Les Italiens de Tunisie (1896-1918). Entretien avec Gabriele Montalbano

Les Italiens de Tunisie. La construction d’une communauté entre migrations, colonisations et colonialismes (1896-1918)

Gabriele Montalbano est chercheur postdoctoral à l’Université de Teramo et chargé de cours à l’Université de Bologne. Spécialiste de l’histoire des colonialismes et des migrations dans la Méditerranée du XIXe et XXe siècle, il a obtenu son doctorat en 2018 à l’École Pratique des Hautes Études en cotutelle avec l’école doctorale des universités de Sienne et Florence. Il a effectué des séjours de recherche à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain de Tunis, à l’université de New York et à l’École française de Rome. Il est actuellement coordinateur scientifique du Gruppo di ricerca interuniversitario sulle città di fondazione et membre du Groupe de Recherche sur les Ordres Coloniaux.

Quelle publication de l’EFR vous a plus particulièrement marquée ?

Je pense que tout travail d’historien est au fond un travail collectif qui s’appuie sur les recherches qui l’ont précédé, sur les échanges avec la communauté scientifique et sur le contexte social et culturel dans lequel l’auteur se situe. Parmi les ouvrages qui sans doute ont été incontournables dans la préparation et rédaction de mon livre, issu d’une thèse de doctorat en histoire, une place spéciale occupe le livre de Mathieu Grenet La fabrique communautaire. Les Grecs à Venise, Livourne et Marseille 1770-1840 publié par l’EFR en 2016. Bien que la différence thématique et chronologique soit évidente par rapport au sujet de mon livre, les perspectives méthodologiques adoptées par Grenet m’ont permis de déconstruire le concept de communauté à travers plusieurs échelles d’analyse. La question de comment et dans quel sens définir la catégorie de « grec » aide à réfléchir sur les modalités d’élaboration et d’utilisation des appartenances collectives nationales et diasporiques. Un des mérites de l’ouvrage de Grenet, en plus de combler un vide historiographique sur la diaspora grecque dans la Méditerranée moderne, réside dans son intérêt à comprendre comment se structure une communauté, quels sont les institutions, associations, dynamiques, et les sociabilités qui forment le lien communautaire. L’idée de ne pas aborder le sujet de la communauté en tant qu’entité totalisante, mais comme construction sociale et culturelle ancrée historiquement dans un espace défini est un des enjeux qui ont façonné mon analyse sur les Italiens dans le protectorat français de Tunisie. Comprendre la communauté en tant que sujet historique dynamique qui se négocie entre plusieurs acteurs, institutions et contextes est un acquis de l’historiographie sur la Méditerranée d’époque moderne et il devient une perspective de plus en plus importante dans celle sur la Méditerranée contemporaine. Sur ce domaine, les publications de l’EFR participent à ce renouveau historiographique sur la Méditerranée contemporaine. L’intérêt des éditions de l’EfF pour la Méditerranée du XIXe et XXe siècle est démontré, aussi par les récentes monographies de Hugo Vermeren (2017), de Fabrice Jesné (2021), et de François Dumasy (2022).

« La Patrie repose sur les forts »: élèves du gymnase italien de Tunis, dans Camera di Commercio italiana di Tunisi, Gli Italiani nella Tunisia, 1906, p. 163.

Comment en vient-on à s’intéresser aux Italiens de Tunisie, une population aujourd’hui dispersée ?

Mon intérêt pour ce sujet remonte à ma scolarité à l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm à Paris sous la direction de M. Gilles Pécout. Toujours passionné à l’histoire des migrations, j’ai commencé à me concentrer au cas italo-tunisien pour contrecarrer le discours dominant dans l’opinion publique européenne qui voit les migrations comme un phénomène de mobilité humaine unidirectionnelle du sud au nord, de l’Afrique à l’Europe. Analyser un parcours et des trajectoires qui ont pris la direction opposée, du nord au sud de la Méditerranée, permet d’ajouter de la profondeur et de la complexité aux échanges méditerranéens de l’époque contemporaine. J’avais commencé à aborder le phénomène comme une histoire de migration, mais la richesse du sujet m’a conduit à ouvrir mes perspectives à l’histoire du Maghreb, des colonisations et des études postcoloniales. Une perspective transimpériale s’imposait afin de bien encadrer ce phénomène dans les circulations et mobilités de la Méditerranée à l’époque des colonialismes. De surcroît, le cas des Italiens de Tunisie est un observatoire idéal pour étudier le processus de formation d’identités diasporiques dans un contexte colonial. Le créneau chronologique choisi permet de combler un vide historiographique sur une période qui jusqu’à maintenant n’était analysée que dans les parties introductives des études spécialisées, plutôt orientées à la période de l’entre-deux-guerres. Étudier un cas qui contredit la rhétorique sud-nord des migrations et pour une période négligée par les études, m’a permis de repositionner le sujet au carrefour des études migratoires avec celles sur les colonialismes et les colonisations.

Fresque murale à La Goulette reprenant le portrait de Claudia Cardinale, actrice italienne née à Tunis.
©2023 Gabriele Montalbano

Votre travail s’intéresse au processus de « construction d’une communauté » italienne : quels sont les enjeux de ce phénomène et qu’apporte-t-il à notre compréhension de la société tunisienne de l’époque ?

Dans le sillage des travaux des sociologues Benedict Anderson sur les « communautés imaginées » et de Roger Brubaker sur l’ethnicité, j’ai voulu analyser cette communauté au prisme d’un projet d’ethnopolitique coloniale. Comprendre la communauté, ainsi que la nation et toute idée d’appartenance collective, comme un projet et comme un discours permet de dynamiser ces objets qui sont trop souvent perçus comme des entités fixes. Si l’on considère ces objets comme des projets, il devient possible de réfléchir sur les acteurs qui ont opéré pour leur réalisation, le contexte social et historique dans lequel prennent place ces identités collectives. L’analyse sociale de ce projet communautaire m’a permis de souligner la pluralité des positionnements sociaux d’une communauté qui était représentée par les autorités et institutions italiennes comme unifiée et homogène, mais qui était en réalité divisée par plusieurs clivages sociaux, politiques, linguistiques et culturels. Il s’agit de reprendre la leçon des historiens et historiennes qui ont analysé la construction des identités nationales, entre autres Hobsbawm, Thiesse, Banti, et l’adapter au contexte colonial et diasporique. Telle adaptation n’est pas pourtant une simple superposition de méthodologies conçues dans et pour l’espace européen. Il s’agit de comprendre le cas des Italiens de Tunisie dans la hiérarchie coloniale de la société tunisienne à l’époque du protectorat français. En tant qu’étrangers européens, ils se retrouvaient dans une position intermédiaire entre les colonisateurs français et les colonisés tunisiens. Si l’élite économique et sociale de la communauté gérait les associations italiennes locales, la plupart des Italiens de Tunisie à la fin du XIXe siècle étaient de migrants économiques attirés dans le pays maghrébin par le marché de travail colonial. Ouvriers, pêcheurs, mineurs de nationalité italienne, ils étaient généralement moins payés qu’un Français, mais plus qu’un Tunisien. Telle main-d’œuvre était très utile à l’économie coloniale de l’époque, mais posait plusieurs enjeux au régime politique qui craignait une « invasion » des Italiens en Tunisie. La concurrence dans le marché de travail avec les Tunisiens et la condition de marginalité économique et sociale de plusieurs de ces Italiens, dont la plupart provenaient du sud de la Péninsule, de la Sicile et de la Sardaigne, contredisaient aux yeux des Tunisiens la prétendue supériorité des Européens colonisateurs, dans ce cas les Italiens.

« Élèves dans le gymnase, Tunis » dans le Camera di Commercio italiana di Tunisi, Gli Italiani nella Tunisia, 1906, p. 35.

Dans un moment historique où les migrations dans la Méditerranée posent des défis cruciaux au pays de la région, quelles sont, selon vous, les pistes de recherches futures qu’ouvre ce livre ?

L’idée que les migrations posent des défis au pays de la Méditerranée est très répandue dans l’opinion publique des pays d’accueil. Pourtant je pense que ce sont plutôt les pays qui posent des défis aux migrations, car ce qu’on désigne souvent comme « crise migratoire » est plutôt une « crise des frontières », c’est-à-dire une guerre unidirectionnelle des états de l’Union européenne contre les mobilités humaines provenant de l’Afrique et de l’Asie. Les défis cruciaux et les crises sont les conséquences d’un système qui reproduit à travers les frontières des inégalités structurelles postcoloniales entre les pays de l’UE et les pays d’Afrique et d’Asie. La volonté de l’UE, et surtout des gouvernements français et italiens, de soutenir les régimes autoritaires en Afrique du Nord afin d’en faire des gardiens des migrations vers l’Europe ne fait qu’augmenter la xénophobie, le racisme et la marginalisation des minorités et des migrants, autant en Europe qu’en Afrique. Il devient nécessaire, à mon avis, de produire à travers des analyses historiques des contre-narrations pour déconstruire l’idée de nation, d’identité nationale, de communauté et de comprendre les rapports de force sociaux qui y résident. Pour cela, il faut adopter une approche qui croise plusieurs perspectives et enjeux. Dans ce sens, ce livre vise à contribuer à une histoire connectée de la Méditerranée à l’époque coloniale qui ouvre les recherches à des perspectives transimperiales et globales.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
EFR (16 octobre 2023). Les Italiens de Tunisie (1896-1918). Entretien avec Gabriele Montalbano. À l’École de toute l'Italie. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/o4tp


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search