes très nombreux souvenirs de cette très belle semaine.

Charles Davoine

Fig. 3. Visite du site de Saqqarah par Lorenzo Medini @ Charles Davoine

L’élément le plus marquant du voyage est, pour moi, la ville du Caire elle-même, son immensité, les mouvements incessants qui l’animent, la superposition des époques perceptible dans les intrications architecturales. Les connaissances des membres scientifiques de l’Ifao sur les différents quartiers, sur leur histoire et leurs évolutions socio-économiques étaient une aide pour comprendre quelques enjeux actuels d’une mégapole toujours en expansion. Une caractéristique fascinante du Caire est la persistance sur le temps long de plusieurs de ses pôles de pouvoir, centres cultuels et économiques, réinvestis au fil des siècles par de nouvelles activités. Absorbés par l’urbanisme moderne, ils sont autant d’occasions d’un dépaysement anachronique, mêlant réminiscences fatimides, mameloukes ou ottomanes et pratiques d’une société mondialisée. Le souk du Caire dans lequel nous avons eu le plaisir d’être orientés par Frédéric Abécassis, directeur des études à l’Ifao, en est un parfait exemple. Situé dans le Caire islamique, à l’intérieur des murailles qui entourent la Citadelle, la structure du Khan el-Khalili remonte à la fin du XIVe siècle. Devenu un pôle touristique, s’y côtoient aujourd’hui produits d’un artisanat local et breloques-souvenirs. De ruelle en ruelle, entre les étals foisonnants, apparaissent madrasas, mausolées, mosquées. Un grand merci à Robin Seignobos et à Hadrien Collet pour leurs riches contextualisations de ces bâtiments médiévaux et modernes (ainsi que de la mosquée al-Hakim), permettant de considérer – au-delà de la beauté des monuments – leur richesse épigraphique et leur insertion dans le tissu urbain et social cairote.

Carole Mabboux

Fig. 4. Mosquée d’Ibn Touloun, Le Caire @ Charles Davoine

Un après-midi, nous avons poursuivi la visite dans un autre Caire, le Caire islamique, guidés par Hadrien Collet. La promenade était aussi un voyage dans le temps : comme le disait Hadrien, « imagine, à un moment, toute la ville était comme ça ». Notre caravane un peu décousue a marqué quelques arrêts, à la mosquée d’Ibn Touloun, d’abord, dont Hadrien nous a retracé l’histoire dans la grande cour vide, assortie de bonnes blagues et de quelques mises au point bien nécessaires pour les non spécialistes. La vue de la ville en hauteur, depuis les terrasses – la première, depuis notre arrivée – avec toutes ses nuances de gris, belle et anarchique, est saisissante. Cette longue promenade a aussi été l’occasion de poursuivre un dialogue entamé à Rome avec Hadrien deux ans plus tôt, lors d’un colloque. De manière plus générale, les multiples possibilités d’échanges informels que ménage un séjour prolongé comme le nôtre ont pu faire émerger des intérêts communs, que l’affichage des profils des uns et des autres sur les sites institutionnels – nous en avons tous convenu –, laisse de fait rarement appréhender. Je retiendrai pour ma part une longue discussion devant une soupe avec Felix Relats Monserrat sur la réécriture de l’histoire des savoirs sur l’Orient, dont les EFE sont aujourd’hui partie prenante.

Marie Bossaert

Fig. 5. Le Caire vue d’en haut, depuis la mosquée Ibn Touloun @ Élodie Oriol

S’il faut choisir, je retiendrai la visite d’Alexandrie conduite par la directrice du Centre d’Études Alexandrines (USR 3134 CNRS), Marie-Dominique Nenna – que nous remercions toutes et tous –, et accompagnée par Andrea Pillon. Grâce à elle, nous avons eu la chance de découvrir les ruines de la cité antique (nécropole, bouleuterion, fragments architecturaux du Phare, etc.) et d’être accueillis pour un bon repas dans les locaux du CEAlex rue Soliman Yousri, en présence également de Jean-Yves Empereur et des chercheuses et chercheurs du centre. Dans les premiers jours de notre voyage au Caire, la visite de l’immense Musée égyptien par Lorenzo Medini et Andrea Pillon ainsi que la présentation de la précieuse collection des Ostraka de l’Ifao par Florence Albert nous ont aussi permis d’approcher directement les œuvres égyptiennes. De la Palette de Narmer aux trésors d’orfèvrerie pharaonique, des fragments de peintures funéraires aux inscriptions en démotique, tout un monde de rites et d’images s’est révélé : aidés par nos excellents guides, nous avons ainsi eu le plaisir de découvrir ces horizons culturels lointains et millénaires qui nous étaient, pour la plupart, encore inconnus.

Christian Mazet

Fig. 6. Photo de groupe avec Marie-Dominique Nenna devant le bouleutérion d’Alexandrie

Comme Christian a évoqué la visite au Musée égyptien du Caire, parmi les merveilles qu’on a eu la chance de voir à cette occasion, je ne peux m’empêcher d’en rappeler deux, très émouvants pour moi parce que liés à mes études sur le document ancien et l’écriture : le fragment d’un volumen en papyrus contenant les distiques élégiaques latins de Cornelius Gallus (poète néotérique du Ier siècle av. J.-C.), le plus ancien jamais retrouvé ; l’exposition « Archéologie française en Égypte : recherche, coopération, innovation », organisée par l’Ifao, sous la direction de Laurent Coulon et Mélanie Cressent. Celle-cinous a permis d’admirer, parmi d’autres pièces extraordinaires, les papyrus des journaux de bord provenant de Ouadi el-Jarf, qui témoignent de l’état du transport par voie fluviale des blocs de calcaire destinés au chantier de la pyramide de Cheops (là aussi, les papyrus hiératiques les plus anciens jamais exhumés !). Certes, pouvoir entrer dans cette même pyramide le jour d’après, passer par l’étroit tunnel qui porte au sarcophage du pharaon, en étant entourée de tonnes de ces mêmes blocs a été une émotion exceptionnelle. Au risque de paraître monothématique, finalement, je dois mentionner aussi la visite à la Bibliotheca Alexandrina, ce symbole puissant de reconstruction non seulement de la matérialité de la bibliothèque d’Alexandrie, détruite pendant l’Antiquité, mais surtout du pôle culturel qu’elle représentait, avec la nécessité de sauvegarder tout ce qui est écrit, quelle que soit la langue ou la culture qui l’a produit : cette ambition se lit très bien déjà dans la façade cylindrique de la bibliothèque, sur laquelle sont gravés 4 000 signes, représentant tous les alphabets du monde.

Angela Cossu

Fig. 7. Façade de la bibliothèque d’Alexandrie @ Angela Cossu

En 1857, l’écrivain Herman Melville décrivait le sol historique d’Alexandrie comme un “humus épais” tant la morphologie de la ville avait été façonnée par une urbanisation plurimillénaire. C’est ce caractère d’une ville à la fois palimpseste et mosaïque qui m’a particulièrement marqué lors de la journée de visite passionnante organisée par nos hôtes du CEAlex. La découverte du site archéologique du bouleuterion (dans le quartier Kom el-Dikka) est en ce sens emblématique de l’enchevêtrement des couches historiques pétries et repétries par la succession des cultures et des régimes politiques. L’œil de contemporanéiste m’incita à imprimer sur la pellicule granuleuse ces strates urbaines : les habitations de la ville moderne semblent littéralement jaillir des ruines de l’époque sévérienne. Carrefour méditerranéen, Alexandrie témoigne aussi de l’empreinte des diverses populations qui l’ont animé, en particulier les diasporas. Sur ce sujet, j’ai été très heureuse de pouvoir échanger, lors du déjeuner convivial au CEAlex, avec Marie-Delphine Martellière, responsable du service des archives et du programme Presse francophone d’Égypte. Cette rencontre m’a ainsi permis de découvrir la presse des communautés juives d’Alexandrie des années 1920-1930, un aspect qui croise mes propres recherches. Ces collections sont en grande partie numérisées, comme d’autres ressources très précieuses du CEAlex qui peuvent intéresser les historiens contemporanéistes.

Nina Valbousquet

Fig. 8. Vue du quartier Kom el-Dikka depuis le site du bouleuterion @ Nina Valbousquet

Avant ce séjour, les vastes étendues le long du Nil, les paysages désertiques et les réalisations architecturales monumentales auraient pu résumer ma géographie imaginaire d’une Égypte que je n’avais jusqu’alors pas visitée. La découverte de la région de Louqsor, où se situait Thèbes (une des capitales de l’ancienne Égypte), m’a donc particulièrement fascinée. J’ai été émerveillée par la visite de Deir el-Medina, un site fondé sur la rive ouest de Louqsor, sous le règne de Touthmosis Ier (vers 1490 avant J.-C.). Depuis la Maison des fouilles, une construction temporaire des archéologues surplombant le site, Cédric Larcher (Ifao), le directeur de la mission, nous a présenté le village et la nécropole antique et a expliqué les différentes étapes des chantiers de fouilles conduits par les équipes françaises depuis 1917, date à laquelle l’Ifao obtint sa concession. La visite s’est poursuivie avec les commentaires avisés de Felix Relats Montserrat et de Florence Albert, qui a étudié des ostraca littéraires provenant précisément du site. Nous nous sommes notamment faufilés entre les tombes polychromes et monochromes, de petite taille, et décorées avec soin. Grâce aux explications basées sur des études archéologiques et anthropologiques de nos deux collègues égyptologues, nous nous sommes plongés dans la vie quotidienne de ceux qui habitaient ce village, essentiellement des artisans qui étaient chargés de creuser et de décorer les tombes de la vallée des Rois et celles des Reines situées à quelques kilomètres de là. Comment ne pas se sentir proche de ces chefs de travaux, surveillants, scribes comptables, tailleurs de pierre, sculpteurs, peintres, maçons et charpentiers qui travaillaient sur les chantiers royaux ? Tous contribuèrent à la réalisation des chefs-d’œuvre que nous avons eu la chance de découvrir quelques heures plus tard : les tombes des pharaons, dont celle de Toutankhamon. Dans cette vallée des Rois, Felix et Florence nous ont livré l’histoire de ces sépultures royales, avec un enthousiasme communicatif, parvenant à rendre moins obscurs, presque familiers, les merveilleux (et intrigants !) hiéroglyphes et à interpréter les éblouissantes représentations iconographiques. La simplicité du bâti externe des tombes contrastait avec l’éclat et la finesse des décors gravés ou peints de leur intérieur. C’est donc avec curiosité et émotion que nous nous sommes aventurés dans ces espaces funéraires qui seraient restés bien mystérieux sans l’expertise de nos deux collègues spécialistes, que nous remercions chaleureusement !

Élodie Oriol

Fig. 9. Deir el-Medina @ Élodie Oriol

Que choisir parmi la longue liste de merveilles qu’on a pu découvrir pendant cette « expédition »? Quels endroits privilégier dans ce pays que je rêvais de visiter depuis mes heures d’enfance passées devant tous ces films d’aventuriers et d’archéologues-espions sur les rives du Nil ? La couleur des murs de ces émouvants petits tombeaux, auxquels on accédait presque en serpentant par des couloirs étroits, et notamment ces plafonds étoilés qui renvoient presque à la nuit des temps de l’histoire de l’art. Karnak (bien sûr!) où j’ai compris l’échelle de ces structures millénaires égyptiennes qui restent debout comme si de rien n’était, avec ses forêts de colonnes cyclopéennes qui m’ont surpris, ému et surtout rendu curieux par rapport à la connaissance que nous avions en Europe de ces ensembles à l’époque de Piranèse, dont le grand colloque pour les 300 ans de la naissance se déroulera à Rome en janvier 2021. La traversée du Nil en bateau, les ruines romaines d’Alexandrie, le coucher de soleil dans le petit restaurant « des archéologues » près des colosses de Memnon, en face des campagnes vertes et fleuries de la vallée du Nil, dont la couleur contraste avec la terre sèche du désert qui les entoure comme une fascinante menace jamais accomplie. Grâce au temps partagé avec nos collègues Cairotes, nous avons pu découvrir grâce à Marianne Refaat les collections de la bibliothèque de l’Ifao, parmi lesquelles un très bel exemplaire de La description de l’Égypte, l’une des prouesses culturelles les plus ambitieuses du Premier Empire. En regardant ces grandes planches, je pensais à toute la littérature de voyage de la fin des Lumières qui l’avait précédée et à tous ces gens qui ont eu la chance de découvrir avant moi une Égypte qui, pendant des siècles, est restée pratiquement la même que celle parcourue par Napoléon (alors qu’il n’est jamais parvenu à se rendre à Rome, seconde capitale de son Empire !). Dernière chose d’une liste qui ne finirait jamais, le petit temple romain tout au fond de la longue promenade sacrée à l’intérieur de Louxor, m’a beaucoup donné à penser. Pour moi, c’est un geste architectural aussi très émouvant, exemplaire du respect d’une civilisation millénaire envers une autre, détail de la superposition des couches de l’histoire sur les monuments de l’homme, emblème de ces réécritures historiques qui se succèdent avec les changements de pouvoir le long des siècles…

Adrián Almoguera

Fig. 10. Les membres de l’Efr dans la bibliothèque de l’Ifao, devant La description de l’Egypte

La visite nocturne du temple de Louxor, orchestrée par Félix Relats-Montserrat, fut un autre temps fort de notre séjour égyptien. Ce fut par le Nil, et non par l’antique voie processionnelle reliant l’édifice à Karnak que nous rejoignîmes la ville moderne de Louxor, construite autour de l’antique sanctuaire. À la nuit tombée, nous découvrîmes le pylône du temple érigé par Ramsès II : l’édifice ne cessa en effet d’être remanié jusqu’à la basse époque. Parcourant naos, cours et salles hypostyles, les reliefs dédiés au vainqueur de Kadesh s’éclairèrent d’un jour nouveau à la lumière des explications de notre guide : le grand bâtisseur remania largement le bâtiment, déportant imperceptiblement son axe vers Karnak. Parvenus au saint des saints, il était déjà temps de traverser de nouveau le Nil pour regagner notre gîte, emportant en nous une parcelle d’éternité.

Bertrand Augier

Fig. 11. Visite nocturne du temple de Louxor @ Charles Davoine

Pendant les temps de visites et les moments de convivialité plus informels qui ont ponctués ce séjour, les membres de Rome et du Caire ont pu se rencontrer et échanger, favorisant ainsi le dialogue entre nos deux institutions, que de futures rencontres et de nouveaux partenariats scientifiques pourront enrichir au sein du Réseau des Écoles françaises à l’étranger !


Propos recueillis par Christian Mazet & Élodie Oriol, avec la collaboration et les textes de Bertrand Augier, Marie Bossaert, Virgile Cirefice, Angela Cossu, Charles Davoine, Adrián Fernández-Almoguera, Carole Mabboux et Nina Valbousquet.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search