Le secret bien mal gardé du conclave

Billet rédigé par Dorian Varenne, doctorant contractuel en Histoire moderne (Sorbonne Université, Centre Roland Mousnier) et boursier de l’École française de Rome en 2020 et 2022. Billet édité par Lana Martysheva, membre scientifique de l’École française de Rome.

Portrait de Dorian Varenne

Pour tout chercheur s’intéressant à l’élection des papes, quelle que soit la période, les fonds de l’Archivio Apostolico Vaticano (AAV) et de la Biblioteca Apostolica Vaticana (BAV) sont une étape obligatoire et essentielle. Et malgré les fantasmes qui entourent ces archives, en particulier quand la première institution s’appelait encore l’Archivio Segreto Vaticano, ce n’est pas tant la disponibilité des sources relatives aux conclaves que les procédures d’accès aux salles de consultation qui sont aujourd’hui le principal obstacle aux travaux de recherche. Les conclaves se dévoilent en effet depuis longtemps aux publics qui s’y intéressent, tant par les archives conservées au Vatican que par bien d’autres partout en Europe, à travers une grande diversité de sources ; en témoignent les monuments d’érudition de Ferdinando Petruccelli della Gattina (Histoire diplomatique des conclaves, de 1431 à 1846) et Ludwig von Pastor (Storia dei papi dalla fine del Medioevo de 1417 à 1799). Ces mêmes sources soulignent également combien le secret du conclave n’existait déjà plus pour les contemporains, bien avant même que la clôture des cardinaux ne prenne fin. Comment donc les archives apostoliques, et autres fonds italiens et français, peuvent-elles éclairer les conclaves de l’époque moderne – ceux que j’étudie, entre 1605 à 1644 – au-delà du simple récit journalier, sur les principes et pratiques du secret durant ces périodes agitées et instables ? Retour sur mes expériences en archives à Rome.  

Les enjeux du secret

Le conclave est un acte politique autant que spirituel. Le temps du Sede Vacante, les cardinaux retrouvent leurs pleins pouvoirs et déterminent le futur de l’Église catholique en choisissant le nouveau successeur de saint Pierre. Cette élection est déterminante pour les souverains européens, à l’heure où le pape, chef spirituel et prince temporel, joue un rôle diplomatique de premier plan, faisant de Rome le grand teatro del mondo. Elle est l’occasion de faire valoir de multiples intérêts de la part des monarchies catholiques, des États italiens et des puissantes familles qui s’affrontent par le biais des cardinaux enfermés dans le palais apostolique. Les tractations qui s’en suivent, et qui débutent dès la mort du souverain pontife, avant même l’entrée en conclave, imposent dès lors la plus grande discrétion et le maintien du secret, ce terme pouvant se comprendre de différentes manières. Le secret d’abord des vues et objectifs de chaque entité politique tentant d’influencer l’élection, en favorisant un cardinal ou en organisant son « exclusion » (faire en sorte qu’il ne puisse jamais obtenir les deux tiers des voix nécessaires en mobilisant plus d’un tiers du Sacré Collège contre lui). Plusieurs factions s’allient et s’affrontent en effet à Rome et jusque dans le conclave : durant la première modernité, ces principales forces sont la France, le Saint-Empire et l’Espagne, ainsi que les cardinaux neveux. Le secret devient une stratégie politique nécessaire pour faire avancer ses intérêts et les faire triompher avant que les factions rivales ne puissent s’organiser pour les briser. Au premier conclave de 1605, Henri IV demande à ses cardinaux de favoriser le cardinal de Florence ; le cardinal de Joyeuse, chef de la faction française, décide alors de soutenir un autre cardinal proche de la France et soutenu par une grande partie du Sacré Collège. L’opposition espagnole ne tarde pas à lui faire barrage, conduisant le conclave dans l’impasse et permettant à Joyeuse de faire élire le favori d’Henri IV comme compromis entre les factions (AAV, Fondo Borghese, IV, vol. 828, f°573). Les indiscrétions peuvent au contraire se révéler fatales pour les papabili : en 1621, fort de sa faction prépondérante et du soutien des Espagnols, le cardinal Borghèse est persuadé de faire élire le cardinal Campori dès la fermeture du conclave. C’était sans compter sur plusieurs dissidents et autres opposants qui se sont démenés contre ce dernier et sont parvenus à l’exclure (BAV, Barb. Lat., vol. 4670, f°56-57).

Mais le secret du conclave signifie également l’impossible communication entre le Sacré Collège enfermé dans le palais apostolique et l’extérieur, une fois les portes fermées. Ce principe est réaffirmé par plusieurs bulles sous peine de lourdes sanctions (bulle In elegendis de Pie IV, 1562, §19) ; il a pour but de garantir l’indépendance des cardinaux en les protégeant de toute pression extérieure, peine perdue dans la mesure où plusieurs membres du Sacré Collège sont déjà au service de ces pouvoirs laïques.

Les récits du conclave et leur diffusion

            Le temps d’une thèse n’est en réalité pas suffisant pour embrasser tous les récits des conclaves, quand bien même on se limiterait à quelques-uns d’entre eux. De mes dépouillements à Rome et à Paris, quelques observations s’imposent malgré tout. Il faut d’abord séparer les sources produites a posteriori, dans les quelques mois qui suivent l’élection, de celles écrites pendant le temps du conclave. Les premières sont les plus riches, ce sont la plupart du temps des relations extrêmement détaillées et précises, commandées par une autorité souveraine à des témoins directs du conclave (cardinaux ou conclavistes, leurs serviteurs personnels). On en trouve une très ample collection aux Archives vaticanes comme à la Bibliothèque apostolique (en italien), et en France à la Bibliothèque Mazarine (en italien et en français). Certaines s’insèrent dans des correspondances diplomatiques ou bien dans des mémoires. Très partisans, ces récits permettent à l’historien de multiplier les points de vue et de restituer ainsi plus justement les logiques politiques et religieuses à l’œuvre : dans ses Mémoires, le maréchal d’Estrées explique comment il a retourné le conclave en 1621 contre le cardinal Campori (Mémoires du maréchal d’Estrées, éd. 1837, p. 430). Les relazioni des Archives et de la Vaticane permettent de nuancer cette version, et sans nier l’action de l’ambassadeur de France avant que le conclave ne se referme, s’accordent à faire des cardinaux Orsini et Ubaldini les principaux opposants à l’origine de la débâcle de la faction Borghèse (AAV, Fondo pio, vol. 1, f°135).

Début de la lettre du cardinal de Joyeuse au roi revenant sur les derniers jours du conclave de Paul V, 19 mai 1605 (Les ambassades et négociations de l’illustrissime et révérendissime cardinal du Perron, 3e éd., 1633, p. 352).

Sur le déroulement d’un conclave, il existe non seulement plusieurs récits, dans lesquels l’affiliation de l’auteur à une certaine faction apparaît assez clairement, mais aussi plusieurs exemplaires de ces mêmes relations, disséminés dans différents fonds et même dans différents centres d’archives. La profusion de ces copies témoigne de l’intérêt et de l’engouement que l’élection papale suscitait, et atteste de leur large diffusion, probablement due au fait que ces sources représentaient une mine d’informations que les souverains pouvaient exploiter pour saisir les nouveaux rapports de force au sein de la Curie, récompenser les serviteurs loyaux et écarter ceux qui ont travaillé contre leurs intérêts, (re)penser les relations avec le nouveau souverain pontife. La correspondance des ambassadeurs peut y apporter un éclairage supplémentaire et guider d’autant plus la politique de leur prince.

Si ces sources sont les plus complètes, les nouvelles du conclave circulent aussi à Rome et en Europe alors même que le Sacré Collège est encore enfermé. Je les ai appréhendées à travers deux types de sources : les correspondances (diplomatiques, mais pas seulement) et les avvisi, ces petits billets qui brassent toute l’actualité de Rome et dont on retrouve de belles collections à l’Archivio Apostolico Vaticano et à la Biblioteca Apostolica Vaticana, qui fournissent de précieuses informations sur les conclaves, bien que celles-ci soient lacunaires et peu sûres. Si certaines de ces nouvelles circulent dans des cercles politiques et diplomatiques restreints, d’autres peuvent gagner la population entière et alimenter les paris qui rythment la période de Sede Vacante, comme les résultats des derniers scrutins ou l’élection imminente d’un papabile. Ce n’est qu’après l’élection qu’il est possible de distinguer les informations fiables des simples rumeurs qui circulaient alors, les premières indiquant clairement a posteriori une communication entre le conclave et le monde extérieur. 

Contourner et braver l’interdit de communication

À l’heure où toute l’Europe regarde vers le palais apostolique et attend le nom du prochain pape, les billets et courriers s’échangent et s’expédient à un rythme effréné. Pour un État comme la France, l’enjeu est de s’assurer que les cardinaux à son service, menés par le chef de la faction, appliquent les volontés du roi précisées dans les instructions préparant le conclave, mais aussi de réagir rapidement et prendre des mesures si le conclave prend une direction imprévue et indésirable. En dépit de la législation pontificale, l’information entre et sort du conclave au rythme des va-et-vient au palais du Vatican ; c’est le cas lorsqu’un cardinal arrivant de loin intègre le conclave après sa fermeture, ou quand des prélats malades doivent être évacués pour être soignés (seule sortie autorisée par les bulles). Lors des conclaves de 1623 et 1644, les chaleurs estivales ont été particulièrement éprouvantes et ont contraint beaucoup de cardinaux et conclavistes à quitter temporairement ou définitivement le palais apostolique, apportant avec eux les dernières nouvelles dont les avvisi se sont emparées (AAV, Avvisi, vol. 9 et 96).

Plus encore, malgré les sanctions auxquelles s’exposent prélats et agents extérieurs, la communication est ouvertement pratiquée et admise entre les uns et les autres, même si plusieurs cardinaux s’y refusent. Elle se fait par les roues, ou tours, ces accès par lesquels entre la nourriture : avvisi et relations des conclaves évoquent de manière anecdotique les billets qui sont glissés aux serviteurs au moment du service, et même les rendez-vous qu’ambassadeurs, parents et cardinaux s’y donnent avec la complicité des gardes et des responsables de la sécurité (AAV, Avvisi, vol. 9, f°212). Les autorités publiques et États catholiques sont ainsi informés de l’évolution des tractations, et transmettent si besoin de nouvelles directives à leur faction : en 1644, le cardinal Pamphili obtient de plus en plus de soutiens malgré l’opposition de la France. C’est par le cardinal Theodoli et son frère le marquis, serviteurs de la France, que l’on informe l’ambassadeur et qu’on lui demande de lever l’exclusion du papabile au nom du roi (BAV, Barb. Lat., vol. 3547, f°6). L’élection d’Innocent X est un échec pour la France, et l’ambassadeur de blâmer les cardinaux français ayant refusé de communiquer avec lui (ibid., f°8). Si l’élection papale est en théorie le fait de Dieu, les enjeux politiques sont tels que les pouvoirs laïques tiennent à l’assister dans sa volonté : c’est bien ce que révèlent les nombreuses sources sur les conclaves conservées au Vatican, en France et en Italie.

Plan du conclave de mars 1605 (AN, K1324 A, Traicté sommaire de l’élection des papes). Les tours sont visibles à droite du plan, au bout des galeries Léon X et Pie IV.

Bibliographie sélective

  • HUNT John M., The Vacant See in the Early Modern Rome : a social history of the papal interregnum, Boston, Brill, 2016.
  • LECTOR Lucien, L’élection papale, Paris, P. Lethielleux, 1896.
  • PARAVICINI BAGLIANI Agostino et VISCEGLIA Maria Antonietta, Il conclave : continuità e mutamenti dal Medioevo a oggi, Rome, Viella, 2018.
  • SIGNOROTTO Gianvittorio et VISCEGLIA Maria Antonietta, La corte di Roma tra Cinque e Seicento : « teatro » della politica europea, Rome, Bulzoni, 1998.

Billet édité par Lana Martysheva, membre de deuxième année de l’École française de Rome, Section Époques moderne et contemporaine



Citer ce billet
EFR (2023, 2 février). Le secret bien mal gardé du conclave. À l’École de toute l'Italie. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o4t9

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search