Une mémoire farnésienne. Entretien avec André Vauchez 1/3

André Vauchez, août 2023, Barbâtre (Noirmoutier) ©Chloé Tardivel / EFR

André Vauchez est médiéviste, ancien membre de l’École française de Rome (1965-1968), premier directeur de la section Moyen Âge (1972-1979) et ancien directeur (1995-2003). Il est spécialiste d’histoire de la vie religieuse et de la spiritualité médiévales. Il est l’auteur notamment de La sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Age (1198-1431) d’après les procès de canonisation et les documents hagiographiques1. En août 2023, Chloé Tardivel, membre scientifique de la section Moyen Âge, l’a rencontré pour s’entretenir avec lui sur sa longue carrière de médiéviste qui croise l’histoire de l’École Française de Rome de la seconde moitié du XXe siècle.

Les années de formation et le début de carrière (1958-1972)

André Vauchez, comment devient-on médiéviste dans les années 1960 ? Est-ce un choix guidé par votre milieu familial ? Pourriez-vous revenir sur les débuts de votre parcours intellectuel ?

Enfant et adolescent, j’ai toujours aimé l’histoire. Au lycée, c’était ma matière préférée. Je le dois sans doute à mon père qui aurait souhaité faire des études d’histoire ; mais il fut mobilisé à 19 ans en 1917 et, quand il revint à la vie civile, il dut chercher aussitôt un emploi car il était l’aîné de cinq enfants et son père, instituteur en retraite, avait bien du mal à faire vivre sa famille. Après le baccalauréat, je suis allé en Khâgne à Strasbourg – où j’ai passé toute ma jeunesse – puis à Louis le Grand, et je suis entré à l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm en 1958. J’avais 20 ans. Là, j’ai pu satisfaire pleinement mon goût pour l’histoire, mais, dans un premier temps, je ne savais pas bien dans quelle période me spécialiser. J’étais tenté par l’Histoire Ancienne, parce que j’avais fait beaucoup de latin et de grec en classe préparatoire, et par l’archéologie. A la fin de ma première année, l’École [ENS] m’a proposé d’aller suivre un stage d’archéologie à Glanum (Saint-Rémy de Provence), un très beau site. Mais je ne tardai pas à m’apercevoir que je n’étais pas très doué pour ce type de travail, qui exigeait beaucoup de patience et de minutie… Pendant ma deuxième année à l’ENS, j’ai suivi le séminaire d’Henri-Irénée Marrou, que j’ai beaucoup apprécié, mais je fus surtout séduit par les médiévistes, Jacques Le Goff, que je rencontrais à l’École [ENS] et Michel Mollat, dont je suivais le cours d’histoire des villes à la Sorbonne. Et quand il fallut choisir un sujet de Maîtrise, comme on disait alors, je décidai de devenir médiéviste !

Quelle était alors la nature de vos relations avec Jacques Le Goff et Michel Mollat ?
Jacques Le Goff, La civilisation de l’Occident médiéval, Paris, Arthaud, 1964, 693 p., 246 héliogravures, 8 pi. couleurs, 71 cartes et plans

Le Goff était un homme délicieux, très ouvert d’esprit et, comme on dit en italien, “alla mano“. Je n’ai pas tardé à devenir très proche de lui et il m’a demandé en 1963 de l’aider dans la préparation de son gros volume sur La Civilisation de l’Occident médiéval (Paris, Arthaud,1964), notamment pour la rédaction des annexes consacrées au vocabulaire des principales notions employées dans le texte. Ce fut très utile pour moi, y compris du point de vue économique car je faisais alors mon service militaire (1963-1965) et je ne me trouvais sans le sou… Jacques Le Goff m’a toujours soutenu par la suite, en particulier pour entrer à l’École française de Rome. Dans les mêmes années, je me suis également lié avec Michel Mollat, sous la direction duquel j’ai fait mon mémoire de Maîtrise sur les procès de canonisation au Moyen Âge.

Pendant cette année de Maîtrise, avez-vous eu accès à des sources inédites ?

Oui, car, pour mes recherches, je suis allé à Rome pour y travailler pendant deux mois, en 1961, et j’ai découvert alors qu’il y avait un certain nombre de procès de canonisation inédits à la Bibliothèque et aux Archives du Vatican où je fus admis sans difficulté. Ce fut aussi l’occasion d’un premier contact avec l’École française de Rome, où je fus bien accueilli par la bibliothécaire, Noëlle de La Blanchardière. Ce fut une véritable révélation qui me confirma qu’il y avait à Rome une matière documentaire abondante pour une thèse. Mais je n’étais pas encore en mesure de m’y attaquer, car je n’avais pas une formation suffisante en paléographie, même si j’en avais fait un peu à la Sorbonne avec Édouard Perroy, l’année précédente.

Est-ce à ce moment là que vous avez conçu le projet d’entrer à l’EFR ?

Je n’avais pas encore conçu de projets aussi ambitieux et j’étais loin d’avoir un plan de carrière aussi précis ! Dans l’immédiat, ma préoccupation principale était de réussir l’Agrégation d’Histoire que j’ai passée en 1962, après quoi j’ai bénéficié d’une année supplémentaire à l’ENS. C’est à ce moment-là que mes bons maîtres, Le Goff et Mollat, me conseillèrent de faire un mémoire de l’EPHE (l’EHESS ne devint autonome par rapport à celle-ci qu’en 1966) et d’entreprendre ensuite une thèse sur l’idée de sainteté au Moyen Âge d’après les procès de canonisation médiévaux, dont j’avais découvert tout l’intérêt pendant mon séjour romain. A l’époque, il ne suffisait pas d’être agrégé pour entrer à l’EFR : il fallait encore être Normalien et présenté par une institution (École pratique des Hautes Études, ou École des Chartes). On faisait une demande contenant un projet de recherche et le Directeur de l’École française de Rome choisissait les futurs membres, après s’être entouré des avis de quelques collègues de la Sorbonne et de l’EPHE. Il n’y avait pas d’audition des candidats et tout cela se faisait sur dossier. Le soutien de Michel Mollat et de Jacques Le Goff me permit d’être admis à l’EFR en octobre 1965, quelques mois après la fin de mon service militaire.

Membres de l’année 1965-1966 avec le directeur Pierre Boyancé assis au premier plan. Au fond de gauche à droite : Gérard Labrot, Maurice Aymard, Léon Pressouyre, André Tchernia. Au milieu de gauche à droite : André Vauchez, André Balland, André Guillou, Christian Godineau, Noëlle de la Blanchardière (directrice de la bibliothèque), Marc Reydellet, Claude Dagens, Michel Balard, Geneviève Esnos, Olivier Michel ©EFR
Quand vous devenez membre de l’École de Rome, vous commencez donc vos recherches en vue de la thèse. Comment étiez-vous encadré et aviez-vous un soutien de la part de votre directeur ?

Au risque de vous surprendre, je vous répondrai que je n’ai bénéficié d’aucun encadrement… Je tenais mon directeur de thèse, Michel Mollat, informé de mes progrès en lui écrivant de temps en temps et en allant le voir une fois ou l’autre quand j’avais l’occasion de venir à Paris. Un jour, je lui ai demandé un entretien plus long pour lui parler de difficultés que je rencontrais dans mon travail et nous nous sommes retrouvés dans un café du Quartier Latin. Il m’a posé quelques questions et m’a dit : “C’est très bien, continuez ! J’ai toute confiance en vous”, ou une formule de ce genre. C’était très sympathique de sa part, mais, comme vous le voyez, nous étions alors extrêmement libres, peut-être un peu trop !

Est-ce que vous aviez des soutiens « officieux » parmi des collègues ou des amis ?

Oui, dans une certaine mesure. Ainsi, pendant mon année supplémentaire à l’ENS, en 1962/63, j’étais allé trouver le Doyen Le Bras, qui était alors la plus haute autorité en matière de sociologie religieuse et il m’avait invité à suivre son séminaire à l’EPHE, ce qui fut très utile pour moi. Il poussa même plus tard l’amabilité jusqu’à me proposer d’écrire un chapitre sur les saints dans un livre qu’il préparait sur “La sociologie de l’Au-delà” ! Je ne pouvais qu’accepter cette proposition très flatteuse, mais en même temps j’étais terrorisé car je n’étais encore qu’un débutant…Quand il mourut, quelque temps après, j’en fus peiné, car c’était une personnalité forte et attachante, mais en même temps soulagé de ne pas avoir à me lancer dans l’ambitieuse entreprise à laquelle il avait voulu m’associer !

Et sur place, à Rome, vous aviez des soutiens, des formations ?

Oui, j’eus la chance de pouvoir m’inscrire à l’École de Paléographie du Vatican, où je suivis les cours du Prof. Giulio Battelli, un éminent paléographe qui, étant très lié à la Bibliothèque Vaticane, pouvait nous faire travailler sur des documents rares et souvent précieux. J’eus ainsi la possibilité de voir de près le manuscrit de Virgile du IVe siècle, l’un des plus anciens et des plus prestigieux de la Bibliothèque. Dans cette dernière, où je me rendais quasiment tous les jours ouvrables, j’eus l’occasion de faire la connaissance de chercheurs allemands, suisses et américains, mais surtout italiens qui pouvaient me donner de précieux conseils et je me suis lié d’amitié avec certains d’entre eux.

Existait-il déjà un Cercle des médiévistes romains ?

Non, si ce n’est de façon tout à fait informelle dans la cour de la Bibliothèque Vaticane où vers 11 heures, nous nous rendions pour prendre un café et discuter avec d’autres chercheurs de tous les pays. Ce n’est qu’en 1973, quand je revins à l’EFR comme Directeur des études médiévales, que je pris l’initiative, avec Gilmo Arnaldi, directeur de l’Istituto italiano per il Medioevo, Reinhard Elze, Directeur de l’Institut historique allemand de Rome et Giulia Barone, de la Sapienza, de créer le “Circolo medievistico romano” qui se réunissait une fois par mois environ au Palais Farnèse et a continué à le faire jusqu’à aujourd’hui, mais en divers lieux.

Membres de l’année 1967-1968 avec le directeur Pierre Boyancé assis au milieu. De gauche à droite : André Vauchez, Jacques Gascou, François-Charles Uginet, Roger Hanoune, Bruno Neveu, Chantal Guttinger, Geneviève Esnos, Henri Bresc, Danielle Gourévitch, Bernard Bouloumié, Michel Balard, Marc Reydellet, Christian Godineau, Jean Andreau, Pierre Gros ©EFR
Avant de parler de vos années en tant que Directeur d’études, j’aimerais revenir avec vous sur les trois années que vous avez passées au Farnèse comme membre entre 1965 et 1968. À l’époque, les membres étaient recrutés plutôt pour deux ans, n’est-ce pas ? Quelles étaient vos obligations ?

Au départ, j’avais été recruté, comme mes camarades, pour une année renouvelable. Il n’y avait pas de 3e année pour tout le monde et le Directeur de l’École, le latiniste Pierre Boyancé, considérait qu’elle devait revenir normalement à un spécialiste de l’Antiquité romaine. Comme il me le dit un jour franchement, à ses yeux, “les gens du Moyen Âge écrivaient un bien mauvais latin”, et les médiévistes n’étaient donc pas prioritaires pour obtenir une 3e année. Ma chance fut que mon camarade et ami Claude Dagens décida alors d’entrer au séminaire, ce qui libéra un poste dont je pus bénéficier. Évidemment cette 3e année me fut très précieuse, car j’en profitai pour achever à peu près le dépouillement de ma documentation.

Couverture des Mélanges d’Archéologie et d’Histoire de l’École française de Rome (t. 78, n°2, 1966) dans lequel ont été publiés les articles de “première année” des membres de 1965-1966 ©EFR

Les obligations des membres de l’École consistaient en la rédaction d’un article dit “de première année” mais qu’on pouvait rédiger pendant la deuxième, et, à la fin du séjour romain, d’un Mémoire, qui était apprécié ou vertement critiqué par un membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, dont le rapport était publié ensuite dans les CRAI. L’article de première année était quelque chose d’important, dans la mesure où il était édité dans les Mélanges de l’École française de Rome et constituait en général notre première publication. Je passai près de six mois à rédiger le mien et je fis bien, car l’étude que je réalisai alors sur des mouvements de paix en Italie du Nord en 1233/34, en liaison avec les débuts des ordres Mendiants, fut apprécié par les médiévistes italiens et me fit connaître d’eux.

En 1968, comment s’est passée pour vous votre sortie de l’EFR ?

Mon maître Michel Mollat me rendit alors un grand service, à ma sortie de l’École, en me prenant comme assistant en Histoire médiévale à la Sorbonne. A l’époque, on était recruté directement par les professeurs avec lesquels on travaillait et il n’y avait pas encore de commission de recrutement ! De plus, je suis arrivé à la Sorbonne juste après la grande crise de mai 1968 et, pour apaiser l’agitation, le Ministère avait créé beaucoup de nouveaux postes dans les universités. Mes débuts dans l’Enseignement Supérieur furent un peu rudes, car il n’y avait pas eu de session d’examens en juin 1968, et tout fut reporté à l’automne. Je commençais donc ma carrière d’enseignant en interrogeant des étudiants pendant six semaines sur des sujets que je ne connaissais guère, qui allaient de la seigneurie banale au XIe siècle jusqu’à l’histoire des croisades et de l’empire byzantin… J’en ai gardé un souvenir cauchemardesque car je devais chaque soir préparer fébrilement les questions du lendemain avec quelques manuels. Mais une fois passé ce bizutage, je fis rapidement des progrès et je fus finalement très heureux pendant les quatre années que je passai alors à la Sorbonne, où j’obtins le grade de Maître-Assistant, comme on disait à l’époque.

Suite au prochain billet : “Entretien avec André Vauchez 2/3. Les années de direction à la section Moyen Âge de l’EFR (1972-1979)



Citer ce billet
EFR (2023, 22 novembre). Une mémoire farnésienne. Entretien avec André Vauchez 1/3. À l’École de toute l'Italie. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o4tt

  1. André Vauchez, La sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Age d’après les procès de canonisation et les documents hagiographiques, Rome, École française de Rome, BEFAR, n°241, 1981. Ouvrage traduit en italien en 1989, en anglais en 1997, et réédité pour la troisième fois en 2014 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search