Retour sur l’Atelier doctoral interdisciplinaire « La Méditerranée : un laboratoire de l’histoire globale et des processus de globalisation »

Visite du site archéologique de Cumes
Crédit : H. Vermeren

Chaque année l’École Française de Rome et l’École des Hautes Études en Sciences Sociales s’associent pour l’organisation d’un atelier doctoral interdisciplinaire. Pendant une semaine, une quinzaine de doctorant-e-s et étudiant-e-s de Master 2 sont accueillis dans les locaux de l’EFR. Ouvert aux jeunes chercheuses et jeunes chercheurs de tout pays et de toute discipline, l’atelier est pensé comme une espace d’échanges et de dialogues autour d’un thème, alternant séminaires historiographiques et problématiques menés par des chercheurs confirmés, et ateliers centrés sur la présentation des travaux des étudiant-e-s.

Le dernier atelier doctoral interdisciplinaire, intitulé « La mer : histoires et sciences sociales des mondes liquides », s’est tenu à l’automne 2019. L’objectif était d’orienter les débats autour de diverses thématiques relatives à la géographie et à la cartographie des mers des océans, aux usages et au droit de la mer, aux économies et aux sociétés maritimes, ou encore aux échelles et aux temporalités des études marines (consulter le programme).

Karina Coelho, doctorante en anthropologie à l’Université de São Paulo revient sur l’atelier et nous livre ses impressions.

Vue d’Ischia
Crédit : H. Vermeren

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Karina Coelho, je suis doctorante en anthropologie sociale à l’Université de São Paulo au Brésil. Je suis diplômée en sciences sociales de l’Université fédérale de Paraná (UFPR-Brésil), et j’étudie les peuples traditionnels, comme les « caiçaras » et les pêcheurs artisanaux depuis 2012, lorsque j’ai commencé ma maîtrise en anthropologie. Au cours des dernières années, j’ai travaillé à l’élaboration d’études techniques sur les peuples autochtones visant à la reconnaissance de leurs droits culturels et territoriaux.

Quelle est votre recherche doctorale ?

Ma recherche doctorale porte sur les « caiçaras » et les pêcheurs artisanaux, peuples traditionnels du Brésil qui vivent dans un ensemble de villages insulaires situés à la frontière côtière entre les États de São Paulo et de Paraná. Cette région est insérée entre l’océan Atlantique et un complexe de baies et de lagunes, et les mouvements de la mer provoquent un processus d’érosion continu sur les îles et les terres. Ces îles sont connues pour être les zones les plus préservées de la forêt atlantique au Brésil, et depuis les années 1980, leurs habitants sont touchés par des lois environnementales qui entravent leur mode de vie traditionnels. Je m’intéresse plus précisément à la manière dont les « caiçaras » et les pêcheurs artisanaux donnent un sens à leurs territoires, adaptant leurs pratiques de la mobilité et leurs techniques de pêche, pour habiter des lieux toujours en mouvement du fait de l’action de la mer.

Arbre renversé par le processus d’érosion maritime – ancien village d’Enseada de Baleia (île de Cardoso – État de São Paulo)
Crédit : K. Coelho

Connaissiez-vous l’École Française de Rome auparavant et comment avez-vous postulé pour l’atelier doctoral ?

Je connaissais déjà l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, mais je n’avais pas encore eu l’occasion de connaître l’École Française de Rome. J’ai appris son existence lorsque j’ai reçu l’appel à candidatures pour cet atelier doctoral via la liste de diffusion de mon programme de troisième cycle. Des chercheurs brésiliens vivant actuellement en France ont fait circuler l’appel à candidatures. J’ai immédiatement préparer ma candidature.

Organisez-vous également ce genre d’atelier dans vos universités au Brésil ?

Ici au Brésil, et plus spécifiquement dans le domaine de l’anthropologie, nous organisons régulièrement des rencontres entre professeurs et jeunes chercheurs. Ces événements ont tendance à être un peu différents de ce type d’ateliers auquel j’ai participé à Rome. Il s’agit davantage de colloques ou de séminaires qui accueillent un large public. Le format de l’atelier favorise le contact et l’échange et a de fait été bénéfique à chacun des participants.

Y-a-t-il eu une conférence qui vous a particulièrement marquée et pourquoi ?

J’ai été particulièrement sensible à la conférence de Catherine Meur-Férec, professeure en géographie du littoral à l’Université de Bretagne Occidentale, sur les processus érosifs occasionnés par la mer, car ce type de phénomène est assez courant dans la région sur laquelle je travaille. Dans tous les villages insulaires que j’étudie, les « caiçaras » et les pêcheurs artisanaux doivent faire face à l’imprévisibilité de la mer. Et ce processus naturel (qui est également intensifié par l’action humaine) nécessite l’articulation d’une connaissance très fine de la mer et de ses mouvements. Sa conférence m’a aidé à réfléchir à mon travail de terrain et m’a ouvert plusieurs pistes pour la rédaction de ma thèse.

Conférence sur le port antique de Naples par Daniela Giampaola
Institut français de Naples
Crédit : H. Vermeren

Les discussions avec les enseignants et les élèves sont-elles été productives ?

Je les ai trouvées très productives. L’une des choses les plus importantes dans la recherche est d’avoir un espace ouvert pour le dialogue. L’atelier doctoral, avec ses tables rondes et ses nombreux moments de sociabilité scientifique, a été un moment continu d’échanges et de discussions.

En quoi l’atelier vous a-t-il été utile pour votre recherche ?

Il était très important pour moi de rencontrer et d’écouter  des chercheurs de différents pays et de différentes disciplines, de partager leurs expériences. De même, ce fut une opportunité précieuse de pouvoir partager mes recherches et de les exposer dans une autre langue, en l’occurrence l’anglais, à un public différent de celui auquel je suis d’habitude confrontée. Face à un auditoire peu familier du contexte scientifique et politique brésilien, j’ai pu confronter certaines des contradictions de la politique environnementale brésilienne et donner, en quelque sorte, la parole aux peuples traditionnels brésiliens. Les discussions qui suivaient les différentes interventions m’ont amenée à réfléchir aux moyens de partager et de diffuser nos connaissances sur les « caiçaras » et les pêcheurs artisanaux. Elles furent aussi l’occasion de renforcer mon bagage bibliographique et de reconsidérer certaines approches adoptées pour ma thèse.

Propos recueillis par Hugo Vermeren


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search