Sur les pas de Jeanne Vielliard (1894-1979), première femme membre de l’École française de Rome

Jeanne Vielliard a toujours été une figure mythique pour moi, depuis la première fois que j’ai lu son nom. C’était en 2015, lors de mon arrivée à Paris, à l’Institut de recherche et d’histoire des textes : jeune médiéviste (je venais de soutenir mon mémoire de master), j’entrais au rez-de-chaussée de l’IRHT, alors en avenue de Iéna, pour grimper l’escalier monumental de pierre blanche et rejoindre la section de paléographie latine. Les portraits des anciens directeurs m’accompagnaient, et elle était là, directrice légendaire des années 1940-1964. Au bout de l’escalier lui était justement consacrée la salle de conférences, la « salle Vielliard », qui était le cœur de la vie scientifique de l’Institut. 

Jeanne Vielliard, directrice de l’IRHT (1940-1964) © IRHT

À cette époque-là toutefois, à part son rôle à l’IRHT, je ne connaissais pas les détails de sa carrière. Seulement plus tard, une fois arrivée à l’École française de Rome, j’ai réalisé qu’elle avait été la première femme à porter le titre de membre : « Il ne pouvait pas en être autrement », j’ai pensé tout de suite. Cela ne pouvait pas être autrement, parce que dans sa génération Jeanne Vielliard est certainement une femme qui a redéfini le concept de primat : dans tous les aspects de sa vie, consacrée à l’histoire et à la philologie, elle a été pionnière. 

Née à Paris le 26 mai 1894, elle est bachelière en philosophie en 1912 et entre ensuite à l’École normale catholique. Quand elle réussit le concours de l’École Nationale des Chartes en 1920, elle est la seule femme admise. Non contente, en 1924 elle sort major de sa promotion, ce qui lui vaut l’accès à l’École française de Rome dans la même année, encore une fois, la première dans l’histoire de l’institution. En 1927, à la fin de ses trois ans à Rome, elle intègre la Casa de Velázquez de Madrid, risquant d’être la première femme à le faire là-bas aussi (elle est juste la deuxième, après Jeanne Daste, professeure de philosophie contemporaine, entrée en 1921). Après quatre ans en Espagne, Jeanne Vielliard rentre en France avec un poste de conservatrice aux Archives Nationales, mais reçoit en 1937 l’offre qui lui change la vie et accomplit son destin : Félix Grat, ancien collègue de l’École Nationale des Chartes et de l’École française de Rome, fonde l’Institut de recherche et d’histoire des textes et la rend secrétaire générale. Il ne sera directeur de l’IRHT que jusqu’en 1940, quand il meurt tragiquement en guerre. Jeanne Vielliard, avec la force que l’on démontre dans des moments très sombres, assume la fonction de directrice : elle est la première femme en France à diriger un laboratoire du secteur des humanités au CNRS. Elle restera à l’IRHT jusqu’à sa retraite en 1964, accompagnant l’essor et préparant la splendeur d’une institution qui reste encore aujourd’hui un point de référence international. 

Cette biographie concise, qui est plutôt la liste de ses succès, ne rend pourtant pas compte de la rigueur de sa préparation, de la modernité de son esprit et surtout, à lire les témoignages à propos de sa vie, de son humanité. Tout cela a été bien cultivé à l’École française de Rome, qui a été un moment crucial pour l’expérience de cette femme savante. Essayons de parcourir ses pas. 

Quand Jeanne Vielliard arrive à Rome, elle vient de soutenir une thèse à l’École des Chartes qui portait sur Le latin des diplômes royaux et chartes privées de l’époque mérovingienne. Cette thèse, publiée en 1927 à la fin du séjour romain, fut subitement considérée comme un classique. On voyait déjà dans la jeune chartiste le gout pour la matérialité du document et pour sa lecture directe, qui en assure la bonne compréhension. Certes, à Rome, sous la direction d’Émile Mâle, qu’elle vénérait comme un maître, Jeanne Vielliard « se convertit » à l’histoire de l’art : pour son mémoire de membre, elle étudie l’iconographie de Saint Pierre à Rome et en Italie et elle le fait à travers des voyages en Toscane, en Ombrie, en Émilie, en Lombardie, et aussi, évidemment, dans le Latium. Cela lui permet de fournir un premier essai de ses recherches dans l’article qu’elle publie en 1926 dans les Mélanges de l’École, consacré aux fresques de l’église de San Pietro de Toscanella [voir l’article]. Mais elle n’oublie pas sa vocation initiale, au point que dans le rapport de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres [voir l’article], qui reçoit le mémoire, on remarque qu’elle a « toujours eu soin de mettre en relations les textes et les monuments », en découvrant avec ses missions dans les bibliothèques de Rome les notes des savants du passé, les dessins et les descriptions de fresques aujourd’hui perdus et de monuments dans un état antérieur à la restauration. 

École française de Rome, promotion 1924-1925.
Debout au deuxième rang : Jacques Madaule, Léon Bourdon, Georges Recoura, Pierre Boyancé ; assis au premier rang : Jeanne Vielliard, Émile Mâle, Félix Grat © EFR

Cette attitude intrinsèque envers le document écrit lui faisait comprendre aussi les ambitions de Félix Grat, qui avait été son collègue à l’École des Chartes et qu’elle retrouvait maintenant à Rome, membre depuis 1923. C’était alors une saison propice pour la philologie et pour la communauté franco-romaine qui l’animait : le pape Pie XI avait en effet relancé un projet d’édition critique de la Vulgate de saint Jérôme, qui avait déjà été confié par Pie X à Dom Henri Quentin, moine de Solesmes et grand érudit. Installé dans le monastère de San Callisto à Trastevere, il coordonnait une équipe qui avait pour but l’examen de tous les témoins manuscrits de la Vulgate antérieurs au XIe siècle, aussi et surtout à travers des reproductions photographiques qui permettaient un travail bien plus rapide pour la définition du texte. Quand Félix Grat et Jeanne Vielliard furent présentés à Dom Quentin, la première pierre immatérielle de l’Institut de recherche et d’histoire des textes fut posée. Ils assimilèrent les principes de son travail, en comprenant l’importance de la découverte de nouveaux témoins, de leur reproduction, notamment en microfilms, et donc de la mise à disposition pour la communauté scientifique, et, non secondairement, du travail d’équipe : ce sont sur ces piliers que Félix Grat fonda en 1937 l’IRHT, en associant tout de suite Jeanne Vielliard à l’entreprise. 

Cet héritage intellectuel acquis à l’École française de Rome a changé pour toujours l’histoire des études sur la transmission des textes. Mais ce n’est pas le seul legs que Jeanne Vielliard tira de l’expérience romaine. Elle aimait Rome et l’Italie, et en avait appris la langue avec passion, comme elle l’aurait fait ensuite en l’Espagne à la Casa de Velázquez, entre Madrid et Barcelone, en étudiant les Archives de la Couronne d’Aragon, un travail immense qui lui a valu beaucoup de publications. Les sources de ses travaux les plus célèbres sont là, dans cet amour pour l’Espagne, comme dans le cas du Guide du Pèlerin de Saint-Jacques-de-Compostelle, le livre V du Liber sancti Jacobi composé au XIIe siècle, dont elle a fourni l’édition et la traduction en 1938 (une œuvre qui a été rééditée cinq fois, dans les années suivantes).

Son apprentissage non seulement professionnel, mais aussi humain, nourri par l’expérience du voyage, la rendait une véritable citoyenne européenne (et une représentante parfaite du réseau des Écoles françaises à l’étranger, qui pourtant n’existait pas encore !). Ce sont des valeurs qu’elle investit ensuite dans son travail à l’IRHT, à travers ses voyages dans les bibliothèques d’Europe, avec lesquelles l’institut établira des collaborations fructueuses : la bibliothèque nationale de Vienne, la Bibliothèque Apostolique Vaticane et les bibliothèques patrimoniales de Rome, la British Library…

Ceux qui ont visité l’IRHT des années 1940-1964 témoignent d’une activité laborieuse et d’un esprit familial : le laboratoire accueillait tout chercheur, révélant son patrimoine de livres, de fiches et de microfilms, mais aussi en offrant un bon thé vers 17h. Jeanne Vielliard était donc la véritable gardienne de cette maison, comme elle l’a démontré depuis le début de sa direction : en 1940 l’IRHT, déplacé à Laval à cause de la guerre, est évacué, mais la directrice y reste encore pour mettre à l’abri les documents les plus précieux, en renvoyant les collaborateurs chez soi et avançant leur paye de ses propres économies [voir l’article]. C’est là le dévouement de quelqu’un qui a consacré sa vie à « étudier la transmission écrite de la pensée humaine » [voir l’article].

Portrait de Jeanne Vielliard, médaille en alabastre (cliché A. Cossu) © EFR

Jeanne Vielliard est une historienne qui a fait l’histoire. Son héritage est encore vivant, à l’IRHT, désormais dans les nouveaux locaux du Campus Condorcet à Aubervilliers, mais aussi à Rome, à l’École française : au cœur du Palais Farnèse il y a son portrait, gravé sur une médaille en alabastre, qui en gardera la mémoire pour toujours.

Pour aller plus loin :

G. Faye, Une historienne à l’ombre de la communauté scientifique, Jeanne Vielliard (1894-1979), dans N. Pellegrin (éd.), Histoires d’historiennes, Publications de l’Université de Saint-Étienne, p. 349-364.

J. Glénisson, Jeanne Vielliard (1894-1979), « Bibliothèque de l’école des chartes » 140.2, 1982, tome 140, p. 362-371.

L. Holtz, Les premières années de l’Institut de recherche et d’histoire des textes, « La revue pour l’histoire du CNRS » 2, 2000, p. 1-26. 

Angela Cossu
Membre de première année à l’École française de Rome
Section Moyen Âge


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.