Du Sahara Occidental. Heuristique de la recherche engagée

Billet rédigé par Francesco Correale, ingénieur de recherche au CNRS (UMR CITERES – Tours) et chercheur résident à l’Ecole française de Rome d’octobre à décembre 2022. Il est l’auteur du film Rashōmon au Sahara (2020) qui sera présenté et projeté à l’Ecole française de Rome le 19 décembre prochain. Le billet est édité par Daniela Trucco, membre de troisième année.

Arrêt sur image tiré du film Rashōmon au Sahara (2020)

« Ainsi, ce que j’éprouve c’est un être-dehors où je suis organisé avec l’autre en un tout indissoluble et objectif, un tout où je ne me distingue plus originellement de l’autre mais que je concours, solidairement avec l’autre, à constituer. Et dans la mesure où j’assume par principe mon être-dehors pour le tiers, je dois assumer pareillement l’être-dehors de l’autre. En un mot, je m’assume comme engagé dehors en l’autre et j’assume l’autre comme engagé dehors en moi. Et c’est cette assomption fondamentale de cet engagement que je porte devant moi sans le saisir, c’est cette reconnaissance libre de ma responsabilité en tant qu’elle inclut la responsabilité de l’autre qui est l’épreuve du nous-objet »

(J.-P. Sartre, L’être et le néant, Paris, Gallimard, 1943, p. 458)

Le choix des méthodes pour la réalisation d’une étude peut découler de multiples facteurs. Il comporte aussi une certaine réflexivité, qui peut amener le chercheur à assumer son propre background culturel et à l’associer à l’humus profond de la société interrogée. Cela est encore plus vrai quand l’étude naît ou se transforme en recherche militante. L’enjeu, alors, porte sur la crédibilité du chercheur. En fait, l’objectif de la recherche militante est non seulement la compréhension de la réalité mais aussi la « publicité » que le chercheur donne à un cas d’étude déterminé grâce aux privilèges que lui sont concédés par son statut professionnel. Que dire, que cacher pour ne pas nuire à la « cause » ? Ce questionnement entre en conflit avec la production de savoir nouveau que vise la recherche scientifique, voire, il met en discussion la « scientificité » du résultat. L’instrumentalisation du « subjectif » qui entraîne l’adoption d’une méthodologie « réparatrice » donne lieu à une sorte d’affrontement intérieur : le chercheur et le militant entrent en tension, et le résultat de cet affrontement peut se révéler ambivalent. Soit le militant prévaut, et alors la recherche est souvent orientée sur des axes prédéterminés; dans ce cas, le gain de connaissance devient secondaire par rapport à la capacité de divulgation. Soit c’est le chercheur qui prend le dessus, et le savoir produit n’est pas piloté, pouvant ainsi s’ouvrir à des narrations différentes. Entre ces deux postures dichotomiques se déploie une palette de nuances.

Arrêt sur image tiré du film Rashōmon au Sahara (2020)

Accepter la subjectivité

Justifier la subjectivité en tant que catalyseur de l’étude ou, au contraire, supposer qu’elle est enterrée, cela renvoie d’abord à l’interprétation des données. Car interpréter les données suppose de les rendre intelligibles en faisant appel aux compétences théoriques et de terrain que le chercheur acquiert dans sa formation ainsi qu’au cours de ses expériences de vie. Interpréter veut dire s’engager, mettre en jeu sa propre crédibilité. Ainsi, rendre évidentes les constructions sociales, historiques et politiques que recèlent les mondes étudiés, relève inévitablement de l’acceptation du « paradigme de la subjectivité ». Il ne s’agit plus uniquement d’une subjectivité militante et consciemment instrumentalisée, mais aussi de la mise en forme d’un intime non-dit, d’une subjectivité immanente qui apparaît (tout en se cachant) dès le choix du thème de recherche. En effet, qu’y a-t-il de plus subjectif que le caractère de « singularité » qui nous est propre et que nous attribuons à notre recherche pour qu’elle soit considérée comme légitime, originale et novatrice ? Pourtant, cette subjectivité souffre de la violence du processus d’objectivisation dont la doxa académique fait un fondement de la légitimité du chercheur – comme si l’interrogation de phénomènes sociaux, contemporains ou dans la profondeur historique, pouvait faire abstraction de l’empathie ressentie au moment d’élire un terrain et d’établir les limites de l’objet de l’étude.

S’engager sans perdre de vue la complexité

L’interprétation des données est aussi le moment où la tension entre recherche et militance devient flagrante. Soit la dénonciation – ou mieux, la rupture du silence – devient l’objectif de la recherche, et il y a des fortes chances qu’elle s’éloigne d’une analyse centrée sur les multiples facettes de l’étude et sur ses résultats. Soit, en revanche, le chercheur s’arme de son engagement intellectuel et, prêt à contredire son hypothèse de départ par le traitement des données collectées, propose un discours critique où la prise de distance par rapport à l’objet examiné devient la mesure de sa crédibilité.

Il ne s’agit pas de la neutralité axiologique wébérienne – toute recherche émet un jugement, aucune recherche n’est neutre – mais plutôt de la restitution de la complexité. Comme Durkheim l’affirme en 1888, l’utilité sociale du chercheur s’apprécie à l’aune de sa capacité à élaborer l’objet d’étude, avant d’en faire un instrument de lutte (Charaudeau, 2013:3). Dans une situation idéale, il serait obligé de passer en revue les préjugés qui, malgré lui, caractérisent son approche et constituent le côté obscur, plus difficile à saisir, de son engagement intellectuel (et politique). On peut penser à la stigmatisation de l’hégémonie culturelle par Antonio Gramsci – (re)produire un discours hégémonique, ou le rejeter, fait la différence – ou à l’orientalisme dénoncé par Edward Saïd.

Arrêt sur image tiré du film Rashōmon au Sahara (2020)

L’effet Rashōmon ou la fiction de l’arbitrage

Quand on choisit de travailler sur les populations sahraouies (voir la section Pour aller plus loin) on hérite d’un sujet sensible. Sensible, car tout est source de conflit : l’histoire, les mémoires, et même l’interprétation du droit international. La perspective militante de la rupture du silence est intrinsèque au choix de se focaliser sur un territoire et sur des populations qui restent aux marges de l’intérêt académique. Quel degré de fiabilité pourrait-on donc octroyer aux chercheurs travaillant sur les Sahraouis ?

Lorsqu’en 2016 on commençait à examiner, avec mon collègue Alberto López Bargados, de l’université de Barcelone, la possibilité de transformer en film documentaire un article écrit à quatre mains (Correale & López Bargados, 2017) sur les différents héritages mémoriels de la guerre dite « d’Ifni Sahara » – un conflit colonial de 1956-1958, impliquant les populations du Sahara Occidental, celles de la région d’Ifni (à sud d’Agadir) de même que les administrations coloniales françaises et espagnoles – nous nous sommes questionnés sur notre positionnement. Pouvions-nous écarter le risque de construire une narration sans montrer notre propre subjectivité ? Devions-nous rester cachés derrière la caméra ? Ou, au contraire, avions-nous le devoir de montrer que le résultat de notre recherche était aussi le fruit de notre implication dans l’étude de ce conflit ?

Cela était d’autant plus important que les orientations des acteurs étaient assez compliquées à décliner. En effet, les récits de la guerre dite « d’Ifni-Sahara » sont contradictoires tant du fait des statuts des protagonistes, que de l’inertie des différentes historiographies locales, affectées par le filtre des événements qui surviennent après 1975 (l’invasion maroco-mauritanienne du Sahara Occidental et ses suites). Le monopole exercé par les interprétations partisanes constitue en soi le symptôme d’une difficulté objective de la reconstruction historique. Comment penser le passé sans prédéterminations, sans que les exigences politiques du présent imposent leur perspective ? Comment interroger le désarroi des acteurs de ce conflit alors qu’ils semblent tous offrir une version cohérente et en ligne avec les nécessités du présent ? C’est ici qu’entre en jeu l’effet Rashōmon.

Affiche du film Rashōmon (Akira Kurosawa 1950)

L’effet Rashōmon, inspiré du film éponyme d’Akira Kurosawa (1950), a été élaboré par les anthropologues Marvin Harris (1979) et Karl G. Heider (1988). Il résout partiellement la question du positionnement du chercheur, lui permettant d’exposer des versions différentes du même événement et présentant la position des acteurs sans prendre parti pour l’un ou pour l’autre. Bien que Kurosawa et Heider ne renoncent pas à l’établissement d’une « vérité historique », l’une des conséquences de l’effet Rashōmon est l’exaltation de la subjectivité des acteurs, ce qui équivaut à affirmer que toute vérité est relative. Si on poussait ces conclusions à l’extrême, on pourrait arriver aux mêmes constats établis par Hayden White dans son ouvrage Metahistory (1973). Défaisant l’histoire en tant que discipline et lui niant toute prétention de scientificité, il soutient qu’il est impossible de distinguer un récit historique, bâti à partir de l’exploitation de sources documentaires ou orales, d’un roman historique où l’intrigue se construit sur la toile de fond d’un événement réellement survenu. White invite à se focaliser plutôt sur les sujets qui proposent leur narration.

De manière plus positiviste, on pourrait considérer l’effet Rashōmon comme un instrument épistémologique attribuant aux différentes narrations un statut presque neutre. Presque, car on ne peut pas s’empêcher de considérer le rôle des chercheurs dans la mise en scène de la narration. Dans le cas de notre film, nous nous sommes résolu, donc, à rendre évidente cette participation. Ainsi, dans le cas de l’histoire des populations sahraouies et de la guerre dite « d’Ifni-Sahara », l’effet Rashōmon sert de tremplin pour dépasser les limites d’une reconstruction historique qui ne saurait se fonder que sur une seule vérité. Ce qu’il faut donc reconnaître et retenir est que le passé a une nature « probabiliste » avec les multiples vérités qui vont avec et qui changent en fonction de la re-signification de la lecture de l’événement historique. Ainsi, la multiplicité des vérités n’est pas le résultat de la complexité de l’évènement en soi, mais l’effet combiné des re-significations attribuées à la fois par les acteurs et les chercheurs, suivant leurs propres subjectivités.

Références

Charaudeau, P. (2013) « Le chercheur et l’engagement. Une affaire de contrat ». Argumentations et analyse du discours : [En ligne], 11.

Correale, F., López Bargados, A. (2017) « Rashōmon au Sahara occidental : Perspectives, Contradictions et Défis dans l’interprétation du Conflit de 1956-1958 ». S. Boulay, F. Freire (dir.), Culture et politique dans l’ouest saharien. Igé, L’Etrave: 211-241.

Harris, M. (1979) Cultural Materialism. New,York, Random House.

Heider, K. G. (1988) «The Rashomon Effect: When Ethnographers Disagree». American Anthropologist. 90 (1): 73–81 (DOI:10.1525/aa.1988.90.1.02a00050)

White, H. (1973) Metahistory. The historical Imagination in Nineteenth-Century Europe. Baltimore, The Johns Hopkins University Press.

Pour aller plus loin

Correale, F. (2009) « Le Sahara Espagnol : histoire et mémoire du rapport colonial. Un essai d’interprétation ». L’Ouest Saharien, HS 9-1 : 103-152.

Correale, F. (2016) « Western Sahara ». Oxford Bibliographies in African Studies. New York, Oxford University Press, Ed. Thomas Spear.

Correale, F. (2019) « Enmascarar el colonialismo: las Ayudas sociales a la provincia española del Sahara entre 1958 y 1975 ». M. E Rios, G. Maire, P. Alvarez, I. Cabana, M. Galvez (dir.), Nuevos diálogos. Asia y África desde la mirada latinoamericana. Ciudad del México, Ed. Colegio del México: 232-254.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search