Rome à l’École d’Athènes

Fig. 1 : les membres de l’EFR sur le mont Lycabète, par Lou de Barbarin

Du 17 au 20 février 2023, douze membres de l’École française de Rome ont organisé à titre personnel un séjour à Athènes pour découvrir la ville, ses sites historiques, ses musées, et échanger avec leurs collègues de l’École française d’Athènes. Le projet de ce voyage s’enracine d’une part dans une tradition de voyages des membres entre les différentes Écoles françaises à l’étranger (voir le billet Les Farnésiens chez les Cairotes), et, d’autre part, dans la rencontre des membres de première année de l’École Française d’Athènes à Madrid en octobre 2021 et 2022, lors des formations numériques organisées par le ResEFE. La célébration prochaine du cent-cinquantenaire de la première fondation de l’École française de Rome, comme section romaine de l’École française d’Athènes, le 27 mars 1873, a offert aux Romains une raison supplémentaire de rendre visite à leurs homologues athéniens1.

À notre arrivée à Athènes, nous avons été accueillis par nos collègues de l’École française d’Athènes, sœur aînée de l’École française de Rome. Situé rue Didotou et entouré d’un jardin, le siège de l’École française, laquelle fut créée en 1846, accueille l’administration, les bureaux des membres, une maison des hôtes et la bibliothèque.

Fig. 2 : membres de l’EFA et de l’EFR, par Lou de Barbarin

Après les mots d’accueil des directeurs des études, Laurianne Sève et Gilles de Rapper, les membres de l’EFA nous ont fait visiter l’École et notamment leurs espaces de travail, individuels et collectifs. Nous avons ensuite pu faire le tour des collections de la bibliothèque, guidés par Olivier Farnole. Petit clin d’œil aux collections de la bibliothèque du palais Farnèse, l’Ecole française d’Athènes possède également ses Piranèse.

Fig. 3: visite de la bibliothèque de l’EFA et de ses collections, par Lou de Barbarin

La journée s’est achevée par un moment de convivialité partagé avec nos collègues athéniens qui nous ont fait découvrir les traditions de la vie à Athènes en partageant boissons et spécialités grecques dans une taverne chaleureuse du quartier de Thiseio.

Fig. 4 : la taverne To steki tou Ilia, par Clément Bady

Dans la matinée du samedi 18 mars, nous nous sommes rendus au musée national d’archéologie qui abrite la plus vaste collection d’antiquités grecques au monde. Dans ce dédale de salles et d’époques, nos collègues de l’EFA, Bastien Rueff, Adrien Delahaye, Lilyana Yordanova, Ionnis Chalazonitis, ainsi que Lou de Barbarin ont été notre fil d’Ariane. Nous avons d’abord fait la rencontre de l’homme d’affaires allemand Heinrich Schliemann (1822-1890), découvreur des cités de Troie et de Mycènes, dont le portrait trône à l’entrée. Nous avons ensuite pu admirer les nombreux vestiges qu’il a retrouvés, notamment le célèbre masque d’or dit d’Agamemnon, qui aurait été forgé entre 1550-1500 av. J.-C.

Les salles consacrées à la civilisation mycénienne n’ont pas manqué de retenir notre attention et nous aurions pu passer la journée à interroger nos collègues sur la signification de chaque pièce exposée. Toutefois, pressés par le temps et le devoir de nous faire voir d’autres périodes de la Grèce antique, nos guides nous ont fait découvrir les sculptures et céramiques de la période archaïque (VIIIe-VIe siècle) exposées au rez-de-chaussée. Nous avons été accueillis à l’entrée de ces salles par l’imposante amphore du Dipylon, (750 av. J.-C. environ). Ce vase monumental est caractéristique du style géométrique et servait à signaler l’emplacement d’une tombe d’une femme de la noblesse athénienne. Ensuite, après un aperçu des prémices de la plastique grecque devant des œuvres « dédaliques », nous avons été impressionnés par la majesté des statues des kouroï et korai, ces jeunes hommes (nus) et femmes (habillées) typiques du VIe siècle av. J.-C., qui peuvent atteindre jusqu’à 3 mètres de haut et dont l’identification (défunts, divinités, dédicants ?) divise toujours les spécialistes.

Fig. 5 : Kouroi et Korai, par Chloé Tardivel

L’immobilité de ces statues contraste fortement avec le dynamisme de celles des périodes classique et hellénistique, exposées dans les salles suivantes. En effet, à la suite de l’invention du chiasme (à l’origine du contrapposto italien) attribué au sculpteur Polyclète, ces hommes et ces femmes représentés abandonnent progressivement leur rigidité archaïque et semblent se mouvoir (et émeuvent ceux et celles qui les regardent !). Notre collègue de l’EFA Adrien Delahaye nous a notamment expliqué les dessous d’une célèbre sculpture en bronze, le dieu du cap Artémision.

Fig. 6 : le dieu du cap Artémision, par Chloé Tardivel

La suite de la visite s’est déroulée à l’étage où sont conservées une partie des fresques et céramiques retrouvées sur le site d’Akrotiri, situé au sud de l’île de Santorin. Bastien Rueff (EFA) nous a permis de plonger au cœur de cette “Pompéi” de l’âge du Bronze : nous avons été éblouis par la magnificence des couleurs de la fresque du printemps et surpris par la vivacité de la fresque des boxeurs. Enfin, après cette balade dans le monde grec, les plus Romains d’entre nous ont retrouvé un univers familier en se dirigeant vers la sortie du musée, où nous avons en effet pu admirer, dans la dernière galerie, les portraits impériaux avant de se replonger dans la Grèce antique par les visites de l’agora et de la colline des Muses pour clore cette journée.

Fig. 7 : la fresque des boxeurs, par Chloé Tardivel

Le dimanche 19 matin, nous nous sommes tous rendus de bonne heure sur l’Acropole. Beaucoup d’entre nous n’avaient jamais eu l’occasion de visiter ce lieu qui symbolise l’Athènes classique. Nous avions aperçu son profil iconique à plusieurs reprises au cours des jours précédents, notamment du haut du mont Lycabette et de la colline de Filopappou. L’attente suscitée était donc grande.

Après avoir passé les Propylées, porte monumentale du sanctuaire religieux, nous avons eu l’occasion d’admirer les monuments caractéristiques du sommet de la colline, en particulier le Parthénon, avec ses métopes et ses triglyphes, l’Érechthéion et ses caryatides, l’élégant temple d’Athéna Nikè, mais aussi les fondations de l’ancien temple d’Athéna. Nous avons pu compter sur les explications bienveillantes des membres de la section Antiquité qui, après avoir assuré lors des années précédentes la présentation du site à leurs étudiants de Licence, avaient l’occasion de le faire in situ. En redescendant, nous avons emprunté le chemin qui borde le flanc sud de l’acropole et qui donne à voir notamment l’odéon d’Hérode Atticus, la stoa d’Eumène, l’Asclépiéion, le théâtre de Dionysos et l’odéon de Périclès.

Fig.8 : l’Érechtéion et l’olivier sacré, par Chloé Tardivel

Nous sommes allés, en début d’après-midi, au musée de l’Acropole qui a ouvert en 2009 et qui nous a offert, de l’avis général, un excellent complément à la visite du matin. Nous avons été particulièrement sensibles à la muséographie très moderne de l’institution, qu’on pourrait qualifier de topographique. Le musée reprend en effet, comme une seconde Acropole, la disposition géographique du sanctuaire : le bas de la colline est réservé au rez-de-chaussée, les monuments du sommet au premier étage, et les décorations supérieures du Parthénon au troisième et dernier étage. Ce dernier a constitué pour beaucoup l’apex de la visite et a couronné une journée très riche. La très grande salle rectangulaire permet une reconstitution à l’échelle du contour du Parthénon et montre à la fois les vestiges des triglyphes et des métopes, les frontons, mais aussi les frises du Parthénon, dont l’essentiel des originaux se trouvent encore au British Museum. La façade nord, entièrement vitrée, permet de mettre en parallèle, d’un seul regard, le site original et les bas-reliefs. Une projection vidéo à l’intérieur de l’espace retrace l’histoire du temple d’Athéna du Ve siècle à aujourd’hui. Une histoire mouvementée, tributaire des aléas politiques de la cité.

Fig. 9 : les caryatides au musée de l’Acropole, par Clément Bady

Plusieurs d’entre-nous ont profité de leurs derniers instants à Athènes pour visiter le Musée byzantin et chrétien, avant de regagner Rome. Petit havre de paix le long de la très passante et bruyante avenue Vassilissis Sofia, le complexe muséal s’organise autour d’un joli patio fleuri, ombragé et agrémenté de fontaines. À l’intérieur du musée, la succession des espaces permet au visiteur de cheminer paisiblement à travers les collections et d’en apprécier pleinement la beauté. La présentation équilibrée des objets et des œuvres, qui évite toute forme de surcharge – y compris dans la rédaction des cartels explicatifs –, favorise l’apprentissage.

Le parcours proposé aux visiteurs est, globalement, chronologique. Les moments de transition sont incarnés par des objets hybrides, telle cette tête de méduse sculptée dans une plaque de marbre au dos de laquelle figure une croix ou cette dalle d’époque paléochrétienne qui comporte plusieurs entailles destinées aux libations. Au cours de la déambulation, des fenêtres thématiques sont ouvertes, certaines attendues – comme celles sur l’administration au sein de l’empire ou encore sur la vie quotidienne et domestique –, d’autres plus surprenantes – comme celle sur l’Égypte chrétienne et copte. Notons à ce propos que les vitrines consacrées à l’Égypte copte détonnent par la présence de nombreux vêtements sacerdotaux, ornés de broderies en laine, qui voisinent avec des souliers en tissu. Originellement placés dans des tombes, ces objets textiles du VIIe siècle nous sont parvenus dans un état de conservation exceptionnel grâce à l’aridité du climat ; ils ne manquent pas de retenir l’attention du visiteur.

La grande salle des icônes en bois, exposées de telle sorte qu’on puisse en admirer à la fois le recto et le verso, mérite à elle seule la visite. Une récente actualisation muséographique a pris soin de signaler l’itinérance de certaines de ces œuvres, arrivées à Athènes dans les bagages d’exilés fuyant les persécutions de la fin du XIXe siècle et des premières décennies du XXe siècle. Dans la salle suivante, l’immersion dans la beauté de l’art byzantin est totale, grâce à la reconstitution d’une église dont on peut découvrir la coupole peinte à fresque comme si on se trouvait à l’intérieur de l’édifice. Au moment de notre séjour, seule l’aile consacrée aux époques pré-byzantine et byzantine était visible. La visite s’est donc achevée par la salle dédiée aux influences franques dans l’art byzantin – une riche collection d’objets céramiques soulignant les contacts en Méditerranée à l’époque médiévale.

Fig. 10: le musée Byzantin, par Daniela Trucco

Notre visite d’Athènes a enfin été l’occasion de porter nos pas dans des quartiers moins fréquentés par les circuits touristiques habituels. L’emplacement de notre hébergement, à proximité de l’École française d’Athènes, nous a permis de découvrir le quartier d’Exarchia, dans lequel nous avons flâné et passé une partie de nos soirées. Exarchia est un quartier populaire, connu pour être aussi un des bastions de l’anarchisme grec. Des habitants conduisent depuis plusieurs années une mobilisation collective contre la gentrification des espaces urbains, qui prend la forme d’occupations d’immeubles et de protestations publiques.  Malgré l’imposante présence policière, l’atmosphère est joyeuse et vivante. Le quartier regorge de boutiques de créateurs, de bars et cafés au décor rétro et de restaurants très fréquentés. Surtout, l’engagement militant et le dynamisme culturel frappent les visiteurs à chaque coin de rue : fresques murales et graffitis, nombreuses librairies et autres lieux de sociabilité fréquentés notamment par des étudiants et des artistes.

Fig. 11 : le quartier d’Exarchia de jour et de nuit, par Lou de Barbarin et Clément Bady
Fig. 12 : Exarchia, par Daniela Trucco

Au terme de ces quelques jours passés à découvrir Athènes et son École française, ce sont des Romains ravis et émerveillés qui ont regagné l’Vrbs et qui ne manqueront pas de poursuivre leur exploration de la Grèce et de tisser des collaborations entre les deux parties de la Méditerranée.

Fig. 13 : “Un freddo espresso s’il vous plaît” – Dessin “Rome à l’école d’Athènes”, par Lou de Barbarin

Propos édités par Lou de Barbarin et Chloé Tardivel avec la collaboration et les textes de Clément Bady, Lou de Barbarin, Thibault Bechini, Pauline Cuzel, Pierre-Bénigne Dufouleur, Martino Oppizzi, Elodie Paris, Aïcha Salmon, Chloé Tardivel et Daniela Trucco.



Citer ce billet
EFR (2023, 28 mars). Rome à l’École d’Athènes. À l’École de toute l'Italie. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o4tc

  1. À cette date naissait, en effet, à Rome une section de l’École athénienne destinée à accueillir les pensionnaires pendant une année. Ce n’est que deux ans plus tard, en 1875 que naîtra l’EFR telle que nous la connaissons []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search