Entretien avec Alexandra Maclennan, chercheuse résidente à l’École française de Rome

Entretien avec Alexandra Maclennan, maîtresse de conférences en études anglophones à l’Université de Caen Normandie, résidente à l’École française de Rome d’octobre à décembre 2023.

Alexandra Maclennan est maîtresse de conférences en études anglophones à l’Université de Caen Normandie, membre de l’Equipe de Recherche sur les Iles Britanniques, l’Irlande et l’Amérique du Nord (ERIBIA) et vice-présidente de la Société Française d’Études Irlandaises (SOFEIR). Elle est spécialiste de l’histoire de l’Irlande du XXe siècle, de sa politique culturelle et de son histoire religieuse. Elle est autrice de la biographie du cardinal Owen McCann (1907-94), premier cardinal sud-africain, d’origine irlandaise ; l’ouvrage est en cours de publication auprès des presses de l’université Notre Dame, Illinois, Etats-Unis.

Propos recueillis par Simone Di Cecco, membre scientifique de première année pour la section des époques moderne et contemporaine.

Vous êtes spécialiste de l’histoire culturelle et religieuse de l’Irlande au XXe siècle. Sur quoi porte votre recherche actuelle ?

L’inculturation du catholicisme dans l’Île des Saints et des Savants, ses adaptations et ses importations, la singularité de ses colorations spirituelles et politiques, son histoire missionnaire aux dimensions du monde – j’avais été attirée vers cet objet d’étude et vers la communauté des historiens de l’Eglise en Irlande au moment où je terminais mon Histoire de l’Irlande de 1912 à nos jours (2016, 2021)Cette communauté se retrouva dans cet ouvrage que je dirigeai, publié à la fin de l’année 2022 : The Irish Catholic Diaspora. Five Centuries of Global Presence. De rencontres en colloques en voyages, les encouragements convergèrent vers l’écriture de la première biographie du premier cardinal sud-africain Owen McCann (1907-1994), né au Cap de père irlandais. Un collègue historien de l’université de Cork qui m’invita dans son séminaire après mon voyage au Cap me dit que c’était le moment pour moi maintenant d’aller aux archives romaines. 

C’est ainsi que je fis deux courts séjours d’une semaine aux Archives Historiques de Propaganda Fide pour commencer, fin 2021 et fin 2022. A l’hôtel, ces séjours étaient une expérience d’intense activité et de grande solitude aussi. Heureusement, les archives de Propaganda Fide ont un espace de convivialité qui facilite la conversation avec d’autres chercheurs, et c’est ainsi, lors d’une de ces conversations de machine à café qu’on a dans les archives romaines, que j’ai découvert l’existence de l’École Française de Rome. Un entretien avec Laura Pettinaroli a porté à ma connaissance un support auquel je pourrais postuler afin de poursuivre mon travail de recherche archivistique dans le temps et au sein d’une communauté : Chercheur résident à l’École Française de Rome pour trois mois, un programme accessible aux maîtres de conférences sur dossier de candidature.

En quoi votre présence à l’EFR en tant que chercheuse résidente vous a-t-elle permis de développer votre terrain de recherche?

Les conditions extraordinaires de cet accueil en résidence m’ont permis de travailler dans le confort, la liberté d’organisation, la sérénité, la concentration, et un climat unique d’accueil intellectuel et humain stimulant et chaleureux. Avant d’entrer aux archives, l’organisation du travail dans le temps s’est faite début octobre dans la découverte émerveillée d’un espace à mon nom dans la magnifique bibliothèque du Palais Farnèse. Là, parmi une collection qui fait la part belle à la France et la Méditerranée et aux périodes antérieures à mon siècle d’étude, j’ai lu quelques ouvrages sur les grandes orientations de l’Eglise au moment du Concile, sur le pape Paul VI. Les après-midis de novembre, je les ai passés plutôt à la bibliothèque de l’Université Pontificale Grégorienne dont les collections d’ouvrages et de périodiques sont beaucoup plus internationales et en particulier anglophones. La lettre de recommandation de l’Ecole Française de Rome m’a ouvert la porte sur des heures de bonheur passées dans ces lieux sublimes.

Salle de la bibliothèque du Palais Farnese

Pendant la période de votre résidence, quels dépôts d’archives avez-vous fréquenté ? Avec quels questionnements ?

J’ai d’abord passé 25 matinées aux archives de la Secrétairerie d’État. On y entre par une petite porte badgée dans l’aile gauche du Palais du Belvédère. Il faut auparavant se faire faire la tessera au Portone di Bronzo gardé par les suisses, sous la colonnade de Saint-Pierre. Une fois accompli le rite de passage de l’obtention de la précieuse tessera, rite qui prend une forme différente à chaque fonds archivistique, l’organisation du travail est très simple, grâce à la grande efficacité du personnel des archives de la Secrétairerie d’Etat : ils ont déjà numérisé l’intégralité du fonds Pie XII. On est alors en autonomie sur les ordinateurs, on se connecte sur sa session et andiamo ! On peut lire et transcrire à volonté, sans attendre la livraison de boîtes, sans difficulté de communication quand, comme moi, on n’a pas pris le temps – et c’est un tort contre lequel je voudrais mettre en garde les futurs chercheurs résidents – d’apprendre l’italien comme il faut avant de venir. Les archives du Vatican ont beau être fréquentées par les chercheurs du monde entier, le français a beau être une langue diplomatique, on ne peut, sauf rare exception, compter sur la possibilité de communiquer dans une autre langue que l’italien.

Dans le fonds Pie XII des archives de la 2e section de la Secrétairerie d’Etat, j’ai découvert la nature, le fonctionnement, la teneur, l’étendue et les limites de la communication entre le Saint-Siège et la délégation apostolique d’Afrique du Sud entre 1939 et 1958. Grâce aux cinq semaines que j’ai pu passer dans ces archives, j’ai pris 178 pages de notes qui vont – étant, je le crois raisonnablement, la première à regarder les documents sud-africains depuis leur mise à disposition – servir à renouveler l’historiographie des positions catholiques dans l’Afrique du Sud de l’apartheid.

En face, dans l’aile droite du Palais du Belvédère, se trouvent les Archives Apostoliques du Vatican. Une autre tessera, un autre rite d’initiation, un autre fonctionnement, une autre échelle, d’autres personnalités, une autre ambiance… On pourrait se perdre dans le dédale des escaliers en marbre, des salles d’index et de consultation, des arborescences numériques. J’y ai passé moins de temps que prévu, en raison de l’ouverture seulement partielle, même sous Pie XII, de certains fonds que je souhaitais consulter. Et ce qui était consultable consistait souvent en des copies de lettres ou de rapports déjà adressés à la Secrétairerie d’Etat. 

Aux archives historiques de Propaganda Fide, je pensais retourner une semaine vérifier et compléter ce que j’avais déjà collecté lors de mes deux courts séjours précédents. En réalité, le trésor de temps que j’avais sur place m’a permis d’y passer 30 demi-journées et d’élargir ma perspective bien au-delà de l’étude de la correspondance avec mon sujet d’étude Owen McCann, qui était sous Pie XII prêtre puis évêque et archevêque du Cap. Je suis remontée dans le temps à 1922, date de la création de la Délégation Apostolique en Afrique du Sud, et ai étudié la correspondance entre les premiers Délégués Apostoliques et la Propagande jusqu’en 1958. L’historiographie de l’Eglise catholique en Afrique du Sud n’a pas à ce jour été nourrie de ces correspondances, et c’est là le bienfait majeur de cette résidence.

J’ai également été accueillie aux archives du Dicastère pour la Doctrine de la Foi (anciennement du Saint Office), où j’ai pu consulter de la correspondance concernant la difficulté posée pour l’enseignement de la doctrine de la foi dans l’Afrique du Sud des années 1950 dans les écoles catholiques au moment où l’Etat allait amalgamer les écoles religieuses dans un système éducatif public unique servant le projet d’ingénierie sociale du régime. J’ai eu également le temps d’aller découvrir les archives du Collège Pontifical des Irlandais où j’ai travaillé aux côtés de l’archiviste sur la correspondance entre les Recteurs des années 1920 et 1930 et des évêques irlandais en poste en Afrique du Sud. De manière unique et singulièrement révélatrice, j’ai pu lire côte à côte, d’un jour à l’autre, la correspondance d’un de ces évêques avec son supérieur officiel, le délégué apostolique, et avec celui qu’il considérait comme son supérieur réel, le recteur du Collège des Irlandais. 

Pontifical Irish College
Photo de Peter Clarke, 2009. Source : wikipedia commons [https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Irish_College,_Rome.jpg]

Quels sont les premiers éléments et les pistes qui ressortent de ces dépouillements ?

Croisant les correspondances des Délégués Apostoliques avec le Cardinal Préfet de la Propagande et le Secrétaire d’Etat me met en capacité, aujourd’hui, d’offrir une description nouvelle dans l’historiographie sud-africaine de la position du Saint-Siège vis-à-vis du régime de l’apartheid. Ce matériau nouvellement disponible en main donne à voir à première vue une abondante circulation d’information mais, avec le temps et la mise en perspective, il offre un tableau beaucoup plus nuancé que la perception commune d’une lenteur et d’une passivité du Saint-Siège face aux événements. Grâce à cette résidence, j’ai accumulé le matériau archivistique et secondaire me permettant de contextualiser et d’affiner d’une manière unique et nouvelle le portrait de mon sujet biographique, et d’en apprécier la place et l’influence dans l’histoire de l’Église au XXe siècle et de l’Afrique du Sud pendant l’institutionnalisation, l’apogée et le démantèlement du régime de l’apartheid.

Dans quelle mesure votre réflexion a-t-elle été enrichie par des rencontres et des échanges avec des spécialistes que vous avez pu rencontrer à Rome ?

Résider trois mois à Rome pour travailler dans les archives du Vatican et profiter au passage de conférences et de séminaires sur des sujets connexes, c’est bénéficier d’un temps précieux, d’un ancrage beau et confortable, souriant, chaleureux et respectueux, où l’esprit peut se consacrer sereinement et pleinement à son objet d’étude et jeter une petite lumière nouvelle sur un pan du savoir du monde. C’est travailler en cohésion méthodologique étroite, forte et unique avec une communauté que l’on retrouve d’un lieu à un autre, c’est rencontrer des personnes avec qui on se découvre un monde en partage, c’est à chaque instant voir, entendre, respirer l’air de l’histoire religieuse, c’est être adopté par le « village romain ». 

C’est faire avancer un livre considérablement et repartir – mais temporairement ! – enrichi de tant de manières, de tant d’appétences et de perspectives nouvelles. Il y aura un avant et un après ce moment romain totalement imprévisible pour l’angliciste qui ne pensait évoluer que dans le monde anglophone.



Citer ce billet
EFR (2024, 16 février). Entretien avec Alexandra Maclennan, chercheuse résidente à l’École française de Rome. À l’École de toute l'Italie. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vuni

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search