Programme Imperialiter. Penser l’efficacité de l’Empire en passant par les transferts d’impérialité (XIIe-XVIIe siècles)

Imperialiter explore toutes les modalités de ce qu’on a défini comme « l’impérialité seconde » : c’est-à-dire les formes de l’Empire qu’ont, par moment ou de manière récurrente, investies des souverains et des constructions politiques qui ne prenaient pas le nom d’empereurs ou d’empires, sinon marginalement, mais qui ont sans cesse réinterprété ce qu’était pour eux l’Empire. Le colloque conclusif de ce programme se tiendra au Centre de recherches historiques de Versailles du 15 au 17 octobre 2020.

Entretien avec Annick Peters-Custot, professeure des Universités en histoire du Moyen Âge, Université de Nantes.

Europa regina, dans Sebastian Münster, Cosmographia, Bâle, 1570 (CC BY-NC-SA).

1- Quels sont les origines de votre programme de recherches ?

Imperialiter est un programme de recherches, dont on retrouve le calendrier ici : https://www.efrome.it/imperialiter.html, et qui analyse, sur le temps long (XIIe-XVIIe  siècles), les « transferts d’impérialité », à qui nous avons donné le nom d’« impérialité seconde ». Derrière ces expressions se niche toute la variété des modes d’appropriation des caractères de l’Empire par des constructions politiques dont le souverain n’était pas, officiellement, un empereur (royaumes, papauté, communes italiennes…). Il s’agit, avant tout, de la captation d’images, de symboles, de discours, de rationalités de gouvernement, de rituels, d’usages linguistiques, de constructions juridiques et théologico-politiques, etc.

L’idée du projet est partie de l’Italie ou, pour resserrer encore, de l’Italie méridionale et, pour être définitivement précis, du royaume de Sicile au XIIe siècle, sous la dynastie de Hauteville, qui est mon terrain de recherche privilégié, et sur lequel, depuis longtemps, les historiens s’affrontent sans se décider sur la nature orientale ou occidentale de cette construction politique et sur son allure impériale, enracinée dans des références principalement islamiques et byzantines. Ce qui m’a frappée, c’est que les rois « normands » de Sicile, tout en étant fortement insérés dans les enjeux géopolitiques de l’Occident et tout en refusant de reprendre un titre impérial, exprimaient par presque tous les moyens de la représentation visuelle et symbolique leur appropriation des références impériales ; et que, contrairement à d’autres royaumes, et malgré leurs revendications impérialisantes, personne n’a jamais parlé d’un « Empire Hauteville », comme on parle d’un « Empire Plantagenêt ».

Affiche du colloque « L’eschatologie impériale du souverain ». Collège de France, amphithéâtre Maurice Halbwachs, 16-18 octobre 2019. Org : Annick Peters-Custot et Patrick Boucheron.

2- Comment expliquez-vous donc que certains pouvoirs, sans être des empires, ont recouru à la symbolique impériale ?

Après la vague – toujours très active – de l’impériologie, c’est-à-dire de l’étude, souvent comparative et sur le temps long, des empires, un renouveau historiographique récent a mis en lumière deux phénomènes distincts : d’une part, le fait que des souverains aient pris, occasionnellement ou non, le titre ou les modes iconographiques des empereurs (dans la Péninsule ibérique au XIe siècle, par exemple) ; le fait, par ailleurs, que le terme d’« empire » soit utilisé, par des historiens contemporains cette fois-ci, comme un concept opératoire pour décrire des constructions politiques qui, par ailleurs, ne s’inspiraient guère des allures habituelles des empires chrétiens (par exemple, précisément, « l’empire Plantagenêt »). Il y avait là matière à réflexion car, dans la juxtaposition de ces deux transferts d’impérialité, complètement différents, était mise en lumière une mission quasi impossible, définir ce qu’est un empire et ce, pour quantité de raisons.

Tout d’abord, parce que nous sommes obsédés par cet hyper-modèle qu’est l’Empire romain antique. Ensuite, parce que les médiévaux et modernes composaient avec plusieurs définitions de l’Empire (lié à la romanité, au rôle ecclésiastique du souverain, à la pluralité linguistique et religieuse interne, ou à la domination d’un même prince sur plusieurs regna). Enfin, parce que notre regard sur l’empire a été largement modelé par cet avatar moderne et contemporain de l’Empire que fut l’empire colonial, qui a pris toute la place, accompagné de ses caractères spécifiques : expansion, conquête, impérialisme, domination, oppression, hégémonie, suprématie, à telle enseigne que l’identification de certains de ces traits a suffi à certains historiens à qualifier d’« impérial » un royaume ainsi caractérisé (le royaume anglo-normand après 1066, par exemple).

Bref, deux conclusions : d’abord, l’Empire a une spectaculaire capacité à revêtir des formes différentes, dans l’espace et dans le temps, si bien qu’on peut même se demander s’il existe une notion d’empire ; c’est-à-dire si la multiplicité des incarnations de l’Empire peut être réductible à une notion unique, du moins sans faire violence aux configurations historiques particulières. Ensuite, étudier l’empire, c’est constamment prendre le risque de l’anachronisme et de la projection de nos définitions de l’empire sur des réalités anciennes.

Mosaïque du couronnement de l’empereur par le Christ. Eglise de Santa Maria dell’Ammiraglio à Palerme, vers 1143 (CC BY-NC-SA).

3- Quels objectifs vous êtes-vous assignés ?

Au bout du compte, le programme Imperialiter se veut moins comme une résolution que comme un contournement de ces difficultés. Nous ne cherchons pas à définir ce qu’était un empire pour les contemporains du XIIe, du XIVe ou du XVIe siècle, mais bien plutôt, en décryptant et en contextualisant les transferts d’impérialité en fonction des époques, des lieux et des constructions politiques, à identifier ce qui, aux yeux des contemporains, rendait l’empire politiquement efficace – en d’autres termes, quel « supplément d’âme » apportait l’impérialité à un pouvoir non-impérial. Il ne s’agit donc pas d’une histoire de la représentation de l’Empire, mais d’une histoire de l’efficacité de l’empire, transposable à des non-empires. Le champ géographique est loin d’être uniquement italien (nous avons poussé jusqu’à la Hongrie), mais l’Italie est au cœur de nos travaux, entre royaume de Sicile, papauté et communes italiennes – notamment Venise. À côté d’elle, les royaumes de France, d’Angleterre et de la Péninsule ibérique sont les objets principaux de ce programme.

Constantin VII couronné par le Christ, ivoire, milieu du Xe siècle. Musée Pouchkine, Moscou (CC BY-NC-SA).

4- Quelles formes a pris votre programme de recherches ?

À partir de ces réflexions préliminaires, nous avons bâti un mode de fonctionnement, une méthode de travail et un objectif. Le mode de fonctionnement est celui d’un noyau dur de six collaborateurs (trois Français.es, deux Italiens, un Espagnol), qui communique à un groupe de « compagnons de route » les avancées du programme ; une méthode de travail, qui est celle de réunions scientifiques régulières, internationales, procédant par thèmes qui se dessinent au fur et à mesure : le roi et l’Église, les stratégies et les rythmes de l’impérialité, le roi et les langues, l’eschatologie impériale du souverain et, prochainement, la gloire impériale du souverain – sachant que la crise sanitaire a empêché la tenue de journées d’études sur les questions de théorie juridique. Un objectif, qui vise moins à procéder, de manière traditionnelle, par succession de colloques / publications de colloques, qu’en constituant progressivement un matériau cumulatif pour une publication finale, un ouvrage unique, dont la préparation occupera la cinquième et dernière année du programme (2021).

Le roi Harold, orbe impérial en main. Tapisserie de Bayeux, c. 1066-1082 (CC BY-NC-SA).

5- Quels sont vos partenaires ? Quelle dimension internationale votre programme prend-il ?

Imperialiter est un programme du réseau des Écoles françaises à l’Étranger (EFE) car il associe l’EFR et la Casa de Velázquez, qui toutes les deux soutiennent ou ont soutenu (la programmation scientifique de la Casa est triennale et non quinquennale comme celle de l’EFR) financièrement et matériellement le programme au premier chef.

D’autres institutions sont également très investies : l’Université de la Basilicate, l’UMR 8589 (LAMOP), l’UMR 8167 (Orient et Méditerranée) et, jusqu’à la fin de son existence, le LabEx RESMED (Religion et société en Méditerranée). Certains laboratoires contribuent tout au long des cinq années du programme (le CRHIA de Nantes, TEMOS) ; d’autres institutions nous accompagnent ponctuellement mais généreusement en accueillant une rencontre scientifique (la Maison française d’Oxford, le Collège de France et, prochainement, le CRDV de Versailles).

L’EFR et la Casa de Velázquez, dans le panel des partenariats d’Imperialiter, se démarquent au sens où elles seules contribuent à la fois de manière récurrente et financière, et en accueillant une rencontre scientifique (l’EFR en 2017, la Casa en 2018), avec toute la logistique que cela suppose.


Bulle d’or de Louis XII, roi de France, de Naples et de Jérusalem, duc de Milan, 1500-1503 (CC BY-NC-SA).

6- En dehors de vos recherches, pouvez-vous nous dire quelques mots sur ce que vous appréciez lorsque vous êtes à Rome ?

Pour avoir vécu quatre ans à Rome, y revenir est comme retourner dans une ville d’adoption qui vous a donné parmi vos meilleures années : c’est retrouver la lumière et la grâce, les parfums de la nonchalance, l’aube sur la Place Navone, et le cappucino du matin, c’est-à-dire le plaisir d’une parenthèse enchantée qui ne ressemble pas entièrement à ce qu’y fut ma vie quotidienne (qui fut aussi faite d’énervement face au chaos urbain et aux conducteurs de bus romains), et qui n’en garde que les couleurs fastueuses et nostalgiques.

Propos recueillis par Séverin Duc, membre de troisième année de l’Ecole française de Rome, section Epoques moderne et contemporaine.

Bibliographie

Ouvrages

J. Krynen, L’empire du roi. Idées et croyances politiques en France, XIIIe- XVe siècle, Paris, 1993.

F. Madeline, Les Plantagenêts et leur Empire. Construire un territoire politique, Rennes, 2014.

A. Pagden, Lords of all the World. Ideologies of Empire in Spain, Britain and France, c. 1500-1800, New Haven – Weber, 2013.

H. Sirantoine, Imperator Hispaniae. Les idéologies impériales dans le Royaume de León (IXe-XIIe siècle), Madrid, 2012.

Articles

A. Nef, « Imaginaire impérial, empire et œcuménisme religieux : quelques réflexions depuis la Sicile des Hauteville », Cahiers de Recherches médiévales et humanistes, 24, 2012, p. 227-249.

A. Peters-Custot, « “Byzantine” versus “Imperial” kingdom: How “Byzantine” was the Hauteville king of Sicily? », dans Menschen, Bilder, Sprache, Dinge. Wege der Kommunikation zwischen Byzanz und dem Westen. 2., éd. F. Daim, Ch. Gastgeber, D. Heher und Cl. Rapp, Mainz, 2018 (Byzanz zwischen Orient und Okzident Veröffentlichungen des Leibniz-WiessenschaftsCampus Mainz, 9, 2), p. 235-248.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search