Laetitia Ciccolini. Entretien avec une chercheuse résidente de l’École française de Rome

Laetitia Ciccolini est maîtresse de conférences à Sorbonne université où elle enseigne la langue et la littérature latines. Membre de l’Institut d’Études Augustiniennes (UMR 8584), elle est spécialiste de patristique latine et de la transmission et réception des textes de l’Antiquité tardive. Elle a été accueillie en tant que chercheuse résidente à l’École française de Rome de février à juillet 2019.

Quel est votre domaine de recherches ?
Mes travaux se situent au croisement de la patristique latine et de l’histoire des textes. Ma thèse portait sur les écrits indûment attribués à Cyprien, évêque de Carthage au milieu du IIIe siècle. Je cherchais à comprendre par quels mécanismes et pour quelles raisons on a doté cette figure de la première littérature latine chrétienne de textes dont il n’était pas l’auteur, mais qui ont progressivement constitué, pour les lecteurs tardo-antiques, médiévaux et humanistes, une part du corpus de ses œuvres.
Il fallait exploiter une tradition manuscrite pléthorique (plus de 200 manuscrits) et les éditions, mais aussi tenir compte des mentions dans les catalogues de bibliothèques médiévales et des citations chez les auteurs postérieurs. À partir de ces données, j’ai réfléchi aux étapes de la constitution du corpus et retracé sa diffusion. Un autre versant m’a amenée à étudier l’émergence, timide au Moyen Âge, plus nette avec les éditions imprimées, d’un travail philologique qui visait à séparer, dans ce qui était légué par les manuscrits, la part authentique du reste. Au fil de ces travaux de critique d’authenticité, c’est la perception que l’on avait de Cyprien de Carthage qui s’est modifiée. En parallèle, j’ai exploité cette plongée dans les manuscrits de Cyprien pour éditer plusieurs textes, authentiques ou non.

Sur quel thème travaillez-vous actuellement ?
Depuis deux ans, j’ai entamé une recherche sur les sommaires et les tables des matières dans l’Antiquité tardive. Ces sommaires sont souvent désignés, dans les manuscrits, par le terme capitula.
À la suite de Genette (Seuils, Paris, 1987), les spécialistes de littérature prêtent une attention croissante aux paratextes. Pour les philologues, les sommaires trouvés dans les manuscrits posent aussi un problème éditorial : comment les éditer ? faut-il les intégrer dans des bases de données textuelles quand on a du mal à les dater ? Pour les lecteurs de l’Antiquité tardive et du Moyen Âge, les capitula étaient une voie d’accès matérielle et intellectuelle aux textes. Et c’est de ce point de vue – comme élément de l’histoire du texte et de sa réception – que je les étudie.
La première question qui vient à l’esprit est celle des origines de ce petit genre littéraire : à quelle date les sommaires naissent-ils, pour quels types de textes ? y a-t-il un lien entre la forme des capitula et les types de textes « capitulés » ? J’ai donc entrepris un répertoire des textes latins dotés de capitula au cours de leur transmission, et notamment à l’époque tardo-antique.
Je m’intéresse aussi à l’inscription matérielle des sommaires : leur insertion dans le codex, dont ils accroissent l’accessibilité, leur mise en page, la manière dont ils sont (ou non) distingués du texte, les termes qui les désignent dans les manuscrits. Enfin, l’enquête prend en compte les effets des sommaires sur la lecture de l’œuvre : un sommaire accompagne une édition du texte, il en conditionne l’interprétation. De ce point de vue, les œuvres qui furent dotées de jeux de sommaire différents au cours de leur histoire constituent un terrain d’observation privilégié pour étudier la manière de composer des sommaires et la fonction qu’ils pouvaient revêtir aux yeux des lecteurs. Par exemple, une œuvre aussi diffusée que l’Enchiridion d’Augustin d’Hippone ne se présentait pas de la même manière pour les lecteurs du manuscrit de Bamberg, Staatsbibl., Patr. 87 (VIe s., Italie du Sud), où l’œuvre est précédée d’un sommaire qui compte 54 rubriques, et pour Bède le Vénérable, qui lisait un texte divisé en 124 chapitres.

Liber de diuinis scripturis
Roma, Biblioteca Nazionale Centrale, Sess. 58, VIIIe s. , Nonantola, f. 1v.

Qu’est-ce qui vous a amené à vous y intéresser ?
Dans mes recherches antérieures, j’avais rencontré des capitula, et pour commencer chez mon auteur de thèse, Cyprien de Carthage, dans ses florilèges bibliques. L’un d’eux est adressé à un collègue, Fortunatus, qui lui avait demandé un texte pour encourager les fidèles à la veille d’une persécution, mais Cyprien préféra lui envoyer la matière d’un livre (il parle de la laine d’une tunique, qui est plus utile qu’une tunique toute faite) : le sommaire est présenté comme le plan d’un futur écrit. En parcourant les manuscrits de Cyprien, j’avais remarqué les variations dans la mise en page de cette partie du texte. Et puis, lorsqu’on travaille sur des auteurs patristiques, on est amené à s’intéresser à la Bible latine et à ses manuscrits : or beaucoup sont dotés de sommaires ; c’est d’ailleurs un secteur de recherche très actif.
Pour ces deux raisons, j’avais lu l’article de Pierre Petitmengin, « Capitula païens et chrétiens », paru dans les actes d’un colloque qui prenait pour objet les titres dans les œuvres de l’Antiquité (Titres et articulations du texte dans les œuvres antiques, Paris, 1997). Pierre Petitmengin remarque que la pratique des sommaires est massive et durable (jusqu’au livre imprimé), mais tardivement et faiblement théorisée. Comme utilisatrice d’éditions critiques, de répertoires et de bases de données, j’avais été frappée également par la diversité du traitement éditorial : ce petit genre est un point d’observation intéressant pour réfléchir à l’histoire des pratiques philologiques, ce que j’avais un peu fait en thèse, autour des questions d’authenticité et d’attribution.
Outre la dimension philologique, la dimension littéraire – comme point de vue particulier sur le texte, qui peut relever de traditions scolaires et exégétiques – m’intéresse aussi. Je retrouve des questions qui étaient au cœur de ma thèse : la manière dont des écrits mineurs (les écrits pseudépigraphes alors, les capitula désormais) disent quelque chose de la réception d’un auteur. Bien sûr, je change d’objet, mais l’enjeu est, au fond, le même : les capitula comme mode de présentation du livre tardo-antique et médiéval constituent un trait important de la réception des textes. Mais enquêter sur une telle pratique implique un corpus plus large et aussi une étude matérielle des manuscrits, un aspect qui était moins important dans mes travaux précédents. 

Pourquoi avez-vous candidaté à un poste de chercheuse résidente à l’EFR ?
Beaucoup de manuscrits et d’imprimés sont disponibles en ligne, ce qui modifie considérablement les conditions de travail, en rendant possible notamment un retour sur les documents et des comparaisons. J’ai donc pu démarrer efficacement ma recherche. Mais, assez rapidement, j’ai compris que j’aurais besoin d’une mission assez longue (ou de plusieurs missions) en Italie, en particulier à Rome : pour voir des manuscrits qui ne m’étaient pas accessibles et pour en étudier d’autres sur place. J’ai donc demandé un congé pour recherches, que j’ai obtenu, via le CNU, pour le second semestre de l’année 2018/2019.
En posant ma candidature pour un poste de chercheuse résidente, j’entrevoyais aussi la possibilité de changer – momentanément – de cadre de travail et d’avoir de nouveaux interlocuteurs. L’objectif n’était pas seulement de profiter d’excellentes conditions de recherche (ce qui a été le cas !), mais aussi d’avoir un point d’ancrage scientifique. J’avais participé, trois ans auparavant, à une journée d’études sur Florus de Lyon, organisée par Franz Dolveck, alors membre de l’EFR, Camille Gerzaguet et Pierre Chambert-Protat, qui est ensuite devenu membre de la section médiévale. La possibilité d’échanger avec d’autres chercheurs était une perspective attrayante. De ce point de vue, j’ai retiré beaucoup de mes discussions avec les collègues rencontrés à l’EFR, même lorsque leurs objets immédiats de recherche étaient différents – parfois très différents – des miens. Évidemment, de tels échanges sont possibles aussi dans le cadre universitaire qui est le mien, mais ils sont grandement favorisés lorsqu’on a l’occasion de passer un temps assez long dans une autre structure scientifique. Ainsi, à côté des discussions que j’ai pu avoir et qui nourriront, je l’espère, de futures collaborations, j’ai essayé de profiter de la vie scientifique de l’EFR, notamment du séminaire de lectures en sciences sociales (« Fragments, Fragmentations ») ou de manifestations ponctuelles, comme le colloque Le monde économique et social du livre en Italie et en Europe (28-29 mai 2019, org. C. Kikuchi et A. Ottone).

Quels sont les premiers fruits de votre enquête de terrain ?
Je suis arrivée à Rome avec un programme de dépouillement chargé, qui concernait des manuscrits de la Bibliothèque vaticane et de plusieurs bibliothèques romaines. J’ai également travaillé au Centro Nazionale per lo Studio del Manoscritto, à la Bibliothèque nationale de Rome, dont la riche collection de microfilms m’a permis d’avancer rapidement sur les fonds de plusieurs bibliothèques italiennes hors de Rome.
Il s’agissait le plus souvent de manuscrits que je n’avais pas encore vus, et la connaissance que j’avais de leur contenu était très variable, selon le degré de précision des catalogues et des répertoires. Il fallait vérifier la présence d’un sommaire, déterminer si la série était éditée ou non, relever la nature du lien entre le sommaire et le texte (un simple numéro, qui permet de passer du sommaire à un passage du texte, ou la reprise d’une rubrique dans la marge ou comme véritable titre de chapitre). Ces dépouillements m’ont permis d’avancer dans mon répertoire, de poser les jalons d’une typologie historiquement structurée et d’affiner la diffusion des différentes séries.
J’ai complété ce recensement par l’étude détaillée du fonctionnement des sommaires dans un choix de soixante-dix manuscrits. Ces descriptions viendront nourrir l’étude approfondie de quelques auteurs, notamment Augustin d’Hippone : je voulais voir comment le sommaire d’une œuvre donnée évolue au fil du temps, jusqu’au livre imprimé, et aussi comment, dans un manuscrit précis, il prend place dans un ensemble d’aides à la lecture, qui peuvent être d’époques différentes. De ce point de vue, la consultation directe et la possibilité de manipuler les livres ont été précieuses.

Au Castello Orsini-Odescalchi de Bracciano, mai 2019. Photographie C. Mazet

En dehors de vos recherches, quelques mots sur ce que vous appréciez le plus dans la vie romaine ?
J’étais déjà venue à Rome, pour des vacances ou des activités scientifiques, mais je n’y étais jamais restée aussi longtemps. J’ai conscience que la vie romaine dont j’ai fait l’expérience est assez particulière et privilégiée. D’une certaine manière, j’ai pu profiter pleinement de ce qu’on fait dans un temps toujours trop court, et parfois dans l’urgence, en vacances ou lors de missions, en alliant visites, travail en bibliothèques, restaurants, etc. Je l’ai fait en marchant beaucoup, en me perdant quelques fois, avec un émerveillement toujours intact pour les fontaines et les places romaines. J’ai eu aussi la chance d’être chaleureusement accueillie, ce qui a contribué à rendre ce séjour aussi agréable que fructueux.


Propos recueillis par Christian Mazet
Membre de première année de l’École française de Rome
Section Antiquité


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.