Sauvegarder les archives de l’ANSMI : un projet entre l’EFR, l’Université de Leyde et Archivistes sans frontières

L’équipe du projet de sauvegarde
Cliché : K. Sanchez-Summerer

Les archives de l’Associazione Nazionale per soccorrere i missionari (ANSMI) sont au cœur du projet de recherche que je mène à l’EFR sur les missionnaires italiennes et la diplomatie humanitaire au Moyen-Orient (1900-1970). Il s’agit d’un fonds très riche comprenant près de 90 mètres linéaires de correspondances, clichés photographiques et de plans conçus par les architectes et les ingénieurs qui travaillent au service de l’association. Réparties en deux grandes séries chronologiques, ces archives sont organisées et classées par aire géographique.

Depuis sa fondation (1886) à l’initiative de l’égyptologue Ernesto Schiaparelli, l’ANSMI inscrit son action au croisement du politique et du religieux. Elle se propose de contribuer à l’expansion italienne en Méditerranée en offrant un soutien aux missions catholiques et à leurs œuvres (écoles, dispensaires, paroisses). En l’espace de quelques décennies, qui voient la Méditerranée se transformer en une mer coloniale, l’ANSMI s’affirme comme un acteur majeur de la diplomatie culturelle et humanitaire italienne (Grange 1994 ; Nuzzacci 2012)

Les membres de l’association reconnaissent rapidement l’importance des missions féminines à la fois pour la diffusion de la langue italienne et l’expansion du catholicisme. L’ANSMI contribue activement à l’implantation des Filles de Marie auxiliatrice dites aussi salésiennes, des Franciscaines missionnaires d’Égypte et des Sœurs d’Ivrée en Afrique du Nord et dans la Méditerranée orientale. La correspondance entre l’association et les supérieures de ces congrégations constitue une source historique inédite et d’une très grande valeur pour une analyse genrée des mobilités missionnaires.

Inventaire des dossiers avant le reconditionnement
Cliché : K. Sanchez-Summerer

Plus généralement, les archives de l’ANSMI présentent un grand intérêt pour une histoire renouvelée de la présence italienne en Méditerranée (Sanchez Summerer-Turiano 2020). Elles peuvent notamment être interrogées pour éclairer une histoire de la diplomatie culturelle et humanitaire de l’Italie au Moyen-Orient, apportant ainsi une contribution aux travaux récents qui s’inscrivent dans la « nouvelle histoire diplomatique » (Ferragu-Florian 2016).

Dans le cadre des études qui analysent les politiques linguistiques européennes en Méditerranée (Sanchez Summerer-Frijhof 2017), les archives de l’ANSMI peuvent être mobilisées pour interroger la promotion de la langue italienne par l’association, tout en la comparant à d’autres initiatives telles que la Dante Alighieri (De Nardis 2014 ; Van Kessel 2016). Il convient enfin de souligner l’extrême richesse des fonds iconographiques et documentaires de l’association pour une histoire de l’architecture à l’époque coloniale.

Conservées au siège de l’association à Rome, ces archives souffrent toutefois d’un manque d’entretien et sont exposées à l’usure du temps. À l’heure actuelle, l’association ne dispose ni de personnel spécialisé ni de moyens suffisants pour procéder à l’entretien régulier de cette masse documentaire.

Pour l’équipe du programme de recherche international « Missions chrétiennes et sociétés du Moyen-Orient : organisations, identités, patrimonialisation (MisSMO) », dont l’EFR est partenaire, la sauvegarde de ces archives est vite apparue un objectif prioritaire. En particulier, Karène Sanchez (Associate Prof., Université de Leyde) et moi-même, l’une et l’autre membre de l’équipe de MisSMO, avons réfléchi aux moyens d’initier un projet de préservation. Grace au support financier de l’EFR et du NWO (Centre national de la recherche scientifique néerlandaise), et à la disponibilité dont le directeur et le secrétaire de l’association ont fait preuve, nous avons pu lancer une première phase du projet en juin 2019. Nous avons fait appel à l’expertise de l’association Archivistes sans frontières (ASF) et d’une société italienne de fourniture de matériel archivistique pour le reconditionnement des archives les plus anciennes.

Le projet, qui s’est déroulé sur deux semaines à l’été 2019, a permis, d’une part, d’assurer le reconditionnement de près de 900 dossiers en 130 boîtes antiacides (un tiers des archives classées) et, d’autre part, d’identifier plusieurs mètres d’archives (23 environ) non classées entreposées dans les locaux de l’association depuis la fin des années 1970 (voir la synthèse de la mission). Cette opération d’identification, menée par deux volontaires d’ASF, a permis de mettre à jour un fonds iconographique inédit ainsi qu’une documentation produite par deux branches annexes de l’association, l’Italica Gens et l’Opera Bonomelli. La première est formée en 1909 dans le but de fédérer l’ensemble des institutions religieuses italiennes œuvrant notamment sur le continent américain. L’Opera Bonomelli se propose de fournir une aide matérielle et spirituelle aux travailleurs italiens à l’étranger.

Identification des archives entreposées depuis les années 1870
Cliché : K. Sanchez-Summerer

Cette première phase s’est conclue avec beaucoup de satisfaction de la part de tous les acteurs impliqués. Après quelques mois, ASF s’est déclarée intéressée à poursuivre le projet de sauvegarde. La deuxième phase du projet, qui devait se dérouler à l’été 2020, a pour l’instant été suspendue à cause de l’urgence sanitaire. Dans les conditions actuelles, le moment de la reprise des travaux reste incertain, mais la valeur de ce fonds d’archives et l’urgence de sa valorisation ne sont plus à prouver.

Par Annalaura Turiano
Membre de deuxième année de l’École Française de Rome
Époques moderne et contemporaine


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.