Autour de l’histoire orale. Faire l’histoire des premières années du journal il manifesto (1971-1984)

Billet rédigé par Virgile Cirefice, ancien membre de l’École française de Rome dans la section des Époques moderne et contemporaine, et édité par Daniela Trucco, membre de troisième année.

Image : Logo du programme de recherche « “Un lavoro collettivo”: faire l’histoire du manifesto. Une expérience politique, journalistique et coopérative (1969-1984) », Labex Comod (Université de Lyon) et Ecole française de Rome.

Faire l’histoire d’une expérience journalistique originale

Le 2 novembre prochain se tiendra à l’EFR, piazza Navona, une journée d’études consacrée aux premières années du journal il manifesto, créé en 1969 sous forme de revue et devenu quotidien en 1971. Ses fondateurs, issus du Parti communiste italien, voulaient rapprocher le puissant PCI des mouvements issus du Sessantotto italien et plaidaient pour plus de débat interne au sein du parti. Radiés en 1969, ils décident de s’organiser en coopérative et de donner naissance à un quotidien en 1971 tout en s’engageant politiquement en agrégeant autour du journal des « Groupes d’initiative du manifesto ». Le journal se veut une expérience nouvelle, gouvernée par des principes d’horizontalité : la conférence de rédaction quotidienne est ouverte à tous – journalistes, techniciens du journal et militants politiques – et la rédaction affirme alors que l’avis de chacun pèse du même poids. Pendant toutes les années 1970, le manifesto cherche à faire entendre une voix originale, souvent très critique du PCI et des larges alliances politiques de la période tout comme du terrorisme.

Il nous a ainsi paru intéressant d’approfondir l’étude de ce groupe, de mettre à l’épreuve la mythologie d’un journal pionnier, autogestionnaire et au fonctionnement parfaitement démocratique, tout en prêtant attention à son écho bien réel qui dépasse les frontières italiennes : Herbert Marcuse suit avec intérêt les travaux du groupe, tout comme Jean-Paul Sartre en France ou Libération, fondé en 1973, qui a envoyé en Italie des observateurs pour voir comment se fabrique il manifesto. Ce projet de recherche a ainsi donné lieu à un programme du LabEx Comod de l’Université de Lyon, intitulé : « “Un lavoro collettivo”: faire l’histoire du manifesto. Une expérience politique, journalistique et coopérative (1969-1984) » dont les travaux sont co-financés par l’EFR.

Malgré la disparition de la plupart des fondateurs du manifesto comme son premier directeur Luigi Pintor (1925-2003) ou des figures centrales comme Lucio Magri (1932-2011) ou Rossana Rossanda (1924-2020), de nombreux acteurs du journal peuvent aujourd’hui témoigner comme Luciana Castellina, née en 1929 – et qui écrit encore régulièrement dans les colonnes du journal. Par ailleurs, la grande jeunesse de certains des acteurs de l’époque, qui rejoignent le manifesto depuis les rangs de l’université, nous permet aujourd’hui de réaliser des entretiens enregistrés qui seront déposés dans un centre d’archives.

Photo 1 : Grégoire Le Quang (Institut Catholique de Paris) ; Noemi Magerand (Lyon 3 – IHRIM) ; Luciana Castellina ; Virgile Cirefice (EFR), Rome, 12 avril 2022. @Virgile Cirefice.

L’histoire orale occupe ainsi une part centrale – mais non unique – dans les travaux que nous menons, d’autant plus que nous avons décidé de nous concentrer, outre les aspects directement politiques du journal, sur l’organisation du travail au sein de la rédaction et sur le fonctionnement effectif de cette coopérative. Sur ces questions, les sources sont moins nombreuses que pour le versant politique – même si existent quelques fonds d’archives personnels ainsi que les archives de la rédaction du manifesto, puisque le journal existe toujours – rendant l’histoire orale particulièrement importante.

Se former à l’histoire orale

Nous avons donc organisé, le 2 février 2022, à l’EFR, en collaboration avec l’Associazione italiana di storia orale (AISO), une formation à l’histoire orale ouverte aux boursiers, doctorants et post-doctorants de l’EFR et, sur inscription et à distance, à des doctorants et post-doctorants des universités italiennes. Cette formation a réuni une quarantaine de participants, en salle de conférences à Navone ou à distance. Pour l’AISO, c’est Bruno Bonomo – par ailleurs membre de la Commission d’admission des membres de l’EFR et qui y a coorganisé en 2019 le colloque Reconstruire / Restaurer Rome – qui a coordonné l’organisation de la journée, ce dont nous le remercions vivement.

Par histoire orale, on entend ainsi l’utilisation d’une source produite pour la recherche et prenant la forme d’un témoignage autobiographique enregistré, idéalement transcrit et déposé. C’est pour la recherche, une source plutôt nouvelle, dont l’usage a crû dans la seconde partie du XXe siècle. En Italie, elle s’est initialement développée en marge de la recherche académique, pour étudier des groupes sociaux dans lesquels l’oralité était centrale et elle doit beaucoup à Alessandro Portelli, professeur de civilisation américaine, influencé par l’anthropologie d’Ernesto De Martino, qui a mené des entretiens dès les années 1970 pour étudier des éléments aussi divers que les musiques populaires ou les mémoires ouvrières des travailleurs des aciéries de Terni, en Ombrie. Longtemps peu considérées et vues comme permettant, tout au plus, d’ajouter une touche de couleur dans les études historiques, ces sources ont progressivement été adoptées par les universités et la recherche académique et se sont imposées comme centrales dans l’étude du temps présent et tout particulièrement dans les recherches liées à la matérialité, à la vie quotidienne et à la mémoire, tant elles permettent de lier « histoire et histoires » (B. Bonomo).

Photo 2 : Journée de formation à l’histoire orale, EFR, 2 février 2022. Intervention de B. Bonomo. @Laura Pettinaroli.

La journée, intitulée « Storia orale e storia del lavoro» a donc permis de revenir sur l’histoire de ces méthodes de recherches et sur les pratiques, à la fois d’un point de vue juridique et épistémologique. L’AISO met ainsi à disposition des chercheurs un guide des bonnes pratiques de l’histoire orale ains qu’un Vademecum per il trattamento delle fonti orali destiné aux chercheurs, archivistes et bibliothécaires pour faire le point sur les questions juridiques, nombreuses autour des témoignages.

La journée, très riche, a permis l’intervention de quatre historiens et historiennes faisant des usages variés de l’histoire orale. La matinée a été consacrée aux enjeux méthodologiques grace aux interventions de Bruno Bonomo (Sapienza Università di Roma – Aiso) – « Le fonti orali nella ricerca storica: peculiarità, metodologia, buone pratiche » – et de Francesca Socrate (AISO) – « Fare storia con le fonti orali: analisi e interpretazione delle interviste ». Quant à l’après-midi, elle a permis d’étudier plus précisément les liens entre histoire orale et histoire du travail, au cœur de nos recherches sur le manifesto. Roberta Garruccio (Università degli studi di Milano – AISO) y a présenté une intervention intitulée : « Non solo storia dal basso. Le fonti orali per la storia dell’impresa e delle organizzazioni » et Stefano Bartolini (Fondazione Valore Lavoro – AISO) a exposé ses travaux sur les métayers de la province de Pistoia – « Soggettività del lavoro: la storia orale come metodo di indagine ».

Utiliser les sources orales: débats et pratiques méthodologiques

Ces interventions, suivies de nombreux débats, ont permis de discuter d’un certain nombre de points cruciaux dans l’usage des sources orales. Il a d’abord été souligné combien la mémoire était fragile, chancelante et partielle, rendant nécessaire de confronter toute source orale avec d’autres sources. Ces éléments ne disqualifient pourtant pas l’histoire orale, tant le croisement des sources est central dans la pratique historienne. Cela permet en outre de réfléchir aux processus de réminiscence, d’occultation ou d’oubli et de s’interroger sur les processus de construction de mémoires individuelles ou collectives. La question de la subjectivité est également centrale car les acteurs n’ont pas forcément le meilleur point de vue sur les faits qu’ils relatent mais, là encore, la façon dont ils les rapportent, les mettent en mots et soulignent ce qui leur paraît important est particulièrement signifiante.

La spécificité de la source, produite pour la recherche et nécessairement dialectique, a également permis de stimulantes discussions épistémologiques ou portant sur les collaborations avec d’autres sciences sociales, mais aussi sur l’usage des avancées des neurosciences sur la mémoire, de la psychanalyse ou de l’analyse des discours. La place des lapsus, des oublis, des inversions, de tout ce qui rend le témoignage imparfait, en somme, a ainsi été discutée et a permis de montrer les usages qui peuvent être faits de ces témoignages oraux. Ce sont alors les questions classiques touchant à la subjectivité des sources et à leur production a posteriori qui resurgissent et qui permettent d’inscrire l’histoire orale dans le panorama des sources historiennes.

Image : Logo de l’AISO – Associazione italiana di storia orale. @AISO.

Enfin, ces discussions ont permis de faire émerger la diversité des pratiques et des usages de l’histoire orale, depuis l’étude des mémoires rétrospectives, de la vie quotidienne jusqu’aux engagements collectifs. Nombreuses sont aussi les techniques d’entretiens : on a ainsi pu proposer l’usage d’« activateurs de mémoire » (S. Bartolini) comme des photographies ou des outils, permettant de faire émerger, chez les acteurs, des souvenirs enfouis ou de travailler sur le quotidien, ainsi que l’espace physique et relationnel. Cela permet, en assimilant la leçon de l’historien britannique E. P. Thompson, de considérer la classe ouvrière comme un espace relationnel et de reconstituer les identités professionnelles, par une attention soutenue à l’usage du jargon professionnel ou des langues régionales.

Cette journée de formation a ainsi rencontré un vif succès – comme en témoignent les remerciements de participants à distance envoyés à l’EFR ou à l’AISO – et a, par ailleurs, permis d’initier le projet de collecte des entretiens avec les différents acteurs du manifesto – avec une dizaine d’acteurs à ce jour, pour plus de 25 heures d’enregistrement. Ces travaux seront ainsi présentés lors de la journée d’étude du 2 novembre 2022, organisée autour de trois sessions, consacrées au travail au sein de la rédaction du manifesto, à la question de la violence politique et aux différents engagements du manifesto au sein des années 1970. Plus généralement, ce sera également l’occasion de discuter des usages de l’histoire orale après cette première campagne d’entretiens, d’autant plus que certaines présidences de session seront assurées par B. Bonomo et A. Portelli, prolongeant ainsi les réflexions de ces derniers mois.

Pour aller plus loin

  • Bruno Bonomo, Voci della memoria. L’uso delle fonti orali nella ricerca storica, Rome Carocci, 2013.
  • Florence Descamps, L’historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2001.
  • Alessandro Portelli, Storie orali. Racconto, immaginazione, dialogo, Rome, Donzelli, 2017.
  • « Alessandro Portelli : une vie passée à écouter », entretien d’A. Portelli avec Steven High, Le Mouvement social, 2021/1, n°274, p. 211-223.
  • Francesca Socrate, Sessantotto. Due generazioni, Rome-Bari, Laterza, 2018.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search