La ville à l’épreuve du temps : revisiter la Rome des Sévères

L’entablement du Panthéon : les inscriptions d’Agrippa et de Septime Sévère (cliché : Ch. Davoine)

Le passant qui se promène dans le centre historique de Rome ne peut manquer, en arrivant sur la célèbre piazza della Rotonda, d’être frappé par la gigantesque inscription qui orne l’architrave du Panthéon. Ses lettres de 70 cm de haut, qui courent sur 22 mètres de long, rehaussées de fer depuis 1887 (dans l’Antiquité, les lettres étaient en bronze doré), rappellent que Marcus Agrippa, gendre et conseiller de l’empereur Auguste, fit construire l’édifice lors se son troisième consulat, en 27 avant notre ère.

Peu de gens remarquent toutefois les deux lignes incisées en dessous, écrites en caractères plus petits et partiellement effacés. On y lit que Septime Sévère (193-211) et son fils Antonin (plus connu sous le nom de Caracalla, qui règnera de 211 à 217), suivis de leur titulature pompeuse, « restaurèrent avec toute sa parure le Panthéon dégradé de vieillesse» (Pantheum vetustate corruptum cum omni cultu restituerunt) en 202 après J.-C. Ce temple à tous les dieux – même si fonction et sa symbolique restent très débattues – avait pourtant été intégralement reconstruit entre 110 et 130 après J.-C., par les empereurs Trajan et Hadrien ; c’est à ce dernier que nous devons la célèbre coupole, qui n’existait pas du temps d’Agrippa. De manière inattendue, cet édifice qui a traversé près de 2000 ans d’histoire et qui est pour nous le monument antique le mieux conservé de Rome, paraissait déjà donc vétuste et abîmé aux Romains du début du IIIe siècle après J.-C., à peine 80 ans après sa construction.

Mais l’était-il ? Deux historiens l’ont mis en doute, dans un article important de 1992, publié dans les Papers of the British School at Rome. Selon Edmund Thomas et Christian Witschel, parmi les briques du Panthéon qui portent une estampille (et qu’il est donc possible de dater), rares sont celles qui furent produites sous le règne de Septime Sévère – la majorité remontant à Trajan et Hadrien. Il y aurait bien peu d’éléments sévériens dans le Panthéon. Dès lors, cette inscription serait avant tout rhétorique : le premier des Sévères, celui qu’on nomme parfois l’empereur africain, parce qu’originaire de Leptis Magna en Libye actuelle, n’a pas reconstruit un bâtiment ruiné, mais opéré un simple ravalement de façade pour pouvoir inscrire son nom et celui de son fils sur ce temple prestigieux. La conclusion des deux auteurs dépasse le cas du Panthéon : les inscriptions des édifices sont trompeuses et les restaurations évoquées sont souvent plus symboliques que matérielles.

Cette lecture en termes de propagande et de rhétorique est-elle la seule possible ou même la plus intéressante pour bien comprendre l’action de Septime Sévère et l’intérêt de cette dédicace ? L’ampleur des travaux de réparation menés en 202 est en réalité dure à estimer : les études architecturales du Panthéon sont anciennes, les travaux récents ayant surtout porté sur le premier édifice, celui d’Agrippa. Mais l’inscription peut être comparée à d’autres du même genre et confrontées à ce qu’on sait, par ailleurs, de la politique sévérienne à Rome.

L’inscription sévérienne du Portique d’Octavie (cliché : Ch. Davoine)

Dans ma thèse, j’ai étudié des centaines d’inscriptions portant un contenu similaire : des édifices endommagés ou complètement ruinés sont restaurés par un notable local, un gouverneur ou l’empereur lui-même. J’ai voulu montrer que ces textes ne sont pas qu’un discours de façade : les structures étaient plus fragiles qu’on ne le croit, tandis que l’ornementation, qui donnait à l’édifice son identité, pouvait s’abîmer très vite. Grands bâtisseurs, les Romains avaient néanmoins conscience que les constructions qu’ils érigeaient disparaîtraient avec le temps : la vetustas, terme qui a donné en français à la fois « vieillesse » et « vétusté », mais qui doit parfois être traduit par « le temps », emporte toutes les créations humaines, statues, monuments, tombeaux, disent les philosophes latins comme Cicéron ou Sénèque. Pour maintenir un monument beau et utile aux citoyens, les réparations et les restaurations complètes devaient être fréquentes.

Ces lignes gravées dans la pierre, malgré leur aridité, malgré leur caractère souvent répétitif, invitent à s’interroger sur le cycle de vie des monuments et les significations multiples qu’ils revêtent au cours de l’histoire. Archéologues et historiens sont de plus en plus sensibles à l’insertion du bâti dans le temps. L’architecture ne doit plus être considérée comme une réalité statique, mais comme un processus dynamique. Les bâtiments s’usent, se dégradent, sont réparés, agrandis, transformés, détruits, reconstruits et portent en eux de multiples temporalités. La métaphore du palimpseste, parchemin gratté pour servir de support à un nouveau texte, est parfois utilisée pour qualifier cette stratigraphie matérielle et symbolique de l’architecture. Les recherches des dernières années se sont beaucoup intéressées au phénomène du remploi, du recyclage et de la réutilisation d’éléments entre les constructions, une pratique massive dans les sociétés préindustrielles, pour des raisons économiques, mais aussi esthétiques et politiques.

Car cette restauration du Panthéon par Septime Sévère s’inscrit dans un programme urbain plus vaste, qui est l’objet de mes travaux de recherches à l’École française de Rome. Des sources littéraires nous apprennent que le centre de Rome avait été frappé par un incendie à la fin du règne de Commode, probablement à l’hiver 192, catastrophe qui entraîna d’importants travaux de reconstruction dans les années suivantes. L’épigraphie officielle s’en fait l’écho : le Portique d’Octavie, au Champ de Mars, porte encore une inscription très visible des mêmes Septime Sévère et Caracalla, qui ont rebâti l’édifice endommagé par un incendie (incendio corruptum). Au Panthéon cependant, on l’a vu, il n’est pas question d’incendie : c’est la vétusté (vetustas) du bâtiment qui est présentée comme la raison de sa dégradation. L’empereur africain semble donc avoir lancé une campagne de restauration de nombreux monuments de Rome : l’incendie de 192 en a fourni le prétexte, mais la rénovation a concerné bien d’autres lieux marquants, à tel point que des monnaies présentent Septime Sévère en « Restitutor Vrbis » (restaurateur de la Ville de Rome).

Au-delà de la durée de vie des édifices, c’est donc les temporalités de la ville elle-même qu’il serait intéressant d’étudier. Les Grecs et les Romains comparaient souvent les cités à des organismes, qui naissent, croissent, déclinent et meurent. Il faudrait se demander si l’espace urbain n’a pas une pulsation propre, des rythmes de croissance et de dégradation qui ne sont pas dus uniquement aux cycles économiques, aux aléas naturels ou accidentels, et aux caprices des dirigeants. Après les grands travaux menés dans la ville sous Trajan et Hadrien au début du IIe siècle, la construction semble s’être mise en pause sous les trois derniers Antonins : en 193, quand Septime Sévère arrive à Rome, la ville avait-elle besoin d’un coup de neuf ?

Vue du Forum Romain depuis le Capitole avec, au premier plan, l’arc de Septime Sévère (cliché : Ch. Davoine)

Ce besoin propre de renouveau a rencontré la volonté d’un usurpateur d’inscrire son pouvoir dans le paysage romain. Rappelons que Septime fut acclamé empereur par ses légions de Pannonie en 193, et ne s’imposa définitivement qu’en 197 après plusieurs guerres civiles. Comme beaucoup de ses prédécesseurs, l’empereur africain construisit quelques monuments nouveaux : le plus célèbre est son arc de triomphe, l’un des édifices les plus iconiques du Forum romain aujourd’hui. Mais dans un centre-ville déjà saturé de constructions monumentales, accumulées dans les deux premiers siècles du principat, la restauration d’ouvrages anciens put apparaître comme une manière subtile d’inscrire une nouvelle dynastie dans le temps long de l’histoire romaine.

Longtemps sous-estimée par les historiens, exclue du Haut-Empire – apogée supposé de Rome –, mais trop précoce pour être annexée à l’Antiquité tardive – un champ de recherches désormais très riche –, la dynastie sévérienne est aujourd’hui réévaluée. En témoigne l’exposition qui s’est tenue au parco archeologico del Colosseo du 15 novembre 2018 au 25 août 2019, intitulée Roma universalis. L’impero e la dinastia venuta dall’Africa. Comme bien d’autres, cette grande exposition romaine fut l’occasion d’un premier bilan d’un champ d’études en plein renouvellement.

C’est ainsi qu’on peut retrouver le politique, mais la lecture en termes de propagande est trop restrictive. Les rythmes propres du bâti, les dynamiques spécifiques de l’espace urbain et l’usage de l’architecture pour un propos idéologique ne s’excluent pas. L’actualité nous en a montré un exemple : quand un monument prestigieux du centre d’une capitale européenne brûle, la reconstruction est à la fois une nécessité pratique et un enjeu politique.

En ajoutant son nom sous celui d’Agrippa sur un temple fortement lié aux fondateurs du régime impérial (des statues d’Auguste et de César se trouvaient au Panthéon), de même qu’il le fit sur d’autres monuments impériaux, Septime Sévère se place dans une tradition des grands hommes qui ont marqué l’histoire de Rome. Ces deux lignes, visibles aujourd’hui par des millions de touristes chaque année, mais à peine remarquées, contiennent donc de multiples pistes de réflexion sur la manière dont les monuments et les messages qu’ils portent ont toujours dialogué avec le passé.


Pour aller plus loin :

  • PANELLA, Cl. (a cura di), Roma Universalis : l’impero e la dinastia venuta dall’Africa, Catalogue de l’exposition, Roma, Electa, 2018.
  • Le carnet hypothèses du groupe de recherches sur le remploi.
  • THOMAS, E., WITSCHEL, Ch., « Constructing reconstruction : claim and reality of Roman rebuilding inscriptions from the Latin West », Papers of the British School at Rome,60, 1992, pp. 135-177.


Charles Davoine
Membre de troisième année à l’École française de Rome
Section Antiquité


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.