Retour sur l’atelier Master de l’École française de Rome avec Léa Ruocco 2/2

Visite de la bibliothèque de l’EFR par Clément Pieyre, directeur de la bibliothèque
Cliché : H. Vermeren

Pour la quatrième année consécutive, l’École française de Rome accueillait un groupe d’étudiant-e-s de Master provenant de diverses universités françaises. Pendant une semaine, les étudiant-e-s ont eu l’occasion d’assister à des conférences, des visites de centres d’archives et de bibliothèques (Istituto Pontificio Orientale, Propaganda Fide, Società Geografica Italiana, Centro Studi Emigrazione, Bibliothèque de l’École française de Rome) organisés par les membres scientifiques de l’École et des chercheurs français et italiens (consulter le programme).

Léa Ruocco (étudiante en Master 2 d’histoire à l’Université Littoral Côte d’Opale) revient sur le déroulement de cette semaine de formation et nous livre ses impressions.

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Léa Ruocco, je suis originaire de Calais dans les Hauts-de-France et j’ai 23 ans. Je finalise actuellement ma deuxième année de Master recherche en Histoire Moderne à l’Université du Littoral-Côte d’Opale, sous la direction de Jean-Philippe Priotti.

Quel est votre mémoire de recherche ?

Pendant ces deux années, une approche scalaire et réticulaire m’a permis de réaliser une étude fine des hommes d’affaires génois actifs à Séville au début du XVIe siècle. Mon travail se centre sur l’analyse des mobilités sociales et commerciales entre Gênes et Séville, aux prémices de l’époque moderne. À partir de la consultation des fonds d’archives des protocoles et des Indes, j’interroge les rapports des Génois aux terres d’origine et d’accueil – ce qui m’amène à soulever les thématiques de l’intégration (et de l’exclusion) sociale d’une communauté transnationale dans ses différents lieux d’activité et d’intervention. Au-delà, à travers les circulations d’hommes, de marchandises et d’idées, c’est la reconstitution des réseaux génois de Séville et de leurs initiatives transatlantiques qui est visée.

Conférence itinérante d’Adrián Fernández-Almoguera sur la circulation des idées artistiques et architecturales à Rome à la fin du XVIIIe siècle
Cliché : A. Turiano

Connaissiez-vous l’École française de Rome ?

Je connaissais l’École française de Rome, de réputation d’abord, pour la qualité des recherches scientifiques qui y sont menées dans les études méditerranéennes, ainsi que par le biais de ses publications et de la revue, les Mélanges. J’ai également eu l’occasion de m’entretenir avec des anciens boursiers y ayant réalisé des séjours de recherche durant leur doctorat.

Comment s’est déroulée votre candidature ?

Un appel à candidature a été publié au printemps sur le site de l’École française de Rome précisant le thème de l’atelier et les modalités d’inscription. Le dossier devait alors être envoyé par mail et les réponses nous ont été communiquées à l’automne. Toutes les informations relatives au déroulement de la semaine, à notre accueil et notre hébergement nous ont été indiquées quelques semaines plus tard, de façon très efficace et bienveillante, je dois dire.

Quel était le thème de l’atelier et son lien avec l’actualité ?

Dans le contexte actuel d’accélération des mobilités à travers le monde, et des questionnements que soulève le rapport à l’Autre, souvent en termes de tensions, l’atelier, consacré aux « Circulations en Méditerranée aux époques moderne et contemporaine », se plaçait au centre de l’actualité. L’étude des circulations humaines, commerciales, des savoirs et des idées, des pratiques, dans l’espace méditerranéen depuis le XVIe siècle, permet de mieux comprendre les modalités de coopération et de conflits entre les acteurs, ainsi que le rôle dévolu aux institutions, tout en les insérant dans une perspective de longue durée.

Conférence de Virgile Cirefice au Centro Studi Emigrazione sur les réseaux politiques transnationaux France/Italie entre les deux guerres mondiales
Cliché : A. Turiano

Comment décririez-vous les conférences des membres et des anciens membres de l’École ?

Tout au long de l’atelier, les différentes interventions d’historiens modernistes et contemporanéistes et d’une sociologue, membres ou anciens membres de l’École, ont permis d’éclaircir les différentes réalités des circulations à partir de leurs thèmes de recherche. Les mobilités humaines et leurs motivations, les circulations matérielles et immatérielles qui leur sont connexes, ainsi que les conditions dans lesquelles elles se déroulent, furent notamment abordées. Les conférences étaient également des temps d’échanges entre les intervenants et les étudiants, afin d’approfondir et de débattre de certaines notions et certains concepts.

Quelle activité vous a le plus marquée ?

Toutes les activités ont été, à mon sens, très enrichissantes. J’ai particulièrement apprécié la visite de la Propaganda Fide, où nous ont été présentés les fonds d’archives contenant des documents exceptionnels ainsi que leur méthode de conservation. J’ai également beaucoup aimé l’atelier de méthodologie et d’analyse de sources en groupe qui a été un vrai moment d’échanges et de réflexions entre étudiants et coordinateurs.

Visite des archives de la Propaganda Fide
Cliché : H. Vermeren

Quels liens avez-vous tissés avec les autres étudiant-e-s ?

Le choix d’un petit groupe d’étudiants a contribué à une très bonne ambiance générale, durant les heures d’ateliers mais également en dehors, favorisant la réflexion collective. D’autant plus que nous étions tous de localités, universités et parcours bien différents, producteurs de points de vue variés.

Quel profit votre recherche Master a-t-elle retiré de votre semaine à l’EFR ?

Cette semaine d’atelier a étayé mes connaissances méthodologiques ainsi que scientifiques, en approfondissant certaines notions que j’ai pu tester dans mon propre travail. La disponibilité des coordinateurs et des différents intervenants m’a permis d’échanger sur mon sujet de master et d’obtenir de précieux conseils, de nouveaux points de vue et pistes de recherche.

Propos recueillis par Annalaura Turiano et Hugo Vermeren
Membres de deuxième années de l’École Française de Rome
Section Époques moderne et contemporaine


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search