Les consuls d’Italie en France pendant la Grande Guerre (1914-1918) : un premier bilan

Billet rédigé par Pierre-Louis Buzzi, professeur d’histoire-géographie et doctorant en histoire contemporaine à l’université de Lorraine (CRULH), avec une thèse sur « Les immigrés italiens en France pendant la Première Guerre mondiale 1914-1924 », sous la direction de MM. Jean-Noël Grandhomme et Fabrice Jesné. Billet édité par Martino Oppizzi – membre scientifique de première année pour la section des Époques moderne et contemporaine.

Ce billet vise à présenter les premiers éléments de recherche issus de mon séjour à l’EFR Rome en avril 2023, dans le cadre de ma thèse sur les immigrés italiens en France pendant la Première Guerre mondiale (1914-1924) à l’université de Lorraine. L’essentiel des fonds consultés sont ceux de la représentation italienne en France, conservés à l’Archivio Storico e Diplomatico del Ministero degli Affari Esteri (ASDMAE). Ces derniers permettent d’écrire une histoire transnationale des Italiens en France en observant et analysant le rôle des consuls d’Italie auprès de leurs ressortissants, ainsi que les conséquences de la guerre sur l’appareil consulaire italien en France.

Bâtiment de l’Archivio Storico e Diplomatico del Ministero degli Affari Esteri.
©2023 Pierre-Louis Buzzi.

Des consulats face à la guerre : un appareil à bout de souffle

Au cours de la guerre, comme toute autre institution, les consulats font face à d’innombrables difficultés. Mais pour les consulats italiens, celles-ci sont d’abord structurelles. Héritées des années précédentes, elles révèlent un appareil consulaire déficient dans plusieurs localités : manque de ressources financières, locaux exigus, personnel insuffisant, absence de téléphone ou de véhicule, méconnaissance des colonies italiennes, etc.

Par exemple, en 1917, le nouveau consul général d’Italie à Nancy, Salvatore Rocca, dénonça l’état dans lequel son prédécesseur, Enrico Ciapelli, avait laissé la représentation italienne dans la région : aucune relation avec les officiels militaires, aucun exemplaire des textes et conventions passées entre la France et l’Italie depuis 1862, absences fréquentes, peu de liens avec les Italiens de la région, etc.

Comme montré par le cas de Nancy, à ces défaillances héritées et accumulées s’adjoignent rapidement des difficultés conjoncturelles liées à la guerre elle-même et à la mobilisation italienne qui étend sensiblement le champ des missions du consul : mobilisation des hommes en âge d’être rappelés, recherche des insoumis et déserteurs, correspondance avec les familles, suivi des ouvriers en sursis d’appel, surveillance des déplacements des permissionnaires, prise en charge des militaires italiens dans des hôpitaux en France, distribution des allocations, etc.

Italiens mobilisés au consulat d’Italie, 25 mai 1915. Fonds de La Contemporaine, VAL 345/118.
©2023 La Contemporaine.

Des consulats en guerre : un problème de légitimité

Face à la hausse inédite de travail qui leur incombe, les consuls sont obligés de faire appel ou de s’associer à des organismes italiens déjà connus par les migrants, à l’image de l’Opera Bonomelli ((L’Opera Bonomelli était une association catholique, fondée par Mgr Bonomelli en 1900, finalisée à aider matériellement et spirituellement les migrants.)). À Paris, par exemple c’est le père Camillo Zorzoli qui est sollicité pour distribuer les allocations aux familles des mobilisés, tandis qu’à Lyon, le consul en charge des Italiens dans la douzaine de départements qui est dans son ressort, doit aussi faire appel à l’Opera pour la plupart des procédures de communication des morts, blessés, disparus et prisonniers aux familles. La présence à Lyon du même directeur de l’Opera, Stefano Ravera, depuis dix ans – tandis que le consul Leonardo Mordini n’y est que depuis le 22 mars 1915 – accrédite fortement l’idée d’une préférence des transalpins vers les missionnaires de l’Opera plutôt que vers le consul et son entourage.

De même, à la veille du conflit, la majorité des colonies italiennes en France se sont organisées indépendamment de l’institution consulaire. Les colonies se sont en effet toutes dotées d’un « comité » qui n’a rien d’institutionnel mais qui semble reconnu légitime tant par les autorités françaises que par les Italiens, comité dirigé par un « président » autoproclamé. Celui-ci, qui est toujours un entrepreneur ou un commerçant issu de la société locale, bénéfice d’une légitimité qui paraît, aux yeux des immigrés, bien supérieure à l’autorité légale qui revêt le consul. La légitimité d’un président se fonde aussi bien sur sa personnalité et son charisme (c’est un homme entreprenant, présent dans de nombreuses manifestations), son capital social et économique (c’est un employeur et un homme en relation avec d’autres entrepreneurs et personnalités politiques de la région), que par sa maîtrise des deux langues. Loin de s’amenuir, leur autorité et leur influence se maintien durant le conflit, certains aspirent même à devenir agents consulaires comme à Saint-Etienne.

Toutefois, selon les colonies, la guerre produit le réveil de l’institution consulaire, qui s’exprime par une série d’initiatives locales : association avec des organismes indépendants, ouverture de nouvelles agences consulaires, requête auprès du Commissariato Generale dell’Emigrazione, etc. Ces solutions envisagées par les consuls révèlent une capacité d’action inédite dans l’histoire de la consulta en France. Même l’Ambassade d’Italie à Paris opère une mue puisqu’il faut attendre la guerre (et même août 1917) pour qu’une section de la Mission Militaire italienne à Paris1 soit entièrement dédiée à la gestion des travailleurs italiens en France. En ce sens, la Grande Guerre constitue une réelle maturation dans la représentation italienne en France puisque l’institution diplomatique s’investit désormais résolument dans l’encadrement de ses ressortissants. Mais l’absence de document synthétisant les ouvertures d’agences et les erreurs présentes dans les Elenchi del personale publiés par le ministère des affaires étrangères complexifie la recherche en la matière2.

Organisation de la Mission militaire italienne au sein de l’Ambassade d’Italie à Paris en août 1917.
©2023 Pierre-Louis Buzzi.

Des consuls et des colonies dans la guerre

Enfin, ce que soulignent aussi les archives de l’ASDMAE, corroborant mes recherches dans les archives départementales en France et dans la presse, c’est l’inégal investissement des consuls italiens en France dans l’effort de guerre italien. En effet, loin de réagir d’une seule voix à la mobilisation italienne et de s’investir d’une manière homogène vis-à-vis de leurs ressortissants transalpins, les consuls italiens (et vice-consuls et agents consulaires) adoptent une pluralité d’attitudes permettant de souligner tout aussi bien l’hétérogénéité des colonies italiennes en France que la diversité des profils des consuls.

Schématiquement, trois comportements sont adoptés par les consuls italiens au cours de la guerre : celui de soutien d’une initiative extérieure au consulat, celui de promoteur, celui de meneur.

Le consul général de Marseille, Gerolamo Naselli, est représentatif de la première attitude. Bien qu’à la tête de la plus grande colonie italienne de France, il ne semble pas s’impliquer avec ardeur dans la mobilisation de la communauté locale, qui dispose d’assez de notables et de personnalités pour s’organiser par elle-même. Sans être inactif, le comte Naselli, le consul se borne à un soutien externe aux manifestations patriotiques, en se bornant à marquer sa présence par des discours. Nino Baldanza, le rédacteur du journal La Patria italiana, déplore dans ses éditos, la nonchalance de la colonie italienne qu’il impute en partie à l’inaction du consul, le mettant en contraste avec l’énergique baron Acton, consul d’Italie à Nice.

D’autres personnages endossent un rôle de promoteur. Ainsi, bien que simple agent-consulaire à Béziers, Giuseppe Papineschi se révèle être un véritable promoteur du patriotisme italien. Sans être créateur d’une quelconque association ou comité, il s’appuie sur des organismes ou des initiatives préexistantes. Il organise par exemple, comme nombre de ses confrères au lendemain du désastre de Caporetto, une grande manifestation dans son agence. Destinée à récolter des fonds pour contribuer financièrement à l’effort de guerre national italien et pour venir en aide aux réfugiés italiens des territoires envahis, la manifestation vise aussi et surtout à restaurer une confiance fragile dans la victoire, centrant son propos sur la personne du roi.

Enfin, certains consuls vont encore plus loin et rayonnent littéralement par leur capacité à engager des réformes dans leur colonie, à impulser des dynamiques et à s’illustrer dans un leadership consulaire inédit à l’image du baron Stefano Acton, consul général d’Italie à Nice. À l’origine du comité mentonnais qu’il garde sous son patronage, il œuvre surtout à Nice pour l’unification des différentes associations d’aide aux familles des mobilisés en une seule société. Cette initiative vise tout autant à prendre la main sur une colonie italienne déjà bien organisée par ses propres élites commerçantes et entrepreneuriales, qu’à venir en aide aux familles démunies, qu’à incarner un État italien proche de ses sujets, contribuant ainsi à la nationalisation de ces derniers. À côté de cette entreprise unificatrice, le consul général multiplie les manifestations célébrant l’Italie, le Roi et l’armée.

Tribune de N. Baldanza dénonçant l’inaction du consul général de Marseille. La Patria italiana, 7 juillet 1918.
©2023 Pierre-Louis Buzzi.

Ainsi, il apparaît clairement que la fonction consulaire varie beaucoup au cours de la guerre selon les personnalités des consuls et selon les « terrains d’application » (situation géographique, économique, socio-professionnelle, politique de la colonie encadrée). La Première Guerre mondiale confirme la mue du consul italien, initiée à la fin du XIXe siècle : il devient bien le représentant d’un État-nation avec une action beaucoup plus développée auprès des migrants, même si celle-ci est loin d’être homogène et identique selon les colonies, démontrant alors les fragilités de ce qui pourrait être appelé « il Risorgimento all’estero », c’est-à-dire le projet d’unification morale des Italiens établis au-delà des frontières nationales.



Citer ce billet
EFR (2023, 18 septembre). Les consuls d’Italie en France pendant la Grande Guerre (1914-1918) : un premier bilan. À l’École de toute l'Italie. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o4tn

  1. La Mission Militaire Italienne (MMI) était un organisme rattaché à l’ambassade d’Italie à Paris qui remplace et complète l’attaché militaire à partir du 24 mai 1915. La MMI était censée entretenir les relations entre les États-majors, les ministères de la Guerre et de l’armement et diverses institutions des deux États. []
  2. Les Elenchi del personale sont des livres, conservés à la bibliothèque du MAE, où sont inscrits tous (ou presque) les noms des fonctionnaires employés dans la représentation italienne à l’étranger, dans les consulats comme dans les ambassades. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search