Émotion, expérience et histoire. Entretien avec la médiéviste Piroska Nagy

Piroska Nagy ©EFR – CC-by-nc

Piroska Nagy est professeure d’histoire médiévale à l’Université du Québec à Montréal. Entre anthropologie historique et histoire sociale des concepts, elle s’intéresse aux structures de l’affectivité médiévale et ses représentations, aux rapports des réalités affectives avec le corps, la raison et les cinq sens dans le contexte religieux du Moyen Âge central (XIe-XIIIe s.). De janvier à avril 2023, elle est accueillie à l’EFR et travaille sur le projet de recherche La Pataria. Réforme radicale, mobilisation populaire et expérience publique à Milan au XIe siècle.

Piroska Nagy, avant de revenir précisément sur le projet que vous développez à l’École, pouvez-vous présenter vos sujets de recherche et expliquer comment vous en êtes venue à travailler dessus ?

Depuis ma thèse sur le Don des larmes au Moyen Âge (Ve-XIIIe s.) soutenue à l’EHESS en 1997, je suis devenue une historienne de la vie affective médiévale, qui ne se comprend qu’en lien étroit avec le contexte culturel, la vision du monde et de la société d’une époque, d’un milieu donnés. Après plusieurs projets sur les subjectivités médiévales, menés depuis 2006 dans le cadre du programme de recherche EMMA – Émotions au Moyen Âge – animé avec Damien Boquet (AMU), j’ai réalisé que l’histoire des émotions, qui s’est développée dans les années 2000, avait oublié le collectif – et ce, je crois, bien malgré elle, puisqu’une de ses prémisses est de considérer les phénomènes affectifs comme des phénomènes à la fois sociaux et culturels.

Livres de Piroska Nagy conservés à la bibliothèque de l’EFR ©Chloé Tardivel / EFR – CC-by-nc

Je me suis donc lancée en 2016 dans un projet de recherches sur l’émotion collective religieuse au Moyen Âge central (COREM), qui a donné naissance à plusieurs articles avant le livre collectif Histoire des émotions collectives. Épistémologie, émergences, expériences – et qui m’a surtout menée vers une aventure importante : le projet actuel sur lequel je travaille à l’École. Celui-ci porte sur la Pataria milanaise (1057-1075) et s’intéresse donc à un phénomène collectif, lequel dépasse largement la question des émotions au sens contemporain, où l’on parle avant tout d’un phénomène psychologique.

Vous êtes donc pionnière dans l’histoire des émotions. Comment se développe actuellement ce champ de recherche ? Quels sont pour vous ses grands apports historiographiques ?

L’histoire des émotions est souvent décrite comme une création du XXIe siècle, liée à la culture individualiste et thérapeutique de nos sociétés contemporaines, capitalistes et néolibérales. C’est oublier sa généalogie, qui remonte aux « pères » des sciences sociales, avant tout à Émile Durkheim et à Marcel Mauss qui – tout comme après eux Marc Bloch et Lucien Febvre, les premiers historiens à s’intéresser en France à l’affectivité dans une perspective culturelle – les considéraient comme des phénomènes collectifs, étroitement liés au corps et aux sens.

Lucien Febvre (1878-1956), cofondateur avec Marc Bloch (1886-1944) de la revue Annales d’histoire économique et sociale, et auteur de l’article “La sensibilité et l’histoire : Comment reconstituer la vie affective d’autrefois ?” (1941) ©Wikimedia /Domaine public

Après un très grand retard à l’allumage, l’histoire des émotions a permis, entre les années 2000 et 2015, d’établir l’importance des émotions – terme par lequel les historiens tendent à désigner divers phénomènes affectifs – comme objets d’histoire et comme outils d’analyse historique légitimes, et donc d’inclure les phénomènes affectifs dans les chantiers et les questionnaires des historien.ne.s. On est ainsi passés de l’étude des vocabulaires et conceptions émotifs des cultures d’antan à celles des pratiques affectives, étroitement liées dans toutes les sociétés à la conception de l’humain et du social. Si le chantier à explorer est ainsi infini, la seule limite, importante toutefois, à la possibilité de faire une histoire sociale des émotions vient de la disponibilité des documents. Sans surprise, les gens humbles ont laissé fort peu de trace de leur vie affective : la préoccupation affective est le plus souvent un luxe ; on connaît bien mieux les émotions des élites que celles du peuple, à n’importe quelle époque – et corollairement, encore, bien mieux celles de l’Occident que du reste du monde… Il y a là un énorme défi pour décoloniser l’histoire des émotions, d’autant que le terme et la notion sont à la fois occidentaux et modernes.

Ainsi, aujourd’hui, pour plusieurs d’entre nous, il s’agit d’unifier l’histoire des émotions, l’histoire des sens, et celle de l’imaginaire ou de la mémoire, en élargissant l’enquête au champ vaste de l’expérience – notion et outil d’enquête émergents, aujourd’hui en cours de définition. L’histoire de l’expérience, sur laquelle j’ai conduit un séminaire en ligne pour explorer son « laboratoire médiéval », permet d’inclure une série de phénomènes sans lesquelles les émotions elles-mêmes ne pouvaient être perçues, comme les gestes, les perceptions corporelles, mais aussi les dimensions cognitives comme la mémoire et l’imaginaire, afin de mieux saisir la façon dont individus, groupes et sociétés expérimentent et pratiquent le monde autour d’eux, y compris les institutions.

« Décoloniser » l’histoire des émotions, étendre l’enquête à l’histoire de l’expérience… Dans quelle mesure ces réflexions sont à l’œuvre dans votre projet développé à l’EFR ? Pouvez-vous le présenter plus en détail ?

Mon projet porte sur la Pataria à Milan, mouvement de réforme religieuse radicale devenue par moment guerre civile, qui tient la société, comme la vie religieuse et politique de la ville en ébullition entre 1057 et 1075. La Pataria est un sujet « classique » de l’historiographie italienne – des montagnes d’érudition ont été écrites sur les divers thèmes, sources, personnages qu’elle touche. Toutefois, elle est la plupart du temps envisagée dans une perspective politique et institutionnelle, au croisement de l’histoire de l’Église, de l’Empire et de l’Italie, et parfois téléologique (en amont de la naissance de la commune, ou de la réforme “grégorienne”). C’est en travaillant sur les émotions collectives que je suis tombée amoureuse des sources narratives de la Pataria : un dossier documentaire étonnamment fourni et varié pour le XIe siècle, composé d’abord de trois longs récits, en fait part.

Roma, Biblioteca universitaria Alessandrina, Manoscritti, ms.25b, fol. 40r (XIIe s.). Incipit de la Passio sancti Arialdi par Andrea da Strumi

Ces témoignages permettent d’entrevoir la Pataria comme un événement historique important où, par moment, tout semble devenir possible. Grande émotion collective, la Pataria ouvre une brèche dans le cours normal du temps, dans l’ordre traditionnel de la société-Église, et fait surgir de nouvelles expériences religieuses et politiques. Dans une perspective d’anthropologie historique, je m’intéresse à la manière dont cette période mouvementée a été expérimentée et minutieusement décrite par ses témoins, conscients de vivre un moment historique unique. J’essaye donc d’écrire une histoire de la Pataria qui mette en contact les lecteurs et lectrices de notre temps – dont j’espère aiguiser la curiosité envers ce mouvement urbain qui crée un débat public autour de la moralité des élites – avec les acteurs d’antan, si lointains. On le devine, si le « peuple » de Milan est un participant omniprésent sur la scène urbaine, il reste muet, insaisissable hors de ses gestes qui sont, quant à eux, éloquents.

Bas-relief décorant l’autel consacré à Arialdo, martyr de la Pataria milanaise (église San Calimero, Milan, 1917) ©Piroska Nagy / EFR – CC-by-nc

Ainsi une première dimension incontournable de la Pataria est l’agentivité du peuple urbain au sens large, une nouveauté au XIe siècle, encore souvent vue comme émotion populaire informe. En partant de l’émotion, j’essaye de montrer, dans la lignée de E. P. Thompson, que cette agentivité collective renvoie clairement à l’enjeu central du moment : aux pratiques et au sort des corps, individuels et collectifs, étroitement liés à la question du salut. Deuxième moment du livre : les enjeux des corps, au sens propre et figuré, qui sont au cœur de ce que j’appelle en ce moment l’économie morale de la société-Église médiévale en transformation. Je m’intéresse enfin à la manière dont la Pataria se déploie dans la ville, investit l’espace social et urbain et le transforme en espace public. Le dernier volet de ma recherche vise à saisir la Pataria dans l’espace milanais, à la fois urbain et social, de l’ancrer dans ce que l’on sait des relations des habitants à la ville et à son environnement.

Après votre séjour romain, vous rentrerez à Montréal ? Quels sont vos projets de recherche à venir ? Dans quelle direction souhaitez-vous avancer ?

Je ne rentre pas immédiatement à Montréal, je reste encore un mois en Europe, avant tout à Milan où j’ai des sources à voir, et à Budapest, ma ville natale… et quand je rentrerai, il me restera encore beaucoup de travail sur mon projet actuel sur la Pataria. Quand j’aurai fini ce livre, je vais m’attaquer à deux petits projets très différents, tous deux menés en tandem, l’un avec un jeune chercheur, encore au doctorat à ce jour, et l’autre avec un chercheur senior, qui était pour moi un mentor très important autant qu’il est toujours un ami. Pour le premier projet : mon université, l’UQÀM a reçu l’an dernier un important don de livres rares du couvent franciscain de Montréal – un contact établi grâce à un ancien membre de l’École et directeur des études pour le Moyen Âge, Jacques Dalarun. C’est ainsi que nous sommes devenus les dépositaires d’un très joli petit codex italien des environs de 1500, qui contient un des deux témoins manuscrits de la vita en langue vernaculaire d’un franciscain observant du XVe siècle, des Abbruzzes, Filippo dell’Aquila, par Bernardino da Fossa. Vita très peu connue, elle permet de faire un petit projet d’édition, en collaboration avec Marco Cirino, doctorant à l’Université Aldo Moro à Bari que je dirige en co-tutelle, et qui aura fini sa thèse entre 2024 et 2025. Pendant mon séjour romain, j’ai d’ailleurs pu consulter et photographier l’autre témoin de la vita, dans un manuscrit autographe de son auteur conservé à la Bibliothèque Marciana à Venise, et qui est à bien des égards différents de celui que nous possédons.

L’autre projet porte sur un petit livre d’entrevue sur la vie et l’expérience d’un historien, avec Gábor Klaniczay, qui est le médiéviste hongrois vivant sans doute le mieux connu hors du pays, un homme tout aussi extraordinaire qu’adorable. Il appartient à une grande génération, qui aura mené la transition du pays vers un avenir démocratique et pleinement européen. Né en 1950, membre de l’opposition démocratique au régime de Kádár et de la contre-culture dès les années 1970, il a été un des fondateurs de la Central European University à Budapest, et tout particulièrement de son excellent Département d’études médiévales où j’ai eu la chance d’enseigner il y a vingt ans, et qui va, hélas, bientôt disparaître.

Gábor Klaniczay ©Piroska Nagy – CC-by-nc

Actif dans la vie culturelle, académique et institutionnelle, en recherche et en enseignement, Gábor Klaniczay a très activement participé à la démocratisation du pays avant d’être le témoin de son illibéralisation, depuis 20101. Ce petit livre, qu’on veut publier en deux langues (hongrois et anglais), cherche à explorer avec Gàbor Klaniczay son expérience de vie à la fois en tant que citoyen, intellectuel, historien, et médiéviste dans une Europe centrale dont on a failli oublier, avant qu’on ne nous le rappelle, qu’elle est toujours en quête de stabilité.


Propos recueillis et édités par Chloé Tardivel, membre scientifique de première année, section Moyen Âge



Citer ce billet
EFR (2023, 12 avril). Émotion, expérience et histoire. Entretien avec la médiéviste Piroska Nagy. À l’École de toute l'Italie. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o4te

  1. Forgé par le politologue américain Fareed Zakaria, le concept de démocratie illibérale qualifie “une démocratie sans libéralisme constitutionnel qui produit des régimes centralisés, l’érosion de la liberté, des compétitions ethniques, des conflits et la guerre”, Fareed Zakaria, « The Rise of Illiberal Democracy », Foreign Affairs, no 76,‎ novembre-décembre 1997 []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 22/04/2023

    […] Un entretien avec Piroska Nagy, actuellement en résidence à l’École française de Rome, conduit par Chloé Tardivel, où elle relate son parcours, depuis l’histoire des émotions jusqu’à l’histoire des expériences collectives qu’elle explore dans un livre en préparation sur la pataria milanaise. A lire ici. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search