Prendre acte de ses défaites et s’enraciner à Rome : Leone Strozzi et la mémoire des siens 1/2

Déborah Blocker, portrait
Déborah Blocker @EFR CC-by-nc

Billet rédigé par Déborah Blocker, Professeure à l’Université de Californie, Berkeley, chercheuse résidente à l’EFR en 2022

Durant ma résidence à l’École française de Rome, au printemps 2022, mes recherches se sont focalisées sur la chapelle Strozzi, érigée entre 1605 et 1628 dans l’église de Sant’ Andrea della Valle et sur son commanditaire, Leone Strozzi. Cette investigation micro-historique s’inscrivait néanmoins dans un cadre plus vaste. Historienne des discours et pratiques esthétiques dans l’Europe moderne, j’avais récemment terminé un livre sur l’académie florentine des Alterati (1569-1639 environ). Cet ouvrage articule l’étude des discours et de pratiques esthétiques développées au sein de cette académie avec celle de la montée en puissance de l’autoritarisme politique dans la Florence de la fin du XVIe siècle. L’enquête a en particulier permis de mettre en évidence comment la marginalisation politique de quelques dizaines de patriciens issus de familles qui s’étaient opposés à l’ascension des Médicis les avait conduit, dans leur académie, à investir leurs énergies dans les arts et la codification de discours et de pratiques destinés à en rendre compte.

Gravure de Saint’Andrea della Valle tirée d’ Il Nuovo teatro delle fabriche et edificii in prospettiva di Roma moderna, vue n° 31 @BNF

Mon projet en 2021-2022, durant l’année sabbatique qui m’avait été accordée par l’Université de Californie Berkeley, était de poursuivre mon investigation des discours et pratiques esthétiques au sein des aristocraties européennes dans le cadre d’un projet comparatif. Mes recherches se sont centrées sur les usages des arts dans deux familles aristocratiques que le renforcement des pouvoirs monarchiques ou princiers — qui marqua, en France comme en Italie, les XVIe et XVIIe siècles — avait fait entrer dans une période de turbulences politiques et économiques qui mirent en danger la survie de leurs lignages : les Montmorency et les Strozzi. Il s’agissait d’examiner comment ces familles mobilisaient les arts pour dire leurs difficultés, ou les cacher, en me demandant dans quelle mesure les usages qu’ils en faisaient avaient contribué au développement de fonctions spécifiques et/ou nouvelles pour ces arts.

À cette fin, j’avais isolé dès avant mon arrivée à Rome deux monuments funèbres où les difficultés de ces familles s’étaient trouvées tout autant figurées qu’effacées, le monument funèbre que la duchesse de Montmorency éleva à la mémoire de son époux Henri II de Montmorency, dans la chapelle de l’église la Visitation de Moulins, entre 1649 et 1658, et la chapelle Strozzi dans Sant’ Andrea della Valle. L’idée n’était pas seulement d’étudier comment ces « demeures d’éternité »1 donnaient forme, par l’architecture et la sculpture, aux épreuves subies, mais encore de replacer la construction de ces monuments parmi l’ensemble des autres stratégies employées dans ces familles pour dire leur histoire. Ces autres manières de faire comprennent, pour les Montmorency comme pour les Strozzi, la collection d’archives familiales, la production d’historiographies de la famille et de « vies » de ses principaux représentants, la circulation de poèmes et tout particulièrement d’épitaphes, et la production ou suscitation d’images ou de discours plus ou moins élaborés sur les monuments funéraires, qui en suggèrent les valeurs, tout en les entourant d’ambivalences, voire de silences.

Dans cette contribution en deux parties, je n’aborderai néanmoins que l’enquête conduite à Rome et à Florence (dans les Carte strozziane de l’Archivio di Stato) pour cerner la figure de Leone Strozzi (1555-1632), afin de mieux comprendre, au regard du parcours qui fut le sien à Rome, la forme qu’il fit donner à la chapelle Strozzi.

Leone Strozzi et le rétablissement romain des Strozzi

La branche romaine des Strozzi, dont Leone Strozzi rétablit — dans l’exil que représente pour eux leur installation dans la cité papale — les fortunes et le crédit, était directement issue de la lignée de condottieri Strozzi qui s’était opposée à la prise de pouvoir des Médicis à Florence dans le premier tiers du XVIe siècle. Leone Strozzi fut en effet le dernier descendant mâle de Filippo Strozzi (1489-1538), mort en captivité peu après la bataille de Montemurlo. Son père, Roberto Strozzi (†1566), était le plus jeune fils de Filippo Strozzi. Les frères aînés de celui-ci, le maréchal Piero Strozzi (1510-1558) et le prieur de Capoue Leone Strozzi (1515-1554), étaient tous deux entrés au service du roi de France, après l’arrivée des Médicis au pouvoir, avec l’espoir d’obtenir par leurs services le soutien de la monarchie française pour reprendre pied à Florence. Mais Leone trouva la mort à Porte Ercole en 1548, alors qu’il tentait de reconquérir de Sienne, et Piero mourut inopinément la veille de la bataille de Thionville. Ces deux morts peu héroïques — car survenues hors d’un combat ouvert — mirent de facto fin à tout espoir de voir un jour les fils de Filippo Strozzi reprendre Florence aux Médicis. La résistance des Strozzi à la domination médicéenne avait aussi menacé leur puissance financière : le père de Leone, Roberto Strozzi, qui s’était fait le banquier des campagnes de ses frères, mourut très endetté2.

En suivant la trace de Leone Strozzi dans les archives romaines et florentines, il apparut vite qu’il avait entrepris de relever l’honneur de la famille sur le plan militaire comme sur le plan financier. La protection des Aldobrandini fut pour lui déterminante. Clément VIII Aldobrandini, qui devint pape en janvier 1592, le nomma dès mars 1592 à la charge de général de bataille des états de l’Église, puis, en juillet 1595 à celle de général de l’Église3. Ses responsabilités dans ces offices consistaient à approvisionner les troupes pontificales en hommes et à les maintenir en état de combattre. Ces fonctions étaient généreusement rétribuées (100 scudi mensuels)4, et furent sans doute l’occasion de fructueuses opérations financières. Les actifs de Leone Strozzi à sa mort s’élevaient à près de 600000 scudi5. Le service des armées de l’Église lui permit ainsi de faire une carrière militaire à l’arrière, tout en rétablissant la fortune de sa lignée.

Bien que plusieurs fois contesté dans sa charge parce qu’il n’appartenait pas à la noblesse romaine6, Leone continua ses activités dans les armées de l’Église jusqu’à 1600 environ. Ce n’est qu’une fois sa charge abandonnée qu’il se tourna vers le projet d’une chapelle à bâtir dans Sant’ Andrea della Valle. Ses premiers échanges avec Piero di Vincenzo Strozzi, un parent éloigné qui allait devenir le maître d’œuvre des travaux, semblent dater de mai 16027. La construction de cet édifice, qui lui couta peut-être 40000 scudi (selon la biographie que Carlo Strozzi consacra à Leone Strozzi)8, allait l’occuper presque jusqu’à sa mort en 1632.

S’enraciner en un lieu et s’inscrire dans une spiritualité :

Gravure de la chapelle Strozzi tirée de Rossi, Giovanni Giacomo de, Disegni di vari altari e cappelle nelle chiese di Roma : con le loro facciate fianchi piante e misure de piu celebri architetti, 1713 (2nde ed., fol. 6r (Rome, Instituto per la grafica, 2311-10898)

Vue frontale de la chapelle Strozzi à Sant’ Andrea della Valle, à Rome @ D. Blocker CC-by-nc

La construction de la chapelle Strozzi est signe en premier lieu du désir de Leone Strozzi de se positionner comme romain. Dans une réflexion menée par Mark Hengerer et Gérard Sabatier sur les stratégies tombales des familles princières européennes, ceux-ci soulignent que « la mise au tombeau garantit <…> la possession du territoire ». Il précisent également qu’« avec l’époque moderne commence plutôt une phase de disparition lente du tombeau », dès lors, « il n’est construit s’il est jugé nécessaire comme instrument d’affirmation du pouvoir dans des situations critiques ».9 Les Strozzi de Rome ne sont certes pas à compter au nombre des dynasties princières. Mais le choix du dernier descendant de Filippo Strozzi de construire à Rome une chapelle où sa femme et lui pourraient être ensevelis souligne fut bien pour lui un moyen de s’ancrer dans la ville papale, pour y mettre fin à la crise que sa famille venait de connaître

Le choix de Sant’ Andrea della Valle, édifiée à partir de 1591 pour servir d’église centrale de l’ordre des Théatins, est aussi significatif. Certes, l’édifice en voie de construction se trouvait à seulement quelques centaines de mètres du palais de Leone Strozzi (dont une partie constitue actuellement le Palazzo Besso, situé au Lago di Torre Argentina, 11). Mais la construction de cette nouvelle basilique théatine présentait aussi l’avantage d’offrir à des familles fraîchement implantées à Rome de la place pour élever des chapelles, notamment à des familles d’origine florentine qui ne pouvaient plus trouver d’espace à bâtir dans San Giovanni dei Fiorentini. L’église des Théatins a ainsi rassemblé plusieurs familles florentines de tradition anti-médicéenne : on y trouve une chapelle Barberini, immédiatement à gauche en entrant, et une chapelle Rucellai, située en face de celle des Strozzi, qui occupe le deuxième emplacement sur la droite10.

Cependant, le choix de l’église des Théatins est aussi un choix de spiritualité, bien que l’histoire de l’ordre soit complexe. À l’origine de celui-ci se trouve la congrégation du Divino Amore, animée par des laïcs à la recherche d’une vie dédiée à une charité sans ostentation, où repentance et pénitence tiennent une place importante. Dans cette congrégation, au sein de laquelle Gaëtan de Thiène joua un rôle de premier plan, la piété est christocentrique : elle se focalise sur l’amour divinet le corps du Christ, en réaction à la réforme luthérienne qui remettait en cause l’Eucharistie. La Pietà y est intensément vénérée en tant que représentation du mystère de l’Incarnation. Ces éléments rapprochent les membres de la congrégation du Divino Amore du mouvement qui se développa autour de Vittoria Colonna.

Cependant, l’association, chez des laïques, de cette piété fervente et d’actions caritatives très engagées semble avoir inquiété un autre membre de la congrégation, Gian Pietro Carafa, qui devint en 1555 le pape Paul IV. En 1524, celui-ci fonda l’ordre régulier des Théatins, où la charité envers les malades tint une place plus réduite, et où la clôture, la lecture des Évangiles et la récitation austère des offices sont privilégiés. Cet ordre régulier éclipsa peu à peu la congrégation. Porté à l’action répressive (devenu pape, Carafa instaura le premier Index), Paul IV fit carrière dans l’Église, tandis que Gaëtan de Thiène mourut oublié en 1547.11

L’ampleur et l’ornementation de l’église de Sant’ Andrea della Valla inscrivent cet édifice dans l’affirmation de la puissance mondaine de l’ordre des Théatins, même si certains de ses membres, après la mort de Paul IV en 1559, réinvestirent la charité christocentrique jadis promue par Gaëtan de Thiène. Y édifier une chapelle, c’était à la fois se rattacher à un ordre fondé par un pape aussi ambitieux qu’extrémiste et revendiquer des affinités avec la spiritualité christocentrique de Gaëtan de Thiène. Leone Strozzi, ancien officier supérieur des armées de Clément VIII, fut sûrement heureux de rappeler ses liens avec le pouvoir pontifical. Mais il semble aussi avoir voulu marquer, dans l’édification de sa chapelle, son adhésion à une piété austère, secrète et christocentrique. Les modes de figuration de cette spiritualité au sein du monument, et les usages qui furent faits des arts à cette occasion, seront abordés dans le billet suivant.

Billet édité par Lana Martysheva, membre de la deuxième année

  1. Guillaume, Jean (éd), Demeures d’éternité : églises et chapelles funéraires aux XVe et XVIe siècles : actes du colloque tenu à Tours du 11 au 14 juin 1996, Paris, Picard, 2005. []
  2. Guerrieri Borsoi, Maria Barbara, Gli Strozzi a Roma. Mecenati e collezionisti nel Sei e Settecento, Rome, 2004, p. 10 et ASFi Carte strozziane, V, 1220, Breve e succinto ragguaglio interno a la Famiglia degli Strozzi, fol. 10r-12v. []
  3. Brunelli, Giampiero, Brunelli, Soldati del papa : politica militare e nobiltà nello Stato della Chiesa (1560-1644), Rome, Carocci, 2003, p. 146-147, et p. 175. []
  4. ASR, Camerale I, Mandati, 939, fol. 98r. []
  5. ASFi, Carte strozziane, V, 975 :I. Stato della primogenitura di Leone di Roberto Strozzi il 30 giu. 1632. []
  6. BAV Urb. Lat. 1064 I, fol. 240v et BAV Urb . Lat. 1060 I, « Di Roma a 21 Marzo 1592 », fol. 171v. []
  7. ASFi Carte strozziane, V, 1219, lettre de Piero di Vincenzo Strozzi du 28 mai 1602 (sans pagination). []
  8. ASFi Carte Strozziane V, 1253, Notizie genealogiche e questioni nobiliari della famiglia Strozzi. []
  9. Hengerer, Mark et Sabatier, Gérard, « Stratégies du tombeau », dans Juliusz A. Chroscicki, Hengerer, Mark et Sabatier, Gérard (dir.), Les funérailles princières en Europe, XVIe-XVIIIe siècle, t. 2. : Apothéoses monumentales, Versailles et Rennes, Centre de recherche du château de Versailles et Presses universitaires de Rennes, 2013, p. 11-22, p. 12 et p.15. []
  10. Voir Ferrara, Daniele, « La fabbrica di Sant’ Andre della Valle : problemi e interpretazione », dans Costamagna, Alba, Ferrara, Daniele et Grilli, Cecilia (dir.), Sant’Andrea della Valle, Milan, SKIRA, 2003, p. 17-68 (p. 36-37). []
  11. Vanni, Andrea, Gaetano Thiene. Spiritualità, politica, santità, Rome, Viella, 2016. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
EFR (6 juillet 2023). Prendre acte de ses défaites et s’enraciner à Rome : Leone Strozzi et la mémoire des siens 1/2. À l’École de toute l'Italie. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/o4th


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 28/07/2023

    […] la suite du précédent, ce billet explique comment, dans la chapelle Strozzi, Leone Strozzi travailla à effacer la […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search