De la Venise médiévale à la Rome d’aujourd’hui : la gestion des déchets et les formes de la participation citoyenne

Billet rédigé par Claire Judde de Larivière, professeure d’histoire du Moyen Âge à l’université de Toulouse Jean Jaurès (Framespa UMR 5136) et édité par Chloé Tardivel, membre scientifique de la section Moyen Âge. De septembre à décembre 2023, Claire Judde de Larivière était accueillie à l’EFR comme chercheuse résidente pour travailler sur un projet de recherche intitulé « “La boue, les gravats et les ordures“. La gestion des déchets et des formes de pollution dans la lagune de Venise (1400-1550) ». Dans ce billet, l’historienne, spécialiste de l’histoire sociale et politique de Venise entre la fin du Moyen Âge et le début de l’époque moderne, revient sur le cas de Rome, à partir de son expérience sensible de la ville pendant son séjour. 

La gestion des déchets a une histoire : le cas de Venise à la fin du Moyen Âge

Le projet de recherche que je mène vise à étudier comment, dans la ville et la lagune de Venise, entre la fin du XIVe siècle et le début du XVIe siècle, le gouvernement et les habitants affrontaient le problème de la multiplication des déchets et de l’aggravation de la pollution. En effet, une trentaine d’années après la Peste noire qui avait décimé les populations européennes (vers 1347-51), commença une période de reprise démographique et économique qui marqua une transition entre un régime médiéval des déchets, marqué par une économie circulaire, une culture du recyclage et un réemploi quasi systématique, et un régime prémoderne caractérisé par l’augmentation constante de la quantité de déchets et des décisions visant à limiter leurs effets en termes de pollution1. À mesure que les rejets augmentaient, la capacité de Venise à les absorber diminuait, d’autant qu’à cette époque, la lagune était menacée par l’envasement et que les îlots de boue qui servaient de décharge étaient en passe d’être saturés.

Dans le contexte de crise écologique que nous traversons, il y a un enjeu déterminant à questionner l’historicité de l’Anthropocène

L’un de mes objectifs est d’analyser comment la massification des déchets a marqué un moment de transition, tant d’un point de vue environnemental que d’un point de vue socio-politique. Dans le contexte de crise écologique que nous traversons, il y a un enjeu déterminant à questionner l’historicité de l’Anthropocène, en y réintégrant le moment de transition entre l’époque médiévale et la première modernité, une étape essentielle dans l’histoire de la préservation et de la durabilité des environnements. Ce projet est né de mes précédentes recherches sur les formes de politisation ordinaire et populaire, grâce auxquelles j’ai pu mesurer, pour la fin du Moyen Âge, l’importance du rôle joué par les habitants dans la gestion quotidienne de la « matérialité » de la vie collective : aménagements urbains, entretien des canaux et des eaux de la lagune, gestion des inondations, etc2. Une part importante de leurs actions était ainsi consacrée aux déchets et rejets sous toutes leurs formes, et c’est un pan important de mon projet que d’étudier comment les habitants eux-mêmes se mobilisaient et étaient mobilisés pour faire face à la collecte et à la gestion des déchets.Mon séjour de recherche à l’École française de Rome m’a permis d’engager des lectures dans une optique comparative, spatiale et chronologique. Mais c’est aussi en sillonnant la ville de Rome elle-même, que je me suis intéressée à la place que les ordures y occupent, dans un télescopage chronologique particulièrement signifiant.

Les vestiges d’une politique des déchets à Rome

À Rome, d’innombrables plaques de marbre datant du XVIIIe siècle saturent l’espace public. Appelées targhe dei mondezzari ou monnezzari, elles sont autant de législations en matière de collecte des ordures qui ont été gravées au fil des ans et placées aux façades des bâtiments. Elles ont été conservées malgré les restaurations successives des palais et des habitations, enchâssées dans les crépis contemporains. Dans le centre de Rome, elles sont plus d’une centaine, et elles portent les lois édictées par le Presidente delle strade, interdisant aux habitants de jeter leurs immondices dans la rue. Par exemple Via Mario dei Fiori (14 juillet 1733) ou Via del Seminario (9 février 1743).

Targha dei mondezzari de Via Mario dei Fiori (14 juillet 1733) © Paolo Nelli / EFR, Rome, octobre-décembre 2023.
Targha dei mondezzari de Via del Seminario (9 février 1743) © Paolo Nelli / EFR, Rome, octobre-décembre 2023.

Les peines prévues étaient sévères, amendes et punitions corporelles, et on y perçoit le rôle majeur de la Presidenza delle strade, qui édictait ces textes autant pour protéger la rue que les demeures des riches habitants qui s’y trouvaient, ceux-ci cherchant à protéger l’environnement urbain autour de leur demeure ainsi que le décorum de la rue et du quartier. Il y aurait toute une archéologie de cette mémoire des déchets à faire ainsi que de son intégration au tissu urbain. Mais il faudrait aussi s’interroger sur la façon dont les habitants ont tenu à garder ces traces, et comment ces inscriptions du XVIIIe siècle font écho à une pratique qui, compte tenu du nombre de panneaux du même genre écrits de nos jours, semble encore tout à fait courante.

Des plaques d’Ancien Régime aux écritures urbaines contemporaines

Cet usage de rappeler par écrit l’interdiction de jeter des déchets dans la rue se poursuit en effet à travers des usages communs et multiformes consistant, pour les habitants, à fabriquer de façon plus ou moins artisanale des panneaux et autres affichettes rappelant à leurs concitoyens qu’il est interdit de jeter les ordures, de souiller les rues, de laisser les animaux domestiques faire leurs besoins. Ces nombreuses inscriptions trouveraient une juste place dans les écritures urbaines étudiées par Philippe Artières3, et il faudrait en faire le catalogue, en établissant une typologie des lieux, des auteurs, des formes et des supports, mais surtout en analysant les types de discours et les ressorts de dénonciation.

Car il y a une dimension civique et politique majeure dans ces textes qui entendent pallier les lacunes des autorités publiques autant que dénoncer l’incivisme des voisins. Certains adoptent un ton administratif et rigoureux, comme sur le petit panneau fixé en haut du passage couvert reliant la Piazza delle Cinque Lune à la Piazza Navona : « Aire sous vidéo-surveillance. Interdit de jeter les ordures ».

Passage couvert reliant la Piazza delle Cinque Lune à la Piazza Navona © Paolo Nelli / EFR, Rome, octobre-décembre 2023.

Les habitants ont pris le temps de faire graver ces plaques, non plus dans le marbre, mais dans le métal ou le plastique, à leur frais, comme celle placée au ras du sol de façon à attirer l’œil des promeneurs de chiens, retrouvée au-dessous des sonnettes sur la façade d’un riche palais de Prati, Via Cola di Rienzo, qui indique : « Merci de ne pas faire s’arrêter vos amis à quatre pattes ».

© Paolo Nelli /EFR Rome, octobre-décembre 2023.
Via Cola di Rienzo (Prati) © Paolo Nelli / EFR, Rome, octobre-décembre 2023.

Mais ces inscriptions sont plus souvent artisanales, et ont impliqué un certain travail. Certains habitants ont pris le temps de les imprimer, de les plastifier, voire de les fixer à des piquets, comme Via dei Quattro Venti à Monteverde Vecchio où le long des arbres, un petit panneau indique : « Prière de ne jeter aucun type de déchet. Utilisez les containers à cet usage ».

© Paolo Nelli /EFR Rome, octobre-décembre 2023.
Via dei Quattro Venti (Monte Vecchio) © Paolo Nelli / EFR, Rome, octobre-décembre 2023.

À l’angle de la Via della Chiesa Nuova et de la Via del Governo Vecchio, c’est un édicule votif composite qui articule une plaque de 1675, apposée par la volonté du pape Clément X, sous laquelle se trouve une représentation de la Madonna Vallicelliana e i Santi Filippo Neri e Carlo Borromeo de 1716. Les voisins ou les paroissiens ont fabriqué une petite plaque de bois, où ont été inscrits des mots prêtés à la Madonne : « Ne pas jeter de déchets sous mon image, daigne-moi de ton attention, je l’apprécierai comme si c’était une fleur ».

© Paolo Nelli /EFR Rome, octobre-décembre 2023.
Angle de la Via della Chiesa Nuova et de la Via del Governo Vecchio © Paolo Nelli / EFR, Rome, octobre-décembre 2023.

Nombre de ces inscriptions sont en italien et en anglais, ce qui renvoie à une dimension importante du problème des déchets, qui est celui que pose la massification du tourisme dans la ville. Via della Cuccagna, le long du Museo di Roma à Palazzo Braschi, une inscription toute magrittienne en quatre langues – italien, anglais, espagnol et français – rappelle, à propos des immenses fenêtres murées qui ponctuent la façade : « Ce n’est pas une poubelle ».

© Paolo Nelli /EFR Rome, octobre-décembre 2023.
Via della Cuccagna © Paolo Nelli / EFR, Rome, octobre-décembre 2023.

C’est un point de crispation fréquent dans le débat contemporain et dans de nombreuses régions d’Italie : que les touristes se débarrassent de leurs déchets quotidiens n’importe où, qu’ils jettent leurs poubelles dans la rue en faisant fi des législations, ou encore qu’ils ignorent les règles de recyclage dans les endroits où elles sont pourtant strictement respectées par les habitants.

© Paolo Nelli /EFR Rome, octobre-décembre 2023.
Vicolo dei Soldati (« S’il vous plaît, ne laisser pas vos ordures ici, car elles ne seront pas ramassées ») © Paolo Nelli / EFR, Rome, octobre-décembre 2023.
© Paolo Nelli /EFR Rome, octobre-décembre 2023.
Chiesa di Sant’Ignazio © Paolo Nelli / EFR, Rome, octobre-décembre 2023.

Certains résidents n’hésitent pas dès lors à enchaîner le couvercle de leurs poubelles, comme Via del Pellegrino, où il est expliqué en italien et en anglais « Ne laisse pas tes déchets sur le container, ce n’est pas un container public (et pas non plus sous ou à côté) ». La mention du « public » relève ici d’une qualification importante, d’autant que le même panneau a été traduit en anglais « Container privé, s’il vous plaît ne jetez pas vos ordures ici ».

© Paolo Nelli /EFR Rome, octobre-décembre 2023.
Via del Pellegrino © Paolo Nelli / EFR, Rome, octobre-décembre 2023.

De Pasquino à la dénonciation des ordures

Ces messages n’ont rien d’anecdotique : ils constituent un fonds documentaire original illustrant la crise des déchets que traverse Rome depuis des années et qui fait souvent la Une des journaux du monde entier. Le projet mené par le sociologue Simone Di Cecco, membre de la section Époques moderne et contemporaine de l’EFR, devrait éclairer de façon très pertinente ce que la gestion d’un tel phénomène implique en termes d’organisation et de pratique professionnelles. Mais dans ces écritures urbaines – les panneaux, pancartes ou affichettes – le chercheur a accès à un discours sur les ordures produits par les habitants eux-mêmes, en même temps qu’à des formes de participation à la gestion d’un problème public qui devient un problème commun.

Le chercheur a accès à un discours sur les ordures produits par les habitants eux-mêmes, en même temps qu’à des formes de participation à la gestion d’un problème public qui devient un problème commun

L’usage de ces placards et messages postés sur les murs de la ville a une histoire ancienne à Rome qui rappelle évidemment la tradition de déposer des billets à proximité des statues parlantes, Pasquino en particulier. Sur les statues et à proximité se déployaient ainsi des espaces qui accueillaient les messages de protestation des Romains dans les moments de tension politique. L’usage semble s’être récemment perdu, peut-être justement dans le cadre d’une politique de décorum urbain tout orientée vers le tourisme, et lors de mon séjour à Rome, les espaces autour de Pasquino sont restés toujours bien propres.

© Paolo Nelli /EFR Rome, octobre-décembre 2023.
Pasquino en décembre 2023 © Paolo Nelli / EFR, Rome.
© Paolo Nelli /EFR Rome, octobre-décembre 2023.
Pasquino en avril 2007 © Remi Jouan / Wikimedia Commons


Citer ce billet
EFR (2024, 10 janvier). De la Venise médiévale à la Rome d’aujourd’hui : la gestion des déchets et les formes de la participation citoyenne. À l’École de toute l'Italie. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vkas

  1. Sur cette question, pour la période moderne, voir le récent livre de Jane Stevens Crawshaw, Cleaning up Renaissance Italy, Oxford, Oxford University Press, 2023. []
  2. Notamment Claire Judde de Larivière, La révolte des boules de neige. Murano face à Venise, 1511, Paris, Fayard, 2014 ; Ead., L’ordinaire des savoirs. Une histoire pragmatique de la société vénitienne (XVe-XVIe siècle), Paris, Éditions de l’EHESS, 2023. []
  3. Voir notamment Philippe Artières, Les enseignes lumineuses. Des écritures urbaines au XXe siècle, Paris, Bayard, 2010. []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Carla Frova dit :

    Chers chercheurs, merci de votre très intéressant billet. Un petit ouï-dire par une habituée des lieux, pour s’amuser un peu à propos d’un sujet de recherche par ailleurs très sérieux: il semble que la petite plaque de bois à l’angle de via della Chiesa Nuova et via del Governo Vecchio ait été plutôt réalisée et placée par les jeunes gens du groupe scout se réunissant dans l’église. C’est de la tradition orale, je n’ait fait aucune recherche…

  2. Céline Guilleux dit :

    Chère carnetière,

    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une du portail fr.hypotheses.org.

    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search