Les frontières dans les Alpes au XIXe siècle, des montagnes de papier

Billet rédigé par Francesco Olivo, doctorant contractuel à l’Université Paris-Est Créteil, boursier à l’École française de Rome entre février et mars 2023 dans le cadre d’une thèse intitulée Coopérations, conflictualités et constructions frontalières dans les Alpes (1814-1915). Billet édité par Martino Oppizzi – membre scientifique de première année pour la section des Époques moderne et contemporaine.

L’étude des frontières dans l’arc alpin, du congrès de Vienne à la Première Guerre mondiale, amène à fréquenter des centres d’archives disséminés dans la moitié de l’Europe, souvent loin de la vue des sommets. Un séjour à l’École française de Rome dans le cadre d’une thèse dirigée par Mme Catherine Brice et M. Aurélien Lignereux m’a permis de mettre en relation les archives italiennes avec celles des autres États se partageant les Alpes : ce billet est l’occasion de présenter les perspectives qu’ouvrent ces connexions.

L’un des aspects de la « grande transformation du monde » au XIXe siècle est l’effort, plus ou moins conscient et suivi, des gouvernants des États européens et d’une myriade d’autres acteurs pour homogénéiser l’intérieur de leur territoire et lui donner des limites extérieures claires. Les frontières paraissent un bon thermomètre de cette territorialisation ; « dispositif international » et « lieu microscopique de la contiguïté » (D. Nordman), elles sont un observatoire des réactions, mais aussi des impulsions locales à celle-ci.

Les montagnes, comme les frontières, peuvent être considérées un construit social. Les politiques que déploient les États sur l’ensemble du territoire national y rencontrent des contraintes spécifiques, liées à la verticalité, à l’altitude, à l’autonomie (supposée) des communautés locales aussi. Ces contraintes peuvent être ignorées ou bien amener à des adaptations de l’action étatique, entraînant définitions et délimitations du territoire considéré « montagnard ». Les répercussions en sont très concrètes et se traduisent jusque dans le paysage qui ainsi se singularise : c’est la conséquence, par exemple, des politiques de reboisement des montagnes.

Est-ce qu’on peut distinguer, dans l’évolution générale des frontières au XIXe siècle, le modèle d’une frontière montagnarde, voire alpine ? Comment dévoile-t-il la dialectique entre le local et le national qui est à l’œuvre dans les sociétés européennes du temps ?

Pour répondre à ces questions, il faut dépouiller de véritables montagnes de papier. L’administration des frontières se fait par d’intenses correspondances des capitales entre elles et avec leurs administrations périphériques, qu’on peut appeler des documents « de gestion » ou « d’usage ». Puis il y a ce qu’on appellera des « actes » : documents qui ont vocation à fixer, sur le papier, le tracé la frontière.

Ces sources sont conservées en grande partie dans les archives des ministères des Affaires étrangères, qui sont en relation avec la majorité des acteurs de la définition des frontières : à l’Archivio Storico Diplomatico (ASD) de Rome, cela représente une cinquantaine de cartons de la série P des « Affari politici ». Dans cette masse de documents, on peut découvrir la trace d’une « frontière alpine ».

Montagnes et frontières, des villages aux capitales

La construction tant des frontières que des montagnes se façonne à trois échelles de « local » : le hameau, la commune, la province/département. Ces deux dernières sont en grande partie des créations administratives des autorités centrales, issues de la période révolutionnaire et napoléonienne.

Dans l’Archivio Storico Diplomatico, les enquêtes auprès des communes frontalières initiées par les autorités centrales constituent une source précieuse, pour découvrir les traces de visions locales du frontalier et de l’alpin. Trois d’entre elles se démarquent dans les Alpes : les rapports ordonnés annuellement par le gouvernement sarde et par les autorités cantonales tessinoises jusqu’au mitan du siècle, et ceux requis par la commission de délimitation italo-autrichienne en 1866. Les notions de « frontière naturelle » et de « ligne de partage des eaux » sont récurrentes aussi bien dans les enquêtes sardes des années 1820, du Niçois à la Val d’Ossola, que dans la Vénétie de 1866.

Réponse de la giunta municipale de Paularo à l’enquête de 1866 sur l’état des frontières : les « sommités de ces montagnes » qui séparent le village de ceux autrichiens « semblent faites exprès dans ce but par la nature » (ASD, Ministero Affari Esteri Regno d’Italia – Moscato vi, b. 220).
©2023 Copyright Ministero degli Affari Esteri e della Cooperazione Internazionale.

Ces documents sont révélateurs des frictions entre conceptions locales et centrales de la frontière. D’un côté, les acteurs locaux invoquent le caractère « immuable » de la frontière pour être exemptés de la visite annuelle de terrains difficiles d’accès et dangereux, ou bien, parfois, pour inscrire dans la nature des droits de propriété foncière. De l’autre côté, les gouvernements décident si un litige entre communes affecte le tracé de la frontière internationale ou s’il n’est que querelle entre particuliers ; cet avis peut changer avec les années ou selon que l’on consulte les ministres de la Guerre, des Affaires étrangères ou des Finances.

Certaines communes savent jouer de ces dissensions et trouver les interlocuteurs appropriés. Il arrive ainsi que des objectifs différents coagulent autour d’une même cause : c’est le cas à différents points des frontières italiennes au début du XXe siècle, lorsque la recherche de positions stratégiques par les militaires, les ambitions irrédentistes de membres du Club Alpino Italiano ou des élus de la province, la défense de ressources et propriétés foncières par les communes aboutissent à la formation de controverses territoriales dans lesquelles s’engagent les États. La documentation abonde alors de mémoires, rapports, pétitions, éclairant les réclamations de la commune française de Lanslebourg sur ses alpages du Montcenis ou celles des Sept Communes d’Asiago qui disputent plusieurs terrains au Tyrol.

Couverture de deux mémoires, rédigés par Jouart, député de la Maurienne, et Colleone, député de Vicence, défendant respectivement les positions de Lanslebourg (Département de la Savoie, Archives départementales, 9M2 19) et des Sept Communes dans une controverse frontalière (ASD, Affari politici, Serie P, b. 766).
©2023 Copyright Ministero degli Affari Esteri e della Cooperazione Internazionale.

Retrouver les montagnes dans les cartes

Au tournant du siècle, des projets se précisent de révision générale des frontières de l’Italie avec les voisins, pour remédier aux tensions provoquées par les contestations entre communes et plus encore par les dépassements de militaires : la correspondance interministérielle évoque parfois une « maladie de la frontière ».

Les pourparlers entamés avec la France dès 1894 et ouvert par la Suisse en 1910 échouent à cause de désaccords sur l’étendue (totale ou partielle) et la pertinence des vérifications. Avec l’Autriche-Hongrie, en revanche, ils aboutissent : à partir de l’été 1911 et jusqu’en 1914, une commission bilatérale italo-autrichienne, la « Commission internationale pour la délimitation de la frontière », opère sur l’intégralité de son tracé, du Stelvio à la mer. Cette commission se démarque par ses ambitions totalisantes, uniformisantes, centralisatrices, qui ressortent de sa composition même : elle réunit des délégués de tous les ministères concernés par la gestion de la frontière, confrontant les visions parfois discordantes qu’ils en ont.

Plan de composition des deux délégations italienne et austro-hongroise dans la commission de 1911 (ASD, Affari politici, Serie P, b. 768).
©2023 Copyright Ministero degli Affari Esteri e della Cooperazione Internazionale.

Les propositions de la commission, présentées sous le signe du « progrès », en témoignent encore. L’uniformisation des bornes est détaillée dans de très précises Normes techniques. L’acte final pour l’année 1911 annonce la réalisation d’une carte de toute la frontière, à l’échelle 1 : 25 000, reconnue par les deux États, pour lever avec facilité et sans intervention locale les doutes sur son tracé. Ce même acte final proposait qu’à Vienne et à Rome des « Bureaux des Frontières » (Grenzamt/Conservatorio dei confini) centralisent les affaires frontalières, en conservent les archives et en supervisent des révisions étalées en cycles quinquennaux. Les deux États envisagent d’étendre les activités de ces Bureaux, conçus dans le cadre de la seule dyade italo-austro-hongroise, à l’ensemble de leurs frontières, y compris celles des colonies pour l’Italie.

Des membres de la commission de 1911 en Valsugana, aux frontières du Tyrol et de la Vénétie (ASD, Affari politici, Serie P, b. 768). La commission avait réalisé des photos de ses opérations dont certaines, comme celle-ci, rappellent celles des alpinistes de l’époque.
©2023 Copyright Ministero degli Affari Esteri e della Cooperazione Internazionale.

Dans tout ceci, retrouve-t-on encore notre fantomatique frontière alpine ? On butte toujours aux aspérités alpines du territoire. Ainsi, le délégué austro-hongrois Georg Pockels justifie la durée quinquennale des révisions de la frontière par son caractère montagnard : elle « court sur presque toute sa longueur à travers de hautes montagnes ».

Les protocoles de délimitation, par ailleurs, sont souvent accompagnés de vues de crêtes marquant la frontière. Le rapprochement est tentant avec les photographies et plus encore les cartes postales destinées à « faire voir » la frontière aux ministres, qui se multiplient, à partir des années 1890, dans les cartons de l’Archivio Storico Diplomatico. On serait tenté de penser que ce qui se joue, au tournant du siècle, c’est l’avènement d’un nouveau régime visuel : la massification des souvenirs de vacances en montagne et la recherche d’outils de gestion du territoire par les États provoquent l’irruption de la frontière alpine dans les capitales.

À la fin du XIXe siècle apparaissent des vues de la frontière qui accompagnent les procès-verbaux de délimitation pour mieux en faire comprendre le tracé (ici, annexe au protocole 15 de la commission de délimitation de 1911 conservé en ASD, Affari politici, Serie P, b. 769).
©2023 Copyright Ministero degli Affari Esteri e della Cooperazione Internazionale.

Bibliographie indicative

Debarbieux (Bernard) et Rudaz (Gilles), Les faiseurs de montagne : imaginaires politiques et territorialités, XVIIIe-XXIe siècle, Paris, Editions CNRS, 2010.

Di Fiore, Laura, « The production of borders in nineteenth-century Europe. Between institutional boundaries and transnational practices of space », European Review of History/Revue européenne d’histoire, 24 (1), 2017, p. 36-57.

Die Alpen ! Les Alpes ! Zur europäischen Wahrnehmungsgeschichte seit der Renaissance – Pour une histoire de la perception européenne depuis la Renaissance, dir. Simona Boscani Leoni et Jon Mathieu, Berne, Peter Lang AG, 2011.

Gugerli (David) et Speich (Daniel), Topografien der Nation : Politik, kartografische Ordnung und Landschaft im 19. Jahrhundert, Zürich, 2002.

Judson (Pieter M.), Guardians of the Nation : Activists on the Language Frontiers of Imperial Austria, Cambridge, Harvard University Press, 2006.

Mathieu (Jon), Geschichte der Alpen 1500-1900 : Umwelt, Entwicklung, Gesellschaft, Vienne/Cologne/Weimar, Böhlau, 1998.

Nordman (Daniel), Frontières de France. De l’espace au territoire (xvie-xixe siècle), Paris, Gallimard, 1998.

Osterhammel (Jürgen), The Transformation of the World : A Global History of the Nineteenth Century, Princeton/Oxford, Princeton University Press, 2015, pp. 107-113.

Sahlins (Peter), Boundaries : the making of France and Spain in the Pyrenees, Berkeley, University of California Press, 1989.

Torre (Angelo), Luoghi. La produzione di località in epoca moderna e contemporanea, Rome, Donzelli, 2011.



Citer ce billet
EFR (2023, 16 juin). Les frontières dans les Alpes au XIXe siècle, des montagnes de papier. À l’École de toute l'Italie. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o4tg

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search