À la découverte des trésors manuscrits de Rome et des mystères de la philologie

Billet écrit par Luca Farina et Adriano Russo, édité par Guilhem Dorandeu, membres de la section Moyen Âge.

Chaque année, l’École française de Rome organise un atelier de formation à la recherche destiné à un groupe d’étudiants de master. Son objectif est d’initier les jeunes générations au monde de la recherche scientifique et d’encourager les élèves à poursuivre leur parcours universitaire. L’atelier tenu à Rome du 11 au 16 mars 2024, intitulé « Pour une lecture critique des sources écrites : histoire de la transmission et critique textuelle », traitait de la tradition, de l’édition et de la lecture critique des textes. Quinze étudiants provenant de différentes universités françaises ont été accueillis dans les locaux de l’École et ont vécu une semaine intense de cours, de leçons théoriques, d’ateliers pratiques et de visites des principales bibliothèques romaines.

Les textes anciens que nous connaissons et utilisons aujourd’hui comme sources primaires dans le cadre de nos recherches sont loin d’être des objets figés, mais sont souvent le résultat de plusieurs siècles de manipulations par plusieurs intervenants. Retracer leur histoire et leur transmission jusqu’à nous peut s’avérer ardu, aussi bien à cause de leur fluidité que de la distance qui nous sépare de leur composition. La philologie et la critique textuelle sont des disciplines qui permettent de surmonter ces difficultés en reconstruisant le plus fidèlement possible la forme originelle des textes.

Ketsiah Briard et Victoire Lécuyer
Libro de los juegos : El Escorial, Real Biblioteca de San Lorenzo, ms. T-1-6.

C’est autour de cette « fluidité » des textes que nous avons essayé, en tant qu’organisateurs et coordinateurs de l’atelier, d’initier les étudiants à une approche critique et philologique des sources. Les activités de la semaine ont ainsi été organisées autour de deux axes principaux : l’étude des spécificités de la transmission des textes anciens et l’utilisation des sciences dites « auxiliaires » de l’histoire (papyrologie, paléographie, codicologie, ecdotique, diplomatique, épigraphie, etc.). Chaque discipline a été abordée en tenant compte des particularités du latin et du grec ainsi que de leurs aires géographiques de transmission, à savoir l’Orient et l’Occident.

La semaine s’est ouverte par deux introductions à la transmission des textes grecs (Luca Farina, EFR) et latins (Marine Bretin-Chabrol, université Jean Moulin Lyon 3-EFR). Après ce premier temps, nous avons abordé la paléographie latine (Ilaria Morresi, Sapienza Università di Roma) et grecque (Anna Gioffreda, Sapienza Università di Roma). Nous avons ensuite été initiés à trois sciences dites « auxiliaires » : la papyrologie (Giulio Iovine, Università di Bologna), l’épigraphie (Cécile Treffort, université de Poitiers) et la diplomatique (Paul Bertrand, Université catholique de Louvain). Adriano Russo (EFR) a proposé une introduction à l’ecdotique, qui a été suivie d’une mise en pratique au cours d’un atelier de critique textuelle. Une partie de la semaine a enfin été consacrée aux apports de la tradition indirecte pour l’histoire des textes grecs (Michele Bandini, Università degli studi della Basilicata) et latins (Elisa Lonati, EHESS-Labex Hastec), avec un intérêt pour particulier pour les florilèges (Ottavia Mazzon, Università di Padova et Silverio Franzoni, Sorbonne Université). Jérémy Delmulle (IRHT-CNRS) nous a présenté, quant à lui, une « anatomie de la tradition patristique ».

Ketsiah Briard et Victoire Lécuyer
Leçon de Marine Bretin-Chabrol.

L’ensemble de ces leçons a fourni aux étudiants une initiation aux grandes disciplines permettant de reconstruire les textes anciens, de les replacer dans leur contexte d’origine et de suivre leur diachronie ainsi que leur évolution historique. Les cours dans les salles de l’École française de Rome ont alterné avec les visites des plus importantes bibliothèques de la ville, donnant aux étudiants l’opportunité d’examiner et de manipuler directement des manuscrits médiévaux tout en se confrontant aux problèmes matériels liés à leur conservation et à leur étude.

La visite de la bibliothèque de l’École, menée par Serge Daudey (EFR), a ainsi permis aux participants d’apprécier la richesse du patrimoine livresque de cette institution, véritable pilier de la recherche humaniste à Rome. Parallèlement, Angela Cossu (EFR-EPHE) a dévoilé l’ancienne collection de manuscrits de la famille Farnèse, aujourd’hui conservée à la Bibliothèque Nationale de Naples, lors d’une leçon d’histoire des bibliothèques dans les salles du Palais Farnèse : ces livres y étaient précisément conservés au XVIe siècle, comme en témoignent les inventaires historiques. Les étudiants ont ensuite eu l’occasion de suivre deux autres visites, la première à la Bibliothèque Apostolique Vaticane, la seconde à la Bibliothèque Vallicelliana. Celle-ci a été suivie d’une leçon de codicologie basée sur l’examen direct de plusieurs cas emblématiques (Angela Cossu, EFR/EPHE et Riccardo Montalto, Scuola Superiore Meridionale-Università degli studi di Cassino).

Nous avons découvert la confection de manuscrits à partir de différents supports dans un endroit exceptionnel. Notre initiation à la codicologie a eu lieu au sein de la bibliothèque Vallicelliana, qui appartenait au début du XVIe siècle à la congrégation de l’oratoire de Saint Philippe Néri, dont elle détient une grande partie des ouvrages. Notre immersion dans les coulisses de la production de manuscrits a commencé par la présentation de la fabrication du parchemin : Angela Cossu nous en a expliqué les étapes, qui se déroulaient dans les scriptoria ou les universités médiévales. L’invention de l’imprimerie change substantiellement les usages et le support de transmission des textes : Riccardo Montalto nous a donc ensuite présenté les origines et le processus de la fabrication du papier, devenu en Occident le produit de base de l’imprimerie.

Anna Ivanova
Salle de lecture de la bibliothèque Vallicelliana.

L’accès aux vastes et prestigieuses collections de la Bibliothèque Apostolique Vaticane fut un moment particulièrement apprécié des participants, en raison de l’atmosphère unique qui règne en ce lieu. Autrefois bibliothèque des papes, elle est aujourd’hui l’un des plus importants lieux de recherche sur les manuscrits de Rome et du monde.

Dès que nous avons reçu le programme de l’atelier, nous avons bien entouré la date du lundi 11 mars : nous allions visiter la Bibliothèque Apostolique Vaticane. C’est donc avec impatience que le jour convenu, nous retrouvons sous la pluie Pierre Chambert-Protat, assistant au département des manuscrits. Nous rentrons dans le vestibule pour nous abriter, ce qui donne l’occasion à notre guide de nous présenter les lieux et leur histoire. Les souverains pontifes disposaient déjà certainement, lors des premiers siècles de l’Église romaine, d’un lieu de production et de conservation des documents, qui pouvait aussi accueillir des livres. Mais la bibliothèque telle que nous la connaissons aujourd’hui trouve seulement son origine au milieu du XVe siècle, grâce à l’initiative ambitieuse de Tommaso Parentucelli, humaniste et bibliophile devenu pape en 1447 sous le nom de Nicolas V, de constituer une importante collection de manuscrits grecs, latins et hébreux pour l’« utilité commune des hommes de science », tenant compte des érudits et des lecteurs extérieurs à la curie pontificale. Cette bibliothèque obtient une reconnaissance institutionnelle officielle en 1475 grâce au pape Sixte IV, qui cherche à consolider le projet de son prédécesseur en réorganisant la collection d’anciens codex avec l’aide de l’humaniste lombard Bartolomeo Sacchi. Environ un siècle plus tard, en raison de l’accroissement continu de la collection de manuscrits et de livres imprimés, le pape Sixte V confie à l’architecte Domenico Fontana la construction d’un édifice plus grand et massif, érigé entre 1587 et 1589. Nous commençons d’emblée notre visite par la salle maîtresse : le Salone Sistino, qui doit précisément son nom à Sixte V. Celui-ci est cosntitué d’une salle à deux nefs entièrement ornée, mesurant 70 mètres de long et 15 mètres de large, dont les plafonds, soutenus par des piliers peints, sont décorés de grotesques. Cette iconographie déploie un discours d’ordre religieux et politique. Une intention programmatique similaire se retrouve dans la décoration tout aussi somptueuse du plafond de la salle adjacente, le vestibule du Salone Sistino, où notre visite se poursuit. Notre tour se conclut par l’observation directe de nombreux manuscrits, qui témoignent de l’impressionnante richesse livresque des collections de la bibliothèque : on y remarque particulièrement un autographe latin de l’époque carolingienne et un manuscrit grec contenant des passages aristotéliciens illustrés par des diagrammes.

Maria Elena Aureli et Simon Duriez
Salle des imprimés de la BAV
Salle des imprimés de la BAV

À l’issue de la semaine, nos chers organisateurs Adriano et Luca nous ont proposé de participer à une « promenade épigraphique » animée par Cécile Treffort. L’objectif était de mettre en pratique les notions étudiées lors de la leçon d’épigraphie, en profitant de la visite commentée de trois basiliques emblématiques de la ville : Saint-Clément, celle des Quatre-Saints-Couronnés et Saint-Jean-de-Latran. La basilique Saint-Clément nous a notamment permis de nous émerveiller devant l’abside et sa mosaïque orientale. Quelques mètres plus loin, nous avons ensuite pu découvrir la basilique des Quatre-Saints-Couronnés et sa chapelle. Avant même d’y entrer, nous avons eu l’occasion de nous attarder quelques minutes sur la salle du calendrier, exceptionnelle par son originalité. Sur les murs de la chapelle s’étendaient encore de grandes fresques reprenant la vie du pape Silvestre et des premières relations entre le christianisme et Constantin. Quittant la chapelle, notre balade épigraphique s’est achevée dans un lieu magnifique : la basilique Saint-Jean-de-Latran. Nous avons passé un long moment dans le cloître au sein duquel nous avons pu étudier des inscriptions très différentes les unes des autres. Ces quelques heures de promenade nous ont donné l’occasion de terminer la semaine sur une note ensoleillée, qui en plus de nous avoir fait découvrir concrètement la lecture d’inscriptions, nous donne envie de revenir nous balader dans les rues de Rome pour plus de lecture et de découvertes !

Lucie Cordier et Léa Reynes
Chapelle de saint Silvestre de la basilique des Quatre-Saints-Couronnés.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
EFR (5 juin 2024). À la découverte des trésors manuscrits de Rome et des mystères de la philologie. À l’École de toute l'Italie. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11rl6


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search