Une mémoire farnésienne. Entretien avec André Vauchez 2/3

En octobre 1972, André Vauchez, ancien membre de l’EFR (1965-1968), est nommé directeur de la toute nouvelle section Moyen Âge de l’EFR par Georges Vallet. Il revient dans ce billet sur les défis de cette nomination et les projets scientifiques développés sous sa direction.

Ce billet fait suite à un premier billet publié ici.

Les années de direction à la section Moyen Âge de l’EFR (1972-1979)

En octobre 1972, André Vauchez, vous revenez à Rome, cette fois pour être le premier directeur de la section « Moyen Âge » à la demande du directeur de l’École, Georges Vallet. Comment s’est passée cette nomination ?

Elle était pour moi totalement inattendue, car, après quatre années à la Sorbonne, je ne suivais que de très loin les affaires de l’École française de Rome, qui était dirigée depuis 1970 par Georges Vallet. En 1972, avec l’accord du Ministère, le poste de secrétaire général fut supprimé et trois postes de directeurs d’études furent créés. Les premiers nommés furent Pierre Gros pour l’Antiquité, Maurice Aymard pour l’époque moderne et moi-même pour le Moyen Âge. J’en ai été d’autant plus surpris que je ne connaissais pas personnellement Georges Vallet, mais je lui avais été recommandé par Jacques Le Goff et Pierre Toubert. A l’occasion d’un passage de Vallet à Paris, Le Goff nous invita à dîner ensemble chez lui. Comme cette prise de contact se passa bien, il fit appel à moi, ce qui devait être très important pour la suite de ma carrière et pour mes liens avec l’Italie.

Les membres et la direction de l’EFR, année 1972-1973. De gauche à droite : Jean-Paul Thuillier, Jean-Claude Maire-Vigueur, Michel Humbert, Patrice Pomey, Yvon Thébert, Olivier Michel, Noëlle de la Blanchardière, Pascale Hemeryck, Gérard Capdeville, Georges Vallet, Gérard Moyse, Mireille Corbier, Maurice Aymard, Pierre Gros, André Vauchez, Jacques Revel, André Hartmann ©EFR
Qu’est-ce que Georges Vallet vous a dit à propos de votre futur poste ?

Vallet avait compris qu’il fallait réorganiser l’EFR et en faire un centre de formation et de recherche susceptible de jouer un rôle dans le paysage universitaire français et italien, ce qui supposait un certain nombre de réformes. Il avait décidé de couper en deux les Mélanges de l’École, ce qui impliquait que je crée avec Aymard une nouvelle revue pour les époques médiévale et moderne, les MEFRM. Plus tard, cette dernière donna elle-même naissance à deux revues distinctes, avec la création des MEFRIM.

Premier n° des Mélanges de l’École française de Rome. Moyen-Age, Temps modernes, t. 84, 1972 ©EFR

Par ailleurs, Vallet me demanda de préparer un important colloque sur Mgr Duchesne et son temps, à l’occasion du centenaire de l’EFR qui devait être célébré par une série de manifestations scientifiques et de cérémonies officielles en 1973/74. Je ne savais pas grand-chose au départ sur Mgr Duchesne, mais comme j’étais spécialiste de l’histoire religieuse et ancien élève de Marrou, Vallet considéra que j’étais le mieux placé pour m’en occuper… Je n’étais pas seul heureusement et, pour mettre tout cela en place, j’ai pu alors m’appuyer sur une secrétaire dynamique et astucieuse, Nathalie Mencotti, que j’ai retrouvée plus tard.

Mgr Duchesne et son temps, Rome, Publications de l’École Française de Rome, 23, 1975 ©EFR
Quelles ont été vos missions une fois passé le colloque sur Mgr Duchesne de 1973 ?

Il faut d’abord revenir à Georges Vallet, car c’est vraiment lui qui a changé le visage de l’École dans les années 1970-1980. Archéologue spécialiste de la Grande-Grèce, il avait été conseiller culturel à l’ambassade de France en Italie et connaissait très bien les milieux diplomatiques dont il cultivait l’amitié. Par ailleurs, il avait de solides réseaux de connaissances et d’amis dans le Mezzogiorno : à Naples d’abord, où il créa le Centre Jean Bérard avec le concours du CNRS, mais aussi dans les milieux universitaires italiens, de la Campanie à la Sicile. Son grand mérite a été de comprendre aussi que l’EFR devait entrer dans le système universitaire français, qui venait d’être profondément renouvelé par la Loi Faure en 1969. Pour cela, il fallait d’abord modifier le système de recrutement des membres, ainsi que les statuts de l’École : les nouveaux statuts, qui furent promulgués en 1974, instituaient une commission de recrutement qui comprenait, à côté de membres de l’Institut, des représentants des universités (membres de diverses sections du CNU) et du CNRS. Il n’était plus question de recruter automatiquement à l’École le « major » de la promotion sortante de l’École des Chartes, ou le « cacique » de l’Agrégation de Lettres classiques. L’École devenait une institution universitaire destinée à favoriser la préparation des thèses de Doctorat et à développer les recherches françaises en Italie. Les membres seraient désormais sélectionnés en fonction de leur projet de recherche.

C’est alors qu’on vit apparaître le système des bourses de recherche ?

Exactement ! Brancher davantage l’École sur les universités françaises supposait que nous leur offrions en retour une contrepartie. D’où l’idée de créer des bourses d’un mois ou deux, permettant aux chercheurs débutants de venir en Italie, en particulier à Rome, pour y étudier leur documentation et découvrir la bibliographie italienne sur leur sujet. Le prédécesseur de Georges Vallet, Pierre Boyancé, avait eu l’heureuse idée de racheter un immeuble situé Place Navone, qui appartenait aux Pieux Établissements. Mais il était en très mauvais état et Vallet dut se battre pendant deux ans pour obtenir du Ministère des crédits permettant de la rénover et de le transformer en y créant des bureaux pour certains services de l’École et des chambres pour les boursiers à partir de 1974. Ce fut une grande réalisation qui allait permettre à l’EFR de se développer sans avoir à quitter le centre historique de Rome.

En prenant vos fonctions, quelle était votre vision de l’École ?

J’étais évidemment tout à fait d’accord avec la ligne suivie par Georges Vallet, dont j’admirais l’ardeur et l’ingéniosité. Il me semblait, comme à lui, que la priorité pour l’EFR, était de développer les relations scientifiques avec les chercheurs et les institutions italiennes. Pour cela, on commença à organiser à l’École des colloques, qui permettaient de faire coopérer des chercheurs français et étrangers autour d’un sujet donné ou d’un domaine précis. J’eus à cœur également d’ouvrir les MEFRM aux italiens, et en particulier aux jeunes chercheurs qui, dans le cadre assez gérontocratique de l’université italienne de l’époque, avaient du mal à publier leurs travaux et à bénéficier d’une reconnaissance « sociale ». Cette politique d’ouverture m’a valu l’amitié de nombreux jeunes médiévistes italiens et étrangers que j’ai retrouvés plus tard à des niveaux hiérarchiques plus élevés.

Couvertures des publications de colloques organisés pendant la direction d’André Vauchez à la section Moyen Âge ©EFR

Certains colloques de l’EFR à l’époque ont été de véritables évènements historiographiques, comme Famille et parenté dans l’Occident médiéval, avec Georges Duby et Jacques Le Goff, Structures féodales et féodalisme dans l’Occident méditerranéen (Xe-XIIIe siècle) avec Pierre Toubert, ou encore Faire croire que j’avais organisé avec Michel de Certeau et plusieurs collègues et amis, tant français qu’italiens.

Vous étiez donc l’initiateur de la médiévistique à l’EFR ?
L’art dans l’Italie Méridionale, T. I. De la fin de l’empire romain à la conquête de Charles d’Anjou, par Émile Bertaux , ancien membre de l’École française de Rome. 1904 ©EFR

Non, car, avant mon arrivée comme directeur des études, il y avait déjà eu à l’École de grands médiévistes, comme Robert Delort ou Pierre Toubert. Mais, avec la nouvelle organisation introduite par Georges Vallet, je disposais de possibilités beaucoup plus grandes pour promouvoir des recherches collectives, au-delà des recherches individuelles des membres et des miennes, puisque j’étais en train de rédiger ma thèse de Doctorat d’État que j’ai soutenue en 1978. Ainsi, outre le colloque sur Mgr Duchesne et son temps, qui nous valut d’être reçus par le pape Paul VI, qui procéda à la réhabilitation de cet éminent directeur de l’EFR accusé de “modernisme” sous le pontificat de Pie X, il y eut la préparation et la publication du “Nouveau Bertaux”, une mise à jour du grand livre d’Émile Bertaux sur l’Art de l’Italie du Sud au Moyen Âge, dont je partageai la responsabilité avec le professeur Adriano Prandi, et le lancement de programmes de recherche en archéologie médiévale.

Jean-Marie Pesez (dir.), Brucato. Histoire et archéologie d’un habitat médiéval en Sicile ©EFR

Cette discipline, qui était déjà assez développée en France, était encore peu répandue en Italie et l’École. Sur les conseils de Georges Vallet et de Maurice Aymard, on se lança dans des fouilles médiévales en Italie du Sud, en collaboration avec des équipes de l’EHESS dirigées par Jean-Marie Pesez : à Brucato, en Sicile, dans les années 1970 – où j’ai fouillé un peu moi-même avec Henri Bresc –, puis à Scribla en Calabre avec Ghislaine Noyé et Anne-Marie Flambard, ainsi que sur divers sites en Pouille, avec Jean-Marie Martin qui n’était pas archéologue mais avait une connaissance remarquable des sources documentaires et du terrain. On n’avait jamais fait auparavant d’archéologie médiévale à l’EFR et cette innovation intéressa beaucoup nos jeunes collègues italiens, dont certains se sont formés alors sur nos chantiers.

Suite et fin de l’entretien réalisé avec André Vauchez dans le prochain billet : “Les années de direction à l’EFR (1995-2003) et les pratiques médiévistiques”

Voir aussi le précédent billet : “Les années de formation et le début de carrière (1958-1972)”



Citer ce billet
EFR (2023, 29 novembre). Une mémoire farnésienne. Entretien avec André Vauchez 2/3. À l’École de toute l'Italie. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o4tu

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search