Clément Pieyre. Entretien avec le directeur de la bibliothèque de l’École française de Rome.

Archiviste paléographe, Clément Pieyre est conservateur des bibliothèques d’État. Son parcours professionnel s’inscrit dans les bibliothèques patrimoniales et de recherche : département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France (2006-2011), bibliothèque de la Cour de cassation (2011-2015), bibliothèque de l’École française de Rome (2015-2020). A compter du 1er septembre 2020, il prend la direction de la Bibliothèque Diderot de Lyon.

Avant d’être le directeur de la bibliothèque, vous en avez été un lecteur en tant que boursier. Est-ce que vous vous souvenez de vos premières impressions lorsque vous êtes arrivé à la bibliothèque ?
Au cours de ma thèse d’École des chartes, j’ai eu en effet la bonne fortune d’obtenir deux bourses d’études à l’École française de Rome en 2002 et en 2003. Comme tant d’autres boursiers modernistes, j’étais un lecteur du soir, privilégiant mes recherches dans les archives.
La richesse des revues italiennes et le libre accès des collections m’ont permis de faire des dépouillements bibliographiques considérables. Les photocopieurs tournaient alors à plein régime dans la Grande galerie de la bibliothèque. Je me revois encore prendre le train de nuit « Palatino » à la gare Termini avec des valises pleines de photocopies, dont je me suis débarrassé à mesure que les ressources numériques se développaient.
Je voudrais rendre ici un hommage appuyé à mon confrère Yannick Nexon (1953-2018), alors directeur de la bibliothèque de l’EFR. Ma seconde bourse à l’EFR coïncidait avec la fin de ma scolarité à l’École des chartes. La rencontre avec un conservateur des bibliothèques qui parlait avec passion de son métier après plus de vingt ans de carrière a beaucoup compté dans mes choix professionnels.

Comment avez-vous retrouvé la bibliothèque à votre arrivée en tant que directeur ?
Le bureau du directeur de la bibliothèque, au 2e étage du Palais, à l’angle de la Piazza Farnese et de la via dei Farnesi, était aussi la chambre qu’occupa mon maître Bernard Barbiche pendant son séjour de membre au début des années 1960.
La bibliothèque de l’EFR existe depuis 1875 et dispose d’un patrimoine documentaire exceptionnel. Cet héritage engage. On s’inscrit d’abord dans une continuité, avec beaucoup d’humilité. J’ai eu la chance de rencontrer mes quatre prédécesseurs, sans qui la bibliothèque de l’EFR ne serait pas aujourd’hui la plus grande bibliothèque de recherche française à l’étranger : Noëlle de la Blanchardière, Christiane Baryla, Yannick Nexon et Annie Coisy.
à ma prise de fonctions en octobre 2015, les espaces de stockage de la bibliothèque de l’EFR étaient presque totalement saturés. J’ai souvent pensé à la préface de L’île des pingouins d’Anatole France, quand le narrateur manque d’être englouti par les livres et les fiches…

La salle Volterra située au 3e étage du Palais Farnèse

Quelle expérience vous a particulièrement marqué au sein de l’EFR ?
De toute évidence, le cycle de la recherche. La bibliothèque de l’EFR se trouve à l’interface entre le monde académique et le patrimoine extraordinaire disponible en Italie. De nombreux chercheurs se rendent en archives ou sur des chantiers de fouilles, participent à des rencontres scientifiques, publient le résultat d’années de travail.
La bibliothèque de l’EFR alimente ce processus à chacune de ses étapes autant qu’elle en bénéficie. Le contact direct avec les archéologues, universitaires ou fonctionnaires de surintendances, est à ce titre fascinant. Je pense enfin aux boursiers et aux membres de l’EFR, qui approfondissent leur recherche à la bibliothèque. Cette rencontre de chercheurs de toute nationalité et à des moments différents de leur parcours académique est la vraie richesse de la bibliothèque.

Comment laissez-vous la bibliothèque après ces années de direction ?
C’est aux lecteurs qu’il faudrait plutôt poser cette question !
L’action que j’ai menée avec mon équipe pendant cinq ans a eu pour objectif de redéfinir la stratégie documentaire de la bibliothèque. L’articulation entre documentation et recherche en constitue la pierre angulaire. Au risque d’énoncer une évidence, une bibliothèque de recherche n’existe pas pour elle-même, mais pour les services qu’elle rend aux différentes communautés de chercheurs qui la fréquentent. Elle doit aussi viser autant que possible la congruence avec la politique scientifique de l’institution.
La saturation des espaces de stockage qui obscurcissait l’avenir de la bibliothèque a constitué paradoxalement un levier pour conduire le changement. Les lecteurs de la bibliothèque ont été associés à la rédaction de la charte documentaire. Le désherbage des collections et le développement des ressources électroniques ont été discutés au sein du Conseil documentaire qui rassemble bibliothécaires, personnel scientifique de l’EFR et professeurs italiens, puis au Conseil scientifique et au Conseil d’administration de l’EFR.
Le redéploiement des collections vient de s’achever au mois de juin 2020 et donne beaucoup de respiration à la bibliothèque pour ses acquisitions. Le paysage documentaire étant par nature évolutif, cette nouvelle donne devrait permettre à la bibliothèque de poursuivre sereinement le développement de collections hybrides. Le projet de réinformatisation, mené avec la bibliothèque de l’École française d’Athènes, donnera bientôt accès aux ressources papier et numériques de l’EFR sous une forme renouvelée.

La bibliothèque de l’École française de Rome durant la réorganisation des collections

La bibliothèque est située dans un palais historique, le Palais Farnèse, qu’elle partage avec l’Ambassade de France. Comment ces éléments ont-ils conditionné la gestion de la bibliothèque ?
La bibliothèque de l’EFR n’est pas la première bibliothèque que le Palais Farnèse abrite… Toutefois, aussi bien par sa taille que par la nature de ses collections, elle est bien différente de celle dont Fulvio Orsini avait la garde au XVIe siècle.
La principale contrainte du bâtiment historique réside dans sa compartimentation. Le redéploiement des collections a par exemple dû tenir compte des emprises disponibles avant de redonner une cohérence thématique à la bibliothèque. En d’autres termes, le métrage des collections a été contrôlé de nombreuses fois !
Le partage du bâtiment avec l’ambassade nécessite l’application d’un protocole de sécurité adapté. La bibliothèque de l’EFR accueille un public international tout en étant aussi une vitrine de l’historiographie française. à ce titre, elle contribue à sa manière à une forme de diplomatie de la recherche.

Croyez-vous que le rapport entre lecteurs et bibliothèques sera modifié après la crise sanitaire ?
Il est encore trop tôt pour répondre à cette question et je ne voudrais jouer ni les Pangloss ni les Cassandre. Toutefois, il me semble que cette crise révèle la place essentielle des bibliothèques dans l’écosystème de la recherche.
D’une part, les bibliothèques universitaires sont des canaux privilégiés de diffusion des résultats de la recherche. L’accès distant aux ressources numériques qu’elles ont proposées pendant ces mois de confinement l’a montré avec netteté. D’autre part, les bibliothèques sont des lieux de vie et de rencontre. Les lecteurs auront sans doute hâte de retrouver un espace de convivialité académique, matérialisé entre autres par les bibliothèques.

La dernière question concerne Rome : qu’est-ce que vous emporterez avec vous de la ville ?
Une expérience sensorielle qui relève du beylisme. Au risque de paraphraser Stendhal dans ses Promenades dans Rome : « On s’ennuie quelquefois à Rome le second mois du séjour, mais jamais le sixième, et si on y reste le douzième, on est saisi de l’idée de s’y fixer. » Quitte-t-on jamais Rome ?

Propos recueillis par le personnel de la bibliothèque et des archives de l’École française de Rome.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search