Montjoie ! Jeux de regards sur le sacré en Provence orientale et Ligurie occidentale à la fin du Moyen Âge

Billet rédigé par Aude Lazaro, doctorante en histoire médiévale à l’Université Côte d’Azur et édité par Chloé Tardivel, membre scientifique de la section Moyen Âge. Boursière de l’EFR en octobre-novembre 2022 et juillet 2023, Aude Lazaro prépare une thèse sur la genèse et le développement de la chapelle en Provence orientale entre le XIe et le XVIe siècle. Dans ce billet, l’historienne s’intéresse plus particulièrement à la notion de visibilité des sanctuaires (montjoies et chapelles) au Moyen Âge et à la manière dont on peut aujourd’hui l’appréhender par les logiciels de Système d’Information Géographique (SIG)

Les monts sans tache, blancs comme les cœurs sans vice,

C’est tout ce que verront du seuil de l’édifice

Les hommes qui viendront par cent chemins divers

(Hugo 1877, « Le Temple », p. 358)

Qui n’a jamais entendu parler du célèbre cri de ralliement utilisé par les armées des rois de France, « Montjoie ! Saint Denis ! » ?

Les Visiteurs, film de Jean-Marie Poiré (1993), GIF.

Pourtant peu de gens savent que la montjoie est avant tout au Moyen Âge « l’endroit d’où on aperçoit pour la première fois le sanctuaire, généralement une petite colline » (Chélini, Branthomme 1982, p. 195). Ces « buttes privilégiées » (Oursel 1978, p. 68) constituent un jalon important dans le cheminement des pèlerins. Mes recherches doctorales, qui visent notamment à identifier les logiques d’implantation des lieux de culte en Provence orientale et Ligurie occidentale, questionnent la notion de visibilité des montjoies, et plus généralement des sanctuaires dans l’espace médiéval. Forte des nombreuses lectures menées dans les importants fonds de la bibliothèque de l’École française, j’ai entrepris de mettre en place une méthodologie pour appréhender leur visibilité et leur rapport au sacré, que j’aimerais exposer ici.

Comment appréhender le visible ? Les SIG à la rescousse des médiévistes

Le panorama qu’embrasse « du seuil de l’édifice » le regard du fidèle ou du pèlerin venu « par cent chemins divers » (Hugo 1877) a sans aucun doute changé au cours des siècles, au gré de l’évolution des activités humaines. Mais si on ne peut toujours restituer ce panorama, il est possible d’en estimer l’emprise. La visibilité entre deux sites ou depuis un lieu peut bien sûr s’apprécier à vue d’œil, à l’instar de la description qu’Agostino Giustiniani donne en 1537 du panorama depuis la chapelle Saint-Michel située au sommet de la « très haute montagne » nommée Rocatagliata :

« in la sommita e una chie­siola in l’honore dell’archangelo S. Michele dalla qual si ha veduta del paese di Lombardia, di Piemonte, di Provenza, et di Terra nova »

(Ferro (dir.) 1979)
Figure 1 : panorama depuis la chapelle Saint-Michel de Rocasparviera sur l’actuelle commune de Coaraze, qui correspond sans doute à la “chiesiola in l’honore dell’archangelo S. Michele de Rocatagliata” © A. Lazaro

Toutefois, pour calculer le territoire visible depuis un lieu, l’approche la plus rigoureuse consiste à donner à un logiciel de SIG (système d’information géographique) un modèle numérique de terrain puis à fixer des points et à définir des hauteurs d’observation (personne ne chemine la tête au niveau du sol). L’outil Viewshed permet ensuite d’établir une aire de visibilité qui correspond au territoire visible depuis un point donné, en prenant notamment en compte le relief, important en Provence orientale et Ligurie occidentale.

Figure 2 : plugin Visibility Analysis proposé par QGIS © A. Lazaro

Cheminer comme au Moyen Âge : restituer les routes et itinéraires

S’interroger sur la place de la vue dans le cheminement implique tout d’abord une approche spatiale. Il faut en premier lieu s’attacher à restituer le réseau viaire d’une époque donnée. Aucune carte n’étant connue pour l’arc liguro-provençal médiéval, deux approches peuvent être envisagées et croisées pour essayer d’approcher au plus près des réalités des derniers siècles de la période. D’une part, en exploitant les cartes de la période moderne, et notamment celles du XVIIIe siècle, il est possible, par une approche régressive, d’effacer les routes qui furent créées entre les années 1760 et aujourd’hui. D’autre part, les archives sont susceptibles de conserver le témoignage de certaines routes et certains toponymes : il est donc possible, en multipliant les enquêtes, de restituer une partie du réseau routier de la fin du Moyen Âge et du début de l’Époque moderne. Les toponymes peuvent notamment signaler la présence en certains lieux de pèlerins voire de voies de pèlerinage. Ce sont par exemple les « Monte Pellegrino » et « Passo del Pelegrino » de Molini di Triora, la « Via dei Pellegrini » d’Imperia, le « chemin des Pèlerins » de Châteauneuf-de-Grasse qui conduit à la chapelle Notre-Dame-du-Brusc, ou encore la « Via Pellegrini » de Ville San Sebastiano.

Figure 3 : carte des toponymes évoquant des pèlerinages et itinéraires pèlerins, conception A. Lazaro 2023

Le romérage, qui tient son nom des pèlerins de Rome (d’où le terme provençal de roumiou ou roumiéu), a également laissé des toponymes évocateurs : il s’agit notamment du « chemin des Roumiguières » et du quartier éponyme de Grasse à côté du Sanctuaire Notre-Dame-de-Valcluse ou du « chemin de Romégiéro » de Saint-Martin-Vésubie, lequel relie le village au lieu-dit de Nantelle où fut édifiée la chapelle Saint-Bernard. Le toponyme vient ici confirmer la mise en place d’un pèlerinage jusqu’à la chapelle, pèlerinage pour lequel l’évêque avait concédé des indulgences en 1497. Enfin, la montjoie, évoquée plus haut, constitue également l’un des toponymes susceptibles d’identifier les axes empruntés par les pèlerins.

La montjoie ou le premier regard du pèlerin sur le sanctuaire

Tout mons gaudii ou « mont de la joie » n’est pas nécessairement une montjoie de pèlerinage et tout pèlerinage n’implique pas nécessairement une montjoie. Une montjoie de pèlerinage est, toutefois, nécessairement articulée à un sanctuaire : pas de sanctuaire, pas de pèlerins. Pas de pèlerins, pas de voie de pèlerinage. Sur les 6 montjoies identifiées sur le territoire de la Provence orientale et de la Ligurie occidentale, seul celle de Belvédère est, avec certitude, une ancienne montjoie de pèlerinage. En effet, une étude de visibilité menée depuis le sanctuaire de la Madone de Fenestres (commune de Saint-Martin-Vésubie) démontre que le premier lieu duquel est visible le sanctuaire en remontant depuis le vallon de la Gordolasque est la Cime de la Vallette de Prals qui porte sur une carte de 1760/1763 le nom de Mongioia del Bolschet, au nord-est de La Mongioia. C’est donc bien sous une montjoie que les pèlerins découvraient le sanctuaire de la Madone de Fenestres dans le vallon éponyme.

Figure 4 : analyse de visibilité depuis le sanctuaire de la Madone de Fenestres (Saint-Martin-Vésubie), conception A. Lazaro 2023 © A. Lazaro
Figure 6 : sanctuaire de la Madone de Fenestres, © Eebie – CC BY-SA

Le calcul est cependant moins évident pour les autres montjoies, d’autant plus qu’avec des sommets de 941 à 2496 mètres d’altitude, l’horizon optique, qui limite le champ visuel d’une personne en un lieu donné, sous réserve qu’aucun obstacle ne masque la vue, dépasse largement les 100 km. Cela signifie que les sanctuaires de sommet, à l’instar de celui de la Madone d’Utelle, pouvaient être vus de nombreux sommets, sans qu’il s’agisse toutefois de montjoies. C’est notamment le cas du Monjoyo situé à la limite de Péone et Beuil.

Figure 5 : analyse de visibilité depuis le sanctuaire de la Madone d’Utelle, conception A. Lazaro 2023
Figure 7 : sanctuaire de la Madone d’Utelle, © A. Lazaro
Figure 8 : sanctuaire de la Madone d’Utelle sur la crête de la Madone vu depuis Roccasparviera (Coaraze) © A. Lazaro

S’agissait-il pour autant d’une montjoie de pèlerinage ? En l’absence d’autres éléments, il est difficile de l’affirmer. La Montjoie de La Tour, par la proximité d’un « Vallon de Pèlegrin », pourrait quant à lui correspondre à une montjoie de pèlerinage pour ce même sanctuaire.

Borner le visible : lieux sacrés et lieux de représentation

S’il est des lieux desquels on découvre le sanctuaire, il est aussi des lieux de culte desquels on découvre le village ou, a contrario, desquels on le perd de vue. Ici, pas de montjoie : ce sont des petites chapelles, des « sanctuaires votifs » ou « micro-sanctuaires » (Vauchez 2021, p. 139-140), essentiellement construits à la fin du Moyen Âge, qui constituent des repères, non plus pour les pèlerins mais pour l’ensemble des voyageurs.  Construite à la fin du Moyen Âge le long de l’ancien chemin muletier, la chapelle Sainte-Anne de La Brigue s’implante ainsi sur le dernier point du chemin duquel est visible le village.

Figure 9 : analyse de visibilité depuis le village de La Brigue, conception A. Lazaro 2023
Figure 10 : chapelle Sainte-Anne de La Brigue © A. Lazaro

Il en est de même pour la chapelle Notre-Dame-de-Piété de Cuébris fondée au Brec en 1511 «  juxta iter quo itur versus Cigallam », de la chapelle Saint-Michel de Clans, de la chapelle Sainte-Brigitte fondée par la communauté d’Ascros en 1512 ou encore de la chapelle Saint-Macaire de Lieuche « noviter constructa » au lieu-dit de La Lausa en 1516.

Figure 11 : chapelle Notre-Dame-de-Piété de Cuébris © A. Lazaro
Figure 12 : chapelle Saint-Macaire et village de Lieuche, © A. Lazaro

Si elles ne sont pas datées, les chapelles Saint-Jean et Saint-Sébastien de Castelvittorio s’implantent également en marge du territoire visible depuis le village.

Figure 13 : analyse de visibilité depuis le village de Castelvittorio, conception A. Lazaro 2023
Figure 14 : chapelle Saint-Jean de Castelvittorio, © A. Lazaro

Ces quelques exemples, parmi de nombreux autres, attestent que certains lieux de culte étaient parfois implantés à l’endroit exact de la route où le village sort du champ de vision (ou y rentre). Plus que l’intervisibilité entre habitat et lieux de culte, les analyses de visibilités présentées ici montrent l’existence d’une frontière entre le territoire visible et invisible, matérialisée par ces chapelles construites à la fin du Moyen Âge le long des routes et chemins. Les fondateurs avaient vraisemblablement bien conscience de l’intérêt stratégique de ces lieux : en fondant la chapelle Notre-Dame-de-Piété sur la route reliant les deux villages, et en la plaçant sur le premier point duquel il était possible de voir Cuébris pour tout voyageur se rendant au village, Jean Guisolis témoignait de sa piété mais aussi de son pouvoir. Il s’agit bien ici de « voir et être vu » (Richard 2020, p. 126) : être vu, pour le fondateur, voir, pour celui qui quitte le village ou y arrive.

Conclusion

Bien qu’il faille distinguer deux échelles spatiales – car la montjoie désigne, dans l’itinéraire du pèlerin, le premier point duquel il aperçoit le sanctuaire, fusse-t-il à encore plusieurs heures de marche, tandis que pour l’habitant ou l’étranger qui voyage, qu’il arrive ou quitte le village, la chapelle constitue, sur son itinéraire, une frontière symbolique entre la sécurité d’un territoire qu’il sait habité, et l’insécurité du monde « du delà » – ces quelques exemples démontrent l’importance du regard dans la relation au sacré. « Les yeux sont les fenêtres de l’âme », écrivait Georges Rodenbach. La « fenestre » du sanctuaire de la Madone de Fenestre, où serait apparue la Vierge, a en tout cas vu passer, sous la Montgioia, de nombreuses âmes au cours des siècles.

Bibliographie

Braudel 1949 = F. Braudel, La Méditerranée et le Monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, 1949.

Chélini, Branthomme 1982 = J. Chélini, H. Branthomme, Les chemins de Dieu. Histoire des pèlerinages chrétiens des origines à nos jours, Paris, 1982.

Devoluy 1903 = P. Devoluy, Les noms de la carte dans le Midi : essai sur les noms de lieux du comté de Nice, Nice, 1903.

Ferro (dir.) 1979 = Popolazione e insediamento in Liguria secondo la testimonianza di Agostino Giustiniani, Ricerca diretta da G. Ferro, Florence, 1979.

Hugo 1877 = V. Hugo, La Légende des siècles, Paris, 1877.

Oursel 1978 = R. Oursel, Pèlerins du Moyen Âge, Paris, 1978.

Richard 2020 = S. Richard, « De l’église à la chapelle. Les lieux de culte de la Tinée au Moyen Âge », Nice Historique, Nice, 2020 (n° 3-4), p. 115-129.

Vauchez 2021 = A. Vauchez, Sanctuaires chrétiens d’Occident (IVe-XVIe siècle), Paris, 2021.



Citer ce billet
EFR (2024, 17 janvier). Montjoie ! Jeux de regards sur le sacré en Provence orientale et Ligurie occidentale à la fin du Moyen Âge. À l’École de toute l'Italie. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vm0o

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search