À la recherche des mots et des pratiques agricoles de l’Antiquité (2/2)

Billet rédigé par Marine Bretin-Chabrol, membre scientifique de l’École française de Rome, section Antiquité, MCF à l’Université Jean Moulin-Lyon 3, et Maëlys Blandenet, MCF de langue et littérature latines à l’ENS de Lyon. Édité par Jérémy Artru, membre scientifique de l’École française de Rome, section Antiquité.

Peinture murale, péristyle de la Villa de P. Fannius Synistor à Boscoreale, env. 50-40 av. n. è., The Metropolitan Museum of Art, New York (document É. Morvillez).

Voici la seconde partie du double billet consacré à la journée d’études « Cultiver dans l’Antiquité », qui s’est tenue à l’EFR le 9 janvier 2024, après un premier volet dédié à la présentation des travaux de l’équipe AgoCCol (1/2). En accueillant Annalisa Marzano, Emmanuel Botte, Federico De Romanis, Éric Morvillez et Francesca Boldrer, nous avons eu le privilège de dialoguer avec quelques-uns des chercheurs qui mènent aujourd’hui, en Italie ou autour de l’Adriatique, les travaux les plus dynamiques sur l’agriculture antique, chacun avec une approche distincte.

L’agriculture dans l’Antiquité : un champ d’étude pluridisciplinaire en plein essor

Pendant longtemps, la connaissance des pratiques agricoles et des plantes cultivées dans l’Antiquité s’est appuyée presque exclusivement sur la lecture de textes grecs et romains. Par exemple, les ouvrages de référence de Kenneth D. White, Agricultural Implements of the Roman World et Roman Farming, qui datent respectivement de 1967 et 1970, restent marqués par cette prééminence des textes.

Mais ces habitudes ont été mises en perspective par les progrès extrêmement importants de l’archéologie rurale depuis une cinquantaine d’années. Dans un premier temps, certains sites, comme celui de la villa de Settefinestre, publiée en 1985 sous la direction d’Andrea Carandini, ont encore été en partie analysés comme le reflet, sur le terrain, des prescriptions données par Varron et par Columelle : on y a reconnu l’organisation architecturale de la villa rurale et le « mode d’exploitation esclavagiste » qu’ils paraissaient préconiser. Mais depuis lors, la multiplication des fouilles de sites ruraux et les analyses à plus grande échelle menées par l’archéologie préventive ont permis de discuter et de nuancer ces premières interprétations. C’est ce qu’a fait en particulier Annalisa Marzano dans son ouvrage Roman Villas in Central Italy. A social and economic history, 2007. Même si le modèle culturel et économique de la villa combinant art de vivre luxueux dans sa pars urbana et exploitation à vocation commerciale dans sa pars rustica se développe effectivement dans toutes les régions de l’empire romain à partir du 1er s. av. J.-C., il coexiste et interagit avec d’autres formes d’exploitation de la terre, qui peuvent être beaucoup plus traditionnelles dans leur disposition, plus modestes en taille, et pas nécessairement moins rentables. Lors de notre journée d’études, Annalisa Marzano (Università di Bologna) a présenté un nouvel aspect de ses recherches, l’étude du rôle joué par l’arboriculture fruitière non seulement dans l’économie antique, mais également dans la compétition des élites pour le prestige et le pouvoir politique, objet de son dernier livre : Plants, Politics and Empire in Ancient Rome (Cambridge, CUP 2022).

Le développement de l’archéologie des villas a également élargi les zones géographiques de fouilles à des régions très peu documentées par les textes des agronomes romains. Actuellement, le programme VILLAE-ADRI, soutenu par l’EFR et co-dirigé par Emmanuel Botte, vise à mieux connaître les spécificités des villas qui se développent au bord de l’Adriatique, en Istrie et en Dalmatie, à partir du 1er s. de notre ère. Emmanuel Botte (Centre Camille Jullian, CNRS-Aix-Marseille Université) nous a montré comment les ruches en céramiques découvertes dans une villa de Dalmatie apportent une documentation de terrain précieuse sur l’apiculture antique, une activité économique de toute première importance si l’on se réfère aux nombreux usages du miel et de la cire dans les sociétés anciennes, mais qui a laissé plus de traces dans les représentations iconographiques et les textes des agronomes romains que sur le terrain archéologique. On peut retrouver les principaux éléments de sa communication intitulée « Regards croisés entre les textes et l’archéologie sur l’apiculture antique » dans l’article suivant : K. Jelinčić Vučković, I. Ožanić Roguljić, E. Botte et N. Garnier, « Evidence of Dalmatian Beekeeping in Roman Antiquity », Archaeopress 2021, p. 130-145.

Fragments de ruches, Îles de Brač et Hvar, Dalmatie (clichés et dessin E. Botte).
Les ruches de Vari, Grèce (document E. Botte).

Un autre point essentiel et mal connu est celui des pratiques de transport des biens de proximité : les auteurs anciens, même s’ils évoquent l’importance d’une situation stratégique pour l’approvisionnement de leur domaine et la commercialisation de leurs produits (près d’une route ou d’un fleuve), n’évoquent pas ces pratiques de transport dans le détail. Federico de Romanis (Università di Roma, Tor Vergata), qui a mené de nombreux travaux sur la question de l’annone et de l’approvisionnement de Rome en blé, a analysé un texte discuté de Pline l’Ancien pour montrer à quelles conditions les variations saisonnières de débit du Tibre en amont du fleuve pouvaient être utilisées par les Romains pour transporter du bois de construction en aval. Ce dossier, présenté en italien sous le titre « Tra la selva e la villa: analisi di un equilibrio fluviale », a fait l’objet d’une publication en anglais : « Seasonal Sailing and Nundinal Floating on the Upper Tiber. A Correction to Plin. nat. III 53 », Incontri di filologia classica XXII (2022-2023), p. 147-180.

Lithographie de C. Roux d’après F. De Romanis, 2024, p. 173 (courtesy of Landesarchiv Baden-Württenberg).

L’autre grand apport de l’archéologie de ces cinquante dernières années pour la connaissance des pratiques agricoles de l’Antiquité est le développement de techniques d’étude des restes végétaux (la palynologie, la carpologie) ou des traces laissées par leur culture, comme l’analyse des cavités racinaires. C’est notamment avec la publication, en 1979, du livre de Wilhelmina Jashemski, The Gardens of Pompei, que ces disciplines ont accédé à la notoriété. Aujourd’hui, la présence régulière d’archéobotanistes sur les chantiers de fouille permet la multiplication des données, et l’on commence à pouvoir proposer des synthèses régionales sur l’histoire de la culture de telle ou telle plante. Cette meilleure connaissance des plantes cultivées s’accompagne également d’une appréhension des campagnes en termes de « paysages » ruraux, à la croisée de l’histoire de l’aménagement du territoire et de l’histoire de l’art. Spécialiste de ce domaine, Éric Morvillez (Centre Jean Bérard, Naples ; Univ. d’Avignon, HiSoMA) a rassemblé pour notre journée une importante documentation iconographique dans sa communication intitulée « On verra peu à peu les tendres épis jaunir la plaine : représenter le blé en mosaïque, en sculpture et en peinture dans le monde romain » :

Ces développements de l’archéologie agraire, de l’archéobotanique et de l’histoire de l’art ont accompagné un mouvement de redécouverte et de réévaluation des textes agronomiques anciens, longtemps utilisés comme de simples documents en marge de la littérature. Dans les années 2000, plusieurs ouvrages se sont plus généralement interrogés sur la spécificité du projet énonciatif, de la forme et de la langue des traités agronomiques latins en prose. En Italie, le livre d’Eralda Noè : Il Progetto di Columella. Profilo sociale, economico, culturale, 2002,est l’une des premières et des seules monographies consacrées à Columelle, avec l’étude toute récente de Lars Mielke, Spaliere für Silvinus. Charakterschulung in Columellas Werk über die Landwirtschaft, 2024. En Allemagne, des auteurs comme Christiane Reitz et Marietta Horster, Thorsten Fögen et Silke Diederich ont renouvelé la lecture de ces ouvrages en s’interrogeant sur la dimension pragmatique ou idéologique des traités agronomiques. Mais déjà, en 1996, en éditant le poème « Des jardins », seul livre en vers du traité de Columelle, Francesca Boldrer (Università di Macerata) a montré comment l’agronome parvenait à associer la précision de l’information technique et la finesse d’un poème inspiré des Géorgiques de Virgile. Désormais, elle s’intéresse au De insitione, poème de Palladius en distiques élégiaques sur la greffe des arbres fruitiers et ornement conclusif de son traité d’agriculture. Dans sa communication, intitulée « Dulcis in fundo: agricoltura e poesia didascalica nel De insitione di Palladio », elle a posé les premiers jalons d’une édition de ce texte en se focalisant sur ses sources littéraires et sa poétique.

Palladius, livre I, Plut. 47.24, f 1r., Biblioteca Medicea Laurenziana, Florence (feuillet numérisé).
Frontispice de l’édition de Palladius par J. G. Schneider, 1745.  
Peinture murale, Maison du Verger, Pompéi (document F. Boldrer).

La multiplication des types de sources permet donc, désormais, d’affiner la connaissance spécifique du contexte dans lequel chaque précepte agricole est avancé et de mieux mesurer la part d’erreur, d’interprétation artistique ou de volontarisme idéologique que chaque auteur apporte à son œuvre. Autant dire que l’édition des textes agronomiques anciens nécessite aujourd’hui, plus que jamais, des compétences pluridisciplinaires que favorise considérablement le travail en équipe.

Intaille du Moissonneur, Cabinet des médailles (Froehner 2960) ; amulette magique contre la douleur de la hanche, Méditerranée orientale, Ier– IIIe s. ; 2,8×2,6 cm ; au revers, en grec « je travaille mais ne souffre pas » (document É. Morvillez).


Citer ce billet
EFR (2024, 9 avril). À la recherche des mots et des pratiques agricoles de l’Antiquité (2/2). À l’École de toute l'Italie. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w6u1

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search