Aux origines des couloirs humanitaires de la Comunità di Sant’Egidio

Billet rédigé par Flora Penot, doctorante en géographie, UMR 7301 Migrinter, Université de Poitiers/CNRS. Sous la direction de Philippe Lagrange (CECOJI, Univ. de Poitiers) et Olivier Clochard (Migrinter, Univ. de Poitiers/CNRS). Boursière pour le mois de septembre 2023. Billet édité par Martino Oppizzi – membre scientifique de deuxième année pour la section des Époques moderne et contemporaine.

Ce billet concerne une facette de mon travail de recherche doctorale en géographie, portant sur l’étude de parcours de réfugiés syriens venus par des voies de migrations légales du Liban vers l’Europe (guerre civile en cours depuis 2011). L’objectif est d’interroger les origines du programme des couloirs humanitaires depuis le Proche-Orient, organisés à l’initiative de la Communauté de Sant’Egidio. Pour cela, j’ai accompli un séjour à l’École française de Rome en septembre 2023, qui m’a permis de consulter les archives de presse à la Biblioteca Nazionale Centrale di Roma, des ouvrages à la Biblioteca del Pontifico Istituto Orientale (PIO) ainsi que les fonds du Centro Studi Emigrazione di Roma (CSER).

Dans cette contribution, nous nous proposons de revenir sur les origines du dispositif des « corridoi umanitari » (couloirs humanitaires), en lien avec les médiations interreligieuses de la Communauté de Sant’Egidio dans les années 1980 en Italie. Nous nous basons sur l’ouvrage de l’historien Roberto Morozzo della Rocca, Corridoi Umanitari, una risposta a una crisi planetaria (2023), que nous avons eu l’occasion de rencontrer lors d’un terrain de recherche en février 2023. Il est question de mettre en perspective la situation actuelle avec l’élaboration des premiers couloirs, négociés par Sant’Egidio pour des réfugiés libanais de la guerre civile (1975-1990). Depuis 2016, ce dispositif concerne des réfugiés syriens fuyant la guerre civile, et leur permet de rejoindre l’Europe via le Liban.

Les couloirs humanitaires représentent, dans notre cas, un pont aérien permettant un voyage légal et sécurisé de personnes en besoin de protection internationale et en situation de vulnérabilités, vers un pays de refuge. Il induit la délivrance d’un visa, c’est-à-dire d’un titre de voyage, vers l’Union européenne (UE) pour des demandeurs d’asile issus de pays en conflits. Dans le cadre de notre thèse en Cifre avec la Communauté de Sant’Egidio France, nous nous focalisons en particulier sur les couloirs humanitaires du Liban vers l’Italie et la France.

La Communauté de Sant’Egidio et l’apparition des premiers couloirs

Fondée en 1968 en Italie, la Communauté de Sant’Egidio est engagée auprès des personnes en difficulté, d’abord dans les banlieues de Rome puis dans 74 pays à travers le monde. Sant’Egidio est reconnue pour son travail spirituel (groupes de prière, rencontre internationale pour la paix) et d’action sociale (maraudes pour les sans-abris, accompagnement des migrants et des personnes âgées, couloirs humanitaires, campagne de lutte contre le Sida en Afrique avec le programme Dream, etc.). La Communauté s’illustre notamment dans son rôle de médiateur interreligieux international lors de la signature des accords de paix du Mozambique en 1992. Créée au lendemain du concile Vatican II par Andrea Riccardi (ministre italien de la Coopération internationale et de l’intégration entre 2011 et 2013), cette association humanitaire catholique bénéficie d’un rayonnement important en Italie, tout en étant proche de la papauté et de responsables politiques de nombreux pays.

L’histoire des médiations de Sant’Egidio au Proche-Orient est jalonnée d’événements importants, répondant à une certaine diplomatie énoncée par Marie Balas :

C’est par cette « diplomatie » des minorités chrétiennes et des « libertés religieuses » que Sant’Egidio fit au Liban ses premières armes en matière de négociation de guerre (1982), avant de les réitérer plus tard en Irak (1986) ; c’est par elle encore que commença la médiation mozambicaine au milieu des années 1980, […].

Balas, Marie (2015) « C’est différent des diplomates et des chercheurs ». Genèse et institutionnalisation d’un hybride : les médiations de Sant’Egidio, Les Champs de Mars, N° 26 (1), p. 125.

Un premier exemple de couloirs voit ainsi le jour en septembre 1983, pendant la guerre civile libanaise (Morozzo della Rocca, 2023 : 59). L’année 1983 marque un tournant dans les affrontements entre druzes et chrétiens dans la région du Chouf, au Liban : plus de 2 000 combattants sont faits prisonniers lors de ces combats. Sant’Egidio, qui entretenait déjà des liens avec le patriarche melkite1 d’Antioche, Maximus V, a organisé une rencontre à Rome entre ce dernier et Walid Joumblatt, le chef druze, afin d’obtenir par la négociation la libération des prisonniers. Même à la suite de cet accord, certains prisonniers âgés n’ont pas pu retourner dans leur village d’origine à cause de destructions importantes :

Ma c’erano anziani profughi che avevano perduto la casa e non potevano ritornare ai propri villaggi. Sant’Egidio ne aiutò alcuni a uscire dallo Chouf e li accolse in Italia, dopo una trattativa con il governo italiano che all’epoca concedeva lo status di rifugiato solo a persone provenienti dai paesi dell’Est Europa.

Morozzo della Rocca, Roberto (2023) Corridoi Umanitari, una risposta a una crisi planetaria, Milano, Edizioni San Paolo, p. 59.

Ce couloir embryonnaire permit ainsi à trente-trois personnes âgées et/ou malades de passer du Liban à l’Italie. Leur arrivée à Rome est relatée dans différents quotidiens en 1984 tels que le Corriere della Sera, L’Unità (cf. figure 1) ou encore l’hebdomadaire Famiglia Cristiana (cf. figure 2). Dans ce groupe, certaines personnes sont restées en Italie, d’autres sont retournées au Liban, tandis qu’une autre partie a voyagé vers les États-Unis ou le Canada pour rejoindre leurs proches.

Figure 1. “Con il volo da Beirut i profughi della speranza”, L’Unità, 13 janvier 1984, p. 12, Biblioteca Nazionale Centrale di Roma, lecture sur bande microfilm, F. Penot.
Figure 2. “Una casa e un lavoro a Roma per i profughi dal Libano”, Famiglia Christiana, 29 janvier 1984, p. 28, Biblioteca Nazionale Centrale di Roma, photo F. Penot.

Un deuxième épisode notable se déroule en 1986. Il s’agit de 150 chrétiens irakiens fuyant la guerre Irak-Iran, où la minorité chaldéenne est davantage appelée au front par le régime de Saddam Hussein (Morozzo della Rocca, 2023 : 59). Ils obtiennent l’autorisation de voyager en Italie depuis Ankara en Turquie, pour être ensuite réinstallés aux États-Unis, en Australie et au Canada : « La communauté les a accueillis à Rome après avoir obtenu qu’ils transitent par le territoire turc et a œuvré pour qu’ils s’installent dans différents pays d’accueil. » (Morozzo della Rocca, 2012).

Cet évènement renvoie alors à des négociations inédites de la Communauté avec les ministères de l’Intérieur et des Affaires étrangères italiens ainsi qu’avec le gouvernement turc de l’époque. Réfugiés en Turquie (montagnes kurdes) à la frontière avec l’Irak, ces personnes espéraient une aide humanitaire turque afin d’entamer des démarches d’immigration vers l’Amérique du Nord. Ce groupe étant menacé de mort, un retour en Irak leur est impossible, d’autant plus que la Turquie refuse de les accueillir. Une mission de Sant’Egidio est envoyée depuis Mardin en septembre-octobre 1983 afin d’accompagner ces 150 personnes jusqu’à l’aéroport d’Ankara. La même année, Marie Balas mentionne d’autres accords, apportant des précisions sur la confession des personnes irakiennes concernées :

Il s’agit cette fois d’aider la minorité chrétienne chaldéenne et assyrienne du pays à fuir la guerre avec l’Iran : les membres [de Sant’Egidio] activent leurs contacts avec les Églises locales, envoient pendant plusieurs mois une mission sur place et négocient avec la Turquie et le Kurdistan irakien. Au terme du processus, un millier de fugitifs chrétiens rejoignent l’Europe.

Balas, Marie (2015) « C’est différent des diplomates et des chercheurs ». Genèse et institutionnalisation d’un hybride : les médiations de Sant’Egidio, Les Champs de Mars, N° 26 (1), p. 126.

Les corridoi umanitari et leur forme actuelle

Ces actions antérieures de Sant’Egidio ont permis de négocier avec l’État italien, à partir de 2015, des protocoles d’accord en se basant sur des règlements européens existants2. Depuis 2016, la Communauté de Sant’Egidio en Italie est un des acteurs à l’origine de ce dispositif d’accueil basé sur le parrainage privé, qui représente une des rares voies d’accès légales vers l’Europe pour les demandeurs d’asile (Bouagga et Segond, 2019). Les associations organisatrices des couloirs sont chargées d’identifier, de pré-sélectionner, de préparer les personnes à leur entretien au consulat, et d’organiser l’accompagnement dans le pays d’accueil. Ces couloirs s’appuient principalement sur la participation de la société civile du pays d’arrivée (groupes de bénévoles et d’associations), qui prend en charge l’accueil des réfugiés. La création de ce canal de migration encadrée se présente notamment comme une solution alternative aux naufrages des boat people en Méditerranée depuis les années 2010, apportant une réponse à la tragédie de Lampedusa (3 octobre 2013) qui a marqué profondément l’opinion publique. Ce système de voie aérienne s’inspire aussi d’épisodes antérieurs lors de l’arrivée en Europe des boat people d’Asie du Sud-Est (Meslin, 2006) ou encore de l’arrivée des réfugiés des pays de l’Est lors du démantèlement de l’URSS au début des années 1990.

Les couloirs humanitaires comptabilisent environ 6 400 personnes accueillies en octobre 2023 (cf. figure 3), depuis le Liban (conflit syrien de 2011) et d’autres pays de transit. Les personnes bénéficiaires obtiennent un titre de voyage depuis leurs pays de transit et bénéficient d’une voie aérienne afin de demander l’asile dans un des quatre pays signataires des couloirs (Italie, France, Belgique, Andorre). Ces effectifs restent cependant très réduits par rapport au nombre total de demandeurs d’asile arrivant au sein de l’UE. Ces couloirs sont organisés aujourd’hui par différentes associations telles que la Federazione delle chiese evangeliche in Italia (FCEI), la Tavola Valdese, Sant’Egidio (France, Italie, Belgique) ou encore la Fédération de l’entraide protestante en France.

Plus d’une quinzaine de protocoles d’accord ont été signés entre ces associations et les autorités d’États-membres de l’UE (dix avec l’Italie, trois avec la France, deux avec la Belgique, un avec Andorre) et ce depuis différents pays de départ : Liban, Turquie, Éthiopie, Grèce, Chypre, Afghanistan et Libye. Les premiers protocoles Liban-Italie (2015, 2017) ont ainsi ciblé les réfugiés syriens et irakiens du Liban.

Il y a quarante ans, des premiers couloirs avaient été négociés par Sant’Egidio pour le transfert de réfugiés libanais et irakiens vers l’Italie. Les couloirs créés depuis 2015 montrent désormais une certaine institutionnalisation, et le rôle toujours important du Liban comme pays de départ. Le pays du Cèdre représente en effet l’un des principaux lieux de refuge/transit pour les Syriens, aux côtés de la Turquie et de la Jordanie. C’est donc au Liban que les consulats italiens, français et belges délivrent les visas d’asile pour faire ensuite voyager les Syriens vers le territoire européen.

Figure 3. Sant’Egidio Italie, I corridoi umanitari in cifre, consulté le 12 novembre 2023, URL : 
https://www.santegidio.org/pageID/30112/langID/it/CORRIDOI-UMANITARI.html

Bibliographie

Balas, Marie (2015) « C’est différent des diplomates et des chercheurs ». Genèse et institutionnalisation d’un hybride : les médiations de Sant’Egidio, Les Champs de Mars, N° 26 (1), p. 123‑135, DOI : 10.3917/lcdm2.026.0123, URL : http://www.cairn.info/revue-les-champs-de-mars-irsem-2015-1-page-123.htm?ref=doi

Bouagga, Yasmine et Segond, Raphaëlle (2019) Négocier des voies de passage sûres : comment les acteurs non étatiques participent à la gestion des frontières, Lien social et Politiques, (83), p. 82‑102, DOI : 10.7202/1066085ar, URL : http://id.erudit.org/iderudit/1066085ar

Meslin, Karine (2006) Accueil des boat people : une mobilisation politique atypique, Plein droit, 70 (3), p. 35‑39, DOI : 10.3917/pld.070.0035, URL : http://www.cairn.info/revue-plein-droit-2006-3-page-35.htm

Morozzo della Rocca, Roberto (2012) L’art de la paix. La communauté de Sant’Egidio sur la scène internationale, Salvator, 358 p.

Morozzo della Rocca, Roberto (2023) Corridoi Umanitari, una risposta a una crisi planetaria, Milano, Edizioni San Paolo, 208 p.



Citer ce billet
EFR (2023, 15 décembre). Aux origines des couloirs humanitaires de la Comunità di Sant’Egidio. À l’École de toute l'Italie. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o4tw

  1. Les melkites sont des « […] chrétiens de Syrie et d’Égypte qui [ont] accepté les définitions du concile de Chalcédoine (451) sur les deux natures, humaine et divine, du Christ. », Encyclopædia Universalis, consulté le 12 novembre 2023, URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/melkites/ []
  2. Les consulats des États-signataires des couloirs délivrent un visa à validité territoriale limitée (VTL) d’une durée d’1 mois pour l’Italie, et de 3 mois pour la France (visa D). Ils sont délivrés selon l’art. 25 du Règlement CE n°810/2009 du 13 juillet 2009. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search