Le triomphe de César sur la Gaule et la mort de Vercingétorix. Des sources à l’histoire publique

Guillaume de Méritens de Villeneuve, chargé de recherches du F.R.S-FNRS

Mots clés : Vercingétorix ; César ; triomphe ; carcer Tullianum ; prison romaine

Dans le cadre d’une intervention dans l’émission Secrets d’Histoire, j’ai été amené à parler du triomphe de César sur la Gaule et de la mort de Vercingétorix. Or, peu de sources évoquent ces événements, ce qui rend la tâche délicate. S’agissant d’épisodes importants de la vie du personnage, il n’était pas possible d’en faire l’économie et il convenait donc de formuler des hypothèses en établissant des comparaisons avec d’autres contextes, documentés par des sources plus loquaces.

       Après avoir incarné la résistance gauloise contre César, Vercingétorix, vaincu à la bataille d’Alésia en 52 av. J.-C., fut contraint de se rendre. Il s’ensuivit une longue captivité, jusqu’à son exécution, en 46 av. J.-C. Le récit de sa mort est documenté par un seul auteur antique, Cassius Dion, qui écrivit une histoire romaine au IIIe siècle apr. J.-C. Il rapporte simplement que César, « après l’avoir fait figurer dans le cortège triomphal, le fit mettre à mort », sans préciser quand, où, par qui et comment (Cassius Dion, Histoire romaine, XL, 41, 3. Voir aussi XLIII, 19, 4). Plutarque ne dit rien de son exécution, il laisse seulement entendre que Vercingétorix était bien présent dans le cortège lors du triomphe de César, qui eut lieu en août 46 av. J.-C. (Plutarque, Vie de César, 27, 10).

       Que sait-on du triomphe de César, au cours duquel Vercingétorix est présent ? Le triomphe est une cérémonie qui autorise un général romain ayant remporté une campagne militaire à monter sur la colline du Capitole pour remercier Jupiter pour sa protection. Les sources donnent quelques détails, mais, pour l’essentiel, notre connaissance du déroulement du triomphe romain sous la République repose sur la description que Plutarque fait du triomphe de Paul Émile, célébré en 167 av. J.-C. après la victoire contre le royaume de Macédoine. On reconstitue donc le déroulement du triomphe de César en ayant recourt à l’analogie. Le triomphateur défile dans la ville de Rome à la tête d’un cortège qui rassemble ses troupes, les captifs les plus illustres de la campagne, ainsi que les richesses prises à l’ennemi : il montre ainsi aux citoyens de Rome l’ampleur et l’éclat de sa victoire, dont il en tire un prestige immense. Le triomphateur revêt à cette occasion le costume de Jupiter, une robe pourpre brodée d’or, et il parade sur un quadrige, en tenant dans sa main une palme symbolisant la victoire. Un esclave tient une couronne de laurier en or au-dessus de sa tête en lui répétant : « souviens-toi que tu es un homme » (hominem te memento), afin qu’il ne cède pas à la tentation de se prendre pour un dieu. Lors de la dernière partie du triomphe, le cortège emprunte la uia sacra, qui traverse le forum, et il fait une halte au pied de la colline du Capitole, le cliuus Capitolinus. À ce moment précis, les captifs sont conduits vers les latomies et l’imperator décide s’ils seront exécutés ou gardés en captivité. Le triomphateur entame alors l’ascension de la colline, vers le temple de Jupiter Capitolin.

       En août 46, César célèbre consécutivement quatre triomphes, à quelques jours d’intervalle, pour avoir remporté des victoires sur la Gaule, l’Égypte, le royaume du Pont, en Asie Mineure, et l’Afrique. Après la cérémonie, « César offrit à ses soldats d’importantes gratifications et gagna la faveur du peuple par des banquets et des spectacles » (Plutarque, Vie de César, 55, 4). C’est une façon de gagner la faveur du peuple et donc de renforcer son pouvoir et sa légitimité politique après une période de guerre civile. Le triomphe est un jour de liesse auquel les citoyens se pressent d’assister, ce qui contraste beaucoup avec le sort des captifs.

       Au cours du triomphe sur la Gaule, Vercingétorix devait très certainement défiler sur un char, non loin de César. Pourquoi avoir maintenu le chef gaulois en vie tant d’années après sa reddition, en 52 av. J.-C. ? Un passage des Verrines, rédigés par Cicéron en 70 av. J.-C., donne un élément de réponse : « Or même ceux qui vont recevoir le triomphe et pour ce motif gardent plus longtemps en vie les chefs des ennemis, afin que leur présence dans le cortège triomphal offre au peuple romain le spectacle et le fruit le plus beau de la victoire, les font conduire en prison, quand les chars commencent à tourner du Forum vers le Capitole, et le même jour voit finir le pouvoir des vainqueurs et la vie des vaincus » (Cicéron, Verrines, 2, 5, 77). Montrer Vercingétorix vaincu, probablement enchaîné, évoque non seulement la victoire de César, mais aussi celle du peuple romain tout entier contre l’ennemi gaulois qui inspirait la crainte (metus Gallicus) depuis le sac de Rome par Brennus en 390 av. J.-C. Une anecdote, racontée par Suétone, émaille le récit du triomphe sur la Gaule : « en traversant le Vélabre, César faillit être précipité du haut de son char, dont l’essieu s’était rompu et il monta au Capitole à la lumière des flambeaux que portaient dans des candélabres, quarante éléphants, à sa droite et à sa gauche » (Suétone, Vies des douze Césars, César, 37, 3). Outre la surprise que put provoquer ce revers de fortune, César conserva la felicitas du triomphateur par la suite puisqu’il parvint à vaincre les fils de Pompée en péninsule Ibérique en 45 av. J.-C. À l’occasion de ce nouvel épisode de guerre civile, César fit frapper des deniers sur lesquels il commémorait le triomphe sur la Gaule. Au droit de la monnaie, on observe un portrait de Venus, la divinité protectrice de César, et au revers un trophée avec des armes celtiques surplombant deux personnages : l’un masculin, entravé, qui évoque sans doute Vercingétorix, et l’autre féminin, qui est identifié par une allégorie de la Gaule, vaincue, la tête baissée. En ravivant le souvenir de sa victoire passée, César entendait probablement rappeler à ses soldats que s’ils vainquirent face au péril gaulois à Alésia, ils triompheraient également contre leurs ennemis à Munda, grâce à Vénus.

Fig. 1. Denier frappé par César (RRC 468/2), BnF, REP-13016

Qu’advient-il de Vercingétorix après le triomphe ? Si l’on en croit le récit de Cicéron, les captifs étaient conduits vers la prison, très certainement vers les Latomies, dont les cellules, qui jouxtaient le forum et s’étendaient sur les pentes de la colline du Capitole, avaient été creusées dans d’anciennes carrières de tuf. Tite Live rapporte que la prison a été établie au centre de Rome et sur une position élevée afin d’inspirer la terreur aux criminels. De nos jours il est possible de visiter le carcer Tullianum, la prison Tullienne, qui constituait le « quartier de haute sécurité de la prison » selon Y. Rivière. L’historien Salluste décrit l’état du carcer Tullianum une vingtaine d’années avant le triomphe de César : « Il y a dans la prison, quand on monte un peu sur la gauche, un endroit nommé le Tullianum, enfoncé d’environ douze pieds sous terre. Il est de tous côtés fermé par des murs, et couvert d’une voûte en pierres de taille ; et la saleté, l’obscurité, l’odeur lui donnent un aspect sinistre et terrifiant » (Salluste, La conjuration de Catilina, 55, 3). C’est en effet un lieu lugubre et très humide, encore aujourd’hui, qui laisse imaginer des conditions de détentions épouvantables. À la fin du IIe siècle avant J.-C., le roi numide Jurgurtha avait été enfermé dans le Tullianum et, selon Plutarque, il aurait dit à ses geôliers : « par Hercule, que vos termes sont froids ! » (Plutarque, Vie de Marius, 12, 4).

Fig. 2: Facciata de San Giuseppe dei Falegnami (Rome), où l’on peut aujourd’hui visiter le carcer Tullianum (©wikimedia commons)

       Il est difficile de préciser combien de temps Vercingétorix a été incarcéré au Tullianum après le triomphe. À titre de comparaison, Jugurtha est mis à mort après six jours de détention. L’exécution de Vercingétorix interviendrait donc rapidement après le triomphe de César et il faut évidemment suivre J.-L. Brunaux lorsqu’il récuse l’hypothèse de la libération du chef gaulois. Concernant le mode opératoire, l’hypothèse de l’étrangement avec un lacet a souvent été avancée. Elle se fonde sur un passage de Salluste qui décrit la mise à mort des partisans de Catilina, en 63 av. J.-C. : « Lorsque Lentulus eut été descendu dans ce cachot, les bourreaux, suivant l’ordre reçu, l’étranglèrent avec un lacet. C’est ainsi que ce patricien, issu de l’illustre famille des Cornelii, qui avait exercé à Rome le pouvoir consulaire, trouva une fin digne de ses mœurs et de ses actes. Céthégus, Statilius, Gabinius, Céparius se virent infliger le même supplice » (Salluste, La conjuration de Catilina, 55, 3). La fin du personnage est considérée comme digne, car la mort par strangulation, à l’aide d’un lacet (laquaeus), passait pour plus rapide et moins douloureuse. Si Vercingétorix a bel et bien été mis à mort de cette manière, il a reçu le même traitement qu’un aristocrate romain coupable de sédition. Il n’aurait donc pas été exécuté publiquement, les sources l’auraient probablement mentionnée, mais discrètement, loin des regards de la foule.

       Outre les rares sources qui mentionnent brièvement les événements – deux passages de Cassius Dion, un autre de Plutarque et un dernier de Suétone –, notre connaissance du triomphe de César et les hypothèses que l’on peut formuler sur la mort de Vercingétorix reposent donc essentiellement sur la description du triomphe de Paul Émile faite par Plutarque et le récit de la répression de la conjuration de Catilina rapporté par Salluste. C’est finalement au prix d’une grande incertitude qu’il est possible de raconter les derniers moments de la vie de Vercingétorix.

Bibliographie minimale

Bastien J.-L., Le triomphe romain et son utilisation politique à Rome aux trois derniers siècles de la République, Rome, 2007.

Brunaux J.-L., Vercingétorix, Paris, 2018.

Rivière Y., Le cachot et les fers, Paris, 2004.

Russo A., Fortini P. (éd.), Carcer Tullianum. Il Mamertino al Foro Romano, Rome, 2022.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
EFR (24 octobre 2023). Le triomphe de César sur la Gaule et la mort de Vercingétorix. Des sources à l’histoire publique. À l’École de toute l'Italie. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/o4tq


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search