Le sport le plus populaire ? La promotion des pratiques cyclistes par les organisations sportives du régime fasciste

Billet rédigé par Clément Luy, doctorant contractuel à l’ENS de Lyon, boursier à l’École française de Rome entre avril et mai 2023 dans le cadre d’une thèse intitulée Le cyclisme italien sous le régime fasciste (1922-1945), sous la direction de Stéphanie Lanfranchi (Triangle, ENS de Lyon) et Daphné Bolz (CETAPS, Université de Rouen Normandie). Billet édité par Martino Oppizzi – membre scientifique de première année pour la section des Époques moderne et contemporaine.


Pas assez mécanisé et dépassé par la voiture ou l’avion en termes de vitesse, difficile à rendre spectaculaire ou à discipliner, considéré comme trop professionnalisé, le cyclisme n’apparait pas un sport en pointe de la modernité fasciste (Franzinelli 2013). Par la nature de son effort et l’image qu’il renvoie, le cycliste n’est pas le sportif fasciste par excellence, contrairement aux boxeurs (comme Primo Carnera) ou aux gymnastes.

Pourtant, comme le souligne le comité olympique italien en 1938:

« On ne peut expliquer la ferveur populaire qui perdure autour du sport cycliste sans admettre que, quel que soit le nombre de sports mécaniques que notre civilisation pourra inventer dans le temps, aucun d’entre eux ne semblera plus typique et essentiel ».

« Populaire » est un mot qui revient extrêmement souvent pour définir le cyclisme dans les médias du régime fasciste, dans les revues spécialisées comme dans les pages sportives des quotidiens. Le cyclisme est régulièrement présenté comme le sport national et l’imagerie des années 1930 ne manque pas de représenter le cycliste dans sa quête de vitesse, notamment dans le cadre des épreuves sur piste.

Représentation du cyclisme sport national sur une piste aux couleurs vert blanc rouge. Illustration de Gino Boccasile pour le vélodrome communal Vigorelli (1935).
(Catalogo generale dei Beni Culturali, Museo nazionale Collezione Salce)

Alors, que se passe-t-il pendant le Ventennio fasciste ? C’est cette contradiction apparente et passionnante entre un sport qui ne semble initialement pas plaire au régime mais qui reste extrêmement populaire en Italie que j’essaie de comprendre dans mes travaux de recherche, et qui m’a poussé à mener des enquêtes de terrain en Italie. En effet, la lecture attentive de la presse sportive et l’accès à des archives locales publiques ou privées s’avèrent des sources essentielles. On le constate particulièrement à Pérouse, où il m’a été possible d’accéder à un fonds méconnu, celui de l’association Veloce Club Perugino, fondée en 1888, et dont de nombreux documents portant sur la période fasciste ont été conservés. C’est une découverte très précieuse, car de tels documents sont rares, n’ont pas été inventoriés ni valorisés par les institutions locales ou sportives, ce qui est souvent le cas des archives sportives en Italie (Santarelli et Teja 2010).

 Un double système sportif (1925-1926)

La plupart des organisations de masse du régime fasciste prennent leur essor entre 1925 et 1926, au moment du tournant dictatorial du régime, incarné par les lois dites fascistissime. Après la Milice (MVSN) ou les Groupes Universitaires fascistes (GUF), sont constituées l’Opera nazionale Dopolavoro (OND) en 1925, pour encadrer les loisirs et le temps libre des travailleurs et travailleuses (De Grazia 1983) ; l’Opera nazionale Balilla (ONB), organisation de jeunesse du régime, en 1926 ; et enfin les Fasci Giovanili di Combattimento (FGC) en 1930, organisation paramilitaire pour les jeunes non-étudiants. Le cyclisme n’a pas sa place partout et reste marginal dans les rangs de l’ONB ou des GUF (Fonzo 2020).

Les Fédérations et le comité olympique italien sont placés sous la tutelle du Parti national fasciste. Lando Ferretti, président du CONI entre 1925 et 1928, plaide pour un maintien d’une initiative associative et privée qui, bien que sous contrôle resserré du régime et de ses dirigeants locaux et nationaux, reste bénéfique à l’esprit de compétition sportif (Fabrizio 1977).

Les organisations de masse créées par le régime fasciste, comme le Dopolavoro, la Milice ou les Fasci Giovanili di Combattimento, développent progressivement un intérêt pour le cyclisme, qui apparait cohérent au projet de construction d’un Homme nouveau, sportif et physiquement puissant, dans l’objectif de défendre la Patrie dans les conflits armés à venir. Par ailleurs, les associations sportives traditionnelles continuent, pour un certain nombre, à exister. Il est dès lors très intéressant d’analyser les interactions et les coopérations entre celles-ci et les structures nouvelles du fascisme, qui se disputent le contrôle de la pratique sportive, pour voir comment elles peuvent promouvoir, ensemble ou non, la pratique cycliste.

De l’absence de règles à la Charte du sport (1928)

Entre 1926 et 1928, le développement de l’activité cycliste de la Milice et du Dopolavoro engendre une participation toujours plus importante des coureurs affiliés à ces organisations lors des courses cyclistes pour amateurs. Ainsi, en 1927 et 1928, plus de 20 % des coureurs cités dans les palmarès des courses, donnés les lundis dans le journal turinois La Stampa appartiennent à des Légions de la Milice ou plus rarement à des groupes du Dopolavoro. Bien loin des discours présentant un sport cycliste en « crise », comme dans la revue Lo Sport fascista en 1928, le cyclisme se développe intensément dans les rangs de la Milice, qui présente parfois des équipes communes avec de grandes associations sportives, comme à Turin en 1927. Aucun texte, avant la Charte du sport, ne règle précisément la question des rapports entre associations fédérales et structures nouvelles du régime. Celle-ci, fin 1928, établit que « les membres de la Milice qui souhaitent participer à des compétitions fédérales devront être en règle au regard de l’affiliation au CONI ». Il n’est dès lors plus possible pour les Légions de la Milice de faire participer leurs coureurs aux courses cyclistes fédérales, ce que l’on peut constater dans La Stampa.

La Milice revoit son organisation pour participer aux courses fédérales. Le cas de Carpi, en Émilie-Romagne, est révélateur. Sous l’influence du Commandant de la Milice de la Province de Modène, Temistocle Testa, plusieurs sociétés cyclistes avaient été fusionnées puis intégrées à la Milice, pour fonder la Prima Legione Ciclisti Nicolò Biondo. De ce fait, la société cycliste éponyme disparaît des palmarès des courses dans la presse en 1927 et 1928, avant de réapparaître en 1929. Que s’est-il passé ? Lo Sport fascista, revue mensuelle du CONI dirigée par Lando Ferretti, explique en janvier 1929 qu’après avoir participé aux compétitions fédérales et « [stimulé] l’intérêt pour le cyclisme » dans la région, la Prima Legione Ciclisti va, en application des règles établies par la Charte du sport, se consacrer désormais exclusivement à la préparation militaire des jeunes cyclistes non affiliés à la Fédération. 

Foule lors d’une manifestation de la Légion Cycliste de Carpi. Illustration de Lo Sport fascista, janvier 1929.
©2023 Copyright Bibliothèque du CONI

Encadrer la pratique excursionniste : le Dopolavoro et le cyclotourisme

Tandis que la Milice s’illustre dans les courses cyclistes pour amateurs, les objectifs de la pratique cycliste dans les Dopolavoro sont bien différents. Ce qui intéresse le Dopolavoro, c’est le cyclotourisme et l’excursionnisme, que l’OND structure au travers de la Fédération italienne de l’excursionnisme (FIE).

A Pérouse, le Veloce Club Perugino est affilié à la Fédération Cycliste italienne depuis 1890. Cette association reste indépendante des structures nouvelles du régime fasciste et ne s’intègre pas à la Milice ou au Dopolavoro. Des documents exceptionnels montrent les stratégies mises en œuvre pour développer l’association aux côtés (et en dehors) de ces structures du régime.

En juin 1930, le Veloce Club Perugino inaugure, en lien avec le Dopolavoro, une « Casa del Ciclista » qui se présente comme un « asile » pour tous les cyclistes affiliés à l’OND ou à la Fédération. C’est un lieu de sociabilité, mais aussi de pause et de repos, où les cyclistes trouvent toutes les commodités utiles à leur pratique sportive. Cette coopération entre le Dopolavoro et le Veloce Club Perugino est un moyen d’encourager le développement de la pratique cyclotouristique, pleinement intégrée aux dispositifs d’encadrement du temps libre mis en place par le régime. Les directions locale et nationale de la FIE, organe du Dopolavoro, saluent ainsi à plusieurs reprises la qualité des initiatives du Velo Club Perugino en faveur du cyclotourisme et de l’excursionnisme, comme en témoignage la correspondance retrouvée dans les archives à Pérouse.

Promouvoir le cyclisme dans la jeunesse: la leva ciclistica de 1933

Au début des années 1930, le régime fasciste entre dans sa phase totalitaire et renforce son emprise sur tous les secteurs de la vie sociale. C’est à cet objectif que s’intègre la « leva ciclistica » des Fasci Giovanili di Combattimento de la Province de Naples, présentée avec de nombreux détails par le journal Il Mezzogiorno sportivo tout au long de l’année 1933. Cette « leva ciclistica » est permise par un accord signé entre la Fédération Cycliste italienne et le Commandement des FGC à la fin 1932, autorisant les jeunes fascistes à participer aux courses fédérales pour amateurs.

Sous l’égide du Comité régional de la Fédération, les FGC napolitains organisent toute l’année 1933 une série de courses pour attirer de nouveaux pratiquants cyclistes dans leur giron et dans celui de la Fédération. Ici, les instances sportives exploitent la capillarité des FGC, présents dans toutes les communes. La « leva ciclistica » illustre la volonté de renforcer la pratique sportive des Italiens, en allant vers un public jeune et dans une région de sud où le cyclisme est moins développé que dans une région comme le Piémont. Elle a une dimension prémilitaire, tant dans le lexique (la « leva » correspond en Italie à la conscription) que dans ses finalités, puisqu’elle cherche à renforcer les files des Fasci Giovanili, dont les inscrits sont destinés idéalement à prendre les armes pour la Patrie.

Conclusion

Le sport cycliste soulève de nombreuses questions, portant sur les stratégies mises en œuvre par les associations et organisations du régime pour encadrer l’activité physique des Italiens, faisant interagir de nombreux acteurs du monde sportif (journalistes, cyclistes, dirigeants économiques, politiques ou sportifs). On voit se constituer progressivement une politique sportive par l’évolution des régulations, non sans contradictions, et avec de nombreuses initiatives locales qui essayent parfois de s’inscrire dans cet encadrement totalitaire, parfois de le contourner. Dans les années 1930, le régime encourage une dimension toujours plus spectaculaire de ce sport, faisant des cyclistes des héros et défenseurs du prestige de la Patrie, pour dépasser définitivement, dans les pratiques et les représentations, l’idée d’un cyclisme arriéré et en crise encore présente à la fin des années 1920.

Ciclismo d’Italia, numéro de mars 1934.
©2023 Copyright Bibliothèque du CONI.

Bibliographie indicative

Felice Fabrizio, Sport e fascismo: la politica sportiva del regime: 1924-1936, Florence, 1976.

Felice Fabrizio, Storia dello sport in Italia: dalle società ginnastiche all’associazionismo di massa, Florence-Rimini, 1977.

Victoria De Grazia, The culture of consent: mass organization of leisure in fascist Italy, Cambridge-New York, 1983.

Nora Santarelli, Angela Teja, Lo sport negli archivi in Italia, Rome, 2010.

Mimmo Franzinelli, Il Giro d’Italia: dai pionieri agli anni d’oro, Milan, 2013.

Stefano Pivato, Storia sociale della bicicletta, Bologne, 2019.

Erminio Fonzo, Il nuovo goliardo: i Littoriali dello sport e l’atletismo universitario nella costruzione del totalitarismo fascista, Canterano, 2020.



Citer ce billet
EFR (2023, 7 juillet). Le sport le plus populaire ? La promotion des pratiques cyclistes par les organisations sportives du régime fasciste. À l’École de toute l'Italie. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o4ti

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search