Programme PerformArt. Cinq années d’enquête interdisciplinaires sur les arts du spectacle dans les archives des familles aristocratiques romaines (2016-2021)

Anne-Madeleine Goulet, chercheuse au CESR de Tours, directrice du programme de recherche PerformArt, financé par l’European Research Council et hébergé par le CNRS, en partenariat avec l’École française de Rome, et Michela Berti, coordinatrice scientifique du projet, reviennent sur les quatre premières années de ce programme de recherche quinquennal qui vise à approfondir l’histoire des arts du spectacle à Rome au XVIIe et au XVIIIe siècle à partir de l’étude de la pratique, du mécénat et de la promotion des arts dans les familles aristocratiques.

Fig. 1. Frascati, Villa Aldobrandini © Franco Bruni

1- Quelles sont les thématiques du projet ainsi que ses enjeux historiographiques et méthodologiques ?

A.-M. Goulet. — Les productions artistiques des palais et des villas de villégiature de la noblesse romaine ont été beaucoup moins bien étudiées que la vie artistique de la cour pontificale, des principales églises ou des grands théâtres de la cité. Rome, centre de la chrétienté et capitale des États pontificaux, fut pourtant au XVIIe et au XVIIIe siècle la scène de conflits et de rivalités intenses entre une vingtaine de grandes familles aristocratiques qui surent employer les spectacles musicaux, théâtraux et chorégraphiques qu’elles organisaient pour marquer ouvertement leur positionnement politique. Pour obtenir une image complète de la cité pontificale, il importait donc de prendre également en considération les pratiques artistiques de la société civile, lesquelles étaient appelées à une diffusion large, par-delà les frontières de la péninsule. L’histoire des arts du spectacle en Italie est un domaine d’étude très contrasté selon les villes étudiées. Si certaines villes, telle Florence, bénéficient d’une tradition vivace en recherches théâtrales, il n’en est pas de même pour Rome, la recherche s’étant surtout concentrée sur la performance, et en particulier sur la création contemporaine. En outre il n’existe pas d’étude scientifique consacrée à la Rome baroque qui envisage ensemble musiciens, comédiens et danseurs. Pourtant cette co-existence du théâtre, de la musique et de la danse caractérisait l’engagement culturel de nombreuses familles romaines.

M. Berti. — C’est pour enrichir notre connaissance de l’histoire du spectacle à Rome au sein des élites romaines à partir de l’abondante documentation, encore largement inexplorée, que constituent les archives d’une douzaine de familles importantes de la haute aristocratie que le projet PerformArt a été conçu et développé. Les archives de ces familles peuvent être croisées avec des archives notariales et des archives institutionnelles, comme celles des académies, desinstitutions d’enseignement ou des théâtres. L’étude concerne la période qui va de la mort du pape Urbain VIII Barberini, en 1644, à la mort d’un des plus grands mécènes de l’époque, le cardinal Pietro Ottoboni, qui marqua la fin de l’époque du népotisme.

Fig. 2. Orsetta Baroncelli, archiviste, à l’Archivio di Stato de Rome le 29 juillet 2020

A.-M. Goulet. — L’ensemble des données rassemblées par notre équipe conflue dans une base, qui propose un modèle d’agrégation des données entièrement nouveau dans le domaine des arts du spectacle. Cette base, administrée par Michela, permet d’ordonner et d’exploiter une vaste documentation grâce à laquelle les utilisateurs peuvent étayer leurs analyses sur des données solides et proposer des synthèses qui ne se limitent pas au développement d’une intuition mais qui se fondent sur l’information la plus exhaustive disponible.

M. Berti. — Cette base sera accessible au grand public à la fin du projet. En collaboration avec Manuela Grillo, je travaille actuellement à l’élaboration d’un thésaurus, c’est-à-dire d’un vocabulaire contrôlé qui permet d’organiser nos connaissances et d’optimiser la recherche d’informations. Depuis septembre 2018, tous nos descripteurs concernant l’analyse historique des spectacles sont intégrés dans le Nuovo Soggettario de la BNCF, qui est un système d’indexation par sujet à destination des bibliothèques, des archives et des centres de documentation italiens et qui, jusqu’à maintenant, ne comportait pas de volet dédié aux arts du spectacle envisagés sous l’angle historique.

A.-M. Goulet. — Un exemple suffira : si, dans nos documents, nous trouvons le terme corago, il nous faut créer dans le thésaurus une entrée corago, car on ne peut recourir au terme moderne de regista (metteur en scène) sous peine d’anachronisme.

2- Pouvez-vous présenter vos partenaires et indiquer la dimension internationale du programme?

M. Berti. — L’enquête s’est déroulée principalement dans cinq institutions archivistiques romaines (Archivio di Stato di Roma, Archivio Storico Capitolino, Archivio della Biblioteca Apostolica Vaticana, Archivio Apostolico Vaticano, Fondazione Caetani, Archivio del Sovrano Militare Ordine di Malta) et dans une villa privée à Frascati (Archivio Aldobrandini).

A.-M. Goulet. — Notre dispositif d’enquête, qui allie une démarche comparatiste privilégiant la synchronie et une étude des changements et des évolutions, dans une perspective cette fois diachronique, repose sur la collaboration méthodique de trois archivistes spécialisés et de vingt chercheurs issus de disciplines diverses et complémentaires (histoire des spectacles, de la musique, de la danse, histoire politique et culturelle, humanités numériques, archivistique), venant de France, d’Italie, du Portugal, d’Espagne, de Hollande, de Belgique et d’Allemagne. Depuis mars 2019, trois historiens de l’économie (Isabella Cecchini, Benoît Maréchaux et Maurizio Pegrari) sont venus grossir nos rangs.

M. Berti. — Les règles de l’ERC permettent en effet de faire appel à de nouvelles compétences si l’on se rend compte, en cours de projet, d’une lacune de la recherche. Les échanges avec les économistes ont permis de réorienter le traitement des données comptables dans notre base.

Fig. 3. Brainstorming avec une partie de l’équipe PerformArt à l’EFR, 28 février 2018 © Marie Zago

3- Pouvez-vous revenir sur un des événements marquants que vous avez organisés?

M. Berti. – Le projet a été scandé par neuf séminaires de recherche, par trois brainstormings (dont le dernier a eu lieu à l’université de La Rioja) destinés à préparer notre premier ouvrage et par un colloque qui a permis de discuter collectivement du contenu de notre deuxième livre (Palácio Fronteira e Universidade Nova de Lisbonne).

A.-M. Goulet. – Parvenir à mobiliser un si grand nombre de collaborateurs autour d’un projet commun afin que PerformArt ne se réduise pas à la somme des projets individuels a constitué l’un des défis majeurs de notre programme. Nos rencontres régulières ont permis d’instaurer une réflexion collective et une confiance réciproque au sein de l’équipe. Nous avons aussi accordé beaucoup de soin à la préparation de nos deux ouvrages collectifs, en unissant nos efforts autour de problématiques communes.

Fig. 4. L’équipe PerformArt au palais Fronteira de Lisbonne, 14 octobre 2019 © Hervé Landuré

4- Quels sont les perspectives de votre programme, notamment les publications à venir?

A.-M. Goulet. — Très sommairement, notre démarche scientifique peut se résumer à deux objectifs. Tout d’abord, comment faire l’analyse historique des spectacles de l’Ancien Régime, qui furent des événements par définition éphémères, dont seules des traces nous sont parvenues (livrets, documents comptables, plans de scène, mentions dans des journaux…) ? Est-il possible de développer un modèle d’analyse qui ne se limite pas à l’étude des textes et des partitions ? Envisager ces événements-spectacles du passé dans leur globalité, de leur élaboration à leur réception, permet de poser des questions que l’on n’envisagerait pas si l’on prenait chaque élément séparément. Cet axe de recherche a donné lieu à l’élaboration d’un premier ouvrage collectif, Spectacles et performances artistiques à Rome (1644-1740). Une analyse historique à partir des archives familiales, qui rassemble des études que j’ai réunies avec José María Domínguez (professeur à la Complutense de Madrid) et Élodie Oriol (membre de l’EFR), et qui paraîtra aux publications de l’EFR courant 2021.

Pour avoir une vision complète du phénomène, il importe ensuite de replacer ces spectacles dans le système général de la magnificence aristocratique qui prévalait au XVIIet au XVIIIe siècle, ce qui invite à prendre en compte les conditions matérielles et économiques dans lesquelles les spectacles furent conçus et réalisés, et de considérer les commandes artistiques sous l’angle d’une éthique de la dépense.

M. Berti. — Ce second axe de recherche a donné lieu à un second ouvrage collectif, que je prépare actuellement avec Anne-Madeleine, intitulé Noble Magnificence: Cultures of the Performing Arts in Rome, 1644-1740 et qui paraîtra chez Brepols fin 2021.

Fig. 5. Michela Berti et Anne-Madeleine Goulet, séminaire PerformArt du 28 septembre 2017 organisé par Élodie Oriol au CESR © Foucauld Pérotin
5- Quels sont les apports spécifiques de l’EFR à votre programme ?

A.-M. Goulet. – J’ai eu la chance d’être mise à disposition de l’EFR par le CNRS de 2009 à 2012, une période que j’ai mise à profit pour développer une recherche personnelle dans les archives des familles Orsini et Lante Della Rovere, et monter, avec une collègue du Deutsches Historisches Institut de Rome, Gesa zur Nieden, un projet ANR-DFG, intitulé Musici, dédié aux musiciens voyageurs qui vinrent à Venise, à Rome et à Naples entre 1650 et 1750. Ce projet m’a servi de tremplin pour élaborer mon dossier pour l’ERC.

Pour qui veut monter un projet qui inclue des archives italiennes et nécessite l’établissement de contrats de travail italiens, l’EFR est un partenaire indispensable. L’École nous offre un soutien institutionnel, administratif et logistique crucial, ainsi qu’un espace de travail, dans les locaux de la place Navone, capital pour que se crée une synergie entre les membres de l’équipe. Tout comme je peux compter sur l’aide de l’Antenne financière de mon laboratoire, à Tours, nous pouvons nous appuyer, au sein de l’EFR, sur Francine Gewiss, qui dispose d’une réelle expertise en management de projets européens. Le dialogue avec Fabrice Jesné, directeur de la section Époque moderne et contemporaine, s’est enfin toujours révélé fructueux. Par son intermédiaire, nous avons pu inviter à nos séminaires à plusieurs reprises des membres de l’EFR et des boursiers. Sans l’École, le projet PerformArt n’aurait pu se faire sous la forme qu’il a prise; en retour, nous espérons contribuer activement aux activités de l’institution et à son rayonnement scientifique.


Propos recueillis par Séverin Duc, membre de troisième année de l’École française de Rome, section Époques moderne et contemporaine.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search