La réutilisation sociale des biens confisqués au crime organisé. Retour sur une recherche doctorale. 

Billet rédigé par Claudia Palermo, doctorante à l’Université Vincennes Paris 8 – Vincennes Saint-Denis et à l’Università degli studi di Milano, lauréate de la bourse Vinci de l’Université Franco-italienne, boursière à l’EFR en 2019, 2020 et 2022. Billet édité par Daniela Trucco, membre de troisième année.

Image. En 1992 le boss Coco Trovato a été arrêté dans son quartier général, la Pizzeria Wall Street à Lecco. @Corriere di Milano

Dans le cadre de mon doctorat en géographie à l’Université Vincennes Paris 8 – Vincennes Saint-Denis, en cotutelle avec le parcours doctoral en Studi sulla criminalità organizzata à l’Università degli studi di Milano, je mène une recherche sur la valorisation territoriale et la réutilisation sociale des biens confisqués au crime organisé dans les villes de Lecco (Lombardie) et Bari (Pouilles).

Si le rapport entre territoire et organisations criminelles a donné lieu à de nombreuses études en géographie et en sciences sociales, la relation entre territoire et biens confisqués reste encore assez peu étudiée. Parmi les divers enjeux de la réutilisation de ces biens, la requalification des espaces n’est pas des moindres. Il s’agit de restituer à la communauté des richesses créées de manière illicite pour inciter le développement territorial, et ce, par le biais d’une série de projets sociaux et culturels extrêmement diversifiés proposés par des associations et des coopératives locales.

Mon enquête comparative sur les villes de Lecco et Bari a voulu interroger le rôle des biens confisqués en tant que ressources pour les villes et les sociétés locales. Ella a notamment approfondi les phases de réutilisation, l’usage des biens confisqués ainsi que les difficultés rencontrées par les acteurs concernés. J’ai appuyé mes analyses sur des recherches de terrain que j’ai réalisées de fin 2019 à mai 2022. J’ai adopté une méthode qualitative combinant : une phase d’observation flottante et réceptive, pendant laquelle j’ai pu avoir des échanges informels avec les habitants, les commerçants, les usagers des services et des proches d’un boss aujourd’hui en prison à vie ; la collecte et l’analyse qualitative des textes juridiques (sentences juridiques, actes officiels des conseils municipaux, les rapports de la DIA (Direzione investigativa antimafia) et de la Commissione antimafia) dans le but d’expliciter et mieux concevoir le phénomène étudié en tenant compte de sa dimension juridique et pas uniquement sociogéographique ; la réalisation de 58 entretiens  semi-directifs  auprès de différents acteurs locaux des deux villes.

Image. Piazza San Pietro à Bari. @Claudia Palermo

Mes bourses à l’Ecole française de Rome ont été de première importance, notamment pour l’achèvement de l’enquête à Bari. En effet, trois terrains d’enquête sur quatre ont pu être effectués dans le cadre d’une bourse. J’ai réalisé deux terrains, d’une durée d’une semaine chacun en 2019, un terrain de trois mois à la fin du 2020 et une dernière enquête de trois mois également au début de l’année 2022. En ce qui concerne Lecco les terrains ont eu lieu plus souvent, du fait de la cotutelle avec l’Université de Milan mais, de durée plus courte.

Ici, je présenterai mes analyses à partir de deux exemples de réutilisation sociale de biens confisqués que j’ai sélectionné parmi les nombreux (6 à Bari et 4 à Lecco) cas étudiés dans ma thèse: la Villa Artemisia à Bari, projet géré par la coopérative sociale C.A.P.S. (Centro aiuto psico-sociale) et la pizzeria Fiore cucina in Libertà.

La réutilisation sociale des biens confisqués

La confiscation des biens désigne le processus légal de confiscation des propriétés issues des activités criminelles. Elle est ordonnée par un tribunal ou une autorité judiciaire lorsqu’elle est jugée appropriée, ce qui a pour effet de placer le ou les biens en question sous la propriété temporaire de l’État, jusqu’à ce qu’un jugement définitif soit rendu dans le cadre d’une procédure pénale ou civile. Cette action affaiblit les clans maffieux sur le plan financier, mais aussi sur le plan symbolique (Coppola e Ramoni, 2013). C’est pourquoi confisquer un bien mal acquis représente la meilleure façon de combattre les mafias à ce jour. Le boss Francesco Inzerillo, dans le cadre d’un échange avec ses neveux dans la prison de Turin en 2007, avait déclaré

« Cosa più brutta della confisca dei beni non c’è, la cosa migliore é andarsene ».  

En Italie, plusieurs mesures législatives et réglementaires visant à combattre la criminalité organisée ont été introduites depuis 1965. Parmi celles-ci, la plus importante au regard de la réutilisation sociale est la loi 109/1996. Le 25 mars 1995 est née l’Association Libera, associazioni, nomi e numeri contro le mafie. Parmi ses premières résolutions, Libera a proposé une pétition pour soutenir une proposition de loi ayant pour objectif d’introduire le principe de la réutilisation sociale des biens confisqués au crime organisé. Plus d’un million de personnes l’ont signée, et cette intervention a permis l’approbation de la loi 109/1996 Disposizioni in materia di gestione e destinazione di beni sequestrati e confiscati, le 7 mars 1996. La loi 109/96 ouvre donc la possibilité de convertir les lieux symboles du pouvoir mafieux en lieux de renaissance, de transformation et de légalité. Aujourd’hui, on compte 15.867 biens immeubles en gestion et 19.381 destinés. Les biens en gestion sont tous les biens qui pour diverses raisons n’ont pas encore été transférés à d’autres administrations publiques ou à des autorités locales et, par conséquent, sont toujours sous la gestion de l’Agenzia Nazionale per l’amministrazione e la destinazione dei beni sequestrati e confiscati alla criminalità organizzata (ANBSC) . Les biens destinés sont ceux pour lesquels les procédures sont arrivées à leur terme et il a donc été possible de procéder à leur affectation, que ce soit à des fins institutionnelles ou sociales.

Les biens confisqués représentent aussi une opportunité de dignité et de « rachat » pour les territoires où ces biens sont situés ; les lieux sont alors chargés d’une grande valeur symbolique, car ils montrent que les mafias ne sont pas invincibles.

Deux exemples de réutilisation sociale

J’ai choisi de concentrer mes recherches sur deux villes, Lecco et Bari, qui présentent à la fois des similarités et des différences significatives. Les deux villes ont été considérées pendant longtemps comme des « zones mafieuses non traditionnelles », mais aujourd’hui la criminalité organisée est bien ancrée. Par ailleurs, les deux zones divergent du point de vue socio-économique, de la typologie et de la présence criminelle, ainsi que du nombre et de la nature des biens confisqués. À Bari l’expansion mafieuse marquante a eu lieu autour des années 70/80, tandis qu’à Lecco, l’arrivée des ndranghetisti date les années 80/90. Leurs biens confisqués sont essentiellement des biens immobiliers (appartements, garages, etc.), alors qu’à Bari, la répartition est plus fragmentée et inclue des bâtiments, des terrains et des activités commerciales.

Dans cet article, j’ai choisi d’aborder la réutilisation sociale des biens confisqués à travers deux exemples : à Bari, La Villa Artemisia, et à Lecco, la Pizzeria Fiore cucina in Libertà. Ce choix n’a pas été aisé : les biens visités ainsi que les rencontres avec les associations et coopératives ont été nombreux. Il prend en compte le type de bien confisqué, la typologie de service proposé et l’ancienneté de l’expérience de réutilisation. Les deux projets proposés sont liés à une activité de restauration destinée au public, incarnant des exemples de réussite, de transformation et de réutilisation sociale, ainsi que de valorisation du territoire. Ils représentent, chacun, la fierté dans leur ville respective. D’un point de vue temporel, les dates de confiscation et les dates de la réalisation des activités sont proches. Pizzeria Fiore a été confisquée en 1994 et l’activité actuelle a débuté en mars 2016. Villa Artemisia a été confisquée en 1992 et l’activité de restauration a commencé en novembre 2019.

Image. L’intérieur de la Villa Artemisia à Bari. @Claudia Palermo.

Villa Artemisia est située dans un quartier avec une forte présence touristique, Bari Santo Spirito. L’immeuble appartenait au boss sicilien Antonello Lazzarotto qui contrôlait les trafics de drogue avec la ‘ndrangheta. Après avoir été confisqué en 1992, la villa a été donnée en gestion à la Coopérative sociale C.A.P.S. (Centro di Aiuto Psico Sociale) en 2001. Aujourd’hui le lieu accueille un projet de cohabitation pour les jeunes en détresse, un bistrot, un bed & breakfast, et propose des événements dédiés à la culture, en particulier à l’antimafia. Cette expérience montre comment un lieu initialement symbole d’une activité criminelle peut devenir un bien destiné à la société, ouvert aux habitants de la ville et des quartiers limitrophes.

Image. L’intérieur de la Pizzeria Fiore. @ www.vice.com

Avant la saisie, Fiore cucina in Libertà à Lecco se nommait Pizzeria Wall Street. Ce local était le centre des trafics locaux de Franco Coco Trovato, le boss calabrais de la ville arrêté en 1992 et condamné à la prison à vie. Confisquée en 1994, après moultes vicissitudes concernant la gestion, elle représente aujourd’hui l’exemple de réutilisation par excellence de la ville de Lecco. Le but de Fiore, comme elle est appelée familièrement, est d’offrir un service de qualité en utilisant les produits locaux ou provenant de terres confisquées, et de proposer des activités sur l’éducation antimafia.

Réutilisation sociale et valorisation des territoires

Les deux exemples présentés sont deux cas clés de transformation et de réutilisation sociale, malgré les difficultés rencontrées dans la lecture des textes, des rapports, dans les entretiens menés avec les acteurs institutionnels, ceux gérant les lieux confisqués et les membres des associations. A travers mes recherches, j’ai pu constater que les projets de réutilisation sociale des biens confisqués peuvent différer en fonction du territoire, des besoins des territoires et des habitants et de la présence criminelle. La réutilisation sociale est une grande opportunité pour la société civile, car elle donne la possibilité d’améliorer un territoire et la vie de ses habitants.

Si mes enquêtes de doctorat mettent en lumière les processus de revalorisation territoriale et sociale des biens et sur le rôle des biens en qualité de ressources pour les quartier en détresse, de nombreuses questions restent à creuser : Comment la société locale perçoit-elle la présence de biens confisqués sur le territoire ? Pourquoi la sensibilité à cette question est-elle différente entre une ville et une autre ?  Qu’est-ce qui pousse les autorités locales à privilégier un projet plutôt qu’un autre ?

Travaux cités

Bucolo, E. 2015. La coopération dans les terres confisquées à la mafia : entre action politique etproduction économique. Biennale de l’éducation, de la formation et des pratiques professionnelles 2015 : Coopérer ?. Paris : Association Biennale, Conservatoire national des arts et métiers. Hal-01187537

Coppola, A. e Ramoni, I. 2013. Per il nostro bene. Milano: Chiarelettere. Prima edizione. Principio attivo.

Pour aller plus loin

Buonasera, A. 2020. La destinazione dei beni confiscati alla mafia: i particolari profili riguardanti i beni culturali illecitamente sottratti dalla criminalità organizzata. Caserta: Spring

Nuzzi, G. e Antonelli, C. 2010. Metastasi. 1. ed. Principio attivo. Milano: Chiarelettere.



Citer ce billet
EFR (2022, 9 décembre). La réutilisation sociale des biens confisqués au crime organisé. Retour sur une recherche doctorale. . À l’École de toute l'Italie. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o4t7

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search