Programme Elitesit. Les élites italiennes et les monarchies européennes : circulations et réseaux de pouvoir (XVIe-XVIIIe siècles)

À travers la focale des relations entre les élites italiennes et la monarchie hispanique, le programme Elitesit, dirigé par Albane Cogné (Cethis) et Etienne Bourdeu (chercheur associé au CESR), cherche à éclairer une double question : le rôle des élites locales dans le maintien, la gestion d’un ensemble politique multi-territorial et les opportunités que cette intégration peut apporter à ces élites qui disposent dès lors d’un cadre supplémentaire où jouer leurs cartes. Une série de séminaires en visioconférence est prévue au cours de l’automne 2020. Le premier se tiendra le 8 octobre.

Entretien avec Albane Cogné, maître de conférences à l’Université F. Rabelais de Tours

Le secours de Gênes par le second marquis de Santa Cruz
(Antonio Pereda, 1634-1635, Museo del Prado, Madrid)


1- Quelles sont les thématiques du projet ainsi que ses enjeux historiographiques et méthodologiques ?

À l’issue de mes travaux de thèse sur le patriciat milanais, j’avais été interpellée par certaines reconfigurations du groupe social et de ses hiérarchies internes lors du passage de souveraineté de l’Espagne à l’Autriche au début du XVIIIe siècle. Ces constats, couplés à celui d’une permanence remarquable de la domination sociale de certaines familles au fil des siècles, ont fait naître l’envie d’étudier les conséquences sociales des positionnements politiques, sur la longue durée. A l’époque moderne, l’Italie est une mosaïque de pouvoirs différents, par leur nature (pouvoir temporel des princes et pouvoir spirituel des papes) comme par leur imbrication dans des complexes plus vastes (monarchie aragonaise puis hispanique, Saint-Empire, France…). D’importants bouleversements politiques touchent la péninsule avec l’établissement de la souveraineté espagnole sur une large partie du territoire, à l’issue des Guerres d’Italie puis la remise en cause de celle-ci au début du XVIIIe siècle. Ce contexte rend particulièrement intéressante l’étude du facteur politique et des réseaux relationnels face à d’autres facteurs de mobilité sociale qui relèvent du domaine économique ou de l’extinction des lignages.

De nombreuses monographies présentent des trajectoires familiales, parfois sur plusieurs siècles, mais elles posent la question de l’exceptionnalité de ces parcours. Elitesit se fonde sur un pari méthodologique : aborder le questionnement à l’échelle de tout un groupe social, sur la longue durée et d’une manière comparative entre les différents territoires de l’Italie espagnole, soit les trois grands États dépendant du Conseil d’Italie (le duché de Milan, le royaume de Naples et le royaume de Sicile). Le corpus intègre également quelques familles génoises et romaines, particulièrement liées à la monarchie hispanique. Dans le cadre d’une monarchie polycentrique, l’insertion dans les réseaux de pouvoir permet aux élites locales d’obtenir les grâces royales tandis que les souverains y voient aussi le moyen de constituer la clientèle nécessaire au maintien de leur pouvoir sur des territoires éloignés. La constitution de ces réseaux apparaît étroitement liée à la circulation des personnels administratifs, juridiques, diplomatiques, militaires ou ecclésiastiques, qui constituent souvent des figures de médiateurs et s’effectue à travers divers types de liens (familiaux, politiques, institutionnels, de sociabilité, etc.). En croisant l’approche prosopographique et la network analysis, l’objectif du programme est d’envisager les reconfigurations qui caractérisent les élites de ces trois États italiens et de mieux cerner leur rôle dans le fonctionnement d’un pouvoir impérial.

L’approche menée intègre les apports de l’histoire de la famille (rôle des alliances matrimoniales) et de l’anthropologie (notion de fidélité, étude des systèmes de patronage et de clientélisme). En se positionnant sur la longue durée et en menant une approche comparative, elle cherche à dépasser les cloisonnements historiographiques traditionnels en Italie entre la période espagnole et le XVIIIe siècle ou entre les différents états qui composent la péninsule. Dans une perspective d’étude des appartenances territoriales et des naturalités, cette approche permet également d’interroger le contenu donné à l’identité italienne des femmes et des hommes de l’époque moderne. Une base de données a été constituée, listant les détenteurs des charges de nomination royale dans les trois états étudiés. Des informations biographiques complémentaires sur ces individus sont ensuite insérées (formation, cursus honorum, alliances matrimoniales, détention de fiefs, titres ou honneurs, voyages, prises de position politiques, etc.).

Trois grands axes se sont finalement dégagés dans l’étude des élites italiennes au service de la monarchie hispanique. Le premier porte sur l’étude de certains corps professionnels (juristes des tribunaux royaux, militaires, ecclésiastiques de nomination royale) ; le second s’intéresse à des familles transnationales, engagées sur plusieurs générations au service de l’Espagne (financiers génois, noblesse militaire romaine, etc.) ; le troisième étudie les Italiens intégrés à une élite impériale restreinte qui circule activement au sein des différents territoires hispaniques, occupant les charges majeures (vice-rois, ambassadeurs) et obtenant les plus éminentes marques de reconnaissance (titre de Grand d’Espagne, toison d’or).


2- Pouvez-vous présenter vos partenaires et indiquer la dimension internationale du programme ?

Le programme Elitesit est mené en collaboration avec des collègues rattachés à 3 universités françaises, 9 universités italiennes et 4 universités espagnoles. Un petit noyau travaille activement à la constitution de la base de données au cœur du projet tandis que d’éminents spécialistes des questions abordées ont accepté une fonction d’expertise et de conseil dans la conduite du projet. Le soutien de Jean-Pierre Dedieu, qui nous a permis de rejoindre la base de données Fichoz, a été déterminant. Outre le financement accordé par l’EFR, Elitesit a bénéficié d’apports significatifs de la part de la MSH Val de Loire durant les deux premières années puis de l’Institut Universitaire de France. L’Università Sapienza di Roma, l’UNED et l’UAM de Madrid, l’Università cattolica del Sacro Cuore de Milan, l’Università degli studi de Catane et l’Université de Nice ont également participé (ou participeront) à l’organisation de certaines rencontres.


3- Pouvez-vous revenir sur les événements marquants que vous avez organisé ?

Trois grandes réunions ont été organisées pour le moment. La première a été consacrée à un point historiographique, à la délimitation des élites étudiées et à une réflexion sur la base de données au cœur du projet (27-28 avril 2017, Rome, EFR). La seconde a été centrée sur la manière dont les liens familiaux peuvent être mobilisés par les acteurs et les groupes sociaux pour constituer des réseaux utiles à leur insertion dans les mondes curiaux (16-17 avril 2018, Rome, EFR). Enfin, un colloque, organisé en collaboration avec Paola Volpini et l’Università di Roma Sapienza, fut l’occasion pour l’équipe d’Elitesit de soumettre à la discussion ses premiers résultats (Mobilità, circolazione e connessioni culturali delle élites fra Italia, Stati dell’Europa e del mediterraneo, secoli XVI-XVIII, 3-4 octobre 2019).

Quatre ateliers de travail à la base de données ont également été organisés, en groupe plus restreints (18-20 avril 2018 à l’ EFR ; 22-26 octobre 2018 à l’ENS de Lyon ; 1er-6 avril 2019 et 2-7 septembre 2019 à l’EFR) et six contrats d’un mois ont été réalisés afin d’accélérer l’insertion des données dans la base.


4- Quelles sont les perspectives de votre programme, notamment les publications à venir ?

En raison de la crise sanitaire, la rencontre prévue en mai 2020 à Rome a été convertie en plusieurs sessions d’une demi-journée qui se tiendront en visioconférence au cours de l’automne. Elles seront l’occasion de faire le point des recherches en cours dans la perspective de la publication finale des résultats de notre programme en 2022. Cette publication s’appuiera notamment -mais pas exclusivement- sur l’exploitation de la base de données réalisée à partir du programme Fichoz. Celle-ci sera également mise à disposition de la communauté scientifique.

Une rencontre, organisée en collaboration avec Héloïse Hermant, est également prévue à Nice, en juin 2021. Centrée sur les périodes de crises politiques (Guerres d’Italie, révoltes, Succession espagnole), elle permettra de confronter l’attitude des élites italiennes à celle d’autres états de la couronne hispanique et donnera lieu à une publication dans les Cahiers de la Méditerranée.


5- Quels sont les apports spécifiques de l’EFR à votre programme ?

L’appel à projet de l’EFR, en 2016, a tout d’abord constitué le déclencheur pour monter ce projet collectif qui accueille une majorité de chercheurs italiens. L’institution a ensuite joué un rôle logistique essentiel, offrant la possibilité de réunions régulières dans d’excellentes conditions d’accueil. Étant donné la configuration de notre équipe de recherche, Rome était un point de rencontre facilement accessible depuis l’Italie du Nord ou du sud mais aussi depuis l’Espagne.


6- En dehors de vos recherches, pouvez-vous nous dire quelques mots sur ce que vous appréciez lorsque vous êtes à Rome ?

Se réveiller au bruit de la fontaine de Neptune et traverser la place Navone avant qu’elle ne soit envahie par les touristes !


Propos recueillis par Séverin Duc, membre de troisième année de l’École française de Rome, section Époques moderne et contemporaine.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search