Raconter l’histoire et la recherche autrement : Ex decreto, un jeu vidéo sur la justice sous le Haut Empire romain

 

Gwenaëlle Deborde

Billet rédigé par Gwenaëlle Deborde, doctorante et ATER à Sorbonne Université, boursière à l’École française de Rome en mai 2023 dans le cadre d’une thèse intitulée En quête de justice : L’administration judiciaire des communautés occidentales par les autorités romaines sous le Haut Empire. Édité par Chloé Tardivel – membre scientifique pour la section Moyen Âge

Le travail de thèse est relativement solitaire, vos compagnons les plus proches dans cette entreprise restent vos sources et les travaux des chercheur.euse.s qui vous ont précédés. Les bibliothèques deviennent de seconds foyers -pas toujours confortables- et vous les investissez de petites habitudes et de pratiques qui se transforment rapidement en rituels. L’École Française de Rome n’échappe pas à cette dynamique et lorsque vous vous y rendez ce sont des rites qui s’instaurent, de la traditionnelle pause-café matinale, au travail jusqu’à des heures avancées de la soirée. Alors comment passer de ces lieux de production du savoir académique à une diffusion plus large de la recherche ?

Figure 1 : Affiche du jeu vidéo, Ex decreto ©ExDecreto – CC-by-nc-sa

De cette question est née une entreprise originale, un projet amorcé lors d’un marathon scientifique de deux jours pour développer des jeux vidéo à partir de sujets de recherche. Dans le jeu Ex Decreto vous incarnez le gouverneur de la province romaine de Dalmatie. Une partie de votre territoire est instable et, pour éviter la révolte, vous devez rendre la justice de façon avisée afin de maintenir la paix et d’assurer la domination romaine dans cet espace. Plus qu’une expérience ludique, ce jeu est une véritable invitation à découvrir le fonctionnement de la justice romaine, mais aussi les sources antiques qui permettent aux chercheurs de la comprendre et d’en reconstituer le fonctionnement. Primé lors des Rendez-vous de l’Histoire de Blois en 20221, le développement d’Ex Decreto est aujourd’hui financé par plusieurs partenaires au nombre desquelles Sorbonne Université, la région Ile-de-France ou encore les Clionautes. Disponible gratuitement en ligne dès le 1er novembre 2023, ce jeu se présente comme un véritable support de médiation et de diffusion scientifique des données de ma thèse intitulée : « En quête de justice : L’administration judiciaire des communautés occidentales par les autorités romaines sous le Haut Empire. »

Retour sur une expérience originale …

Diffuser la méthode historique et des sources antiques

Figure 2 : Manuscrit du Digeste de Justinien, Bibliothèque nationale de France ©Wikimedia /Domaine public

L’étude de la justice romaine est très peu présente dans les programmes scolaires. Mobilisant plusieurs disciplines, au nombre desquelles le droit et l’histoire, ses sources restent souvent méconnues du grand public et parfois même peu accessibles. Qui a eu l’occasion de croiser le Digeste ou encore les traités des arpenteurs dans son parcours ? Répondre par la positive relève de l’exception et c’est dans cet angle mort que le jeu vidéo Ex Decreto se propose de s’engouffrer. L’entreprise est relativement simple : présenter des sources, ainsi que des savoirs, mis en contexte de façon immersive dans un jeu vidéo afin de faciliter leur diffusion auprès d’un public large, constitué d’élèves, d’étudiant.es mais aussi de curieux.euses. Pour se faire, le jeu est développé sur deux niveaux de difficultés, qui le rendent accessible aussi bien aux adultes qu’aux plus jeunes.

Ex Decreto vous fait incarner un gouverneur de la province de Dalmatie, une province occidentale de l’empire, avec l’une des tâches majeures qui lui incombe : la gestion de la justice. Ce magistrat avait un rôle crucial pour maintenir la paix sociale dans la région qu’il administrait. Il devait veiller à ce que l’autorité romaine et ses lois soient observées, tout en prenant soin de respecter les prérogatives et les coutumes locales, qui étaient présentes bien avant la conquête romaine. De la même façon, le gouverneur ne jugeait pas l’ensemble des affaires qui lui étaient présentées (le temps lui aurait manqué !), mais déléguait une partie des conflits à un ou des tiers dans le cadre de ce que les historiens nomment la procédure formulaire. Le joueur est invité à rendre des jugements sur des affaires inspirées de véritables conflits, attestés par l’épigraphie ou encore par les sources littéraires antiques.

Figure 3: Extrait du prototype du jeu, développé en 48 heures lors de la Game Jam des Rendez-vous de l’Histoire ©ExDecreto – CC-by-nc-sa

Il doit mener une enquête minutieuse afin de juger de la culpabilité des accusés. Son investigation le pousse à étudier des textes de loi, à prendre en compte les recommandations des juristes, à analyser les preuves qui sont produites, ou encore à écouter les avis de ses conseillers, afin de rendre son verdict. Tous ces documents étant tirés de véritables sources antiques portées à la connaissance du joueur.

Figure 4: Croquis préparatoire avant le travail de graphisme et la modélisation 3D ©Solenne Marty / ExDecreto – CC-by-nc-sa

Le juge romain et l’historien ont en commun la pratique de l’investigation à partir de sources2. Ainsi, lorsque qu’il incarne le juge, le joueur endosse sans le savoir l’habit du chercheur qui tente de se rapprocher de la vérité en étudiant tous les documents à sa disposition. Plus qu’une ouverture et une diffusion des textes antiques, c’est dans des dynamiques de recherche historique que le joueur se retrouve plongé. La principale différence avec le travail scientifique réside ici dans l’ordre de l’enquête. Dans mes travaux de thèse, j’étudie les traces des verdicts de différents conflits dont j’essaie de déterminer les causes et la forme qu’ils ont pu prendre en mobilisant d’autres sources, au contraire, le joueur dispose déjà des motifs de la querelle, qui sont présentés par le plaignant, et doit en déterminer l’issue. La quasi-totalité des sources auxquelles accède le joueur sont des documents existants, dont les références sont mentionnées, afin qu’il puisse approfondir ses lectures si la curiosité naissait.   

Figure 4: Travail de modélisation 3D des éléments présents dans le croquis préparatoire ©Solenne Marty / ExDecreto – CC-by-nc-sa

Le jeu a ainsi pour ambition de vous faire expérimenter la complexité de la justice romaine dans les provinces. Différentes procédures s’appliquent selon la nature de l’affaire et vous pouvez déléguer le jugement à d’autres acteurs. De la même façon, lorsqu’ils hésitent sur le verdict à rendre dans un conflit, le magistrat et ici le joueur peuvent solliciter l’aide de l’empereur. Une concertation longue et poussée avec le game designer, Louis Farcy, et la développeuse Anne-Sophie Koch a permis de reporter toutes ces dynamiques judiciaires dans le jeu vidéo. L’immersion dans l’environnement d’une cité antique est aussi assurée grâce aux talents des graphistes Solenne Marty et Anne-Laure Tuduri et du sound designer Alexis Ly.

Créer un jeu vidéo et faire de la recherche historique : défis et limites

Le premier défi qu’il a fallu surmonter pour développer le projet a été de vulgariser un sujet historique complexe auprès de néophytes, afin de construire des dynamiques de jeu efficaces qui traduisent le plus précisément possible la réalité historique. Ce très bon exercice de médiation scientifique a fait l’objet de nombreuses heures de discussions et d’échanges afin de sélectionner les éléments qu’il était possible de retranscrire dans un jeu vidéo : proposer un choix multiple au joueur parmi lesquels trouver la bonne sentence est facile à coder, mettre un procès en pause, pour requérir l’avis de l’empereur l’est moins.

Figure 5: Élaboration des concepts et début de la modélisation des temples du forum, ©Anne-Laure Marty et Solenne Marty / ExDecreto – CC-by-nc-sa

Néanmoins, il était important de donner accès au joueur à la pluralité des procédures qui s’offraient aux juges comme aux parties dans l’Antiquité. De la même façon, établir l’environnement dans lequel faire évoluer le joueur a demandé un long travail et une collaboration étroite avec les graphistes et le sound designer : où était rendue la justice ? quels acteurs étaient présents ? Quels habits portaient ces personnes ? Quelles couleurs pouvaient avoir ces habits ? Et même, quelle était l’ambiance sonore dans laquelle se déroulaient les procès ? Certaines de ces questions faisaient écho à des axes de mes travaux, d’autres restaient des domaines qui m’étaient inconnus et qui ont nécessité plusieurs heures d’étude et de lecture. En ce sens, la création du jeu vidéo a nourri mes recherches et les a ouvertes à d’autres thèmes, annexes de ce sujet.

La contextualisation des sources a aussi impliqué une analyse de leur nature, afin d’estimer avec précision de quelle façon un gouverneur de province aurait pu y avoir accès. Ainsi, des documents d’archives de la province peuvent être présentés sur un support écrit, de tablettes ou de papyrus, néanmoins, des sources techniques, comme les traités rédigés pour les arpenteurs, n’étaient pas destinées aux yeux du gouverneur. Leur diffusion aurait pu être assurée par la bouche d’un conseiller militaire ou d’un expert présent dans l’entourage du magistrat et arpenteur de profession. La tentation de faire figurer tous ces documents sous la forme d’un livre, d’un volumen de papyrus, tels qu’ils nous sont parvenus à travers les âges, a dû être déjouée en s’interrogeant précisément sur la matérialité de la source antique et ses destinataires.

Enfin, la narration du jeu vidéo a interrogé les notions de vérité et de vraisemblance historique. Ce jeu reste une représentation partielle de la justice romaine, telle qu’elle est connue aujourd’hui à travers la recherche. Il en donne une image fixe, alors que certaines notions pourraient être éclaircies ou remises en question dans les années à venir. Le jeu Ex decreto repose sur des dynamiques d’enquête et de découverte documentaire, mais le poids de la décision individuelle du juge romain ne doit pas être sous-estimé.

Figure 6 : Ex Decreto, ©Solenne Marty – CC-by-nc-sa

De la même façon, les équilibres géopolitiques au sein de la province, mais aussi les relations interpersonnelles entre le juge et les parties devaient influer sur le cours du procès et donnaient un caractère sans doute arbitraire à certaines décisions. Mais ces phénomènes restent difficiles à circonscrire et à étudier, d’autant plus qu’ils n’ont laissé que peu de traces. De la même façon, certaines sources comme celles qui étaient présentes dans les archives provinciales et dont pouvait se servir le gouverneur pour rendre son jugement ont aussi complètement disparu et même si leur support et, pour certaines, leur contenu est connu, leur reconstitution s’avère une entreprise parfois plus proche de la création que d’une véritable restauration.  Enfin, ancrer le jeu dans une période précise a aussi été un véritable défi qui a nécessité de parfois favoriser vraisemblance à la vérité. Toutes les affaires présentées sont inspirées de faits réels mais qui se sont déroulés à des époques variées et parfois dans des régions différentes. Les réunir au sein d’une seule et même expérience ludique était nécessaire pour servir la pédagogie et la diffusion du savoir, mais ne doit pas faire oublier qu’il s’agit d’un assemblage ad hoc qui n’est en rien le reflet d’un moment précis de l’histoire.

Figure 7 : Affiche du jeu vidéo, Ex decreto ©ExDecreto – CC-by-nc-sa

Passer d’une connaissance hébergée par les centres de recherche et les bibliothèques des instituts comme l’École Française de Rome à un savoir rendu accessible au grand public reste l’un des enjeux majeurs de notre société. La recherche se diffuse et se partage dorénavant avec des formes d’écritures alternatives : la BD, les films et séries, etc. L’utilisation de l’une des industries les plus dynamiques au monde, celle du jeu vidéo, semble un bon moyen d’ouvrir les savoirs et de parvenir à toucher des publics variés et jeunes, afin de leurs faire découvrir de nouveaux pans du monde présent mais aussi passé. Rien de mieux pour le constater que d’expérimenter soi-même : Ex Decreto sera disponible à partir du 1er novembre 2023  par ici !



Citer ce billet
EFR (2023, 27 septembre). Raconter l’histoire et la recherche autrement : Ex decreto, un jeu vidéo sur la justice sous le Haut Empire romain. À l’École de toute l'Italie. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o4to

  1. http://lascienceentreenjeu.fr/lseej-5/ et https://france3-regions.francetvinfo.fr/centre-val-de-loire/loir-cher/blois/rendez-vous-de-l-histoire-un-jeu-video-developpe-en-48-heures-recompense-a-blois-2631488.html []
  2. Carlo Ginzburg, Le juge et l’historien, Paris, Verdier, 2007 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search