Sur les traces de Luigi Walter Moretti, architecte italien dans l’Algérie des années 1970

Rédigé par Thamazgha Haddadi, doctorante à l’Université Ferhat Abbas, Setif (I), Algérie, sous la direction de Assia Samaï-Bouadjadja et la co-direction de Ruggero Lenci, Università della Sapienza, Roma I. Billet édité par Martino Oppizzi – membre scientifique de deuxième année pour la section des Époques moderne et contemporaine.

Non esiste l’uomo architetto, esiste l’uomo artista. L’unità umanistica è inscindibile.In architettura, come in tutte le altre arti, la struttura pratica è un dato antecedente che non va confuso col momento della ispirazione. Solo quando quest’ultimo è raggiunto, la struttura pratica si identifica con quella ideale e nasce il Partenone.

Luigi Walter Moretti Exposition du MAXXI (Musée des Arts du XXIe siècle), Rome. Visitée le 11 mars 2023.

Le séjour à l’École Française de Rome a été l’occasion pour parcourir les traces documentaires léguées par l’architecte italien Luigi Walter Moretti (1907-1973) au niveau des archives de l’Archivio Centrale dello Stato (ACS) et de celles du MAXXI, le Musée des Arts du XXIe siècle (Museo Nazionale delle arti del XXI secolo), afin d’y déceler aussi bien ce qui serait en rapport avec les structures pratiques que théoriques.

Luigi Walter Moretti est né le 23 novembre 1906[1] à Rome. Il fait ses études primaires et secondaires au Collège S. Giuseppe et au Collège De Merode[2] de Rome. Il poursuit ses études universitaires à l’École Supérieure d’Architecture de l’Université de la même ville. En 1930, il décroche son titre de doctorat en architecture, avec mention honorable et remporte ainsi le prix Valadier. Aussitôt, il occupe dans la même École d’Architecture, le poste d’assistant au Professeur Gustavo Giovannoni au sein de la Chaire d’Histoire et Styles d’Architecture ainsi que la Chaire de Restauration des Monuments.

Entre 1950 et 1953, il fonde la revue « SPAZIO », littéralement « Espace », un magazine dédié à l’art et à l’architecture. Puis, en 1957, il reçoit le prix National d’Architecture par le Président de la République italienne Giovanni Gronchi, pour ses activités reconnues sur le plan national et international. En 1959, le Ministère de l’Éducation pour l’École, les Arts et les Sciences lui attribue la Médaille d’Or[3].

Vers la fin des années 1960, il inaugure le prolongement de son activité au-delà du territoire italien. C’est ainsi qu’en 1968, il conçoit et réalise entre autres, l’Hôtel l’Aurassi d’Alger, les Plans de l’Association et Club d’Ingénieurs et d’Architectes du Kuweit pour lesquels il obtient le premier prix[4], ainsi qu’un nouveau quartier à Tripoli en Lybie.

Moretti et l’Algérie

Dans une intervention prononcée à l’occasion d’une exposition de l’architecture italienne qu’il a lui-même initiée et organisée, il exprime l’intérêt et l’importance qu’il accorde à Alger et à la civilisation méditerranéenne regroupant naturellement l’Italie. Il en dit : « … cité d’antique honneur, fécondée par la millénaire civilisation méditerranéenne, exemplaire en humanité et en acuité spirituelle, et à laquelle l’Italie a si profondément contribué »[5].

En 1970 Luigi Moretti prend en main la réalisation d’un lycée en Algérie, dans la région d’Aïn-El-Hammam, Asqif n Tmana en Kabyle. Cette localité est située à environ 55 km du chef-lieu de la préfecture (wilaya) de Tizi-Ouzou, en Kabylie.

Un projet bien enraciné dans le territoire

Dans son rapport d’analyse du programme de cet équipement scolaire, Moretti a insisté sur le site naturel de ce projet comme étant son premier moteur d’inspiration de cette œuvre. 

« Le lot est situé sur un superbe sommet de colline et a devant soi le panorama d’une vaste région de montagnes. L’endroit a ce caractère majestueux, presque sacré de certains paysages de montagne. »[6]

Par ailleurs, nous notons qu’à cette époque l’Algérie avait lancé un programme de plans spéciaux visant à mettre à niveau les régions sous-équipées du pays. Ces programmes allaient de pair avec les plans de développement triennal et quinquennal. Le plan spécial de la wilaya (préfecture) de Tizi-Ouzou date de 1968. Dans l’urgence, vu que le pays venait juste de sortir de la guerre de la Libération Nationale (1954-1962), la majorité des projets ont été attribués aux architectes sans concours.

Le dépouillement du fonds d’archives conservé à l’EUR permet d’apprécier le professionnalisme que cet architecte italien exprime à travers ses projets en Algérie et notamment dans ce bâtiment scolaire, destiné à accueillir un lycée pour plus de 1000 élèves. Il s’agissait d’un projet architectural important pour sa valeur culturelle et sociale, pensé pour relancer et moderniser l’éducation secondaire dans la région ainsi que pour redessiner la géographie de la scolarisation en Kabylie.

Étude de l’ensoleillement du site de l’implantation du lycée.
Archives de l’EUR, fonds Luigi Moretti, busta n 35

Au premier abord de l’esquisse du projet, l’architecte Moretti avait élaboré un relevé topographique du terrain de l’implantation du lycée et sur lequel il avait commencé à faire une étude solaire, pour comprendre l’exposition de cet équipement éducatif.

« En architecture, comme dans tous les autres arts, la structure pratique est une donnée préalable qui ne doit pas être confondue avec le moment de l’inspiration. »

La longue étude sur l’ensoleillement du site du lycée, dont les traces documentaires occupent plusieurs dossiers, nous permet de comprendre à quel point cette question concrète fut importante pour l’architecte italien, avant même qu’il esquisse son œuvre. Moretti remarqua que durant la période d’été, le site de Ain El Hammam était exposé au maximum 15 heures et une seconde d’ensoleillement par jour. Lors du solstice d’été, le lever du soleil était à 4h31 du matin, et le crépuscule à 19h32 du soir. Toutefois, durant la période hivernale, l’insolation du site du projet du lycée est de 9 heures, 2 minutes et 2 secondes. Ce décalage devait être tenu en compte pour planifier la disposition des espaces et leur exposition au soleil. Dans tous les plans élaborés, Luigi Moretti accorde une importance toute particulière aux liens entre le site naturel, l’orientation et la qualité des espaces du nouveau lycée.

Le rapport maître d’ouvrage/maître d’œuvre. De la commande publique à la traduction pratique

Le projet du lycée de Ain El Hammam, actuellement appelé « Lycée Mustapha Ben Boulaid », fut l’objet d’un débat intense entre Luigi Moretti et l’administration locale. En fait, sous le contrôle du Wali(préfet) de la région, un programme avait été fixé. Ce dernier fut considéré par l’architecte comme « … extrêmement étriqué »[7]. En faisant preuve de clairvoyance, Moretti proposa de mieux équiper le bâtiment scolaire pour qu’il puisse répondre aux exigences futures en matière d’espace et de fonctionnement, afin de « … s’adapter aux changements éventuels du système d’enseignement »[8]. Concrètement, il demanda d’agrandir certains espaces comme les services hygiéniques, les cabinets médicaux et la cuisine.

De la phase de conception jusqu’à la réalisation, l’architecte s’engagea à concilier les besoins fonctionnels, le critère esthétique et l’économie des espaces, par l’usage de volumes proportionnels, simples et nets. Un des exemples en ce sens est l’élaboration des espaces pour le réfectoire et la cuisine. La commande publique prévoyait une surface de 350 m — (195 pour le réfectoire, 155 pour la cuisine), mais Moretti, en s’appuyant sur le Recueil des Normes[9] réalisa que l’espace cuisine devait être accru pour pouvoir accueillir 400 élèves rationnaires. Il proposa à cet effet de porter la surface totale à 528 m², soit une augmentation de 50 % par rapport au programme proposé par la commande publique, afin d’assurer un service plus confortable.

Tableau des surfaces du lycée de Ain El Hammam.
Archivi dell’EUR, fonds Luigi Moretti, busta n˚ 35.

Une ancienne passion pour l’Afrique du Nord

Le projet du lycée d’Asqif n Tmana représente l’aboutissement d’une passion de longue durée entre l’architecte italien et l’Afrique du nord. Le 1er avril 1960, Luigi Moretti avait organisé et présenté à Alger, une exposition sur l’architecture italienne de l’après-guerre, intitulée « Mostra dell’architettura Italiana 1945-1960 ». Dans le texte de conférence de cette exposition l’architecte italien avait évoqué la portée et la valeur de la dimension universelle de l’architecture en écrivant : 

« Il s’agit, d’ailleurs, des trois caractères extérieurs, distincts et, en même temps unitaires, de l’architecture de tous les temps, tels que Vitruvio les a exprimés dans sa célèbre triade : Venustas, Firmitas, Utilitas, et que les hommes, les artistes et les architectes d’aujourd’hui ressentent d’une manière profondément diverse de ceux de l’antiquité. »[10]

Brochure de l’hôtel St George, actuel El Djazaïr, où Luigi Moretti avait séjourné pour l’exposition d’avril 1960. Archives du MAXXXI, fonds Luigi Moretti.

En outre, le fonds « Luigi Moretti », conservé aux archives du MAXXI de Rome, compte un catalogue de 90 illustrations de projets des plus importants d’architectes et ingénieurs italiens de l’époque. Parmi eux, nous citons : Pier Luigi Nervi, Annibale Vitellozzi, Gio Ponti et Agnoldomenico Pica. Par ailleurs, dans le même versement, nous avons aussi trouvé le même texte de conférence[11] que celui d’Alger, daté de la même année 1960, adressé à la population de Tunis et par lequel Moretti présente la même exposition de l’architecture italienne à Tunis. De ce fait, l’intérêt que Luigi Moretti accorde à la culture et à l’héritage du bassin méditerranéen se reflète dans l’essence des concepts et principes qu’il transcrit visiblement dans ses œuvres en Afrique du Nord.

Sources archivistiques et bibliographiques

  • https://www.treccani.it/enciclopedia/luigi-walter-moretti_%28Dizionario-Biografico%29/
  • Fondo Luigi Walter Moretti. Archivi Centrale Dello Stato. EUR. Roma.
  • Fondo Luigi Walter Moretti. MAXXI. Roma.
  • Rostagni, Cecilia. Luigi Moretti 1907-1973. Electa Architettura. Milano, 2008.

[1] Cecilia Rostagni, Luigi Moretti 1907-1973, Electa Architettura (Milano, 2008).

[2] Archives du MAXXI, dossier 367/008. Biographie rédigée par Agnoldomenico Pica en 1960 à l’occasion de l’exposition de L.W. Moretti à Alger, intitulée : « Mostra dell’architettura Italiana 1945-1960, presentata da L.W. Moretti ».

[3] ACS, fonds Luigi Moretti – Documentazione e disegni, busta 1, fascicolo 8.

[4] Op. cit.

[5] Archives du MAXXI, fonds Luigi Moretti, dossier 367/002.

[6]ACS, fonds Luigi Moretti – Documentazione e disegni, busta 35, fascicolo 1.

[7] Ibidem.

[8]Ibidem.

[9] Normes internationales selon les documents de Luigi Moretti conservés dans ACS, fonds Luigi Moretti – Documentazione e disegni, busta 35, dossier Lycée Aïn El Hammam.

[10] Archives du MAXXI, fonds Luigi Moretti, dossier 367/002.

[11] Ivi. Dossier “Conférence à Tunis”.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
EFR (10 novembre 2023). Sur les traces de Luigi Walter Moretti, architecte italien dans l’Algérie des années 1970. À l’École de toute l'Italie. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/o4tr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search