Quels apports des sciences de gestion à l’histoire contemporaine ? Premières considérations sur les rapports d’évaluation des religieuses en mission

Billet réalisé par Séverine Le Loarne, doctorante en histoire contemporaine à l’Université de Nantes et professeure en Sciences de la gestion à Grenoble Ecole de Management. Boursière de l’EFR en avril et juin 2024, Séverine réalise actuellement un travail de thèse sur “Le rôle des congrégations religieuses catholiques et francophones dans la « fabrique » de la citoyenne américaine au XIX e siècle. Le cas de la Congrégation du Sacré Cœur de Jésus dans le Missouri.
Billet édité par Simone Di Cecco, membre de la section Moderne et contemporaine.

S’il est une discipline qui travaille dans une démarche transdisciplinaire, c’est bien l’histoire ! Archéologues, historiens de l’art, latinistes, anthropologues : Les spécialistes sont coutumiers du dialogue avec les historiens pour aborder et comprendre un objet commun. Ce cercle de spécialistes s’élargit depuis quelques décennies à des chercheurs non seulement en sciences dites humaines mais aussi en sciences “dures” comme celles spécialisées dans le traitement des matériaux, ou du signal. Dans ce cercle, quelle pourrait être la place des spécialistes en sciences de gestion dans un dialogue avec l’histoire en tant que discipline scientifique ? Dans ce billet, nous esquissons une réponse en s’appuyant sur le cas d’une recherche en histoire contemporaine sur les missions conduites en Amérique au 19ème siècle et sur l’organisation d’une congrégation religieuse, la Société du Sacré Coeur de Jésus (RSCJ) 1.

Une question discutée du côté des sciences de gestion…

Les sciences de gestion sont certainement une des plus jeunes disciplines des sciences humaines. Il n’est donc pas surprenant, certainement pour sa quête de légitimité, qu’elles se soient beaucoup interrogées sur ce qui fait leur identité, leurs méthodes : « La gestion, comme discipline (…) est souvent emprunteuse », comme le précisent David, Hatchuel et Laufer.2 Il n’est donc pas étonnant qu’elles aient déjà réfléchi aux apports de l’histoire sur ses théories. Ainsi, Cailluet, Lemarchand et Chessel identifient un « univers des possibles » de coopération autour de trois thématiques : l’enseignement, la recherche et les pratiques des sciences de gestion3

Il est vrai aussi que les sciences de gestion se nourrissent de cas historiques pour travailler leurs théories. Sans exhaustivité, je pense, entre autres, aux travaux de Gautier sur la théorisation du mécénat d’entreprise4, ou encore ceux de Scranton sur le management de projet5. Nombreux sont les cas qui favorisent cette théorisation, en témoigne l’existence même de la revue de sciences de gestion, Entreprises et Histoire6. Au-delà des travaux sur des cas « anciens », les méthodes de recherche empruntées à l’histoire servent aussi la théorisation en sciences de gestion, comme en témoigne la recherche de Delacour et de Leca qui repose sur l’analyse d’un corpus d’archives relatives à l’avènement du Salon des Refusés et qui permet ainsi de comprendre la reconfiguration des champs institutionnels7.

Aussi, si l’histoire sert les sciences de gestion, en quoi les sciences de gestion pourraient-elles servir l’histoire ?

Mieux explorer le « comment cela se fait » et générer de nouveaux objets d’analyse

Image 1. RSCJ-Lettre de M. Dubourg à MS Barat en date du 9 janvier 1917

Une première piste est d’élargir les objets d’étude d’un historien. Les cas historiques permettent certes la théorisation en sciences de gestion mais rares sont les travaux en histoire qui relatent une pratique de gestion. L’analyse des missions menées par les femmes au 19ème siècle peut servir d’illustration. De nombreux corpus ont été identifiés et analysés. Je pense, en premier lieu, aux archives des filles de la Charité, bien étudiées par Mattieu Bréjon de Lavergnée. Depuis les travaux de Chantal Paisant, la place des femmes dans ces missions a non seulement été documentée mais aussi discutée8. Cette même historienne a certainement travaillé sur une partie du fonds sur lequel je travaille, à savoir la correspondance de Philippine Duchesne, fondatrice de la RSCJ en Amérique, et très certainement les lettres annuelles de ces maisons ainsi que celles de la maison mère. La description des motivations de ces religieuses est détaillée. Leur organisation générale aussi.

Pour autant, à ma connaissance, l’analyse même des pratiques au quotidien, au travers de quel objet, de quelle matérialité peut nous permettre d’approfondir ces connaissances et d’encore mieux comprendre les pratiques de ces femmes. Dans ce même corpus de correspondances et de lettres annuelles, le gestionnaire repère ces éléments qui ont déjà été bien mis en lumière mais aussi le « comment » la mission s’opère sur un plan économique. Le « combien ça coute » ou « comment cela se mesure ». La correspondance entre Monseigneur Dubourg, évêque de la Louisianne, et Madeleine-Sophie Barat, fondatrice de la RSCJ, mentionne-t-elle « (qu’)il est à désirer quelles (les religieuses) emportent 30.000 fr., un trousseau aussi bien garni que possible, une provision de livres classiques et les autres objets d’un usage commun » (image 1). Cumulé aux informations recueillies dans d’autres lettres appartenant au même corpus, j’estime que le fond nécessaire pour initier la mission d’évangélisation en 1820 nécessite plus de 200 000 euros actuels. On comprend mieux pourquoi les missionnaires sont souvent des femmes éduquées, qui appartiennent surtout à une bourgeoisie ou à la noblesse aisée, quelle que soit d’ailleurs leur ethnicité9.

Renouveler le regard sur l’action collective des missionnaires du 19ème siècle par les sciences de gestion

Image 2. Comptes-rendus des visites de l’année 1856

Comme l’affirment David, Hatchel et Laufer : « (La science de gestion) hésite aussi à proposer ses théories à d’autres disciplines faute d’une position claire sur les fondements de son propre discours, se condamnant parfois à voir ses propres résultats redécouverts ou utilisés sans recul »10. Depuis 2012, la position s’est clarifiée et les chercheurs s’accordent sur le fait que « les sciences de gestion analysent, critiquent mais aussi inventent des modèles d’action collective »11.

L’histoire se construit grâce à l’analyse d’archives. Le plus souvent, il s’agit d’écrits dont il convient de questionner le sens, tout comme Chantal Paisant peut le faire en s’intéressant au ses de l’écrit pratiqué par les femmes missionnaires12. La RSCG et le corpus d’archives qu’elle abrite regorgent de correspondances. Certaines de ces lettres deviennent même un support pédagogique, les jeunes femmes qui étudient à la RSCJ étant invitées à apprendre à lire, à travailler sur les lettres fondatrices, permettant certainement l’apprentissage, peut-être l’évangélisation mais contribuant à perpétuer une histoire, laquelle diffère diverge parfois selon les maisons et la sélection des lettres. La lettre peut donc être comprise à la fois comme le support et la manifestation de l’action collective. En gestion, on appelle prosaïquement ce support un outil de gestion, lequel rend compte des systèmes de légitimation des actions.

Or, le corpus d’archives de la RSCJ, comme sans doute bon nombre d’autres corpus, regorgent d’outils, à commencer par les supports de rapports de visites des maisons des Provinces de la Congrégation. Ces rapports témoignent de la volonté pour la maison mère d’avoir un retour d’informations qui soit complémentaire de la grande correspondance qui puisse exister entre la Supérieure de la maison et le Secrétariat de la Mère Supérieure de la Congrégation, entre les différentes religieuses de chœur et cette même Mère Supérieure, et des lettres annuelles, outil qui permet de communiquer à toutes les évènements de l’année, les visites d’Évêques, les fêtes particulières, comme les nécrologies des religieuses décédées. D’abord écrites sur papiers libres avant les années 1840, des comptes-rendus de visites annuelles génériques sont mis en place dans les années 1850 reposent sur un document format journal pré-imprimé et rempli par religieuse en charge d’évaluer ladite maison (image 2). Elle peut compléter son rapport d’une d’une lettre complémentaire. À partir des années 1870 et au moins jusqu’en 1965, ce format pré-rempli, qui se concentre initialement sur le comportement des religieuses, devient plus global et intègre certes des informations sur le « personnel » mais également sur les états financiers de la maison, appelés « l’économa », tout comme l’état des œuvres de la maison (image 3). Au-delà de l’anachronisme, le chercheur en gestion note une certaine analogie entre cet outil et celui utilisé dans les cabinets d’audit, qu’ils soient internes ou indépendants, les informations sur le personnel en moins.

Au-delà du simple signe de contrôle envoyé par la maison mère sur ses Provinces et de la volonté d’unifier les pratiques d’actions, ces documents peuvent être interprétés comme les signes d’une avancée de la réflexion sur le bienfondé de la mission. On passe ainsi d’une évaluation de la personne missionnaire, sous entendant que ses qualités font naturellement une bonne mission, à une évaluation des résultats de la mission, laquelle est fondée sur un collectif de ressources, dont le « personnel » et les moyens financiers. L’utilisation du terme « personnel » et une focalisation sur des résultats qualitatifs mais aussi financiers pourraient être aussi le signe d’une « managérialisation » de la congrégation qui ne peut qu’interpeller le gestionnaire.

Image 3. Rapport de visite, 1875

Faire dialoguer passé et présent ?

Apporter un autre regard sur des pièces d’archives, identifier de nouveaux objets à investiguer : Sans doute, un regard de gestionnaire peut nourrir l’histoire comme discipline. Je conclurai mon propos en suggérant que le regard d’un gestionnaire peut peut-être aussi favoriser le dialogue en le présent et le passé. Permettre aux praticiens du temps présent de comprendre comment s’ancrent leurs pratiques mais aussi comment certaines pratiques de gestion ont pu conduire à telles ou telles résultats passés… Somme toutes, à mieux apprendre des leçons du passé pour éclairer nos actions présentes.


  1. La Société du Sacré Coeur de Jésus est une congrégation d’enseignement féminine reposant sur la règle de Saint Ignace de Loyolat, fondée à la fin du XVIIIe siècle par Madeleine Sophie Barat. La congrégation, qui dépend directement du pape et non des évêques locaux, a pour objet l’adoration du Sacré Coeur de Jésus et l’éducation des jeunes filles de toutes les classes sociales grâce à un “modèle économique” qui repose sur un pensionnat payant pour les filles de jeunes filles riches et une école de jour pour les jeunes filles les plus pauvres. En France, la congrégation a suppléer à un système éducatif défaillant durant la période post-révolutionnaire et va très rapidement essaimer. L’internationalisation de la congrégation va être initiée en Amérique du Nord par Philippine Duchesne avant de se propager en Amérique du Sud, puis dans le reste de l’Europe, en Afrique et aussi en Asie. ↩︎
  2. David, A., Hatchuel, A., & Laufer, R. (2012). Les nouvelles fondations des sciences de gestion: éléments d’épistémologie de la recherche en management. Presses des MINES, p.13. ↩︎
  3. Cailluet, L., Lemarchand, Y., & Chessel, M. E. (2013). Histoire et sciences de gestion (p. 224). Éditions Vuibert. ↩︎
  4. Gautier, A. (2015). Le mécénat d’entreprise en France: Histoire et perspectives. Revue française de gestion, (4), 13-32. ↩︎
  5. Scranton, P. (2008). Le management de projet: Nouvel objet de l’histoire d’entreprise 1. Revue française de gestion, (8), 161-173. ↩︎
  6. Fridenson, P. (2020). Naissance d’une revue: Entreprises et Histoire. Entreprises et histoire, (3), 139-143. ↩︎
  7. Delacour, H., & Leca, B. (2011). The Decline and Fall of the Paris Salon: a Study of the Deinstitutionalization Pro cess of a Field Configuring Event in the Cultural Activities. M@ n@ gement, (1), 436-466. ↩︎
  8. Paisant, C. (Ed.). (2009). La mission au féminin: Témoignages de religieuses missionnaires au fil d’un siècle, XIXe-début XXe siècle. Brepols Publishers. ↩︎
  9. Morrow, D. B. (2002). Persons of color and religious at the same time: The Oblate Sisters of Providence, 1828-1860. Univ of North Carolina Press. ↩︎
  10. David, Hatchuel & Laufer, op cit., p. 13-14. ↩︎
  11. David, Hatchuel & Laufer, op cit., p. 9. ↩︎
  12. Paisant, C. (2004). La mission en textes et images: colloque 2003 du GRIEM [Paris, 23-25 janvier]. Karthala Editions. ↩︎

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
EFR (21 juin 2024). Quels apports des sciences de gestion à l’histoire contemporaine ? Premières considérations sur les rapports d’évaluation des religieuses en mission. À l’École de toute l'Italie. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11v9g


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search