Histoire d’un site (2) : Sur les pas des colons grecs en Sicile orientale : les fouilles françaises à Mégara Hyblaea

Figure 1 : la zone de l’agora archaïque et le plateau nord vus du nord-ouest (photo L. Nifosi)


Le site

Mégara Hyblaea aurait pu n’être qu’un site mineur, tant il est vrai que l’Histoire ne semblait pas favoriser les colons débarqués de Mégare de Grèce sur la côte Est de la Sicile dans le dernier quart du VIIIe siècle av. J.-C. Plusieurs auteurs anciens, dont Thucydide (Guerre du Péloponnèse, VI.4), racontent la difficile arrivée de ces hommes en Sicile : d’abord installés à Trôtilon, à l’embouchure du fleuve Porcaria (figure 2) ils partent bientôt vers Léontinoi, prêter main forte aux colons eubéens venus de Chalcis, qui souhaitent se débarrasser des indigènes avec lesquels ils partageaient jusque-là la cité. Mais une fois leur mission accomplie, les Mégariens se voient eux-mêmes chassés par la ruse, par leurs faux-frères eubéens si l’on en croît Polyen (Stratagèmes, V, 5). Repartis vers le Sud, ils s’installent brièvement sur la péninsule de Thapsos où meurt Lamis, le chef de l’expédition. Ses compagnons seraient alors partis s’installer un peu plus de 20 kilomètres au nord de Syracuse, sur des terres offertes par le roi sicule Hyblon, où ils fondent enfin la cité de Mégara Hyblaea – seule colonie dont le nom évoque à la fois l’origine grecque des colons et la terre indigène où ils s’installèrent.

Figure 2 : étapes de l’installation des colons mégariens
@Google Maps, Terrametrics, Données cartographiques 2020, réélaboration R.-M. Bérard

Mais la prospérité de la cité fut brève : « Ils y vécurent pendant deux cent quarante-cinq ans, jusqu’au moment où, expulsés par Gélon, tyran de Syracuse, ils durent abandonner leur ville et quitter la région » (Thucydide, VI.4). Si l’on sait aujourd’hui que des habitants revinrent ponctuellement réoccuper le site au bout d’une génération seulement, et si les travaux récents ont permis de mieux connaître l’occupation hellénistique de la cité, Mégara Hyblaea fut abandonnée à la fin de l’Antiquité et resta pratiquement vierge jusqu’à son exploration archéologique.

Site de quatrième choix, étrange don des indigènes, et cité dont la population fut réduite à néant par deux fois, Mégara Hyblaea ne s’inscrit guère parmi les colonies les plus puissantes et les plus stables du monde grec antique. Mais les caractéristiques intrinsèques du site, les aléas de l’histoire et les heurs de la recherche archéologique ont pourtant fait de cette cité une des principales références de l’archéologie grecque coloniale. Mégara Hyblaea est en effet doublement remarquable, à la fois par la préservation exceptionnelle de ses vestiges (notamment ceux relatifs à l’époque archaïque et à la première vague de colonisation en Occident), et par l’importance des fouilles et des études dont ils ont fait l’objet depuis la fin du XIXe siècle, dans le centre urbain comme les espaces environnants.


Cavallari et Orsi : les premières investigations

Identifié par des savants dès le milieu du XVIe siècle, le site de Mégara Hyblaea ne fit l’objet d’investigations officielles qu’à partir de la fin du XIXe siècle, en réponse aux nombreux pillages dont il était régulièrement l’objet. Les premières campagnes de fouilles scientifiques sont dirigées à partir de 1879 par Francesco Cavallari, puis par l’infatigable Paolo Orsi. Elles concernent d’abord la nécropole occidentale et la fortification de la ville archaïque (1879, 1889, 1891-1892) puis le secteur du sanctuaire du Nord-Ouest (1917-1928). La ville proprement dite ne fait alors l’objet que de quelques sondages.

Figure 3 : Carnet de Paolo Orsi relatif aux fouilles de la nécropole Ouest (1889-1892)


Les fouilles de l’EFR

La reprise de l’exploration du site a lieu en 1949, dans le cadre d’une convention entre la Surintendance de la Sicile Orientale et l’Ecole française de Rome. Les fouilles sont confiées à François Villard, alors jeune membre de l’Ecole, dont l’objectif premier était de vérifier, par des sondages dans l’habitat, la chronologie de la céramique protocorinthienne, qui n’avait jusqu’alors été étudiée que dans les nécropoles. Mais très vite, avec la collaboration de Georges Vallet puis de Paul Auberson, l’exploration en vient à couvrir tout le site (une soixantaine d’hectares) et les problématiques se diversifient.

Au début des années 1950, le projet d’implantation sur le site d’une zone industrielle amène la Surintendance et l’Ecole à dégager en quelques années (1952-1957) une « forteresse hellénistique », jusque-là inconnue. En 1958, la fouille d’une rue partant de la porte Ouest de l’enceinte hellénistique conduit à la découverte d’une place qui se révèle être l’agora de la ville hellénistique, bordée par un portique, un temple et un établissement de bains. Mais il apparaît très vite que cette agora hellénistique recouvre partiellement l’agora archaïque ; dès lors, l’objectif principal de la fouille devient la recherche de l’habitat archaïque au-dessous des structures hellénistiques. C’est ainsi à Mégara Hyblaea qu’est mis en évidence pour la première fois un plan d’urbanisme archaïque remontant à la fin du VIIIe siècle av. J.-C., formé d’îlots réguliers (larges d’environ 25 mètres) séparés par des rues rectilignes, parallèles et équidistantes (avec un entraxe, c’est-à-dire la distance séparant l’axe central de deux rues parallèles, de 28 mètres environ), entourant une agora de forme trapézoïdale.

Figure 4 : Plan de la ville archaïque avec les principales zones fouillées (Mégara 5)

Les principaux résultats de ces travaux sont présentés dans le monumental Mégara Hyblaea 1, paru en 1976. Cette période est également marquée par des travaux pionniers sur les céramiques archaïques publiés dans de nombreux articles et dans le volume Mégara 2 (1964). La ville hellénistique a été relativement négligée à cette époque, si l’on excepte le volume Mégara 4 (1966) consacré au temple hellénistique ; le guide du site (Mégara 3), publié en 1983, ne comble que partiellement cette lacune.

Entre 1977 et 1983, de nombreux sondages sont réalisés par Michel Gras, Henri Tréziny et Henri Broise sur le plateau méridional de la ville. Ils ont permis de montrer que ce secteur était occupé dès la fin du VIIIe siècle av. J.-C., selon un plan d’urbanisme comparable à celui du secteur de l’agora. Il est également apparu que la fortification méridionale était antérieure au milieu du VIIe siècle av. J.-C. Ces résultats, accompagnés d’une synthèse générale sur les travaux antérieurs, publiés ou inédits, ont été présentés dans le volume Mégara 5 (2004).

Dans les années 1980-1990, la Surintendance et l’École interviennent encore ponctuellement dans de nombreux secteurs, mais la seule fouille d’ampleur se trouve au Sud de l’agora, dans la dépression appelée Arenella (1990-1992). Encore inédite, la fouille devrait faire l’objet de nouvelles explorations.


Les nécropoles archaïques

L’implantation de vastes complexes industriels autour du site précipita également, à partir des années 1950 et surtout des années 1970, l’exploration des nécropoles archaïques de Mégara Hyblaea, en particulier de la nécropole méridionale. Près d’un millier de tombes furent fouillées entre 1949 et 1980 par l’EFR (d’abord François Villard et Georges Vallet, puis Mireille Cébeillac et Michel Gras) et la Surintendance. La publication de cette nécropole fait l’objet de deux volumes de la collection Mégara (Mégara 6.2 paru en 2017 ; Mégara 6.1 en préparation sous la direction d’Henri Duday et Michel Gras et déjà partiellement accessible en ligne).

Ces travaux récents n’ont concerné que marginalement la nécropole Ouest, principalement explorée à la fin du XIXe siècle. Sur les plus de mille tombes fouillées entre 1879 et 1892 par Cavallari et Orsi, un tiers seulement fit l’objet d’une publication à l’époque. Les plus de six cent tombes inédites ont été étudiées récemment par Reine-Marie Bérard dans le cadre de son mémoire de l’Ecole française de Rome.

Avec plus de 2000 tombes fouillées et étudiées, les nécropoles de Mégara Hyblaea offrent ainsi aujourd’hui un large panorama des pratiques funéraires mises en œuvre dans cette colonie sicilienne à l’époque archaïque. On peut y observer la diversité des types de tombes utilisés (sarcophages monolithes, tombes à orthostates bruts ou réguliers, tombes à tuiles, caveaux bâtis) et des modes de traitement du cadavre (inhumation et crémation) ainsi que la pratique des sépultures plurielles, qui consistait à utiliser une même tombe pour plusieurs défunts successivement en « faisant de la place » au nouvel inhumé en repoussant sur les côtés les os des précédents occupants (ce que l’on appelle la « réduction » des squelettes).

Figure 5 : Le sarcophage monolithe P11 qui contenait trois individus dont deux « réduits » (photo M. Gras)

 Les mobiliers d’accompagnement sont pour la plupart modestes et peu variés, privilégiant les vases de céramique et plus rarement quelques objets métalliques liés à la parure. L’étude topographique des nécropoles a donné quelques premières indications sur l’organisation du paysage de la chora, et sans doute les traces d’un premier cadastre.


La ville hellénistique

Parmi les travaux récents consacrés à la reprise systématique de la documentation souvent inédite relative à des fouilles anciennes, un gros travail a été accompli ces dernières années sur la ville hellénistique. Il a débouché sur un nouveau volume (Mégara 7, 2018) comprenant un atlas au 1/200 du secteur de la ville hellénistique, qui correspond à l’agora archaïque de Mégara 1.

Ces travaux ont permis de nombreuses avancées qui modifient considérablement notre connaissance de la ville post-archaïque. Ainsi, contrairement à ce que l’on a longtemps cru, il est apparu que la ville n’avait pas été entièrement abandonnée entre 483 et l’époque hellénistique, mais qu’elle fut partiellement réoccupée une vingtaine d’années seulement après le conflit avec Syracuse. Une Mégara du Ve siècle, longtemps méconnue, commence ainsi à se dessiner. Cette réoccupation, d’abord dispersée sur l’ensemble de la ville archaïque, se concentre dès le début du IVe siècle av. J.-C. dans le secteur de l’ancienne agora archaïque ; de cette période date sans doute la première fortification hellénistique. Si le milieu du IVe siècle est souvent considéré comme l’époque d’une « renaissance » de nombreuses colonies siciliennes, qui aurait été impulsée par Timoléon de Syracuse, rien ne signale cette hypothétique renaissance à Mégara Hyblaea, et c’est plutôt du règne de Hiéron II (tyran de Syracuse entre 270 et 215 av. J.-C.) que date la grande période de la ville hellénistique. C’est d’ailleurs de cette époque que date le dernier état de la muraille, mais aussi le temple que l’on a longtemps cru et dit du IVe siècle et son portique, ainsi que les bains qui bordent l’agora hellénistique (figure 6). 

Figure 6 : La ville hellénistique (Plan : H. Tréziny)


Nouvelles recherches au tournant des années 2000

Outre la valorisation des archives anciennes, de nouveaux travaux de terrain ont repris dans la ville archaïque au tournant des années 2000. A partir de 2005, un programme européen (POR Sicilia 2000-2006) a permis l’ouverture de plusieurs nouveaux chantiers : temple du phare Cantera (Lorenzo Guzzardi) ; villa romaine à l’angle Nord-Ouest de la ville (Mariella Musumeci) ; porte archaïque Ouest (EFR, Henri Tréziny). Ce dernier chantier a permis de réétudier la porte fouillée par Orsi en 1889 et de montrer que l’enceinte archaïque comprenait au moins trois phases de construction. La plus ancienne est sans doute antérieure au milieu du VIIe siècle av. J.-C., ce qui confirme les données acquises sur le plateau Sud.

Le quartier d’habitation en arrière de la porte, déjà exploré dans un sondage inédit de 1980, est constitué d’îlots séparés par des rues d’orientation Nord-Sud. Cette observation a été le point de départ d’un ensemble de prospections géophysiques menées par Géocarta (2008-2010) puis par l’Université de Bradford (2011-2013) qui ont révélé un important réseau de rues Nord-Sud (baptisées rues E), régulièrement espacées et parallèles à une première rue (E1) mise en évidence au centre de l’habitat dès un sondage de 1950 (figure 4). Ce groupe de rues paraît se prolonger au Sud vers l’enceinte méridionale selon une hypothèse que de nouvelles prospections géophysiques devraient vérifier fin 2020.

Figure 7 : Les réseaux de rues du plateau Nord de Mégara : résultat desprospections géophysiques dans la zone Nord-Ouest (H. Tréziny)


Le programme MEGA (2017-2021)

C’est dans cette perspective qu’a été lancé en 2017 un programme de recherches inscrit dans le quinquennal 2017-2021 de l’EFR dans ce secteur Nord-Ouest de la ville (encadré vert sur la figure 7). Il s’agissait de mettre au jour quelques-unes de ces rues rues Nord-Sud et de vérifier sur le terrain les données de la prospection géophysique. Trois rues ont été identifiées (d’est en ouest, E10, E11 et E12), délimitant des îlots réguliers de 23,40 m de largeur. Grâce à l’absence d’occupation hellénistique dans cette zone, on a pu fouiller pour la première fois l’intégralité d’une maison archaïque (figure 8, maison 113W3, soit un « lot » d’environ 130 m2). Il semble que la mise en place du réseau des rues E et la construction des premières maisons dans ce secteur remontent à la fin du VIIIe siècle av. J.-C.

Figure 8 : Les zones de fouilles ouvertes en 2017-2019, avec l’emplacement des rues et des maisons (photogrammétrie : F. Fouriaux ; elaboration : H. Tréziny)

Un autre but de la fouille était d’établir la relation entre l’habitat et le sanctuaire du Nord-Ouest. Dans Mégara 5, on avait fait l’hypothèse que ce sanctuaire (et notamment le temple B d’Orsi, qui en constitue sans doute le noyau primitif), avait été intentionnellement construit au centre d’un petit site d’habitat néolithique entouré d’un fossé qui avait été identifié dans cette zone (figure 4). Le fossé néolithique, déjà exploré par Orsi (1917-1921) et par Vallet et Villard (1950) a été retrouvé sous le sol de circulation de la rue E11 et la fouille en a été confiée à des collègues préhistoriens du CNR (M. Cultraro) et du Musée Orsi (A. Crispino). Seuls les premiers niveaux ont pu être fouillé pour l’instant.

La découverte d’une troisième rue plus à l’ouest (E12), à l’intérieur de la zone délimitée par le fossé néolithique, pose un problème topographique très important, puisqu’elle se situe à une vingtaine de mètres seulement de la façade des temples. Le téménos (l’enceinte sacrée) du sanctuaire serait donc beaucoup plus restreint que ce que l’on a longtemps cru.  Il se pourrait qu’un premier état du sanctuaire au VIIe siècle av. J.-C., de dimensions limitées, ait été étendu vers l’est au siècle suivant aux dépens de l’habitat, selon un schéma que l’on connaît par exemple pour le temple ionique de Syracuse. C’est là une nouvelle direction de recherche pour un chantier qui est loin d’être achevé. Suspendue comme toutes les opérations de terrain en 2020, la fouille devrait reprendre en 2021.

Présentes depuis plus de 70 ans à Mégara Hyblaea, les équipes françaises continuent ainsi de travailler en partenariat étroit avec les équipes de la Surintendance de Syracuse, du Parc archéologique de Leontinoi et du Musée Archéologique Régional Paolo Orsi de Syracuse pour documenter les fouilles anciennes et réaliser de nouveaux chantiers, afin de  valoriser cet établissement historique de la Sicile grecque. Plusieurs travaux doctoraux et divers projets de recherches sont en cours, qui permettront d’en connaître davantage sur ce site fondamental pour la connaissance de la première vague de colonisation grecque en Méditerranée occidentale.


Pour aller plus loin :

Bibliographie essentielle

  • Mégara 1 : G. Vallet, Fr. Villard, P. Auberson, Mégara Hyblaea 1. Le quartier de l’agora archaïque, Paris 1976 (Mél. d’Arch. et d’Hist., Suppl. 1/1)
  • Mégara 2 :G. Vallet, Fr. Villard, Mégara Hyblaea 2. La céramique archaïque, Paris 1964 (Mél. d’Arch. et d’Hist., Suppl. 1/2).
  • Mégara 3 : G. Vallet, Fr. Villard, P. Auberson, Mégara Hyblaea 3. Guide, Rome 1983 (Mél. d’Arch. et d’Hist., Suppl. 1/3).
  • Mégara 4 :G. Vallet, Fr. Villard, Mégara Hyblaea 4. Le temple du IVe s. av. J.-C., Rome 1966 (Mél. d’Arch. et d’Hist., Suppl. 1/4).
  • Mégara 5 : M. Gras, H. Tréziny, H. Broise, Mégara Hyblaea 5. La ville archaïque, Rome 2004 (Coll. EFR 1/5).
  • Mégara 6/1 : H. Duday, M. Gras, Mégara Hyblaea 6. La nécropole méridionale de la cité archaïque. 1. Les données funéraires (Coll. EFR 1/6-1), en préparation.
  • Mégara 6/2 : R.-M. Bérard, Mégara Hyblaea 6. La nécropole méridionale de la cité archaïque. 2. Archéologie et histoire sociale des rituels funéraires, Rome 2017 (Coll. EFR 1/6-2).
  • Mégara 7 : H. Tréziny (dir.), avec la collaboration de Fr. Mège, Mégara Hyblaea 7. La ville classique, hellénistique et romaine, Rome 2018 (Coll. EFR 1/7). 

Les fouilles de Mégara Hyblaea dans la Chronique des activités archéologiques de l’EFR

Campagne 2019 ; 2018 ; 2016-2017 ; 2015 ; 2014 ; 2013  ; 2012 ; 2011.

Travaux universitaires (thèses de Doctorat)

  • Reine-Marie Bérard, Les nécropoles de Mégara Hyblaea. Archéologie et histoire sociale des rituels funéraires dans la Sicile archaïque du VIIIe au Ve siècle av. J.-C., Univ. Paris I 2014 (= Mégara 6/2, 2017).
  • Frédéric Mège, Habitat et urbanisme dans les cités grecques de Sicile orientale à l’époque hellénistique (IVe-IIIe s. L’exemple de Mégara Hyblaea, Aix-Marseille Univ. 2015 (sous presse dans la collection du Centre Jean Bérard sous le titre Habitat et urbanisme à Mégara Hyblaea aux IVe et IIIe av. J.-C. Contribution à l’étude du fait urbain en Sicile hellénistique).
  • Laurent Claquin, Cuisines et céramiques de cuisine dans le monde grec colonial aux époques archaïque et classique (début VIIe – fin IVe s. av. J.-C.). Approche archéologique des pratiques culinaires à Marseille, Mégara Hyblaea et Apollonia du Pont, Aix-Marseille Univ. 2016.
  • Lou de Barbarin, La céramique mégarienne archaïque : productions et styles. Contribution à l’histoire des communautés grecques de Sicile orientale aux VIIIe et VIIe siècle av. J.-C., Aix-Marseille Univ., en cours.
  • Alexis Varraz, Les terres cuites architecturales archaïques de Mégara Hyblaea, Aix-Marseille Univ., en cours.


Henri Tréziny
CNRS, Aix Marseille Université, Centre Camille Jullian.

Jean-Christophe Sourisseau
Aix Marseille Université Centre Camille Jullian.

Reine-Marie Bérard
CNRS, Aix Marseille Université, Centre Camille Jullian.


Propos recueillis par Christian Mazet
Membre de deuxième année de l’École française de Rome
Section Antiquité


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search