Le bacille et le créancier : vivre seule dans la tourmente de la Peste noire (1348)

Billet rédigé par Solène Minier, doctorante à l’université Sorbonne-Université et à l’Università degli studi di Padova, édité par Guilhem Dorandeu, membre de la section Moyen Âge. Boursière de l’EFR en avril 2024, Solène Minier travaille à une thèse intitulée « La cité des femmes. Genre, circulation des richesses et corps politique dans l’Italie de la fin du Moyen Âge (Padoue, 1340-1450) ». Le but de cette étude est d’examiner ensemble les différentes formes d’implication économique féminine (dot, succession, travail, aumônes, crédit…) et de mettre en lumière comment cette implication genrée contribue à construire l’identité politique de la cité padouane.

« Si longue et si grande fut la cruauté du ciel, et peut-être en partie celle des hommes, qu’entre le mois de mars et le mois de juillet suivant, tant par la force de la peste, que par le nombre des malades mal servis ou abandonnés suite à la peur éprouvée par les gens bien portants, plus de cent mille créatures humaines perdirent certainement la vie dans les murs de la cité de Florence. […] Que de vaillants hommes, que de belles dames, que de beaux jeunes gens, que Galien, Hippocrate ou Esculape eux-mêmes auraient jugés pleins de santé, dînèrent le matin avec leurs parents, leurs compagnons, leurs amis, qui, le soir venu, soupèrent dans l’autre monde avec leurs ancêtres ! ». C’est en ces célèbres termes que Boccace chante dans le prologue du Décaméron la première vague de peste qui s’abattit sur Florence en 1348. Arrivée à Messine à la fin de l’année 1347, l’épidémie se répandit rapidement dans toute la péninsule italienne à la faveur des beaux jours. Padoue, une cité de taille moyenne à trente kilomètres à l’ouest de Venise, ne fut pas épargnée : peuplée de 35 000 habitants en 1320, elle n’en compte plus que 18 000 en 1405, après un demi-siècle d’inlassables répliques épidémiques.

Épidémie à Florence (illustration d’un manuscrit du Décaméron de Boccace, Français 239 f.1).

C’est au cœur de la fournaise de la première épidémie que, le mardi 8 juillet 1348, Maddalena, fille de feu Corrado Teotonico, de la contrada San Tommaso, fait coucher un testament extraordinaire sous la plume du notaire Pietro di Pietro d’Este. Extraordinaire, il l’est par ce qu’il révèle des conditions de vie parfois précaires des femmes célibataires dans les villes italiennes de la fin du Moyen Âge. En effet, il est bien plus courant de voir apparaître dans les testaments des veuves et, dans une moindre mesure, des épouses agissant avec le consentement de leur mari. Or, les femmes sans époux ni enfants, même décédés, ne sont pas si rares dans les villes médiévales. Ce phénomène y est rendu bien plus courant du fait de l’immigration rurale vers les centres urbains, qui y concentre des individus aux attaches familiales moins nombreuses et plus relâchées. Maddalena ne fait pas exception à la règle, elle qui est dite fille de feu Corrado Teotonico, un nom de famille fréquemment attribué aux immigrés outre-alpins de langue germanique. Rien d’étonnant à cela dans une ville où cohabitent plusieurs communautés germanophones du Trentin et du sud de l’Empire, à trente kilomètres à peine de Venise où le Fondaco dei Tedeschi accueille depuis le XIIIe siècle marchands et marchandises venus de Nuremberg, Judenburg et Augsbourg.

Si Maddalena est célibataire, elle ne vit pas seule pour autant. Pour se protéger économiquement et matériellement, il était courant que les femmes célibataires cohabitent à plusieurs. Maddalena a fait le choix de vivre avec sa sœur Giacoma et les filles de celle-ci, ses nièces, Caterina et Tommasia. L’équilibre de ce type de foyer était cependant fragile, toujours exposé aux aléas d’une pénurie alimentaire, d’un manque de travail, de la maladie ou la mort de l’un de ses membres en capacité de travailler. C’est exactement ce qui arrive aux sœurs Teotonico : peu de temps avant la rédaction du testament, Giacoma tomba malade et mourut, probablement de la peste. Non seulement le foyer perd une source de revenus, mais il doit soutenir des dépenses supplémentaires.

Allégorie de la Peste (illustration d’un manuscrit du Décaméron de Boccace, Italien 63 f.6).

La mort de Giacoma offre toutefois une opportunité extraordinaire à l’historien et l’historienne de découvrir les multiples réseaux de prêt développés par une société en manque structurel de métal précieux et de petit divisionnaire et auxquels une femme isolée pouvait avoir recours dans le besoin. Pour sa sœur, Maddalena a acheté à crédit des médicaments (dont elle ne précise pas le montant) auprès de du maître apothicaire Giacomo, installé dans la boutique (statio) de Niccolò Pioselli, sous le palais communal. Elle doit aussi 31 sous au frère Domenico, sacristain dominicain qui a enterré Giacoma. Outre les dépenses pour sa sœur, Maddalena a contracté une série d’emprunts auprès de plusieurs femmes : 24 sous à une veuve de sa contrada qu’elle connaît sans doute personnellement, ainsi que 29 sous à l’aristocrate padouane Bartolomea di Partenopeo de la contrada Ponte Corvo. Fait surprenant, les moniales ne sont pas absentes de ces réseaux de crédit : Maddalena doit 50 sous à Uliana, moniale à Sant’Antonio de Conselve, dans le district, et 40 sous à sœur Zoca, du monastère intraurbain de Sant’Agata, au recrutement élitaire. Pour faire face au dénuement, Maddalena a fait feu de tout bois.

La maison de pierre et de tuiles de San Tommaso qu’elle laisse en usufruit à ses nièces leur vie durant, de même que l’héritage universel pour lequel elle les choisit, n’ont donc en réalité rien d’un cadeau : l’héritage est grevé de dettes et les filles n’auront pas le contrôle de la maison à leur mort. C’est l’exécuteur testamentaire de Maddalena, d’abord le frère dominicain Antonio dal Fiume, puis le prieur de l’ordre dominicain à Padoue, qui sera chargé de louer la maison pour en payer le livello et, avec la somme restante, de verser des aumônes aux pauvres du Christ.

Ce testament est écrit dans des circonstances exceptionnelles par une femme qui, dans une société patriarcale incitant toutes les femmes à se marier ou à conserver un chaste veuvage, peut apparaître comme une actrice sociale marginalisée. Or, il révèle combien, sous des dehors extraordinaires, cette célibataire est en réalité pleinement intégrée dans des réseaux spirituels, de crédit et de voisinage de la cité. Plus encore, en se saisissant d’un outil juridique de plus en plus diffusé et en opérant des legs somme toute très classiques, elle démontre combien elle est imprégnée des pratiques sociales de la cité médiévale. Cette source nous invite donc à reconsidérer l’apparente marginalité des femmes seules dans l’Italie de la fin du Moyen Âge.

Palais communal de Padoue, sous lequel se trouve la statio à laquelle Maddalena a recours.

Transcription (Archivio di Stato di Padova, Diplomatico, b. 70, n° 7612)

In Christi nomine, amen. Anno Domini millesimo trecentesimo quadragesimo octavo, indictione prima, die martis octavo mensis jullii Padue in domo habitacionis infrascripte domine Madalene testatricis. Presentibus fratri Pietro de Baialardis de ordine predicatorum, fratri Francischino a Brageriis quondam Stephani, magistro Pietro cerdone quondam Thomaxii, Stephano ab Oleo quondam Mino, Guillelmo soldato quondam Fulchi de Lendenaria, Henrico Theotonico quondam Tilimano, Guillelmo soldato ab egregio quondam Philippi, omnes supradicti testes de contrata Sancti Thomaxii, rogatis a dicta testatrice et ad hec specialiter convocatis.

Domina Madalena predicta filia quondam ser Conradi Teotonici de contrata Sancti Thomaxii, sana mentis et bone memorie, timens ne ab intestato decederet tale suum prenoncupativum condidit testamentum in hunc modum.

In primis elegit sui corporis sepulturam apud ecclesiam Sancti Augustini fratrum predicatorum. Item reliquit supra sepulturam secundum quod videbitur suo infrascripto fideycommissario.

Item reliquid fiatur Antonio a Flumine de ordine predicatorum soldos quadraginta parvorum pro missis et orationis dicendis.

Item reliquid presbitero Johanne ecclesie Sancti Thomaxii una cassetam magnam pro utilitate ecclesie.

Item reliquid sorori Uliane monasterii Sancti Anthonii de Consilve soldos quinquaginta parvorum quod sibi tenetur.

Item reliquid domine Palme uxor quondam Bertholameum tambollis de contrata Sancti Thomaxii soldos vigintiquatuor parvorum quos ei tenetur.

Item reliquid domine Bertolamee de Partinipeo de contrata Pontis Curvi soldo vigintinovem parvorum quod ei tenetur.

Item reliquid fratri Domenico sagrestano de ordine predicatorum soldos trigintaunum parvorum pro certa recepta pro sepulturam Jacobe olim eius soror

Item reliquid sorori Zoce monasterii Sancte Agate soldos quadraginta parvorum quod ei tenetur

Item reliquid magistro Jacobo qui moratur ad stationem magistri Nicolay Pioselli id quod habere debet pro medicinis receptis pro dicta Jacoba olim eius sorore in sua infirmitate.

Item reliquid Catarine et Thomaxie eius neptibus et filiis quondam dicte Jacobe unam domum cupatam muratam et partim soleratam in contrada Sancti Thomaxii quam tenet ad livellum perpetualem quam domum dicta Caterina et Thomaxia sorores debeant habere tenere et possidere donec vivent ; et post eius mortem, predicta domus debeat affictari per infrascriptum suum fideycommissarium qui nunc est et qui pro tempore fuerit ; et denarium afficti dicte domus dispensetur ubi melius videbitur per suum infrascriptum fideycommissarium pauperibus Christi et in eius deliberacione et voluntate solvendo primo livellum dicte domus illia cuius tenetur solvere.

Item reliquid suum fideycommissarium fratrem Antonium a Flumine de dicto ordine predicatorum ad omnia supradicta facienda de execucioni mandanda, et post eius mortem voluit et reliquid dominum priorem de dicto ordine predicatorum qui tunc erit et qui pro tempore fuerit, donec mundus durabit suum fideycommissarium ad distribuendum affictum dicte domus pauperibus Christi ut supradictum est.

In omnibus autem aliis suis bonis mobilibus et immobilibus predictas Catarinam et Thomaxinam eus neptes suas heredes instituit equaliter ; et si aliquid alius testamentum reperiretur, voluit et iubet ipsum esset cassum, vanum et nullius valoris etc.

[Signum notarie] Ego Petrus notarius quondam domini Petri de Este, qui nunc habito Padue in quarterio Domi, centenario et contrata Sancti Thomaxii, hiis omnibus interfuy rogatus a dicta testatrice omnia supradicta scribat hec omnia bona fide scripsi etc.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
EFR (12 juin 2024). Le bacille et le créancier : vivre seule dans la tourmente de la Peste noire (1348). À l’École de toute l'Italie. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11sw9


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search