Entre Rome et Paris : Domenica Festa Monvoisin (1807-1881), trajectoire transnationale d’une peintre et miniaturiste

Billet rédigé par Francesca Romana Posca, doctorante en histoire de l’art à l’Université Bordeaux Montaigne en co-tutelle avec l’Université de Roma Tre, et édité par Chloé Tardivel, membre scientifique de la section Moyen Âge. Lauréate de la bourse Daniel Arasse en novembre 2023, Francesca Romana Posca prépare une thèse sur les artistes italiennes dans l’État post-unitaire et leur professionnalisation et intégration sur la scène artistique internationale. Dans ce billet, elle présente le cas singulier de Domenica Festa Monvoisin, peintre et miniaturiste romaine.

Dans le cadre de ma résidence à la Villa Médicis, j’ai étudié le parcours de certaines artistes italiennes basées à Rome et tenté de reconstruire leur œuvre ainsi que leur carrière artistique, qui apparait aujourd’hui encore très lacunaire. Un aspect important de mon projet était de reconstituer, grâce notamment à la consultation des archives romaines, au cœur de ma recherche doctorale, le réseau de ces artistes et les possibles liens avec les Académies étrangères installées à Rome. C’est ainsi que j’ai approfondi le parcours artistique de Domenica Festa, dont les œuvres, habituellement conservées dans les dépôts, ont été exposées l’année dernière par le Musée des Beaux-Arts de Bordeaux à l’occasion de l’exposition Elles sortent de leur(s) réserve(s)(16 septembre 2022 – 13 février 2023).

Domenica Festa, Une prêtresse d’Ischia, 1855, Musée des Beaux-Arts de Bordeaux, © MusBa, Photo : F.Deval.

Romaine de naissance, Parisienne d’adoption après son mariage avec Auguste Quinsac Monvoisin (1794-1870), ex-pensionnaire de Villa Médicis, Domenica Festa a mené une carrière réussie dans la capitale française en tant que peintre et miniaturiste jusqu’à sa mort. Ce billet vise à reconstituer partiellement sa vie et sa carrière, qui n’a pas bénéficié à ce jour d’une étude spécifique.

L’Atelier Festa au cœur du système d’apprentissage

La parentèle et l’environnement familial ont joué un rôle déterminant dans la formation artistique de Domenica Festa. Née à Rome en 1805, elle est la plus jeune des quatre filles du couple Felice Festa (1763/64 – 1825) et Candida Boni. Son père, Felice, était un sculpteur d’un certain renom à Rome et dispensa une éducation artistique à ses filles, suivant le modèle traditionnel des ateliers familiaux où la sphère domestique se superposait à l’atelier. Parmi les quatre sœurs, seule l’aînée, Adelaide (1799- ?), poursuivit une carrière de sculptrice. Les autres, Bianca (1802-1884), Matilde (1804-1867) et Domenica, suivirent le modèle d’une autre membre de la famille, la miniaturiste Bianca Boni (1786-1857). Comme le souligne Alphonse de Lamartine dans ses Mémoires, Bianca Boni, tante et marraine de Domenica, était une « femme célèbre » à Rome. Lamartine avait acquis d’elle une Vierge d’après Guido Reni, « délicieuse et qui ne m’a jamais quitté depuis ». Sa clientèle comprenait de nombreux voyageurs, ainsi que des membres des colonies étrangères présentes dans la ville, installés principalement dans l’espace compris entre la Place du Peuple et la Place d’Espagne, où résidait également la famille Festa. Outre la présence de cafés fréquentés principalement par une clientèle étrangère (ainsi le café Greco), cet espace urbain se caractérisait par la richesse d’ateliers actifs (435 selon le Rapport sur Rome et les États romains rédigé par Joseph-Marie de Gérando en 1810), à proximité immédiate de l’Académie de France à Rome. Son déménagement au sein de la Villa Médicis, voulu par Napoléon en 1803, l’avait dotée d’un siège prestigieux, et elle jouait un rôle important dans la vie artistique romaine, accueillant chaque année les lauréats du Prix de Rome qui venaient perfectionner leur formation artistique.

Raymond Auguste Quinsac Monvoisin, Portrait de Domenica Festa, 1827 c., collection particulière
Domenica Festa, Portrait de Raymond Auguste Quinsac Monvoisin, 1836, Museo Nacional de Bellas Artes, Santiago.

C’est ici qu’en 1821, sous le directorat de Charles Thévenin (1764-1838) arriva le futur époux de Domenica Festa, le peintre bordelais Raymond Auguste Quinsac Monvoisin, élève de Pierre-Narcisse Guérin (1774–1833) qui resta à Rome jusqu’en 1925.

La Villa Médicis et les femmes au XIXe siècle

À l’époque, la communauté artistique de la Villa était éminemment masculine et fermée au public. La participation au Prix de Rome était interdite aux femmes (il fallut attendre 1912 avec l’arrivée de la sculptrice Lucienne Heuvelmans) et ouverte seulement aux artistes célibataires. Il était, en outre, interdit aux pensionnaires de se marier pendant leur séjour romain. Au-delà des normes strictes ainsi que des conventions sociales rigides qui régissaient la présence féminine au sein de l’Académie, les femmes qui fréquentaient la Villa Médicis étaient les filles et les femmes des directeurs, ainsi que des Italiennes venant poser pour les artistes. Cependant, comme le rappelle Albert Besnard dans ses souvenirs, l’interdiction de se marier n’empêchait pas la naissance d’histoires d’amour ou d’aventures éphémères. En l’absence d’étude plus complète sur la présence féminine au sein de l’Académie de France à Rome et sur les possibles échanges entre les artistes italien(ne)s et les acteurs qui la fréquentaient, les circonstances de la rencontre entre Domenica Festa et Auguste Monvoisin restent obscures. Cependant, leur mariage eut lieu juste après la fin du séjour de Montvoisin à la Villa en 1925, à Saint Louis des Français, avec comme témoin Ursin-Jules Vatinelle (1798-1881), lui-même lauréat du Prix de Rome en gravure de médaille. La même année, le couple s’installa à Paris.

Acte de Mariage de Domenica Festa et Raymond Auguste Quinsac Monvoisin. Roma, Arch. Stor del Vicariato, S.Luigi dei Francesi, Matr.,1825 © EFR / Francesca Romana Posca

Gagner sa vie en tant qu’artiste femme : condition d’émergence et stratégies de carrière

Quand Domenica Festa arrive à Paris en 1825, elle suit le parcours assez classique des artistes étrangères dans la Ville Lumière : copier les œuvres des grands maîtres au Louvre et tenter sa carrière au Salon. A l’époque, le climat artistique était particulièrement propice à la production artistique féminine. La première moitié du XIXe siècle fait en effet partie de ce que la sociologue et historienne de l’art Sévérine Sofio appelle une « parenthèse enchantée », une période où l’univers des beaux-arts connut de profondes mutations et dont l’une des conséquences fut la diffusion d’une image positive des femmes artistes, permettant un meilleur accès des femmes à la pratique artistique. Domenica Festa appartient à une génération d’artistes qui entra sur le marché du travail dans les années 1830-40, une génération qui présente des caractéristiques communes : la plupart sont filles d’artistes ; l’âge moyen de première participation au Salon est inférieur par rapport à la génération précédente ; enfin, on constate une prédilection pour les « genres mineurs ».

Adrienne Marie Louise Grandpierre-Deverzy, L’atelier de Abel de Pujol, 1822, Musée Marmottan Monet.

En se spécialisant dans le portrait et la miniature, un genre moins reconnu, mais permettant une bonne intégration dans le système des commandes, Domenica Festa fit son début au Salon en 1831, et y exposa jusqu’en 1881, année de sa mort. La fréquentation du Salon lui permit de se rendre visible en créant un important réseau de contacts, qui l’amena à peindre les notables de l’époque, dont Napoléon III (1861 et 1865), l’Impératrice (1863) et le Comte Randon (1866).

Tout en continuant à se définir comme « élève de son père » bien que revendiquant un « art propre », Domenica Festa a tiré profit de son union avec Monvoisin, notamment lorsqu’il s’agit pour elle de s’insérer dans les réseaux artistiques du temps. Chez les couples d’artistes, le phénomène de « mobilisation de contacts » pour obtenir plus de commandes ou une meilleure place au Salon, ou une recommandation pour l’achat d’une œuvre, était assez fréquent. Il pouvait être motivé par une forme de fierté que l’époux pouvait tirer de sa femme, ou plus prosaïquement par la perspective d’un gain pour le ménage.

Explication des ouvrages de peinture et dessin, Architecture, gravure et lithographie exposés au Palais des Champs-Élysées le 1 mai 1872, Paris Imprimerie Nationale, 1872, p. 49. Source: gallica.bnf.fr

Cependant, Domenica Festa fut également capable de se construire un réseau solide de façon largement autonome, ce qui lui permit de s’affirmer en tant qu’artiste même après sa séparation avec Monvoisin, qui partit pour l’Amérique du Sud en 1842, où il demeura jusqu’en 1857. Ses liens avec des figures proches du couple, même des décennies après la séparation, peuvent être, par exemple, illustré par le portrait que Festa réalisa en 1870 de l’architecte Jacques Félix Duban, pensionnaire de la Villa Médicis à la même époque que Monvoisin, juste après sa mort. L’œuvre est aujourd’hui conservée au département d’art graphique du Louvre.

Domenica Festa, Portrait de Félix Duban, 1873, Musée du Louvre, © Musée du Louvre, Photo :  M. Beck-Coppola.

Même si elle est fréquemment mentionnée comme « fille de » ou « épouse de », la carrière réussie de Domenica Festa montre les possibilités offertes à certaines artistes à la fin du XIXe siècle, les stratégies qu’elles purent déployer afin d’accéder à la reconnaissance artistique, ainsi que la tension permanente entre le désir d’émancipation et les conventions avec lesquelles elles durent le plus souvent négocier. Encore que ces conventions sociales pouvaient également être utilisées dans une optique d’émancipation, comme l’ont bien souligné les études de Charlotte Foucher Zarmanian, mettant en évidence l’agentivité propre aux femmes artistes de cette époque. Les liens de parenté en particulier, singulièrement la filiation (« fille de ») ou l’union matrimoniale (« épouse de »), impliquaient certes la tutelle du masculin sur le féminin, mais pouvaient aussi se révéler de puissants sésames pour pouvoir faire son chemin le long d’un parcours très balisé, allant de la formation dans les ateliers jusqu’à la reconnaissance publique via l’exposition au Salon. C’est ce que donne pleinement à voir le parcours de Domenica Festa, qui ouvre sur une série de questionnements plus larges et largement inédits, notamment sur la production artistique féminine dans la première moitié du XIXe siècle à Rome, la transmission d’un héritage artistique par l’atelier familial, ainsi que sur les présences féminines souvent évanescentes qui purent alors graviter autour du petit monde de l’Académie de France à Rome. Inizio modulo

Bibliographie indicative

BESNARD, Albert, Sous le ciel de Rome. Souvenirs, Paris, Les éditions de France, 1925, p.107.

FALCONI Bernardo, « Bianca Boni, “miniatrice romana” (1786-1857) », dans Bollettino dei musei comunali di Roma XXVIII, Roma, Gangemi Editore, 2014, pp. 83-110.

FOUCHER ZARMANIAN Charlotte, « En quête d’émancipation. Les femmes artistes à Paris autour de 1900 », dans Valadon et ses contemporaines. Peintres et sculptrices (1880-1940), Paris, In Fine-Éditions d’art, 2020.

LAMARTINE Alphonse de, Mémoires inédits de Lamartine. 1790-1815, Paris, Hachette, 1909, p. 139.

LESPINASSE Pierre, La miniature en France au XVIIIe siècle, Paris, Les éditions G. Van Oest, 1929, p. 220.

MUSITELLI Pierre, « Artisti e letterati stranieri a Roma nell’Ottocento. Strutture, pratiche e descrizioni della sociabilità », dans M. Fincardi et S. Soldani (dir.), Memoria e ricerca. Viaggiatori europei e incontri culturali nelle città italiane dell’Ottocento, Milan, Franco Angeli, 2014, p. 27-44.

SOFIO, Séverine, Artistes femmes : La parenthèse enchantée, XVIIIe-XIXe siècle, Paris, CNRS éditions, 2016.

VITACCA Sara, Les chroniques De la Villa Médicis : histoires d’art et de Vie à Rome au XIXe Siècle, Rome, Palombi Editori, 2022.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
EFR (26 janvier 2024). Entre Rome et Paris : Domenica Festa Monvoisin (1807-1881), trajectoire transnationale d’une peintre et miniaturiste. À l’École de toute l'Italie. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vodq


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search