HAEMUS : retour sur la création d’un grand réseau international de recherche sur l’archéologie et l’histoire des Balkans dans l’Antiquité tardive

Billet rédigé par Dominic Moreau, Maître de conférences en Antiquité tardive à l’Université de Lille, membre de l’UMR 8164-HALMA (Univ. Lille, CNRS, MC), actuellement en délégation auprès de l’EFR (septembre 2022-juin 2023).

Le 18 juin 2021, le réseau international de recherche HAEMUS (du nom antique donné à la chaîne des Balkans) fut lancé en ligne, devant un auditoire « virtuel » composé d’une soixantaine de personnes. L’activité s’est déclinée en deux moments : une présentation du projet par deux de ses porteurs (Dominic Moreau et Christophe J. Goddard) d’une part, une grande conférence sur l’histoire des travaux archéologiques menés sur le site de Caričin Grad (par Vujadin Ivanišević et Catherine Vanderheyde) de l’autre. Cette deuxième partie inaugura également ce qui est devenu aujourd’hui une activité pérenne du réseau, soit sa Online Guest Lecture Series. L’impact de l’événement et de la publicité qui s’ensuivit immédiatement sur les réseaux sociaux a été tel que la liste de diffusion est rapidement passée, en l’espace de quelques jours, d’une petite centaine d’adresses électroniques, toutes empruntées à des connaissances personnelles des membres du comité de pilotage, à un peu plus de trois cents. Aujourd’hui, cette même liste inclut plus de 370 chercheurs et étudiants à travers le monde, ce qui n’en fait rien de moins que le plus grand réseau international de recherche sur l’archéologie et l’histoire des Balkans dans l’Antiquité tardive !

Figure 1 : Affiche de l’événement inaugural du réseau international de recherche HAEMUS

Les fondements de ce vaste projet, qui est un véritable succès, ont été posés à l’occasion d’une réunion organisée en marge de la 1re École d’été du projet DANUBIUS (ANR / I-SITE ULNE), qui s’est tenue du 12 au 14 septembre 2019, sur le thème de l’archéologie des Balkans tardo-antiques. Les intervenants de cette activité, centrée autour de missions archéologiques internationales impliquant la France (sur l’archipel de Kvarner en Croatie, dans la vallée du Drin en Albanie, à Caričin Grad en Serbie, à Ulpiana au Kosovo et à Zaldapa en Bulgarie), ont convenu, à l’issue d’une séance de discussions « à huis clos », qu’il était nécessaire de renforcer toute forme de collaboration entre les différentes équipes sur le terrain, en s’inspirant directement d’expériences passées allant en ce sens, notamment les GDR 924 (1988-92) et 1052 (1993-2000) du CNRS, dirigés successivement par Noël Duval, Pierre Cabanes et Jean-Luc Lamboley. Désirant toutefois étendre le champ d’activité de la nouvelle initiative à l’ensemble des Balkans – les deux GDR susmentionnés se concentraient sur l’Ex-Yougoslavie et sur l’Albanie –, tout en dépassant le cadre des seules relations internationales de la France, d’autres entreprises servirent de modèle. Parmi celles-ci, il faut mentionner le réseau international Impact of Empire, créé à Nimègue aux Pays-Bas en 1999 et qui rassemble autour de 200 chercheurs, de même que le projet Transformation of the Roman World, porté par de la Fondation européenne des Sciences entre 1993 et 1999. Les participants à cette séance « à huis clos » s’entendirent alors pour rallier le maximum de chercheurs et pour identifier les institutions clés qui pourraient porter l’entreprise, avec pour objectif de répondre à des appels à projets au niveau national et européen. Il ne portait pas encore son nom, mais le réseau international de recherche HAEMUS venait de naître.

Figure 2 : Affiche de la 1re École d’été du projet DANUBIUS (programme)

En s’appuyant sur les travaux archéologiques présentés à l’occasion de l’école d’été de DANUBIUS, le premier projet envisageait des balises temporelles entre le IIIe et le XIIe siècle. La difficulté de conjuguer l’ensemble des traditions historiographiques nationales des Balkans, en particulier en matière de périodisation, incita cependant les initiateurs à prendre la décision de se concentrer sur la seule Antiquité tardive, mais en la considérant sur un temps très long, soit du IIIe au VIIIe siècle. Ce choix fut d’autant plus motivé par l’intérêt des porteurs à diffuser la notion même d’« Antiquité tardive » en Europe centrale et orientale, où sa réception est aujourd’hui encore très inégale. Les discussions et négociations qui prirent place dans les mois qui suivirent résultèrent dans l’établissement d’un « groupe principal » (Core Group) de porteurs pour le futur réseau, représentant dix institutions européennes de recherche de premier plan, actives sur le terrain archéologique dans les Balkans : l’Université de Lille conjointement avec son UMR 8164-HALMA (Univ. Lille, CNRS, MC), l’UMR 8546-AOrOc (CNRS, Univ. PSL [ENS-EPHE]), l’École française de Rome, l’École française d’Athènes, l’Österreichische Archäologische Institut (Österreichische Akademie der Wissenschaften), l’Universität Wien, le Leibniz-Institut für Geschichte und Kultur des östlichen Europa–GWZO, la Römisch-Germanische Kommission (Deutsches Archäologisches Institut), la Scuola Italiana di Archeologia ad Atene ainsi que l’Istituto di Scienze del Patrimonio Culturale (Consiglio Nazionale delle Ricerche). Ce premier noyau s’est engagé à partager ses ressources (bibliothèques, archives, techniques spécialisées, etc.), tout en établissant dix blocs de travail (huit work packages–WP et deux transversal work packages–TWP) devant structurer les travaux du réseau.

Figure 3 : Fiche d’identité du réseau HAEMUS, tirée d’un diaporama visant à le présenter (mars 2023)

L’anglais a été choisi comme langue de communication du réseau, mais l’organisation d’activités dans n’importe quelle des langues représentées par les institutions porteuses demeure tout de même encouragée. Très rapidement, le consortium initial a souhaité s’associer au moins un partenaire britannique reconnu dans le domaine de l’archéologie tardo-antique, de même qu’au moins un autre sur le terrain couvert par le réseau, en attendant la création d’un comité scientifique représentant chacun des pays inclus dans la zone d’étude. En prenant en considération une série d’opportunités qu’offrait à cette même période le label I-SITE ULNE de l’Université de Lille, la décision a été prise de s’appuyer, dans un premier temps, sur ses partenaires institutionnels privilégiés. Les institutions alors retenues furent l’University of Kent au Royaume-Uni (comme membre du Réseau universitaire 3i) et l’Universitatea Babeș-Bolyai de Cluj-Napoca en Roumanie (comme membre du projet d’université européenne InclusU: Universisty Network for Inclusiveness). Ce choix stratégique s’est avéré judicieux, car l’initiative PRAE-HAEMUS, visant la première mise en œuvre du réseau, s’est vu octroyer, au début de 2021, deux financements lillois successifs, l’un par l’I-SITE ULNE, dans le cadre de son appel à projets « Soutien au développement de réseaux internationaux », et l’autre directement par l’Université de Lille, dans le cadre de son appel à projets « Internationalisation ». Cette situation plaça, dès lors, Dominic Moreau, représentant de l’Université de Lille parmi les porteurs, en qualité de premier coordinateur du réseau.

Ces financements initiaux ont été le véritable point de départ du réseau, avec une première partie d’année partiellement consacrée à la création d’un comité scientifique réunissant des représentants d’institutions clés en recherche archéologique dans chacun des onze pays balkaniques (Albanie, Bulgarie, Bosnie-Herzégovine, Croatie, Grèce, Kosovo, Macédoine du Nord, Monténégro, Roumanie, Serbie et Slovénie) et de deux pays limitrophes (Hongrie et Turquie, pour sa partie européenne). Joints en une seule instance de direction, le comité scientifique et le « groupe principal » forma désormais le comité de pilotage (Steering Committee). Cette même première moitié de 2021 fut aussi celle de l’organisation des activités liminaires, de même que de discussions sur les futurs financements à solliciter, tous les partenaires ayant rapidement convenu qu’une réponse aux appels à projets COST Actions, financés par l’Union européenne, s’imposait, du fait de l’ampleur et de l’ambition du réseau, et la mission de la région Hauts-de-France auprès de l’UE a offert son appui à cette candidature. C’est cet effort de construction et de consolidation des synergies autour de l’archéologie et de l’histoire du monde balkanique dans l’Antiquité tardive, de même que le planning des activités à venir du réseau qui a été présenté à l’occasion de la séance inaugurale du 18 juin 2021.

En plus du lancement de la Online Guest Lecture Series, qui a été l’occasion de quatre grandes conférences jusqu’à la fin de 2021, cette même année a aussi été l’occasion de diverses présentations publiques du réseau, d’entretiens avec quelques-uns des porteurs et de la publication d’un hors-série des Dossiers d’archéologie (Faton), en appui à la candidature de la partie orientale du limes danubien au Patrimoine mondial de l’UNESCO. L’événement marquant de la première année d’HAEMUS a, toutefois, été l’organisation à l’Université de Lille d’un grand workshop international (une quarantaine d’intervenants) sur le thème des villae. Prévus pour être, à terme, annuels, les « workshops internationaux » du réseau se veulent des fora scientifiques thématiques, devant déboucher sur des ouvrages de référence (handbooks) qui ne sont pas de « simples » actes de colloque. Pour ce faire, le réseau est entré dans une phase de discussion avec Brepols Publishers, pour une publication dans la collection Rome and After in Central and Eastern Europe–RomA, avec pour objectif que les volumes concernés soient aussi accessibles en libre-accès, afin de faciliter au maximum la diffusion auprès des partenaires balkaniques. La maison d’édition Brepols, qui s’est montrée très intéressée par l’éventualité d’une participation concrète à l’entreprise, a accepté d’évaluer la situation de manière plus formelle à l’issue de la publication du premier opus de ces ouvrages de référence, qui sera consacré aux villae.

Figure 4 : Affiche du 1er Workshop international du réseau HAEMUS (programme)

L’Université de Lille ayant offert à HAEMUS une deuxième année successive de financement dans le cadre de son programme « Internationalisation », 2022 ne fut pas moins riche que ne l’avait été 2021, même si, malheureusement, il n’a pas été possible d’organiser la deuxième édition des « workshops internationaux ». Un projet, proposé par la filiale de Iași de l’Academia Română, avait été accepté par le comité de pilotage dès la fin de 2021, mais la prolongation des hostilités en Ukraine et l’incertitude autour du dessein réel de l’armée russe a fini par provoquer, pour des questions de sécurité, l’annulation de l’événement juste avant le début de l’été, sans véritable solution de rechange. Les quelques fonds propres dont bénéficiaient alors le réseau, qui auraient dû servir à co-financer le workshop de Iași, ont été répartis sur quatre activités : une session dans le cadre de la Roman Archaeology Conference (Split, Croatie, 6-8 avril), de même qu’une participation à l’organisation de l’atelier Late Antique Elites of the Countryside in the Middle and Lower Danube Provinces du projet MASLAP (Budapest, Hongrie, 28 octobre), du colloque international Archaeology of the Balkans from Prehistory to the End of Antiquity: Recent Discoveries and New Methods (Pristina, Kosovo, 17-19 novembre) et du colloque international Les églises tétraconques dans l’Antiquité tardive – Le chiese tetraconche nella Tarda Antichità – The Tetraconch Churches in Late Antiquity du projet ANR DANUBIUS (Rome, 28-29 novembre). En parallèle, la Online Guest Lecture Series s’est poursuivie tout au long de l’année avec neuf grandes conférences.

Figure 5 : Logos du réseau et des institutions membres de son comité de pilotage (mars 2023).

Il n’en demeure pas moins que le réseau est, en cette première partie de 2023, à la croisée des chemins, car il ne possède désormais plus de fonds propres. Le temps est maintenant venu de multiplier les réponses aux appels à projets, le programme COST Actions étant évidemment l’objectif principal. En attendant, HAEMUS existe et vit grâce à la bonne volonté et l’intérêt de ses nombreux membres. Certes, nous cherchons toujours une solution pour le deuxième « workshop international » (n’hésitez pas à nous contacter pour nous faire vos propositions), mais la Online Guest Lecture Series continue, alors que la publication de certaines activités auxquelles le réseau était associé en 2021 et 2022 est prévue dans les mois à venir. Toujours en matière de publication, la création d’une revue électronique à comité de lecture est actuellement en préparation, afin d’accueillir des articles issus d’activités du réseau ou des études originales. Deux registres en ligne sont également en instance de création, un premier pour les missions archéologiques internationales sur des sites balkaniques tardo-antiques (près d’une trentaine ont manifesté leur intérêt à apparaître dans un tel registre) et un second pour les autres types de projets sur le thème du réseau (n’hésitez pas à nous contacter pour nous signaler vos projets). Ils doivent être liés à un WebSIG développé par Chronocarto. Enfin, un cercle pour jeunes chercheurs (Young Scholar Circle) vient d’être lancé, en tout début d’année 2023, avec pour but de mieux intégrer les doctorants et les postdoctorants à la vie d’HAEMUS. Pilotée directement par un groupe de young scholars, cette nouvelle aventure, qui peut déjà être suivie sur Facebook et Twitter, donnera notamment lieu, à terme, à des rencontres thématiques en ligne. Un système de mobilité, à la fois pour les étudiants et pour les chercheurs, doit également être instauré dans le futur, car notre réseau se veut, surtout et avant tout, un espace d’échange et de partage à l’échelle internationale, ouvert à tous les chercheurs, en devenir ou confirmés, intéressés par les Balkans dans l’Antiquité tardive !

  • Pour rejoindre le réseau international de recherche HAEMUS, cliquez sur ce lien.

Billet édité par Lou de Barbarin, membre scientifique de première année pour la section antiquité.



Citer ce billet
EFR (2023, 21 mars). HAEMUS : retour sur la création d’un grand réseau international de recherche sur l’archéologie et l’histoire des Balkans dans l’Antiquité tardive. À l’École de toute l'Italie. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o4tb

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search