Les Italiens à Bône (1865-1940). Entretien avec Hugo Vermeren

Une histoire des migrations méditerranéennes et de la colonisation de peuplement en Algérie

 

Hugo Vermeren, historien et membre de l’École française de Rome, est spécialiste du Maghreb colonial, des migrations internationales et des sociétés maritimes et littorales. Chercheur associé au Centre d’Études et de Recherche en Histoire Culturelle (EA2616) et à l’Institut Convergences Migrations, il est l’auteur de l’ouvrage Les Italiens à Bône (1865-1940). Migrations méditerranéennes et colonisation de peuplement en Algérie publié en 2017 par l’EFR. Il est également membre de l’équipe du programme ANR AsileuropeXIX.

 

Quelle publication de l’EFR vous a plus particulièrement marqué ?

Sans hésiter, le livre tiré de la thèse monumentale de Pierre Milza, Français et Italiens à la fin du XIXe siècle, paru aux CEFR en 1981. L’auteur y retrace les différentes étapes qui ont mené depuis 1870 au rapprochement franco-italien, marqué par les accords Prinetti/Barrère de juillet 1902. Loin d’être un simple livre d’histoire des relations internationales, ce travail est une histoire totale des relations franco-italiennes. Il balaye les différents aspects des rapports entre les deux pays, des questions diplomatiques aux relations commerciales, en passant par les formes de contacts culturels et religieux, l’évolution des mentalités, les migrations transalpines, les formations ouvrières ou encore les questions coloniales et méditerranéennes. Il constitue encore aujourd’hui un ouvrage de référence. Avoisinant le millier de pages, c’est aussi un outil de travail formidable, richement documenté, agrémenté de notes généreuses et d’annexes précieuses. C’est ce format que j’apprécie tout particulièrement et qui relève, me semble-t-il, de la tradition éditoriale de l’EFR où sont aussi parues les thèses volumineuses de Daniel J. Grange, de Marie-Claude Blanc-Chaléard, d’Éric Vial ou plus récemment de Christophe Poupault.

Quand on étudie les migrations en Méditerranée entre la fin du XIXe siècle et le milieu du XXe, quel dialogue établit-on avec le présent ? 

Les cadres géopolitiques en Méditerranée ont beaucoup évolué depuis le XIXe siècle. Je montre dans mon livre dans quelle mesure la conquête française de l’Algérie à partir de 1830 ouvre un espace migratoire tout en décuplant des pratiques de mobilité qui existaient depuis l’époque moderne comme celles des pêcheurs de corail italiens. La fin des périodes coloniales au Maghreb, et plus largement en Afrique, marque un renversement progressif de ces migrations nord-sud, même si les historiens ont montré l’intensité croissante des circulations vers la France et l’Europe, en particulier des travailleurs coloniaux, dès la première guerre mondiale.
Si l’on doit mettre ces phénomènes migratoires transméditerranéens dans une perspective longue durée, on observe évidemment des continuités à la fois dans les dispositifs d’accueil et les politiques de contrôle des circulations mis en place par les différents États, mais aussi dans les itinéraires empruntés par les migrants et les structures des réseaux migratoires. Par exemple, certaines figures que j’étudie traversent les époques comme celles des pêcheurs-passeurs, des pêcheurs-contrebandiers et des pêcheurs-sauveteurs qui jouaient déjà à l’époque un rôle important dans les traversées clandestines ou le secours aux naufragés.

Débarquement de passagers à Alger au début XXe siècle
Archives privées Hugo Vermeren

L’Italie contemporaine – qui a connu ces dernières décennies un phénomène relativement nouveau pour elle, l’afflux d’immigrés – vit-elle actuellement un retour à une situation bien connue, l’émigration ?

On dispose de nombreux travaux de sociologie et de démographie sur le sujet. Si l’on se réfère aux données produites par l’Istituto nazionale di statistica (ISTAT), on observe en effet un regain de l’émigration italienne depuis le début des années 2010 qui tend à s’accélérer et qui ne concerne pas seulement la jeunesse estudiantine ou à fort capital social. On retrouve certaines destinations qui étaient déjà, à la fin du XIXe siècle, les pôles principaux de l’émigration italienne comme la France et les États-Unis, mais d’autres États d’accueil ressortent des chiffres comme le Brésil, l’Allemagne et surtout la Grande-Bretagne qui était le principal pays d’accueil de l’émigration italienne en 2018.

Dans le cas de votre travail, à quel type d’émigration l’Italie est-elle confrontée ?

Dans mon livre, je m’intéresse à l’émigration italienne qui se dirige vers l’Algérie orientale du milieu du XIXe siècle à la fin des années 1930. On oublie souvent que l’Algérie, avant la Tunisie, fut la principale destination africaine de l’émigration italienne jusqu’aux années 1890. Elle fut aussi, avec les États-Unis, le premier territoire à être mentionné par un texte officiel sur l’émigration produit en janvier 1868 par le président du conseil de l’époque, Luigi Federico Menabrea. Le jeune État unifié cherchait alors à freiner les départs massifs de pêcheurs, d’ouvriers et de paysans du Mezziogiorno et à limiter le flux de fuite de la conscription tout en se prémunissant de devoir financer, par le biais de son réseau consulaire, les éventuels retours d’espatri sans ressources ou refoulés aux frontières. Ce rôle de régulation et de contrôle de l’État est ensuite renforcé par une série d’initiatives prises aux différents échelons de l’administration italienne et qui aboutissent à la création du Commissariato per l’emigrazione en 1901.

« Aux grandes modes parisiennes ».
Le maître-tailleur Joseph Lavitrano, sa femme et leurs ouvrières, devant leur atelier à Bône au début des années 1920.
Archives privées Daniel Matrone.

Comment les États français et italiens se sont-ils adaptés aux enjeux migratoires ? Ont-ils su s’entendre ?

Comme je le montre dans mon ouvrage, il y avait, si l’on compare à la situation actuelle, de vives tensions entre l’Italie et la France à propos de l’émigration italienne. Pour ce qui regarde l’Algérie, les frictions entre les deux pays ont surtout concerné l’exploitation des ressources halieutiques et la politique de naturalisation menée par la France à partir des années 1860 à l’égard des très nombreux pêcheurs italiens exerçant sur le littoral algérien. Dans l’entre-deux-guerres, l’État fasciste mena une politique d’ingérence dans les affaires algériennes de la France en s’appuyant en partie sur son puissant réseau consulaire local alors que Mussolini poursuivait son rêve d’une « Africa Italiana » qui devait englober la Tunisie et une partie de l’Algérie orientale. Ces dissensions au sud de la Méditerranée ont eu leur importance dans l’évolution des relations franco-italiennes jusqu’à la seconde guerre mondiale, mais aussi ces dernières années comme on a pu le voir avec le contentieux franco-italien sur la situation libyenne.

 

Les Italiens à Bône (1865-1940). Migrations méditerranéennes et colonisation de peuplement en Algérie a été publié en 2017 dans la Collection de l’École française de Rome.

 

 

 

 

 

Propos recueillis par le service des publications de l’École française de Rome.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search