Penser à la diplomatique de demain. Retour sur l’atelier doctoral “Diplomatique comparée”

Billet rédigé par Guilhem Dorandeu, membre de la section Moyen Âge.

Détail de l’acte de mariage de l’impératrice Théophano, ca. 972.

Dans le cadre du programme Diplomatics in Mediterranean Area (DiploMA) de l’École française de Rome, Paul Bertrand, Arianna D’Ottone et Antonella Ghignoli ont organisé du 6 au 10 mai 2024 un atelier doctoral expérimental de « diplomatique comparée ». Les débats se sont tenus à l’École française de Rome, l’Istituto Storico Italiano per il Medioevo et la Sapienza Università di Roma.

Cette manifestation a permis de rassembler un petit groupe international de spécialistes de l’ensemble des cultures méditerranéennes de l’écrit, composé à la fois de doctorants, de post-doctorants et d’enseignants-chercheurs titulaires. L’objectif était que les jeunes médiévistes présents puissent profiter des formations proposées par les chercheurs avancés pour consolider leurs connaissances de diplomatique et enrichir leur travail de thèse, tout en s’ouvrant au comparatisme et à la discussion de cadres fermement établis par l’historiographie classique. La diversité des participants à l’atelier, provenant à la fois d’Italie, de France, de Belgique, d’Espagne, d’Autriche et du Royaume-Uni, a permis de concevoir un programme mettant en dialogue et en balance les grandes notions développées par les différentes écoles de diplomatique médiévale.

La majorité des doctorants présents, qui appartenaient tous à des institutions de recherche européennes, conduisaient des recherches sur le monde occidental latin. S’inscrivant dans une longue tradition historiographique, ceux-ci ont souvent proposé des études de groupes d’actes (Jaime Ruano Benito, Michela Galli, Johannes Laroche,  Davide Pisanu, Domenico Scarfiello, Roberta Svanoni), mais se sont aussi intéressé aux phénomènes de cartularisation, de mise en archives et de copie diplomatique ou sigillographique (Corentin Durand, Anna Mikhalchuk, Leny Retoux, Marie Tranchant). Plus ponctuellement, certains étudiants ont proposé d’étudier des figures de scripteurs (Antonin Charrié-Benoist), d’examiner la destination politique et sociale de productions documentaires régionales (Mahaut Cazals, Silvio Ruberto) ou de questionner le choix raisonné de caractéristiques internes singulières (Valerio De Angelis). Deux doctorants ont enfin présenté des communications tournées vers le monde hébraïque (Margherita Pepoli) et islamique (Matteo Pimpinelli).

Les interventions des enseignants-chercheurs confirmés ont permis de renforcer l’élargissement des problématiques à des contextes extra-européens ou non-latins. Ceux-ci ont successivement tenu compte de documentations grecques (Guilhem Dorandeu, Vivien Prigent, Cristina Rognoni), arabes (Arianna D’Ottone, Nadia Jamil, Jeremy Johns), hébraïques (Javier Castaño, Judith Schlanger) et éthiopiennes (Alessandro Bausi, Anaïs Wion). Dans l’esprit comparatiste et égalitaire de l’école doctorale, le monde latin n’a évidemment pas été écarté, mais a été traité selon le même volume horaire que les autres cultures de l’écrit considérées (Paul Bertrand, Dario Internullo, Maria Cristina Rossi).

Lorsque la fatigue du travail bien fait s’est faite sentir, des temps de convivialité et de découverte ont permis de reprendre haleine tout en soudant la petite communauté de diplomatistes venue étudier à Rome. L’Istituto Storico Italiano per il Medioevo, qui a accueilli la deuxième journée de l’atelier, a ainsi proposé une belle découverte de son fonds d’archives. Les visiteurs ont pu y reconnaître les travaux et les lettres de certains des plus illustres de leurs devanciers, à l’image de Carlrichard Brühl, Heinrich Fichtenau, André Guillou, Alessandro Pratesi et autre Luigi Schiaparelli…

À l’issue de la troisième journée de travail, les participants à l’atelier se sont dirigés vers la Biblioteca Apostolica Vaticana, dont Pierre Chambert-Protat et Adrien de Fouchier organisaient la visite. Ces derniers ont alors présenté une quinzaine de documents médiévaux et modernes : plusieurs rouleaux, des codices (dont deux livres liturgiques « de poche ») et quelques lettres d’Henri VIII adressées à Anne Boleyn. Les pièces observées ont permis à chacun de longuement comparer différents systèmes d’écriture (arabe, copte, grec, latin et samaritain).

Le premier atelier doctoral de « diplomatique comparée » a constitué un laboratoire permettant de considérer de nouvelles orientations de recherches autour de l’écrit médiéval, non plus seulement centrées sur le monde occidental, mais sur l’ensemble des cultures écrites de la Méditerranée. Elles incarnent un point d’avancée essentiel pour penser une nouvelle diplomatique médiévale « à parts égales », tout en donnant l’occasion de revenir sur certaines notions classiques mais méritant d’être revisitées, telles celles de faux et de copie. Ces débats connaîtront bientôt de nouveaux développements : un colloque international consacré aux cartulaires européens et méditerranéens se tiendra ainsi à Rome au cours du mois d’octobre 2024, toujours dans le cadre de DiploMA.



Citer ce billet
EFR (2024, 29 mai). Penser à la diplomatique de demain. Retour sur l’atelier doctoral “Diplomatique comparée” À l’École de toute l'Italie. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11qmt

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search