Le séminaire Volterra : vitalité du droit romain à l’EFR

Billet rédigé par Roman Herbette (doctorant contractuel École française de Rome / Aix-Marseille Université, laboratoire IRAA), Grégory Spadacini (doctorant contractuel Paris 1, centre AnHiMA), Rocco Viccione (doctorant à l’université de Florence). Billet édité par Lou de Barbarin (membre scientifique de première année pour la section Antiquité)

Terzo seminario Volterra, P. Buongiorno (org.) et N. Laubry (org.), Senatoconsulti e documentazione epigrafica: acquisizioni e prospettive, École française de Rome, 17 juin 2022

Edoardo Volterra par Gino Marzocchi (1951), Cabinet Volterra, École française de Rome

Juriste et historien éminent, Edoardo Volterra (1904-1984) a laissé une empreinte profonde dans le paysage intellectuel de l’Italie du siècle dernier.

Son héritage scientifique est ample. Il importe de rappeler son intérêt pour l’étude des constitutions impériales et son herculéenne entreprise de collection des sources relatives aux résolutions sénatoriales. Pierangelo Buongiorno a pris sur lui de compléter et de mettre à jour ce travail.

E. Volterra fut aussi un des premiers à se pencher sur les structures juridiques propres à la famille antique. S’ajoute à cela un rôle prépondérant dans l’orientation méthodologique propre aux droits de l’Orient ancien. Ainsi, il se montre soucieux de ne pas laisser « d’angle mort » dans son horizon de pensée, dans son approche des sources juridiques.

            Son activité ne fut pas restreinte au seul champ universitaire. D’origine juive, il fut contraint de quitter sa chaire à l’université de Bologne en 1938 en raison du manifesto della razza. Son exil dura deux années. Il ne parvient pas à obtenir de position stable en Égypte, tant à Alexandrie qu’au Caire. Le brillant romaniste a dû se contenter de différentes bourses de recherche à Paris, Bruxelles, Leiden. De retour en Italie, il se mue en résistant et combattant antifasciste (à la suite de son père, Vito, mathématicien de renommée mondiale). Il participa activement à la Guerre de libération et réintégra l’université en 1944. Il sera par la suite chargé de la reconstruction de l’Ateneo.

C’est ce primat moral et intellectuel qui explique son rôle de juge constitutionnel (1973-1982). Il fut en outre honoré de nombreuses distinctions institutionnelles : président de la Société italienne d’histoire du droit (1971-1977), membre de l’Accademia dei Lincei (1958). Il fut également membre de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres.

Di Brino A. e Visalberghi M., 2018, Edoardo Volterra – La vita come dovere, lo studio come passione, produit par DocLab

Le fonds Edoardo Volterra

L’intérêt de la communauté scientifique pour l’œuvre protéiforme du grand juriste italien a été constant.  Le seminario Volterra, qui lui est dédié, a pour vocation de faire vivre le fonds Edoardo Volterra.

Ce fonds est constitué de la bibliothèque personnelle d’E. Volterra, soit 10.000 ouvrages (avec un fonds ancien de 1615 volumes) et de 16.000 tirés à part – dont une portion importante est le résultat des liens scientifiques établis par E. Volterra et ses contemporains. Cet héritage, matériel aussi bien qu’intellectuel, intègre la bibliothèque de l’École française de Rome en 1989. C’est un apport important en histoire du droit ; un domaine dans lequel la bibliothèque de l’École ne possédait alors qu’une faible quantité d’ouvrages. Cette absorption est à comprendre comme la mise en acte d’un constat ; celui de l’intégration croissante des études juridiques dans un cadre plus ample. Une des originalités de cette entreprise franco-italienne, qui se réunit tous les trois ans en moyenne, est de promouvoir une approche renouvelée du dialogue entre historiens, philologues, et juristes – dialogue porté par Volterra durant toute sa vie.

Les éditions précédentes ont abordé en premier lieu les constitutions sévériennes (2015) puis la loi des XII Tables (2018).

Compte rendu du Terzo seminario Volterra

En droite ligne des recherches menées par Edoardo Volterra, cette troisième édition, qui s’est tenue à l’École française de Rome le 17 juin 2022, réévalue l’état de nos connaissances sur le Sénat. L’angle choisi est celui de la documentation épigraphique (i.e. tiré des inscriptions).

            La première partie du séminaire a été dédiée à la présentation de deux volumes récemment parus dans le cadre du projet PAROS (Palingenesie der römischen Senatsbeschlüsse).

Antonio Caballos Rufino (Universidad de Sevilla) ouvre le séminaire par une présentation de l’avant-dernier volume de la série Acta Senatus. Paru en 2021, l’ambition du volume est de recenser et d’étudier les délibérations du Sénat romain en incluant les apports de plus en plus nombreux de l’épigraphie. L’ouvrage est divisé en trois grandes sections, et propose l’appui d’un précieux catalogue général. La première partie analyse les senatus consulta, une documentation déjà bien étudiée par ailleurs. Sont d’abord traitées les décisions d’origine italienne (P. Buongionro – G. Camodeca), puis les inscriptions provinciales en langue latine (W. Eck), et enfin celles en langue grecque (K. Harter-Uibopuu). La deuxième section de l’ouvrage propose une série d’éditions et de commentaires nouveaux sur les délibérations sénatoriales les plus importantes. Dans la dernière section, un dernier sous-groupe de travaux aborde la réception des décisions sénatoriales dans les différents territoires de l’empire : les traités entre le Sénat romain et les cités grecques (S. Saba) ; les decreta decurionum (A. Parma) ; le senatus consultum en matière de monnayage (R. Wolters).

La seconde intervention est celle de Julien Fournier (Université de Strasbourg), qui revient sur la réédition par P. Buongiorno et A. Raggi du senatus consultum de Plarasensibus e Aphrodisiensibus. Il s’agit de la plus longue résolution sénatoriale transmise par l’épigraphie en grec. Le chercheur souligne la pertinence des propositions de cette étude, fruit d’un nouvel examen du textedans son environnement, qui établit une rétroversion latine et une traduction italienne, ainsi qu’un commentaire tant juridique qu’historique.

Émis le 2 octobre 39 av. n. è. cette décision sénatoriale a été gravée en une seule opération sur un portique de l’Agora d’Aphrodisias de Carie. Ce regroupement en série de documents officiels romains, ainsi mis en valeur dans un lieu central pour la mémoire de la cité, est une source fondamentale sur les moyens de rendre publics les privilèges décrétés par le Sénat et d’affirmer son statut de civitas libera et foederata. L’état de conservation exceptionnel de cet ensemble autorise à établir des parallèles avec d’autres sites dont les inscriptions sont plus lacunaires.

La seconde partie du séminaire illustre la dimension matérielle des sources juridiques par deux études de cas : le senatus consultum Neronianum et le senatus consultum de Cn. Pisone patre.

G. Camodeca (Università di Napoli L’Orientale) s’est intéressé à la datation et l’application du senatus consultum Neroniaum adversus falsarios, une mesure émise sous Néron afin de garantir l’authenticité des actes juridiques. Le sujet a été traité à la lumière des progrès réalisés dans la documentation épigraphique trouvée à Herculanum. Les archives d’Herculanum ont livré une collection de 350 tablettes portant des traces d’écriture, qui peuvent être mises en relation avec environ 170 documents. L’ensemble documentaire est indissolublement lié avec l’année 61, date à laquelle, selon le consensus actuel, le sénatus-consulte a été émis.

Dans son intervention, le professeur G. Camodeca a montré que cette datation devait être révisée grâce à un document qu’il a lui-même reconstitué à partir de vingt-trois fragments (TH 89). Il s’agit d’un édit, daté du 22 mars 62 et retrouvé sur le forum d’Auguste, accordant la citoyenneté à un Latin. Ce document de mars 62 doit donc être considéré comme le terminus post quem de l’émission de la disposition adversus falsarios. Les premiers documents rédigés sur les tabulae pertusae sont deux documents d’Herculanum datés de juillet 62 (TH 3 et 47). On peut donc supposer que le sénatus-consulte a été émis entre mars et juillet 62. Dans la pratique juridique campanienne, il semble toutefois que la mesure n’ait pas été appliquée immédiatement et uniformément : il y a eu, en effet, une période de transition, comme le montre l’absence des trous percés dans les marges des documents datant de décembre 62 et mai 63 (TH 40 et 61).

L’intervention d’Alison E. Cooley (Université de Warwick) ouvre des pistes de réflexion à partir de la découverte, ces dernières décennies, de nouvelles occurrences du Senatus Consultum de Cn. Pison.

Elle constate notamment le nombre important d’exemplaires retrouvés en Bétique et fait le lien avec les ambitions de Tibère dans la région. La diffusion de ces avis sénatoriaux, et plus encore leur exposition dans des lieux majeurs de la vie politique des cités de provinces, paraît indiquée qu’ils sont un élément essentiel de la communication impériale. Toutefois, Alison E. Cooley adopte un point de vue différent en se demandant dans quelle mesure ce sont les élites locales elles-mêmes qui sont à l’origine de cette large diffusion. En Bétique, la population, attachée à la figure de Germanicus, se trouverait à l’initiative de la reproduction du Senatus Consultum de Cn. Pison. Celle-ci ne s’explique plus par une nécessaire communication politique « du haut vers le bas » mais suggère plutôt un accueil enthousiaste de l’idéologie impériale au sein des élites. Ces découvertes, loin de conforter les thèses traditionnelles, autorisent une autre lecture des mécanismes de propagation de l’idéologie impériale en accordant une juste place à l’agentivité d’acteurs plus locaux.

Dans son intervention conclusive, D. Mantovani revient sur différents thèmes abordés durant cette journée d’étude.

In fine, les organisateurs ont conclu sur un encouragement à décloisonner l’approche scientifique, à embrasser la complexité des niveaux d’interprétations des sources juridiques, en bref à (re)lire les sources et leurs richesses. 

D. Mantovani (gauche) et N. Laubry (droite), le 17 juin 2022


Citer ce billet
EFR (2023, 30 mai). Le séminaire Volterra : vitalité du droit romain à l’EFR. À l’École de toute l'Italie. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o4tf

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search