Écrire l’histoire sonore du mouvement féministe : une expérience de recherche à Rome

Billet rédigé par Maria Teresa Betancor Abbud, doctorante au CRAL/EHESS et boursière de l’Ecole française de Rome en septembre 2022, édité par Daniela Trucco, membre scientifique de troisième année.

La Piazza Navona, un des lieux des mobilisations féministes des années 1970, où se trouve la résidence de l’Ecole française de Rome. @MTBA

La force de l’homme, c’est de s’identifier à la culture. La nôtre, c’est de la refuser. Après cet acte de conscience, l’homme sera distinct de la femme : tout ce qui la concerne, il faudra qu’il l’entende de sa bouche. Le monde ne va pas s’écrouler dès lors que l’homme sera privé de l’équilibre psychologique que lui garantit notre soumission. Dans la réalité cuisante d’un univers qui n’a jamais révélé ses secrets, nous retirons beaucoup du crédit qu’on accorde aux acharnements de la culture. Nous voulons être à la hauteur d’un univers sans réponses. Nous recherchons l’authenticité du geste de révolte et nous ne la sacrifierons ni à l’organisation ni au prosélytisme. Nous ne communiquons qu’avec des femmes.

Extrait du Manifeste de Rivolta Femminile (1970) inclus dans La Horde d’Or, Nanni Balestrini, Primo Moroni, SugarCo, Milan 1988, p. 447-8 (éd. française Éditions de l’Éclat, Paris, 2017)

L’objectif de ce billet est de synthétiser mon expérience de recherche lors de mon séjour à l’École Française de Rome dans le cadre de ma thèse sur l’histoire sonore du mouvement féministe autonome italien dans les années 70 que je réalise depuis 2018 au sein de l’école doctorale du CRAL (EHESS) sous la direction d’Esteban Buch.

Chanson Storia di una cosa. @Fufi Sonnino.

Les archives du féminisme et les Case delle donne

Au cours des années 70, la forte tension sociale et politique font de l’Italie un terrain d’expérimentation politique et de nouvelles façons de vivre qui impliquent aussi de nouvelles façons de penser et d’écrire l’histoire. Dans ce cadre, nous voyons émerger du côté du mouvement féministe des initiatives telles que les Case delle donne dont l’objectif principal est de proposer un espace physique dans lequel le mouvement féministe puisse s’enraciner et développer ses activités (politiques, intellectuelles, créatives etc).

Aujourd’hui, ces initiatives sont encore d’actualité : nous trouvons en effet sur l’ensemble du territoire des nombreuses Case delle Donne qui servent actuellement comme point de rencontre pour le mouvement féministe mais aussi pour les chercheurs et chercheuses qui s’intéressent à l’histoire du mouvement étant donné que une grande partie de ces centres a entreprit aussi parmi
leurs activités la création d’archives du mouvement. Ces archives sont à géométrie variable puisque leurs fonds dépendent principalement des dons des actrices du propre mouvement, mais elles constituent aujourd’hui une des sources primaires du mouvement.

Récapitulatif de l’année 1973 mentionnant le groupe théâtrale féministe Le Streghe, la création du spectacle Storia di una Cosa et la naissance de l’archive. @Fond Pompeo Magno, Archivia, Rome.

Parmi les plus garnis, nous trouvons Archivia à Rome situé dans le Trastevere et dont l’archive permet de retracer même sa propre création. Ce type d’archives témoignent du besoin du mouvement d’écrire sa propre histoire mettant ainsi en évidence l’importance de l’archive pour la construction d’une communauté et d’un récit collectif qui permet non seulement la conservation de sa mémoire mais aussi d’établir une filiation avec les générations futures.

Les archives sonores du mouvement féministe

Il est important de noter que malgré la grande richesse de sources que proposent ces archives, lorsqu’il s’agit des documents sonores spécifiquement il devient plus compliqué d’y avoir accès. L’Archivia de Rome dispose de quelques cassettes qui contiennent notamment des séminaires du collectif Virginia Woolf (crée à la fin des années 70) mais le manque de moyens techniques fait qu’il n’est pas possible de réaliser une écoute sur place de celles-ci et il n’existe malheureusement pas de copie digitale encore de ces archives.

La Biblioteca Internazionale delle Donne de Bologne dispose aussi de documents audio mais les possibilités de consultation sont actuellement très réduites et les documents n’étant pas digitalisé il n’existe malheureusement pas de possibilité de consultation à distance. L’archive n’est pas accessible au quotidien, le processus de prise de rendez-vous est long et la richesse du fond fait que même si celui-ci est très bien garni, la consultation de l’ensemble sur place serait extrêmement longue étant donné que l’ensemble des enregistrements disponibles font au total aux alentours de 90 heures d’écoute.

L’oral et l’oralité

Face au manque de moyens et aux difficultés que j’ai pu rencontrer, j’ai été contrainte à m’adapter aux circonstances et à la réalité des archives consultées. Depuis le début de mon travail de thèse, j’ai considéré la dimension sonore non pas uniquement comme le son en tant que phénomène physique mais comme tout ce qui est en rapport avec le son. Étant donné la vaste production du mouvement féministe non seulement au niveau musical mais aussi cinématographique, théâtrale, écrit, etc j’ai jusqu’ici pris en compte l’ensemble des supports produits par le mouvement étant donné que ceux-ci ont tous comme objectif de donner une voix aux femmes. C’est en suivant ce fil de réflexion que j’ai commencé à m’intéresser aux traces d’oralité que nous pouvons trouver dans de nombreux documents écrits et qui constituent actuellement une grande partie des sources de ma recherche.

Chansonnier distribué à l’occasion de la manifestation du 8 mars 1973 à Rome. @Fond Pompeo Magno, Archivia, Rome.

L’oral, le son, peuvent se manifester à l’écrit de diverses façons. Un des exemples le plus évident sont les chansonniers. Les chansonniers que nous pouvons trouver dans les archives des Case delle donne ont des caractéristiques très similaires : ce sont des documents dactylographié qui incluent parfois des inscriptions réalisées à la main le tout dans un style très Do it Yourself ; généralement ces documents sont destinés à être distribués lors des manifestations féministes. Le but est de faire connaître les paroles des chansons du mouvement et à travers cette connaissance commune construire une communauté une culture propre. C’est aussi un moyen pour les collectifs féministes de se faire connaître et d’élargir leurs rangs.

Chansonnier daté du 21 mars 1974. @Centro Documentario Francesco Lorusso e Carlo Giuliani, Bologne.

Parmi les documents écrits qui témoignent d’une certaine oralité nous trouvons aussi des retranscriptions d’enregistrements de réunions ; pour l’instant il m’a été impossible de retrouver les enregistrements originaux mais le présence de la transcription nous permet d’avancer quelques
réflexions : est-ce que l’objectif de l’enregistrement était la retranscription? Qu’apporte le passage à l’écrit? Le papier est-il un support plus sûr en ce qui concerne la transmission et la conservation?

Retranscription de la réunion du 21 décembre 1971 du Movimento Femminista Romano connu aussi sous le nom de Pompeo Magno. @Fond Pompeo Magno, Archivia, Rome.

Au-delà des documents proprement produits par le mouvement féministe, au sein de certains fonds de l’Archivia (notamment le fond Alma Sabatini) nous trouvons de nombreuses coupures de presse qui retracent l’histoire du mouvement féministe et surtout comment celui-ci était présenté par les quotidiens généralistes (La Stampa, Il Giornale della Sera, Repubblica etc). Lorsqu’il s’agit d’articles sur des faits tels que des manifestations nous trouvons des traces sonores qui sont essentielles pour notre histoire puisque ces traces nous permettent de reconstruire un récit sonore des divers faits.

Exemple de récit sonore: extrait du journal La Repubblica du 19 février 1976 mentionnant les slogans scandés par les féministes. @Fond Alma Sabatini, Archivia, Rome.

Archiver et consulter le son

Quels enjeux se posent face à nous lorsque nous entreprenons une recherche sonore?

Il me semble important d’expliciter quelques spécificités qui concernent consultation d’une archive sonore. Contrairement aux documents papier, il est difficile de « survoler » une archive sonore à moins que celle-ci dispose d’une annexe papier qui permette de cibler le contenu (un tracklist dans le cas d’un album, une retranscription dans le cas d’un interview etc). Il va de soit que l’archive qui héberge ces fonds sonores doit être équipée afin de permettre la consultation des documents sonores. Une institution comme la Discoteca di Stato à Rome qui fait partie des archives d’État de l’Italie dispose des moyens techniques qui permettent la consultation des fonds sonores mais ce n’est malheureusement pas le cas de toutes les institutions qui possèdent des archives sonores mais dont l’objet principal d’étude n’est pas le son.

Lorsque nous travaillons sur le son nous nous intéressons au contenu (les voix, les paroles) mais aussi à la façon dont cela a été enregistré (est-ce qu’il s’agit d’un enregistrement de rue, en studio etc), l’objectif d’enregistrement, le public visé et l’usage. Malgré la diversité d’approches que l’on peut choisir lorsqu’on aborde un document sonore, il existe néanmoins des contraintes matérielles et temporelles qui entravent ce travail d’analyse et qui mettent en évidence un besoin de repenser la façon de faire de l’archive sonore.

Pour aller plus loin

Bacchetti Marina (éd.), Nella donna c’era un sognocanzoniere femminista, Milan, Moizzi Editore, 1976.

Currà, Agata, Vettori, Giuseppe, Vinci, Rossalba, Canti della protesta femminile. Contributi alla presa di coscienza d’una nuova cultura rivoluzionaria, Rome, Newton Compton, 1977.

Ma l’amor mio non muore. Origini documenti strategi della « cultura alternativa » e dell’ « underground » in Italia, Rome, DeriveApprodi, 2003.

Maraini, Yuki (éd.), Siamo in tante…(la condizione della donnanelle canzoni popolari e femministe: libro + disco), Rome, Savelli, 1975.

Stelliferi, Paola, Il femminismo a Roma negli anni Settanta : percorsi, esperienze e memorie dei collettivi di quartiere, Bologne, Bolonia University Press, 2015.

Discographie

Il Canzoniere Femminista, Canti delle donne in lotta n°2, Rome, I Dischi Dello Zodiaco, 1975.

Il Canzoniere Femminista, Amore e potere, Rome, I Dischi Dello Zodiaco, 1977.

Movimento Femminista Romano, Canti delle donne in lotta 2,Vedette Albatros, 1976



Citer ce billet
EFR (2022, 16 décembre). Écrire l’histoire sonore du mouvement féministe : une expérience de recherche à Rome. À l’École de toute l'Italie. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o4t8

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search