Communistes italiens dans la guerre d’Algérie : quelques hypothèses autour de deux rapports de voyage (1962)

Billet rédigé par Nicola Lamri, doctorant en histoire contemporaine à l’Université Polytechnique Hauts-de-France/Università di Bologna. Sous la direction de Frédéric Attal et Patrizia Dogliani. Boursier à l’EFR pour le moi de mars 2023. Billet édité par Simone Di Cecco, membre scientifique de première année pour la section des époques moderne et contemporaine.

Le 9 juin 1962, un rapport rédigé par Vero Candelaresi1 est envoyé à la « Commissione esteri » du Parti communiste italien (PCI), la section du Comité central chargée de la politique extérieure. Dans les trois pages tapuscrites, Candelaresi dresse le bilan détaillé d’un voyage qu’il avait récemment effectué en Libye :

Chers camarades, 

Comme vous le savez déjà, je suis parti le 25 avril dernier et je suis rentré le 3 juin après avoir accompli totalement la tâche que m’avait été attribuée. Arrivé sur place, j’ai organisé un cours pour apprendre la technique du travail à certains élèves qui avaient été mis à disposition par le commandement du camp. Pendant le cours, ils se sont démontrés très intelligents et, ayant déjà une bonne préparation technique de base – en tant qu’experts industriels –, ils ont acquis les cognitions techniques indispensables avec une certaine rapidité. Comme je l’ai déjà déclaré au responsable du collectif militaire, ils ne sont toutefois pas encore en mesure d’effectuer le travail à la perfection, comme les circonstances le demanderaient. […] À la fin du cours, qui s’est déroulé en trois temps sous le contrôle d’une commission présidée par moi-même, les élèves ont été jugés aptes à la continuation du travail de perfectionnement. Les amis ont exprimé leur satisfaction pour le travail que j’ai effectué.

V. Candelaresi à Commissione esteri, Ancone, 9 juin 1962, Archives du Parti communiste italien (APC), mf 0502 1875, Fondazione istituto Gramsci, Roma.
Figure 1. Extrait du rapport de Vero Candelaresi de retour de son voyage en Libye. Archives du Parti communiste italien (APC), mf 0502 1875, Fondazione istituto Gramsci, Roma.

Le contexte est celui de la guerre de décolonisation algérienne, qu’au mois de juin 1962 touche désormais à sa fin. La description des conversations entretenues avec les officiers de l’Armée de libération nationale (ALN), présents dans la base militaire où Candelaresi tient ses leçons, fait suite à la chronique des journées passées dans la région en tant que formateur, sans toutefois préciser le contenu de ses cours. La foi politique des dirigeants militaires est, d’abord, énoncée :

Je peux affirmer avec certitude que les officiers qui ont participé au cours, ainsi que le responsable militaire du camp, sont des communistes avec des idées très claires sur le contenu de leur révolution. […] J’ai pu constater qu’il existe en eux une grande force morale et politique et qu’ils sont bien organisés, très sérieux, disciplinés et qu’ils possèdent un esprit de sacrifice très élevé. […] Ce sont là mes impressions les plus marquantes, même si elles se limitent au seul groupe avec lequel j’ai vécu pendant cette période. Je suis conscient que cette information est succincte, mais si vous avez la nécessité de connaitre d’autres choses plus amplement, je suis à votre disposition.

V. Candelaresi à Commissione esteri, Ancone, 9 juin 1962, Archives du Parti communiste italien (APC), mf 0502 1875, Fondazione istituto Gramsci, Roma.

Conservé auprès des archives du PCI, à la Fondation Gramsci de Rome, ce rapport de voyage apporte des interrogatifs divers, ainsi qu’un halo de mystère propre aux documents qui concernent l’activité politique clandestine. Il s’agit d’un document connu, mais peu exploité par les historiens. Marco Galeazzi l’a utilisé pour mettre l’accent sur les différences d’analyse qui séparent le PCI et le Parti communiste français (Pcf) au sujet de la décolonisation, sans se pencher sur la question du soutien des Italiens aux activités clandestines du FLN : « Il n’y a rien d’étonnant : il est absolument plausible que, dans ce contexte historique et politique, le PCI ait accompli une action concrète en faveur des peuples en lutte contre la domination coloniale »2 , écrit-il. De la même manière, Caterina Roggero a repris l’analyse du rapport de Cicalini – présenté de suite –, se focalisant sur le débat qui anime la gauche italienne au sujet des luttes intestines qui déchirent la jeune Algérie indépendante3 . Certains interrogatifs restent, toutefois, ouverts. Comment un ancien maquisard italien, cadre du PCI, s’est-il retrouvé à jouer le rôle de formateur dans un camp d’entrainement de l’ALN ? À quoi correspond l’énigmatique « tâche » évoquée dans sa relation ? Quels sont les rapports entre le FLN et la direction du parti, qui se trouve à autoriser une telle mission ? Le deuxième compte-rendu de voyage, signé par le « camarade A. Cicalini »4, nous vient en aide. Rédigé quelques mois auparavant, le 28 février 1962, le rapport donne des précisions sur la consolidation des rapports entre le Front de libération national algérien (FLN), le Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) et le PCI :

Mon voyage a été fait à la suite de la demande du fiduciaire du G.P.R.A. en Italie d’envoyer à Tripoli un ancien organisateur d’activité clandestine (à l’époque du fascisme). Le voyage s’est déroulé selon les accords qui avaient été pris à Rome. À Tripoli, je suis entré en contact avec « Kemal » – fiduciaire du FLN et fonctionnaire du Ministère de la Guerre – et avec un autre dirigeant algérien. J’ai été conduit en voiture en direction d’une base de l’Armée algérienne, non loin de Tripoli, laquelle sert d’école pour les élèves officiers destinés aux services techniques de communication.

A. Cicalini à Luigi Longo, Relation sur le voyage à Tripoli du camarade A. Cicalini, 28 février 1962, mf. 0502 1865, APC, Roma.

Par la suite, il présente les demandes formulées par l’émissaire du FLN avec lequel il s’est entretenu, tout en soulignant la posture discrète qu’il a décidé d’adopter lors de ses interlocutions :

Je ne me suis pas montré très curieux de leurs affaires, pour ne pas susciter des méfiances inutiles, et aussi car ma tâche était autre. Au dirigeant Kemal (que je pense être un communiste) j’ai expliqué : 

  1. Comment organiser le travail clandestin dans un parti ou un mouvement politique dans des conditions de paix (non pendant une guerre civile ou de libération – condition qu’ils connaissent très bien et de laquelle ils sont en train de sortir).
  2. Comment organiser un service secret de faux documents d’identité.

Kemal a, au fur et à mesure, pris note de tout ce que je disais, mais je n’ai pas pu comprendre si cela devait servir au PC, au FLN ou au Ministère de la guerre du GPRA, dont Kemal est haut fonctionnaire. À la fin Kemal, après avoir remercié moi et notre parti, a formulé les demandes suivantes :

  1. L’envoi à Tripoli d’un typographe connaisseur de la composition à la main et à la machine plane (l’Union soviétique a offert au FLN une machine plane montée sur un autocar, qui reste inutilisable faute de connaisseurs de la machine).
  2. L’envoi d’un inciseur de tampons qui devrait apprendre à certains algériens l’art de l’incision des tampons.

Les deux camarades susmentionnés – le typographe et l’inciseur – devraient rester à Tripoli (et plus précisément dans une base militaire près de Tripoli) pendant 2-3 semaines, soit le temps nécessaire pour transmettre les connaissances techniques indispensables au métier. Je propose que ces demandes soient entendues.

A. Cicalini à Luigi Longo, Relation sur le voyage à Tripoli du camarade A. Cicalini, 28 février 1962, mf. 0502 1865, APC, Roma.

Il est ainsi possible de reconstruire la genèse de la mission de Candelaresi, qui a dû se rendre en Libye en tant qu’inciseur de tampons, pour donner suite aux accords pris par Cicalini quelques mois auparavant. L’expérience de la clandestinité vécue pendant les années du fascisme joue, notamment, un rôle décisif dans leur désignation pour la mission outre-mer.

Figure 2. Soldats de l’Armée de libération nationale pendant la guerre d’indépendance algérienne. Photo de Zdravko Pečar, 1958. Source : wikipedia commons [https://commons.wikimedia.org/wiki/File:National_Liberation_Army_Soldiers_%288%29.jpg]

Si l’intérêt des communistes italiens pour la décolonisation en région Méditerranéenne a été désormais confirmé par les historiens, leur participation directe à la décolonisation dans les pays d’Afrique du Nord reste encore dans l’ombre. En ce qui concerne le cas algérien, déplacer le focus de l’analyse de la phase de transition qui accompagne l’après-1962, vers les années de guerre qui précèdent la signature des accords d’Evian, permet d’éclaircir certains aspects relatifs aux rapports entre les Italiens et les nationalistes algériens. Les formes de soutien au FLN mises en lumière en temps récents par la thèse de Tullio Ottolini5 , les influences du conflit algérien dans la genèse de la Nouvelle gauche italienne examinées par Andrea Brazzoduro6 , la découverte des lettres envoyées d’Italie en solidarité au communiste algérien Henri Alleg7 , ainsi que celle du carnet du maquisard socialiste Mario Giovana, rédigé lors de son séjour dans le maquis algérien en 19578 , vont en cette direction. Les voyages des « camarades » Cicalini et Candelaresi dans les bases de l’ALN en Libye, entre février et juin 1962, s’inscrivent dans le cadre des échanges politiques multiples et hétérogènes qui prennent forme entre les deux rives de la Méditerranée au fil des années de guerre. Traces d’un effort solidaire ample et hétérogène, occulté par le silence des archives officielles et de celles des partis politiques, qu’il s’agit à présent de remettre en lumière.

Bibliographie

Brazzoduro, Andrea, ‘Algeria, Antifascism, and Third Worldism: An Anticolonial Genealogy of the Western European New Left (Algeria, France, Italy, 1957–1975)’, The Journal of Imperial and Commonwealth History, 48/5, pp. 958–978, 2020.

Galeazzi, Marco, Il Pci e il movimento dei paesi non allineati 1955-1975, Milano, FrancoAngeli, 2011.

Lamri, Nicola, “Fra memoria della Resistenza e guerra di decolonizzazione algerina: gli italiani e la solidarietà a Henri e Gilberte Alleg”, Italia contemporanea, 303, 2023.

Lamri, Nicola, “La montagna, la Resistenza, il maquis : un partigiano piemontese nella guerra d’Algeria”, Maydan. Rivista sui mondi arabi, semitici, islamici, 3, 2023.

Ottolini, Tullio, Dal soutien alla cooperazione. Il terzomondismo in Italia fra il Centro di Documentazione “Frantz Fanon” e il Movimento Liberazione e Sviluppo, Thèse non publiée, Università di Bologna, 2018.

Roggero, Caterina, ‘The Italian Left and Ben Bella’s Authoritarianism in Algeria, between Unconditional Support and Faint Criticism (1962–1965)’, Journal of Asian and African Studies, 1/30, 2022.



Citer ce billet
EFR (2024, 12 janvier). Communistes italiens dans la guerre d’Algérie : quelques hypothèses autour de deux rapports de voyage (1962). À l’École de toute l'Italie. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vknm

  1. Vero Candelaresi (Ancône, 1904 – ?). Cadre du PCI, il est connu surtout pour sa participation à la Résistance antifasciste dans la région d’Ancône, où il milite dans les formations d’élites connues sous l’épithète de « Gruppi di azione patriottica ». []
  2. M. Galeazzi, Il Pci e il movimento dei paesi non allineati 1955-1975, Milano, FrancoAngeli, 2011, pp. 66-69. []
  3. C. Roggero, ‘The Italian Left and Ben Bella’s Authoritarianism in Algeria, between Unconditional Support and Faint Criticism (1962–1965)’, Journal of Asian and African Studies, 1/30, 2022. []
  4. Antonio Cicalini (Imola, 1902-?). Instituteur et militant communiste, il subit les persécutions du régime de Mussolini. Après son exile à Moscou, entre 1922 et 1925, il rentre en Italie, où il est arrêté à plusieurs reprises, surtout pour son activité de faussaire. En 1931 il est condamné à sept ans d’emprisonnement. Après plusieurs années passées entre prison et confinement politique, en 1943 il rejoint la Résistance armée. Cf. “Antonio Cicalini”, Storia e memoria di Bolognahttps://www.storiaememoriadibologna.it/cicalini-antonio-505758-persona. []
  5. T. Ottolini, Dal soutien alla cooperazione. Il terzomondismo in Italia fra il Centro di Documentazione “Frantz Fanon” e il Movimento Liberazione e Sviluppo, Thèse non publiée, Università di Bologna, 2018. []
  6. A. Brazzoduro, ‘Algeria, Antifascism, and Third Worldism: An Anticolonial Genealogy of the Western European New Left (Algeria, France, Italy, 1957–1975)’, The Journal of Imperial and Commonwealth History, 48/5, pp. 958–978, 2020. []
  7. N. Lamri, “Fra memoria della Resistenza e guerra di decolonizzazione algerina: gli italiani e la solidarietà a Henri e Gilberte Alleg”, Italia contemporanea, 303, 2023. []
  8. N. Lamri, “La montagna, la Resistenza, il maquis: un partigiano piemontese nella guerra d’Algeria”, Maydan, 3, 2023. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search