Aubergistes et clients dans l’Antiquité. Entretien avec Marie-Adeline Le Guennec

Ancienne élève de l’École normale supérieure de Paris et agrégée de Lettres classiques, Marie-Adeline Le Guennec a soutenu en 2014 une thèse de doctorat d’histoire à l’Université Aix-Marseille, sous la direction de Catherine Virlouvet. Membre de l’École française de Rome entre 2015 et 2018, puis chercheuse contractuelle CNRS mise à la disposition de l’EFR en 2018/2019 ; elle est depuis l’hiver 2019, Professeure régulière d’histoire romaine auprès de l’Université du Québec à Montréal, Canada. Ses recherches portent sur les migrations, les mobilités et les pratiques d’accueil dans l’Occident romain antique, entre République et Antiquité tardive.

Quelle publication de l’EFR vous a plus particulièrement marquée ?

Il y en a plusieurs, qui font partie de ma bibliothèque de travail au quotidien. En effet, mes thématiques de recherches se situent à la rencontre de deux champs historiographiques qui ont connu de profonds renouvellements au cours des dernières décennies, et dans lesquels les publications de l’École française de Rome jouent un rôle majeur.

Il y a d’abord, bien sûr, un ensemble de publications liées à l’étude de la mobilité dans l’Antiquité méditerranéenne. Je pense notamment à l’ouvrage dirigé par Claudia Moatti (La mobilité des personnes en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne), premier d’une série de publications collectives sur les gens de passage ; ou encore, du point de vue de la circulation des idées, à L’information et la mer dans le monde antique, dirigé en 2002 par Jean Andreau et Catherine Virlouvet. Je reviens aussi régulièrement à Origine et commune patrie. Étude de droit public romain, de Yan Thomas, une source intarissable de stimulation intellectuelle.

D’autre part, mes recherches sur les aubergistes, objet de mon doctorat et, désormais, de ce livre, s’inscrivent dans une série de publications de l’EFR consacrées au monde du métier, dans la lignée des travaux de Jean Andreau sur les statuts de travail (par exemple, La vie financière dans le monde romain), ainsi que plus largement, aux cultures plébéiennes. Je citerai, dans leur ordre de publication, les BEFAR de Nicolas Monteix, Nicolas Tran, Cyril Courrier et Alexandre Vincent, ainsi que tout récemment, la CEFR de Julien Schoevaert sur Ostie. Ce sont des travaux de référence, tant du point de vue des phénomènes historiques et archéologiques traités que de leurs protocoles pour redonner une voix à celles et ceux qui ont été longtemps oubliés par l’historiographie du monde romain, sans pour autant lisser les disparités et les hiérarchies de ces milieux complexes.

Je m’appuie aussi beaucoup sur les nombreux ouvrages consacrés à l’habitat romain dans une perspective sociale et juridique, tout particulièrement depuis que je m’intéresse plus directement aux modes d’habiter associés au séjour provisoire dans le contexte culturel romain. Ces travaux sont trop nombreux pour pouvoir être énumérés ici. J’évoquerai simplement le livre de Julien Dubouloz, La propriété immobilière à Rome et en Italie, Ier-Ve siècles, qui constitue un modèle dans son traitement des sources juridiques de droit privé pour l’étude de l’habitat collectif dans les insulae italiennes.

Comment en vient-on à s’intéresser au sujet du livre ?

Ce qui m’a menée vers ce sujet, ce sont, de longue date, les sources littéraires qui parlent de l’objet de ce livre, les caupones (« aubergistes ») : en particulier les romans de langue latine, le Satiricon de Pétrone et les Métamorphoses d’Apulée. J’ai eu la chance d’avoir des professeurs de latin qui outre leur enseignement précis de la langue latine et du goût pour la traduction, m’ont fait découvrir très tôt ces textes, d’abord en français puis en V.O. J’étais fascinée par leurs descriptions (réalistes, fictionnelles, c’est toute la question) de la vie quotidienne, des voyages « ordinaires », de l’artisanat, du petit commerce, etc. Leur lecture ne m’a plus jamais quittée ensuite, jusqu’à ce livre dont ils constituent des sources importantes, bien qu’éminemment problématiques.

Au cours de mes études supérieures, je me suis ensuite formée à d’autres disciplines, l’épigraphie, l’archéologie, plus tard l’histoire du droit, mais je crois que ce qui m’a toujours intéressée, dans les différentes recherches et expériences scientifiques que j’ai pu faire avant le doctorat, ce sont les voix plébéiennes. Cet intérêt s’est infléchi progressivement vers les questions de la mobilité et de l’accueil. La lecture du livre de Tönnes Kleberg, Hôtels, restaurants et cabarets dans l’Antiquité romaine (Uppsala, 1957), qui était alors la seule synthèse disponible sur les auberges romaines, la découverte des sites archéologiques campaniens et d’Ostie, dans lesquels les établissements d’accueil sont particulièrement visibles, ont forgé petit à petit l’idée de ce sujet de recherche pour mon doctorat.

La construction de l’objet d’étude, de ses prémices jusqu’à la publication de ce livre, a visé à mobiliser un questionnement historique simple en apparence, mais qui n’avait finalement pas été exploité selon tout son potentiel par l’historiographie, me semble-t-il. Où les voyageurs, ceux qu’avec Claudia Moatti et Wolfgang Kaiser, j’appelle les gens de passage, logeaient-ils à l’étape, pour refaire leurs forces en toute sécurité en cours de trajet ? Les romanistes penseront sans doute à deux phénomènes, qui ont pour leur part été bien étudiés : l’hospitalité privée ou publique (hospitium), particulièrement valorisée dans le contexte culturel romain, et le système de transport d’État que l’on désigne (de manière partiellement erronée) par l’expression de cursus publicus. Le point commun entre ces deux modalités d’hébergement est qu’elles s’inscrivaient dans des réseaux personnels, privés ou officiels : de ce fait, elles n’étaient pas systématiquement disponibles partout et pour tous. Dès lors, que faire, où loger, lorsqu’on ne pouvait pas en bénéficier mais que l’on devait voyager, parfois sur de longues durées ? Ces auberges que nous donnaient à voir Apulée, Pétrone et tant d’autres, mais que l’on connaissait finalement peu en tant que phénomènes historiques, n’était-ce pas leur fonction que d’accueillir, partout et en toutes circonstances, les voyageurs qui sillonnaient les routes du monde romain ?

Quels sont les enjeux du livre et qu’apporte-t-il à notre compréhension de la société romaine et de la mobilité dans le monde romain ?

À partir de cette hypothèse de départ, trois problématiques majeures parcourent ce livre : la recherche d’une définition « romaine » de cette activité, qui dépasse les simples équivalences avec des catégories contemporaines en matière d’accueil commercial (hôtellerie, restauration, etc.) ; l’analyse précise du rapport de l’accueil mercantile à la mobilité, en termes d’usagers, de configuration, de localisation des établissements d’accueil, de normes culturelles et économiques, etc. ; une approche croisée des pratiques et des représentations de l’accueil mercantile romain, notamment quant au rapport complexe que cette forme d’accueil entretenait avec l’hospitalité gratuite.

Ces questionnements généraux sont centrés sur l’Occident romain, et plus particulièrement, pour des raisons documentaires, sur l’Italie, les provinces des Gaules et de Narbonnaise et l’Afrique. D’un point de vue chronologique, l’enquête se caractérise par une attention au temps long. Le propos débute au IIIe s. av. J.-C. : c’est à cette période que s’amorcent des mutations importantes pour la question des circulations, par exemple la constitution progressive de l’empire territorial de Rome. À l’autre extrémité du spectre chronologique, mon étude des caupones s’ouvre à l’Antiquité tardive, en prenant en compte la documentation du IVe s. apr. J.-C. Un des enjeux de l’ouvrage est en effet de mettre en lumière les réelles continuités, sur le temps long, dans les représentations associées à l’accueil mercantile, du fait notamment de l’importance renouvelée de l’hospitalité dans la culture chrétienne d’époque tardive.

Le propos se déploie ensuite dans des directions variées, qui permettent à la fois de mieux situer le rôle des auberges dans l’économie (mais aussi dans l’imaginaire) de la mobilité dans l’Occident romain, et celui des aubergistes dans le monde du travail et la société. D’une part, les établissements d’accueil de l’Occident romain, outre le fait d’offrir pour un prix modique un hébergement et/ou de quoi manger et boire aux voyageurs (ainsi que, dans certaines conditions, aux locaux), constituaient des lieux de contact et de sociabilité importants au sein des milieux plébéiens. L’enjeu de ces sociabilités apparaît particulièrement grand pour les étrangers, individus de passage et surtout migrants ; pour ces derniers, l’établissement d’accueil pouvait en effet constituer un sas d’entrée et même un premier vecteur d’intégration dans la communauté. D’autre part, les caupones constituaient, de par leurs statuts personnels, leurs pratiques commerciales et leurs stratégies d’autoreprésentation, des hommes (et des femmes) de métier comme les autres. En revanche, leur réputation était particulièrement mauvaise : ils faisaient l’objet de stéréotypes très péjoratifs (ceux de l’aubergiste criminel et de la femme d’auberge sorcière ou lubrique en particulier) et leur activité était sévèrement encadrée, du fait de l’existence d’un régime juridique de responsabilité commerciale des aubergistes inédit dans le contexte romain.

Quel rôle joue l’archéologie dans cette enquête par rapport aux sources écrites ?

Une des spécificités de ce livre est d’intégrer tant les sources textuelles que matérielles. Outre la littérature et les inscriptions, je me suis attachée à intégrer à l’enquête les sources juridiques, qui font actuellement l’objet d’une attention croissante de la part des historiens du monde romain. Bien sûr, l’étude d’une thématique telle que le séjour provisoire, déclinaison de l’habitat, impliquait aussi une réflexion précise sur les sources archéologiques. Pour ces dernières, j’ai opté, au sein d’une documentation éparse, complexe, et inégalement publiée, pour un corpus d’étude restreint. Confrontée à de nombreux problèmes d’identification, j’ai progressivement retenu les seuls cas où une inscription et/ou une image, au regard bien sûr des vestiges, m’assuraient du lien d’un établissement donné à l’accueil mercantile, ce qui permettait d’éviter les raisonnements circulaires et d’asseoir l’enquête sur une base solide. En procédant ainsi, je suis parvenue à un échantillon de 25 établissements, dans leur majorité pompéiens et ostiens, avec un cas provincial, celui d’une magnifique auberge d’époque impériale mise au jour en 2013 à Clermont-Ferrand par Julien Ollivier et son équipe, où a été découverte une remarquable enseigne peinte en bois. Ce premier corpus a été complété par un second, plus hypothétique, qui a permis d’intégrer à l’enquête des sites péri-urbains et ruraux ainsi que d’autres établissements provinciaux.

L’exploitation de ce corpus pluridisciplinaire n’a pas consisté à compiler les informations issues de ces différents types de sources mais à développer des protocoles de lecture propres à chacun, pour voir en quoi sources littéraires, inscriptions, images, vestiges, se complétaient, certes, mais surtout se nuançaient, voire se contredisaient les uns les autres. Par exemple, si le vocabulaire latin sépare le séjour provisoire au sens large (associé au nom de métier caupo, et aux noms d’établissements caupona, stabulum et deuersorium), de la restauration commerciale (autour du terme popina), l’étude des sources archéologiques a permis de montrer que dans la pratique, ces deux types d’offres commerciales pouvaient partager les mêmes structures matérielles (notamment, en Italie, celle du « commerce alimentaire », pour reprendre la terminologie de Nicolas Monteix) et n’étaient donc pas si distinctes que cela.

Aubergistes et clients. L’accueil mercantile dans l’Occident romain (IIIe s. av. J.-C. – IVe s. apr.  J.-C.) est paru en 2019 dans la collection Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome.











Propos recueillis par le service des publications de l’École française de Rome.




Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. merci de partager cette recherche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search