Programme Pictor. Le métier de peintre en Europe au XVIe siècle

Organisant prochainement une rencontre scientifique à Catane (15-18 septembre 2020), le programme Pictor a pour objectif l’étude comparative du métier de peintre en Europe au XVIe siècle. Après avoir bénéficié en 2014 d’un financement de l’École pratique des Hautes Études au titre des actions de recherches prioritaires, il est maintenant financé par la Ville de Paris dans le cadre des programmes « Émergence ». Il fait aussi partie des programmes scientifiques de l’École française de Rome.

Billet de Michel Hochmann, Guy-Michel Leproux et Audrey Nassieu Maupas (École pratique des Hautes Études, EA 4116 Saprat).

L’examen des conditions d’apprentissage et d’exercice de la peinture dans les principaux centres artistiques est essentiel à une époque où le travail était encore largement réglementé. Cette question, longtemps marginale en histoire de l’art et cantonnée à la seule évocation d’ateliers ou d’artistes majeurs, apparaît aujourd’hui comme un préalable indispensable à toute investigation stylistique, et n’a d’intérêt qu’à l’échelle européenne. La définition de l’espace concerné, l’Italie, la France, les Flandres et l’Espagne, tient compte de la réalité de la circulation des peintres à la Renaissance. Cette large zone ne se conçoit que sur un temps suffisamment long (1490-1610) pour faire émerger les éventuelles différences d’évolution entre les régions.

Il s’agit concrètement de créer un corpus de sources sur le métier de peintre et de rassembler l’ensemble des savoirs fractionnés par les historiographies nationales. Cette documentation hétérogène par la langue et la typologie est peu à peu classée, numérisée et traitée dans une base de données qui doit à terme en faciliter la consultation et l’analyse comparative. Ainsi, en plus des sources déjà publiées par l’historiographie depuis le XIXe siècle, d’autres, inédites, sont en cours d’indexation. Ces dernières correspondent aux dépouillements de fonds d’archives, notamment notariaux, initiés par plusieurs participants de Pictor aux Archives nationales à Paris, dans divers dépôts en France, en Italie, en Espagne et en Belgique. Depuis le début du programme, des recherches régulières ont également pu être menées à l’Archivio di Stato di Roma, l’Archivio Storico Capitolino, l’Archivio Storico del Vicariato ou aux Archives des Pieux établissements de la France à Rome.

En parallèle, des journées d’études thématiques rassemblant les spécialistes de chacun des pays concernés ont été organisées, notamment sur les questions de la population des peintres (à Genève, les 6 et 7 novembre 2015), de réglementation du travail (à Barcelone, les 14 et 15 novembre 2016), de formation (à Rome, les 10 et 11 octobre 2017) et de techniques et de savoir-faire (à Perpignan, les 10 et 11 octobre 2018). Plusieurs membres du programme ont participé à la rencontre annuelle de la Renaissance Society of America, organisée à Chicago du 30 mars au 1er avril 2017, dans une session intitulée « The Painters’ Population in Some Italian and European Centers 1500-1700 (I et II) ». Enfin, un colloque récapitulatif a eu lieu à Paris (les 10 et 11 octobre 2019).

Les résultats de ces travaux, comportant les communications des différentes rencontres, précédées d’un chapitre de synthèse pour chacun des thèmes traités, doivent donner lieu à une publication à la fin de 2020. En outre, pour explorer de manière plus approfondie les problématiques (particulièrement riches) liées aux procédés pratiques et techniques du métier de peintre (polychromie, dorure, restauration, etc.), plusieurs autres journées d’études ont été organisées, à Saragosse (17-20 mars 2016), à Calatayud (12-14 mars 2020), et une est prévue à Catane prochainement (15-18 septembre 2020). Pictor a aussi créé un Carnet Hypothèses.

Le programme est porté par trois enseignants-chercheurs de l’École pratique des Hautes Études (EA 4116 Saprat) : Michel Hochmann, Guy-Michel Leproux et Audrey Nassieu Maupas. Après avoir bénéficié en 2014 d’un financement de l’établissement au titre des actions de recherches prioritaires, il est maintenant financé par la Ville de Paris dans le cadre des programmes « Émergence », pour la période 2016-2020.

Le programme est mené en collaboration avec des collègues d’autres établissements européens, parmi lesquels il faut citer pour leur participation active l’Université de Genève, l’Université de Perpignan-Via Domitia, ainsi que le Centre de conservation et de restauration des Pyrénées-Atlantiques, l’Université de Saragosse, l’Instituciòn «Fernando el Catòlico» et l’Universitat Autònoma de Barcelone. Un étudiant en post-doctorat bénéficiant d’un financement du Fonds National Suisse pour la Recherche scientifique a aussi été rattaché à Pictor du 1er septembre 2018 au 29 février 2020 pour effectuer des recherches dans les archives notariales de Lyon.

Le projet Pictor intègre aussi les axes scientifiques de l’École française de Rome pour le quinquennal 2017-2021. À ce titre, l’EFR non seulement collabore aux diverses activités, mais aussi, grâce à ses infrastructures, facilite la venue de chercheurs pour des missions à Rome et a accueilli plusieurs rencontres et journées d’études.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search