Une mémoire farnésienne. Entretien avec André Vauchez 3/3

Suite et fin de l’entretien réalisé en août 2023, à Noirmoutier (Barbâtre), avec André Vauchez. Dans ce dernier billet, l’historien revient sur ses années à la direction de l’EFR de 1995 à 2003, les principaux chantiers scientifiques soutenus sous son mandat et l’évolution de ses pratiques médiévistiques.

Les années de direction à l’EFR (1995-2003) et pratiques médiévistiques

Quand vous revenez à l’École, seize ans après, en tant que directeur « tout court », j’imagine que vous vous êtes efforcé de soutenir la médiévistique ?

Bien sûr, mais je me suis surtout efforcé d’être le directeur de toute l’École, les membres quels qu’ils fussent, les boursiers et le personnel métropolitain et local. Pour cela, j’étais tenu de ne pas mettre prioritairement l’accent sur les études médiévales, d’autant plus que les “Antiquisants” et, en particulier, les archéologues étaient un peu déçus de me voir arriver…Il faut bien avoir présent à l’esprit que j’étais le premier directeur médiéviste depuis Émile Mâle (1923-1937) et qu’il s’était créée ensuite une sorte de tradition non-écrite en vertu de laquelle le directeur de l’EFR devait être un spécialiste de l’Antiquité romaine.

André Vauchez à son arrivée à la direction de l’EFR ©André Vauchez / EFR

Ma chance, si je peux dire, en 1995 fut qu’à l’Institut, les “Antiquisants” ne parvinrent pas à se mettre d’accord sur le nom d’un candidat, ce qui me permit d’être le tertius gaudens. Pour moi, ce ne fut pas – surtout au début – une période très faste pour mes travaux personnels, car j’étais accablé de tâches administratives, tout en m’efforçant de cultiver de bonnes relations avec nos deux ambassades à Rome, le Ministère et le CNRS à Paris, et avec les universités italiennes. Mais je m’intéressais évidemment aux activités de la section médiévale, tout en laissant une grande liberté aux deux directeurs d’études successifs, Jacques Dalarun et François Bougard.

Quels ont été les principaux chantiers scientifiques pendant vos années de direction ?

Quand je suis revenu à Rome, en 1995, il y avait en cours un programme très intéressant lancé par Claude Nicolet sur les mégapoles méditerranéennes. C’était l’étude comparée d’un certain nombre de très grandes cités dans la longue durée, et elle incluait évidemment des médiévistes pour parler de Constantinople ou Venise. Après mon arrivée, il y a encore eu un colloque et une synthèse finale.

André Vauchez (dir.), I santuari cristiani d’Italia : bilancio del censimento e proposte interpretative, Publications de l’École française de Rome, 2007 ©EFR

En 1996, j’ai lancé moi-même un programme de recherche sur les sanctuaires chrétiens dans le monde méditerranéen à l’époque médiévale et moderne. C’était une entreprise qui avait un caractère franco-italien car il était soutenu par plusieurs collègues romains – en particulier Sofia Boesch Gajano – mais aussi par une quinzaines d’universités italiennes avec Giorgio Cracco à Turin et Giorgio Otranto à Bari. Ainsi, on a pu alors créer des équipes qui ont procédé au recensement (“Censimento”) des sanctuaires pour chaque région. Les fiches étaient centralisées dans un data-base dans le cadre de l’ICCD de Rome. Nous avons organisé alors plusieurs colloques et divers ateliers pour mettre au point les méthodes et les problématiques. J’ai été très aidé dans cette entreprise par Cécile Caby, actuellement professeur d’histoire du Moyen Age à la Sorbonne. Cette recherche a contribué à faire connaître l’École dans des régions et des milieux universitaires qui n’avaient guère été en contact avec elle jusque-là.

L’École a donc collaboré par ses projets avec de nombreux chercheurs et chercheuses italiens…

Le rôle de l’École, en Italie et ailleurs, n’est pas de s’imposer et de fixer des directions de recherche dans tel ou tel domaine, mais de signifier par ses travaux l’existence de nouvelles problématiques ou orientations. Ensuite, les chercheurs étrangers peuvent être attirés par telle ou telle approche originale et être tentés de s’y joindre. Je ne donnerai comme exemple que l’influence qu’a exercée chez les médiévistes italiens la thèse de Pierre Toubert et ses recherches sur l’ “incastellamento” Mais, de notre côté, nous avions – et nous avons toujours – beaucoup à apprendre de l’historiographie italienne qui, dans certains domaines, est la meilleure qui soit. Avec Georges Vallet, et nous à sa suite, l’École est passé à une coopération qui impliquait beaucoup d’échanges réciproques.

Et quelle était votre vision par rapport aux membres ?

J’ai toujours respecté la liberté des membres et leur droit d’organiser leurs recherches comme ils l’entendaient, à une époque où les années passées à l’EFR devaient déboucher sur la soutenance d’une thèse. Mais il m’a semblé qu’il n’était pas excessif de leur demander de contribuer à la vie de l’École dans certaines occasions, en particulier lorsque des colloques ou des séminaires se tenaient Place Navone. Je pensais aussi qu’ils devaient profiter de leur séjour romain pour multiplier les contacts avec les chercheurs italiens et pour améliorer leurs compétences dans le domaine linguistique, de façon à ne pas faire “brutta figura” quand ils intervenaient en public. Une connaissance poussée de la langue anglaise étant désormais indispensable dans le domaine scientifique.

André Vauchez avec les membres de première année, promotion 1995-1996. De gauche à droite : Marie-Elisabeth Boutroue, Virginie Challet, Anne Mailloux, Olivier Poncet, André Vauchez, Pascal Montaubin, Anne Marijnen, Natasha Lubtschansky ©EFR

J’ai obtenu du directeur de l’Institut européen de Florence que les membres de l’EFR puissent participer à des stages intensifs d’anglais, qui étaient organisés au mois de septembre par cette institution pour ses propres étudiants, et ceux d’entre eux qui y participèrent en revinrent satisfaits. Quand certains se plaignaient – souvent à juste titre – que leurs savants travaux n’étaient pas lus en dehors des pays francophones, je leur suggérais d’en publier au moins un résumé en anglais ; plus tard, j’ai proposé au Conseil scientifique de l’École que les meilleurs travaux des membres fassent l’objet d’une traduction en anglais, ce qui aurait accru leur rayonnement et celui de l’EFR, mais cette proposition est restée sans suite. Je le regrette car, si attaché que je sois à la langue française, je crois qu’il nous fait prendre acte du fait qu’aujourd’hui la science s’écrit en anglais et qu’il faut publier dans cette langue si l’on veut être lu. Il faut aussi apprendre comment fonctionne un colloque international aux États-Unis ou en Angleterre : il y a toute une rhétorique académique anglo-saxonne qu’il est important de maîtriser car elle s’est imposée à peu près partout.

André Vauchez avec les membres de première année, promotion 2002-2003. De gauche à droite : Pierre Savy, Anne Brogini, Stéphane Gioanni, Wiliam Van Andringa, André Vauchez, Renaud Villard, Sandrine Crouzet, Étienne Anheim ©EFR
Pour terminer notre entretien, André Vauchez, j’aimerais savoir comment vous voyez la médiévistique actuellement, ses pratiques et les nouvelles thématiques de recherche, comme l’histoire du genre à laquelle je m’intéresse particulièrement

Il est bon que les problématiques des historiens s’enrichissent et se diversifient. Ainsi, l’histoire du genre est une problématique féconde à laquelle on ne pensait guère il y a cinquante ans, à condition toutefois de ne pas vouloir en faire une clé de lecture qui ouvre toutes les portes…Par ailleurs, dans le climat culturel actuel, après l’histoire de l’État (dit “moderne”, mais qui s’affirme aux derniers siècles du Moyen Âge) qui a accaparé beaucoup d’énergies pendant une trentaine d’années, il serait temps de s’intéresser davantage à l’histoire des territoires ; non pas certes dans la perspective de l’histoire régionale d’antan, mais en prenant davantage en compte l’habitat, le patrimoine, les coutumes et les traditions locales, afin de ne pas se contenter d’une histoire-problème, parfois dépourvue de chair. J’ai toujours été favorable à une collaboration entre les historiens et les anthropologues et ce n’est pas pour rien que j’ai été disciple de Jacques Le Goff, dont c’était une des idées fortes. Dans les années 1968/72, quand j’étais assistant à la Sorbonne, nous avions créé avec Claude Gauvard et Jean-Claude Schmitt un groupe de travail et de réflexion avec des ethnologues qui travaillaient sur la France, et nous cherchions comment introduire dans l’histoire que nous faisions la dimension anthropologique. Cela m’a beaucoup apporté. En Italie, j’ai connu des élèves de De Martino et je suis devenu l’ami de Gabriele De Rosa, avec lequel j’ai collaboré dans le cadre de la Storia dell’Italia religiosa et du Censimento dei santuari italiani. Mais j’ai peur que cette dimension de la recherche historique ne soit un peu tombée dans l’oubli et je le regrette.

Est-ce que l’arrivée et l’évolution de l’informatique vous a aidé dans votre pratique d’historien ?

J’ai commencé à rédiger des textes avec l’ordinateur en 1988. Cela m’a changé la vie, ne serait-ce qu’à cause du couper/coller. Quand j’écrivais ma thèse, si j’avais un “repentir”, il fallait retaper tout le passage que je voulais modifier, changer la pagination, etc. J’ai recouru pour cela à l’aide d’une secrétaire, une vieille dame française tout à fait charmante, qui me reprochait de dire du mal de saint Louis dans ma thèse… Je lui donnais mes pages raturées et la pauvre s’efforçait de les déchiffrer. Mais il fallait évidemment la payer pour son travail et ce n’était pas donné. Aujourd’hui, tout cela paraît incroyable et j’ai parfois l’impression d’avoir vécu à l’âge de pierre… Cela dit, l’informatique a profondément modifié le travail de l’historien : faire une bibliographie “on line” est une opération simple, alors que c’était auparavant une recherche qui prenait beaucoup de temps. Et ne parlons pas des images, dont beaucoup sont directement accessibles sur l’écran. Je suis toujours sidéré par la qualité de certaines notices de Wikipédia, où j’ai appris des choses intéressantes et grâce auxquelles j’ai parfois accédé à certains textes dont j’ignorais l’existence. Mais je ne suis pas allé au-delà d’un usage utilitaire de l’informatique, même si je suis convaincu de l’importance de ce qu’on appelle les humanités numériques pour nos études.

De votre côté vous avez réalisé quelques travaux d’édition, n’est-ce pas ?

Oui, mais sur le tard car cela demande beaucoup de temps. J’ai publié en 2019 une édition critique des Vies latines de S.Homebon de Crémone (+1197), sur lesquelles j’avais commencé à travailler vers 1970… et, en juin 2023, le premier tome du procès de canonisation de Charles de Blois, duc de Bretagne (+1364), qui a eu lieu entre 1371 et 13761. Il en existait déjà une vieille édition que j’avais utilisée pour ma thèse, mais elle était basée sur un manuscrit lacunaire et dépourvue d’identification des noms de personnes et de lieux. Comme de plus j’avais retrouvé aux Archives Vaticanes toute une partie de ce procès qui était inédite, il m’a paru utile de reprendre ce dossier avec quelques excellents collaborateurs. Nous y avons passé huit ans, mais le résultat est intéressant car la nouvelle édition permet de suivre tout l’iter de cette enquête, depuis les premiers miracles en Bretagne jusqu’à la préparation du consistoire qui devait proclamer saint le pieux duc de Bretagne. Mais cette réunion du pape et des cardinaux n’eut pas lieu, Grégoire XI ayant quitté Avignon sur ces entrefaites pour ramener la papauté à Rome, et, avec le Grand Schisme, la cause de Charles de Blois tomba dans l’oubli. J’espère pouvoir encore mener à bien la publication du tome II, qui contient les procès-verbaux des enquêtes locales sur les miracles de Charles de Blois et de l’examen des vertus et des miracles de ce dernier par les chapelains des cardinaux à la Curie d’Avignon. Tout ce travail aurait sans doute été impossible sans le recours à l’informatique, mais celle-ci doit demeurer un instrument et ne peut dispenser l’historien de s’impliquer à fond dans ce qui constitue le cœur même de sa recherche !

Je tiens à remercier chaleureusement André Vauchez pour sa confiance et sa disponibilité; Marie Zago, Emmanuel Turquin et Vivien Prigent pour leur aide dans la réalisation et publication de ce billet. Chloé Tardivel

  1. Le procès de canonisation de Charles de Blois ,duc de Bretagne (1319-1364) ,t. I, Le Procès d’Angers, 1371 , dir. A.Vauchez, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, et Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2023 []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
EFR (6 décembre 2023). Une mémoire farnésienne. Entretien avec André Vauchez 3/3. À l’École de toute l'Italie. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/o4tv


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Pier V. Aimone dit :

    Le procès de canonisation de Charles de Blois ,duc de Bretagne (1319-1364) ,t. I, Le Procès d’Angers, 1371 , dir. A.Vauchez, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, et Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2023
    Il faudrait s’adresser au Dicastère pour les causes des saints, Il s’agirait d’une cause’ ‘historique’ et, qui sait, Charles de Blois pourrait etre canonisé. Je pense que le prof A. Vauchez soit au courant de cette possibilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search