Plongée dans la Rome médiévale et moderne

Retours sur l’atelier de formation à la recherche

École française de Rome en partenariat avec l’Académie de France à Rome-Villa Médicis, le Museo Nazionale Romano, la Biblioteca apostolica vaticana, l’Archivum Romanum Societatis lesu, l’Archivio storico della Penitenzieria Apostolica et le convento di Santa Sabina all’Aventino

Visite de la Villa Médicis
Visite de la Villa Médicis. ©Lana Martysheva / EFR – CC-by-nc.

Chaque année, l’École française de Rome propose un atelier de formation à la recherche pour les masterant.es. Cette année, nous avons choisi le thème de « Rome, la péninsule italienne, le monde : enjeux et défis d’une ambition de centralité (xve-xviiie siècle) ». Nous avons organisé une semaine avec quinze étudiants spécialisés en histoire et en histoire de l’art (23-27 janvier 2023), qui s’est déroulée parfois en salle de conférence, mais surtout dans les palais, dans les archives et sous le ciel de Rome, pour explorer l’intérêt de travailler sur cet espace comme point de destination, mais aussi de départ vers des horizons lointains.

Nos objectifs : donner un goût des archives romaines, encourager les contacts avec les archivistes, donner des pistes pour les recherches futures et pour les techniques de recherche, créer un espace de dialogue entre enseignant.es et étudiant.es et entre les étudiant.es, donner des exemples de recherches récentes et en cours, faire ressentir l’importance des dynamiques spatiales pour l’étude de l’histoire et l’histoire de l’art, et enfin faire connaître l’École française de Rome. 

Deux constats :

  • l’enthousiasme des étudiant.e.s, curieux, volontaires et bons marcheurs;
  • l’investissement des collègues chercheurs et des professionnels des archives à qui nous exprimons notre gratitude.

Plutôt que de décrire de façon systématique pèlerinages intellectuels, archivistiques et manifestations du syndrome de Stendhal, je proposerai ici une mosaïque de quelques impressions à partir des rapports rendus par les étudiant.es, sélection fragmentaire et difficile, qui cherche surtout à capter de belles rencontres entre les jeunes chercheurs et les fonds d’archives.


À la découverte de la Vaticane

Pierre-Chambert-Protat, philologue, ancien membre de l’EFR et bibliothécaire à la Bibliotheca Apostolica Vaticana, nous a ouvert les portes de l’établissement. Outre la présentation des collections, catalogues et de la politique de numérisation, il nous a ouvert les plus belles salles, hélas, actuellement fermées pour les chercheurs. Dans la Salle Sixtine, face au programme iconographique hors mesure, tout en observant à travers les fresques la conception du lieu du savoir par excellence et les imaginaires portés vers les grandes bibliothèques de l’Antiquité, comment ne pas songer à ses propres recherches ?

Parole à Malou Bozec, étudiante en M2 (ENS/École de Chartes), qui travaille sur Les livres de tulipes. Cataloguer les savoirs artistiques, botaniques, géographiques et marchands (1620-1650) :

Le 6 de Mars, je fus voir la librairie du Vatican, qui est en cinq ou six salles tout de suite. Il y a un grand nombre de livres attachés sur plusieurs rangs de pupitres ; il y en a aussi dans des coffres […]. J’y vis […] un livre de Chine, le caractère sauvage, les feuilles de certaine matière beaucoup plus tendre & pellucide que notre papier ; & parce que elle ne peut souffrir la teinture de l’ancre, il n’est écrit que d’un côté de la feuille, & les feuilles sont toutes doubles & pliées par le bout de dehors, où elles se tiennent. Ils tiennent que c’est la membrane de quelque arbre.

Montaigne, le 6 mars 1581, à la Bibliothèque Vaticane1

Lorsque Montaigne visite la Bibliothèque vaticane, son attention est retenue par « un livre de Chine », certainement le Zizhi Tongjian, une compilation historique du XIe siècle qui figure encore sur les rangs de la Bibliothèque2. Les caractéristiques matérielles de ce livre retiennent son attention : les feuilles qui les composent sont tendres et translucides, plus que celles qui composent les volumes dont est habitué l’humaniste. Cette anecdote extraite de son journal de voyage est une des nombreuses traces de la présence à Rome d’objets des lointains, que j’ai compilés lors des conférences et des visites : un oiseau de paradis peint sur la fresque de la chambre des oiseaux du Palais Médicis ; un ananas dessiné par un missionnaire dans un manuscrit conservé aux archives jésuites ; Antonella Romano a attiré notre attention sur l’éléphant en marbre du Bernin sur la place de la Minerve. Dans le cadre de mes recherches actuelles, je m’intéresse à la place de la Hollande dans la formulation d’une identité européenne qui se fabrique en opposition d’une identité « exotique » et « extra-européenne ». Je discute notamment la thèse de Benjamin Schmidt qui présente les ateliers d’imprimerie amstellodamois comme les moteurs de la construction d’un regard européen sur le reste du monde.3. L’atelier m’a permis de décentrer mon regard du modèle hollandais : si Amsterdam a joué un rôle important dans la circulation d’une géographie exotique au XVIIIe siècle, celle-ci a d’abord été formulée par des savants et des amateurs qui formaient un réseau articulé autour de plusieurs pôles urbains. Les conférences et visites dont nous avons bénéficié rendent évidente l’importance de Rome au sein de ce réseau. C’est la manière dont les savants et les amateurs ont regardé, manipulé et se sont appropriés ces objets qui m’intéresse. Les savants tentaient de les interpréter selon leurs propres catégories d’analyse. Montaigne présente les rouleaux chinois comme un livre mais cet objet résiste à cette catégorie. Il y associe donc le terme « sauvage », soulignant l’altérité de l’objet. Ces objets qui ont fasciné les savants ont participé à construire des identités exotiques imaginées.

Découverte des fonds des ARSI ©Lana Martysheva / EFR – CC-by-nc.

Chez les jésuites : Archivum Romanum Societatis lesu

Le foisonnement de recherches historiques sur la Compagnie de Jésus est dû en partie à l’accessibilité des archives et à la compétence du personnel. Nous avons eu la chance de visiter ces archives guidés par Camilla Russel, spécialiste de l’histoire de la Compagnie à l’époque moderne et responsable des publications de l’Institutum Historicum Societatis Iesu. Elle nous a présenté les archives de la Curie Générale en expliquant l’intérêt pour les chercheurs, tout en rappelant l’importance de tenir compte de ce que les archives, constituées sur certaines logiques, ne disent pas. 

Parole à Francesco Grillenzoni, étudiant en M2 (Paris 1 Panthéon-Sorbonne), qui travaille sur un conflit de juridiction dans le royaume de Naples à travers un procès de la Delegazione della Real Giurisdizione (fin du XVIIe siècle) :

D’abord, Camilla Russel nous a exposé l’organisation des différents fonds conditionnée notamment par la séparation entre l’« ancienne » et la « nouvelle » Compagnie de Jésus séparées par l’abolition de celle-ci entre 1773 et 1814 et donné quelques exemples d’utilisation de ces sources. Ensuite, le père Danieluk, archiviste de la Compagnie, a abordé plus en détails le contenu des documents présents dans les archives et comment les manipuler. Parmi ceux-ci, se trouvaient différents catalogues, ceux annuels et triennaux concernant les collèges donnant de nombreux renseignements sur leurs membres et la situation économique des collèges ainsi que le catalogus defunctorum. J’ai ainsi découvert un type de source fort utile à mes recherches. En effet, durant la seconde moitié du XVIIe siècle, la compagnie de Jésus installe un nouveau collège à Sulmona en bénéficiant du soutien d’une partie des élites locales dont l’évêque Gregorio Carducci. Or comme je m’intéresse justement à l’organisation et aux dynamiques du pouvoir dans la ville, ces catalogues pourraient me permettre de reconstituer les liens tissés avec l’institution, que ce soit par des dons ou la participation de certains membres des familles patriciennes à la vie du collège dans ces mêmes années.

Parole à Jeanne Lanceraux, étudiante en M1 (Paris 1 Panthéon-Sorbonne), qui mène ses recherches sur les Mémoires du consul Estelle à Saïda (1702-1707) :

Plusieurs visites m’ont particulièrement marquée, à la lumière de mon sujet qui se trouve au carrefour de l’histoire diplomatique, sociale, commerciale et religieuse. Le Consul Jean-Baptiste Estelle a un rôle de protection des communautés chrétiennes de son Consulat mais aussi de la Terre Sainte, et il mentionne à plusieurs reprises des religieux jésuites4 dans les mémoires qu’il adresse au secrétaire de la marine Pontchartrain. Le père Danieluk nous a expliqué quels types de documents y sont conservés, et sa mention des catalogues très détaillés répertoriant les membres de la Compagnie et leur lieu de mission m’a interpellée. Je pense pouvoir trouver dans ces catalogues quels missionnaires étaient présents en Palestine et en Syrie au moment où Estelle occupait le poste de Consul de Saïda, et, à partir de leurs noms, trouver les relations écrites chaque année à la Curie générale de l’ordre (les litterae annuae) qui pourraient me fournir des renseignements précieux sur la situation de la région.

Au Palais de la Sapienza : archives d’État de Rome 

Lectures à l'Archivio di Stato di Roma ©Lana Martysheva / EFR - CC-by-nc.

Accompagnés d’Élodie Oriol, maîtresse de conférences à l’Université Paris 8, ancienne membre de l’EFR, et accueillis par l’archiviste Angelo Restaino, nous avons découverts ce riche dépôt d’archives créé au lendemain de la brèche de Porta Pia dans le splendide siège historique de l’Université La Sapienza, marqué par le génie de Borromini.

Aux archives d’État de Rome ©Lana Martysheva / EFR – CC-by-nc

Parole à Alix Enée, auteur du mémoire “La représentation des nations dans les dessins de ballets d’Henri de Gissey (1621-1673)” (ENS-PSL) :

Dans les Archives d’État de Rome, Élodie Oriol nous a présenté six documents qui permettent de mieux cerner les lieux où il était possible d’écouter de la musique dans la ville éternelle au XVIIIe siècle. La première archive était une note de dépense d’une chapelle musicale. On pouvait y lire les différences de salaires entre les musiciens, ou encore la multi-activité de certains (qui jouaient de plusieurs instruments ou dans plusieurs lieux afin de pouvoir vivre de la musique). Le quatrième document était une supplique dans laquelle des musiciens demandaient à avoir le droit de s’installer dans la rue pour jouer de la musique. Ces documents m’ont permis d’avoir un aperçu de carrières de musiciens et de librettistes qui diffèrent fortement de celles des faiseurs de ballets français et italiens qui m’intéressent — qui ont travaillé à l’abri de préoccupations pécuniaires, et voyagé dans diverses cours européennes sans parfois s’établir durablement (comme c’est le cas pour Ferdinando Galli da Bibiena). Loin d’avoir une carrière locale à Rome, comme les artistes présentés par Élodie Oriol, les artistes qui m’intéressent ne sont dans la ville éternelle que de passage, et emploient par moments ces musiciens locaux. L’intervention d’Élodie Oriol m’a permis de mieux comprendre quels pourraient être ces musiciens locaux, que ma recherche ne m’a pas permis de rencontrer car je me suis intéressé exclusivement à des figures célèbres de leur vivant, et avant tout aux sources visuelles qu’ils ont produit.

À l’Archivio di Stato di Roma ©Lana Martysheva / EFR – CC-by-nc.

Au palais de la Chancellerie

Aux archives de la Pénitencerie apostolique
©Lana Martysheva / EFR - CC-by-nc.

L’intervention d’Arnaud Fossier, ancien membre de l’EFR et maître de conférences à l’Université de Bourgogne, et de l’archiviste Ugo Taraborrelli sur les archives de la Pénitencerie apostolique a soulevé une pluie de questions. Ces demandes reflétaient une vraie curiosité pour les pratiques de ce tribunal de la Curie pontificale, les choix d’archivage et d’accès à la consultation liées au problème du respect du for interne et pour le contenu des suppliques des fidèles, mais aussi la réflexion, toujours en cours, sur les approches historiques à ces documents.

Aux archives de la Pénitencerie apostolique
©Lana Martysheva / EFR – CC-by-nc.

Parole à Arthur Freitag, étudiant en M1 à la Sorbonne Paris-Panthéon, qui mène ses recherches sur la Pénitencerie Apostolique sous Innocent VIII :

Travaillant sur l’un des offices qui compose la Curie pontificale du XVe siècle, la dimension de centralité romaine se devait d’être prise en compte dans mes réflexions. Jusqu’à présent, j’avais plutôt traité mes registres de suppliques au prisme des suppliants provenant du royaume de France, sans nécessairement m’être plongé au sein de l’immense toile de fond dans laquelle s’ancre la Pénitencerie et les personnages qui gravitent autour de cet office. De 1484 à 1492, le Pénitencier majeur est en effet Julio de la Rovere, futur Jules II. Au travers des différentes interventions de la semaine, j’ai pu en apprendre beaucoup sur ce personnage et le réseau de clientélisme auquel il se rattache. Le thème de la semaine de recherche s’est donc avéré complémentaire à bien des égards avec les recherches que j’avais jusque là menées. Si les registres de suppliques me permirent d’étudier l’influence de la papauté par le biais de la Pénitencerie au niveau local, à l’échelle des diocèses français, le séjour de recherches me donna à voir la perspective centralisatrice de la curie pontificale romaine, matrice de la norme ecclésiastique en Occident. Les différentes visites, notamment celle de Lana Martysheva sur la « Rome des nations » et celle de Antonella Romano « Les espaces, les lieux et les acteurs d’une ville monde à la Renaissance » rendaient bien compte de cette Rome comme capitale de la chrétienté où se mêlent et s’entremêlent les chrétiens de tout l’Occident, mais aussi les intellectuels et les hommes de pouvoir.  Cette semaine de découverte nous a ainsi dressé le tableau d’une Rome renaissante, florissante, poumon de la vie tant politique que socio-culturelle de l’Europe. Appréhender cette Rome comme « Theatrum Mundi », permet de mieux comprendre les jeux et enjeux d’influence, de rivalité, d’imitation qui s’instituent entre l’antique cité et les puissances européennes.


Ces extraits des rapports donnent une idée de la diversité des intérêts scientifiques des étudiants et des belles opportunités qu’offre la recherche à Rome, a fortiori dans le cadre de l’École et de son réseau scientifique. Et enfin ces rapports rendent compte d’une formation rapide d’un collectif soudé, en reprenant les mots du masterant Alexandre Claude, l’atmosphère qui s’est créée au sein du groupe était celle d’une curiosité de chacun pour les sujets de son voisin, c’était assez inouï.

Atelier paléographique avec Anton Serdeczny ©Lana Martysheva / EFR – CC-by-nc.

Atelier paléographique avec Anton Serdeczny ©Lana Martysheva / EFR – CC-by-nc.

Billet par Lana Martysheva (membre de la deuxième année), Malou Bozec, Francesco Grillenzoni, Jeanne Lanceraux, Alix Enée et Arthur Freitag

  1. Michel de Montaigne, Journal de voyage en Italie (1581), Alexandre d’Ancona, Città di Castello, 1889, pp. 269- 72. []
  2. Denis Bjaï, « La représentation de l’Orient dans les Essais de Montaigne » dans Albrecht Classen (ed.), East Meets West in the Middle Ages and Early Modern Times, Berlin/Boston, De Gruyter, 2013, p. 652. []
  3. Benjamin Schmidt, Inventing Exoticism: Geography, Globalism, and Europe’s Early Modern World, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2015. []
  4. « Ils ont des grandes églises dans les rues avec des cloches comme en Chrétienté, aussi des couvents de religieux et religieuses et trois à nous, l’un de jésuites, l’autre des capucins et l’autre des pères de la Terre Sainte, ce qui est assez particulier. », AN, AE/B/I/1017. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
EFR (30 mars 2023). Plongée dans la Rome médiévale et moderne. À l’École de toute l'Italie. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/o4td


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search