À la recherche des mots et des pratiques agricoles de l’Antiquité (1/2)

Billet rédigé par Marine Bretin-Chabrol, membre scientifique de l’École française de Rome, section Antiquité, MCF à l’Université Jean Moulin-Lyon 3, et Maëlys Blandenet, MCF de langue et littérature latines à l’ENS de Lyon. Édité par Jérémy Artru, membre scientifique de l’École française de Rome, section Antiquité.

Lettrine dans Columelle, De re rustica, II, Vallicelliana E 39, f 15v
Columelle, De re rustica, II, Vallicelliana E 39, f 15v (détail d’une lettrine), Biblioteca Vallicelliana, Rome (cliché M. Bretin-Chabrol)

L’École française de Rome a accueilli, le 9 janvier 2024, la journée d’études « Cultiver dans l’Antiquité », pour un bilan du projet ANR AgroCCol et pour une ouverture vers de nouvelles collaborations en Italie. Ce double billet propose un compte rendu de cette journée, enrichi de nombreuses ressources accessibles en ligne : liens vers les réalisations numériques du projet (exposition en ligne, site internet), vers les versions publiées des dossiers présentés ainsi que vers les podcasts et diaporamas issus du colloque.

L’actualité vient de nous rappeler, à travers toute l’Europe, l’existence de deux visions de l’agriculture très contrastées : d’une part, le choix, dans l’Europe de l’après-guerre et des Trente Glorieuses, de développer une agriculture productiviste, qui utilise le pétrole et la chimie pour sécuriser ses récoltes et en garantir la quantité, et, de l’autre, la volonté récente de règlementer cette agriculture afin de préserver voire de restaurer autant que possible la qualité et la biodiversité d’un environnement bouleversé depuis deux siècles.

Le monde agricole décrit par les agronomes romains était bien distinct de celui qui nous nourrit aujourd’hui. Mais il était également traversé par de fortes tensions entre le modèle littéraire d’une agriculture paysanne moralement valorisée et le développement d’exploitations à plus ou moins grande échelle, tournées vers le marché, nécessaires à l’approvisionnement de villes toujours plus développées, mais utilisant des savoir-faire et des techniques bien antérieurs à la Révolution industrielle. Il est important aujourd’hui de redécouvrir les pratiques culturales anciennes et les discours qui nous les ont transmis.

Le 9 janvier 2024, nous avons organisé à l’EFR une journée d’études consacrée à ces questions : « Cultiver dans l’Antiquité : Édition numérique et approche pluridisciplinaire d’un corpus agronomique gréco-romain », fruit d’une association entre l’École française de Rome et le projet ANR AgroCCol, piloté par Maëlys Blandenet et hébergé par l’École Normale Supérieure de Lyon avec le laboratoire HiSoMA. Il s’agissait à la fois de présenter les travaux de l’équipe AgroCCol dont le contrat avec l’ANR arrive à son terme en mai 2024, de faire le bilan du projet et de nouer de nouveaux liens scientifiques avec des collègues travaillant sur l’agriculture antique selon d’autres perspectives afin d’élargir le champ de notre réflexion pour de futurs travaux. Nous remercions vivement toute l’équipe de l’EFR, et en particulier Audrey Bertrand, directrice des Études pour l’Antiquité, pour avoir soutenu et accompagné cet événement scientifique. L’introduction du colloque, par Marine Bretin-Chabrol et Maëlys Blandenet, peut être réécoutée ci-dessous :

Introduction du colloque Cultiver dans l'Antiquité
Introduction du colloque (cliché V. Cuozzo/EFR).

Cultiver les céréales et les légumineuses dans l’Antiquité : comment lire et éditer les ouvrages techniques et scientifiques des Anciens ?

Le projet ANR AgroCCol (2018-2024) rassemble une équipe pluridisciplinaire de spécialistes des textes anciens (M. Blandenet, I. Boehm, M. Bretin-Chabrol, P. Luccioni et T. Fögen) et modernes (M. Jourde), de botanique (M. Chauvet), d’archéobotanique (M.-P. Ruas et V. Matterne), d’archéologie (P. Boissinot), d’édition multisupport (É. Hue-Gay), soutenus pendant deux ans par une postdoctorante en humanités numériques (S. Orsini). Ce projet de recherche met l’accent sur l’œuvre de Columelle. Le premier objectif est d’éditer et de traduire le deuxième livre de son traité d’agriculture, qui n’a pas encore fait l’objet d’une édition scientifique en France. En lien avec la thématique de ce livre – la culture des céréales et des légumineuses –, le second objectif consiste à étudier les cultures de plein champ dans l’Antiquité gréco-romaine en diachronie large, de la Grèce archaïque à l’Antiquité tardive : les poèmes d’Hésiode et de Virgile, les traités philosophico-botaniques de Théophraste, les traités techniques des Scriptores rei rusticae (les « agronomes latins »), Caton, Varron, Columelle et Palladius, auxquels s’ajoutent quelques livres de l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien et le corpus des Géoponiques grecs. Autour de Columelle et de la question des céréales et des légumineuses, notre but est donc, plus largement, d’analyser les modes d’élaboration et de transmission du savoir agronomique antique.

Ce projet a permis plusieurs réalisations, à commencer par une exposition virtuelle conçue en partenariat avec la Bibliothèque municipale de Lyon et consacrée à la transmission des savoirs agricoles anciens et à leur mise en livre à la Renaissance. Deux colloques internationaux ont été également organisés : les actes du premier, focalisé sur l’œuvre de Columelle, ont paru sous le titre La terre et le grain. Lectures interdisciplinaires de Columelle, De re rustica, 1 et 2, éd. par M. Blandenet et M. Bretin-Chabrol, Lyon, éditions CEROR, 2020. Le second analyse plus largement, quant à lui, les rapports entre texte et pratiques dans les traités d’agriculture de l’Antiquité à l’époque moderne (Le texte et la pratique. Dialogues interdisciplinaires sur le statut du traité d’agriculture, éd. par M. Blandenet, M. Bretin-Chabrol et P. Luccioni, Lyon, éditions CEROR, 2024).

La terre et le grain. Lectures interdisciplinaires de Columelle
Blandenet M. et Bretin-Chabrol M. (éd.), La terre et le grain. Lectures interdisciplinaires de Columelle, De re rustica, 1 et 2, Lyon, 2020.
Le texte et la pratique. Dialogues interdisciplinaires sur le statut du traité d'agriculture
Blandenet M., Bretin-Chabrol M. et Luccioni P. (éd.), Le texte et la pratique. Dialogues interdisciplinaires sur le statut du traité d’agriculture, Lyon, 2024.

Le traitement numérique d’un corpus littéraire et technique : l’exemple du site « Cultiver dans l’Antiquité »

C’est toutefois le travail éditorial qui constitue le cœur du projet AgroCCol, que ce soit sous la forme d’une édition imprimée pour le livre II de Columelle (en cours), ou d’une édition numérique pour le site « Cultiver dans l’Antiquité. Les céréales et les légumineuses », tout juste mis en ligne. Sur ce site Web, nous avons constitué un corpus numérique et confronté les analyses issues de différentes disciplines (philologie, linguistique, anthropologie, histoire, archéologie ou botanique). Or, cette édition numérique a soulevé de nombreuses questions méthodologiques et techniques qu’il nous a fallu résoudre tout au long du travail. Maëlys Blandenet (ENS de Lyon, HiSoMA) nous en expose les enjeux principaux ainsi que les apports scientifiques dans une communication préparée avec Elysabeth Hue-Gay (HiSoMA) qu’il est possible de réécouter ci-dessous (« Le traitement numérique d’un corpus littéraire et technique : le site “Cultiver dans l’Antiquité” ») :

Page d'accueil et exemple de consultation du site Cultiver dans l'Antiquité
Page d’accueil et consultation d’un traité édité et traduit sur le site Cultiver dans l’Antiquité.

Comment appréhender la diversité végétale présente dans les textes anciens ?

L’une des ambitions du site est de parvenir à une définition, la plus précise possible, des différents phytonymes (noms des plantes) employés par les auteurs du corpus en grec et en latin : comprendre comment sont conçues les catégories de plantes – qui ne sont pas très clairement hiérarchisées en genres et en espèces –, tenter de parvenir à une identification des espèces désignées par les traités, dans la mesure où les données de la botanique et de l’archéobotanique peuvent venir à l’appui des textes. Notre collègue botaniste Michel Chauvet (ancien ingénieur de l’INRA-Montpellier) rappelle quels sont aujourd’hui les nouveaux outils et les nouvelles données terminologiques qu’il est bon d’utiliser lorsque l’on veut procéder à de telles identifications : « L’identification des plantes : nouveaux outils, nouvelles données ».

Épis de blé sur une fresque de Pompei
Blé, probablement amidonnier (MANN, inv. n°8750), photo d’après W. Jashemski, The Natural History of Pompeii, CUP, 2002, p. 137, mais identification corrigée ; repris par É. Morvillez (voir le second billet).

Nous présentons ensuite deux notices thématiques publiées sur le site afin de mettre en lumière les perspectives d’analyse permises par l’édition de ce corpus. À partir d’une étude réalisée conjointement avec Marie-Pierre Ruas, Véronique Matterne et Pascal Luccioni, Marine Bretin-Chabrol (EFR, Université Lyon 3, HiSoMA) s’interroge sur la façon dont les Anciens décrivent et traitent les adventices de cultures en se demandant s’il existe de « mauvaises herbes » pour les Anciens, ou bien seulement des herbes, par ailleurs utiles, qui se trouvent au mauvais endroit au mauvais moment : « Gestion des adventices de cultures : y a-t-il de “mauvaises herbes” pour les Anciens ? ».

Scène de Sarculatio, tombe de la Mietitura
Sarculatio, tombe de la Mietitura (Isola Sacra, Ostie), d’après Boll. Archeologia V-VI, 1990 ; repris par É. Morvillez (voir le second billet).
Détail de blé et pavots sur l'Ara Pacis, à Rome.
Blé et pavots, Ara pacis, Rome (détail) ; cliché É. Morvillez.

Quant à Pascal Luccioni (Université Lyon 3, HiSoMA), il se demande si la question de l’agrobiodiversité se posait pour les Anciens, notamment pour Columelle, ou du moins dans quelle mesure les pratiques recommandées par lui pouvaient relever de ce que nous, modernes, identifions comme des pratiques favorables au maintien d’une certaine biodiversité : « L’agrobiodiversité des villae romaines : une question anachronique et féconde ? ».

Arbres fruitiers sur une fresque de la maison de Livie à Prima Porta, Rome
Fresques de la maison de Livie à Prima Porta (MNR, Rome) ; cliché M. Bretin-Chabrol

Cependant les enquêtes menées par l’équipe AgroCCol s’inscrivent dans un mouvement beaucoup plus large de renouveau des études sur les pratiques agricoles de l’Antiquité grâce à l’interdisciplinarité des approches. Nous aborderons cet aspect dans un second billet, consacré aux communications d’Annalisa Marzano, Emmanuel Botte, Federico De Romanis, Éric Morvillez et Francesca Boldrer que nous remercions chaleureusement d’avoir répondu favorablement à notre invitation (à suivre dans le second billet).



Citer ce billet
EFR (2024, 3 avril). À la recherche des mots et des pratiques agricoles de l’Antiquité (1/2). À l’École de toute l'Italie. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w5td

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search