Valoriser le territoire : pour qui, par qui ? Retour sur un séjour d’étude à l’Ecole française de Rome (19-20 mai 2022)

Billet rédigé par Dominique Rivière, Professeure de géographie à l’Université Paris-Cité, et édité par Daniela Trucco, membre de deuxième année dans la section des Epoques Moderne et Contemporaine.

La délégation d’étudiants au Porto Traiano @master ADL

Les 19 et 20 mai dernier, l’Ecole française de Rome a accueilli une quinzaine d’étudiants du parcours aménagement et développement local du master en Métiers des études, du conseil et de l’intervention (MECI) de l’Université Paris Cité dans le cadre d’un voyage d’étude à Rome. Le thème de ce déplacement était Valoriser le territoire, pour qui, par qui ? Mobilisations territoriales autour de grands ou petits projets dans les périphéries de Rome : l’exemple de Tuscolana et de Fiumicino.

Le master forme des professionnels du développement local. Issus de divers parcours de sciences sociales, les étudiants sont en alternance en collectivité territoriale (communes, intercommunalités) ou en entreprise (essentiellement des bailleurs sociaux ou des agences d’urbanisme), essentiellement en région parisienne. Le déplacement pédagogique est une étape importante de leur formation car il leur permet de se confronter à des expériences étrangères, avec des visites de terrain et des rencontres avec des acteurs et avec le monde universitaire. Ces dernières années Naples, Turin, Milan ont successivement accueilli ces déplacements.

Un voyage à Rome pour comprendre les enjeux de la valorisation territoriale

Le voyage à Rome, maintes fois reporté à cause des contraintes sanitaires des deux dernières années, a donc été particulièrement apprécié. Comme les précédents, il a pu bénéficier du soutien scientifique du programme quinquennale de l’EfR Métropoles, avec cette année la participation de Margot Delon (CNRS Nantes) et Hélène Dang Vu (Ecole française d’urbanisme), en accueil à la section des Epoques moderne et contemporaines. Par ailleurs, il a aussi bénéficié de la collaboration d’Evelyne Bukowiecki, responsable du laboratoire d’archéologie et du suivi des projets archéologique de l’Ecole. Enfin, j’ai pu moi-même nourrir le programme par les recherches que j’ai réalisées ces dernières années sur les questions de la patrimonialisation et de la métropolisation dans le cadre du programme Métropoles, et des anciens programmes CI-RI-Li et Le Tibre 3000 ans d’histoire, initiés au début des années 2010 par Catherine Virlouvet.

Plan interactif des projet de rénovation urbaine soutenus par Reinventing Cities Source: c40reinventingcities.com

Pour la plupart des étudiants, cette visite a été l’occasion d’une découverte de Rome. Même pour ceux qui connaissaient déjà la Ville éternelle, pouvoir l’aborder de la place Navone jusque dans ses périphéries internes (Tuscolana-Pigneto) et extérieures (Fiumicino, devenue commune autonome en 1992) a été une plongée dans la complexité du territoire. Cela a été l’occasion de rencontrer des acteurs très divers, des plus institutionnels (les Communes de Rome et Fiumicino, le Parc archéologique d’Ostia Antica) jusqu’aux comités d’habitants de Rome et Fiumicino mobilisés pour la valorisation du patrimoine ou/et contre des projets urbains ou d’infrastructures touchant le territoire, en passant par des coopératives. Ils ont donc eu l’occasion de se confronter à des modes de gestion du territoire qui sont en partie similaires, en partie différents de ceux franciliens.

Plan participatif des projets inscrits dans anello verde. Source: www.urbanistica.comune.roma.it

Les notions de « valorisation du territoire » ou celle de « ressources territoriales » vues comme construction sociale ont été au cœur de cette investigation. Le contexte romain croise en effet plusieurs thèmes. L’idée de ressource renvoie ici immédiatement au patrimoine historique et archéologique exceptionnel de Rome : son centre historique bien sûr, mais aussi une présence de ressources patrimoniales possibles ou avérées sur tout le territoire, y compris en grande périphérie. Au-delà, la notion de ressource et de valorisation du territoire renvoie à la dimension paysagère de cette « ville campagne », qu’on retrouve aussi bien dans la « ceinture verte » romaine (anello verde) que dans la réserve d’Etat du littoral romain. Elle renvoie par ailleurs aux usages et aux ressources économiques, aspect non négligeable dans une métropole qui, comme les autres grandes villes d’Europe du Sud, a durement subi les effets socio-économiques de la crise des subprimes de 2008, et où l’emploi manque pour les jeunes diplômés.

Enjeux de renouvellement urbain : les quartiers péri-centraux de Rome

La première journée, le 19 mai, a été entièrement consacrée aux enjeux de renouvellement urbain à Rome. Elle a débuté à l’Ecole française de Rome, place Navone, avec un séminaire introductif conduit par Hélène Dang Vu et Margot Delon, qui ont présenté le contexte romain aux étudiants et à l’équipe enseignante. Elle ont rapidement été rejointes par Luca Montuori, professeur en urbanisme à l’Université Roma 3. Montuori, qui a été adjoint à l’urbanisme de la Ville de Rome jusqu’en octobre 2021, est longuement revenu sur l’histoire de l’urbanisme romain notamment dans sa dimension paysagère, sur la complexité des rapports privés/publics et des rapports entre action publique et acteurs associatifs/militants.

Balade dans les quartiers @master ADL

L’après-midi, a été consacré, sous l’égide d’Hélène Dang Vu et Margot Delon, à l’exploration de la zone Tuscolana-Pigneto. La requalification urbaine du quartier de la gare Tuscolana s’inscrit dans le cadre du concours international Reinventing cities et plus généralement dans le projet urbain de ceinture verte (anello verde). Porté par la Ville de Rome et par les acteurs du ferroviaire entre 2020 et 2021, ce projet vise à articuler des enjeux de mobilité et ceux de « développement urbain durable » autour des gares de la première ceinture ferroviaire de Rome.

Au cours de la visite, il s’agissait donc d’aborder ces projets urbains et les mobilisations qu’elles suscitent. Le groupe d’étudiants et l’équipe enseignante a retrouvé Maurizio Crocco, un des responsables de l’association SCUP Sport Cultura Popolare, à son local de la Via Vecchia Tuscolana, lieu occupé puis autorisé sur bail précaire, aujourd’hui à nouveau en tension. La visite du quartier avec Maurizio Crocco a permis d’entrer de plain-pied dans la complexité de la valorisation du patrimoine d’un quartier composite articulant des formes d’habitat et des héritages très divers, ainsi que de celle de la programmation, la SCUP elle-même ayant participé au concours d’aménagement du quartier.

La seconde partie de l’après-midi a été consacrée à une ballade urbaine dans le quartier du Pigneto avec les commentaires de Margot Delon : l’ancien quartier populaire consacré par Pasolini est aujourd’hui engagé, après d’autres quartiers péri-centraux romains – comme San Lorenzo et Testaccio – dans une dynamique de gentrification à la fois commerciale et résidentielle, qui l’aligne sur les normes de nombre de quartiers « festifs » européens.

Mobilisations autour de la valorisation du territoire : Fiumicino

La seconde journée a été centrée sur Fiumicino, commune de la banlieue romaine qui met en exergue la complexité de la valorisation patrimoniale dans un contexte de périphérie. Elle abrite en effet l’aéroport de Rome, le premier en importance d’Italie, mais aussi les vestiges du complexe portuaire de Claude et de Trajan, site certes pleinement protégé mais encore peu valorisé. Fiumicino compte plus de 80 000 habitants, mais une grande partie de son territoire reste encore rural et a été inséré dans les années 1990 dans une réserve naturelle d’Etat. Ici, l’enjeu de la conciliation entre les besoins d’agrandissements de l’aéroport, la volonté de faire du patrimoine archéologique un levier de développement local, et la protection de la réserve naturelle d’État, interroge l’articulation entre action publique et action collective.

Visite du chantier naval de la Liburna, un moyen de valoriser le patrimoine archéologique de Fiumicino @master ADL

Le matin, les étudiants ont d’abord été accueillis à Isola Sacra, quartier de la commune de Fiumicio, par le comité Pour un système archéologique-environnemental Fiumicino-Ostia, qui œuvre depuis les années 2010 pour la valorisation du parc de Porto Traiano. Dans un second temps, en se déplaçant à Maccarese et Fregene, le groupe a pu faire connaissance avec le comité d’habitants Fuori Pista et appréhender les conflits autour du projet d’expansion aéroportuaire de Fiumicino. Ce projet, porté par Aeroporti di Roma, a rencontré l’opposition d’habitants et de la municipalité, avant de faire l’objet à l’automne 2019 d’un avis négatif du Ministère de l’environnement : il est aujourd’hui en cours de remaniement. En fin de matinée, le groupe a été reçu à la Ville de Fiumicino, dans la salle du conseil, pour une rencontre débat avec le maire adjoint à l’urbanisme, Ezio di Genesio Pagliuca, et les représentants des deux comités.

Rencontre avec les institutions locales et les comités d’habitants à Fiumicino @master ADL

L’après-midi a été entièrement consacré à la valorisation du parc de Porto Traiano et à ses environs immédiats. Situé à l’immédiate proximité de l’aéroport de Fiumicino, composante à la fois de la réserve naturelle du littoral romain et du parc archéologique national d’Ostia Antica, le parc de Porto Traiano abrite une partie des vestiges de ce qui fut le hub majeur de l’antiquité romaine. C’est aussi un jardin urbain, d’une grande richesse floristique, situé dans une périphérie métropolitaine qui en manque cruellement. Il se trouve donc pris dans des arrangements compliqués entre une multitude d’acteurs et d’échelles d’intervention. La rencontre avec Marina Lo Blundo et Cristina Genovese, gestionnaires du Parc d’Ostia Antica, et Evelyne Bukowiecki a permis aux étudiants de comprendre l’ampleur de ce site et d’aborder les principaux nœuds de sa valorisation : l’accessibilité et le caractère gratuit ou payant de son ouverture au public.

Echange à l’episcopio (coopérative Presenza sociale) à proximité du parc de Porto Traiano @master ADL

Enfin, la visite à Fiumicino s’est conclue par un long échange avec la coopérative Presenza sociale et une rencontre avec ses jeunes pupilles. La coopérative, en charge notamment des mineurs isolés assignés par les services de police de l’aéroport, est un exemple d’acteurs du terzo settore italien qui se tourne aujourd’hui vers le patrimoine. La discussion a permis de revenir sur les enjeux d’un territoire de banlieue en crise et de s’interroger sur comment dans ce contexte il est possible d’aborder le patrimoine comme ressource sociale. Les jeunes accueillis par la coopérative ont été impliqués dans le chantier de fouille de Porto de l’Ecole française de Rome dans le cadre du projet « à la recherche des communautés perdues, entre archéologie, formation et éducation ». Une collaboration fructueuse qui permet de conjuguer inclusion sociale, recherche et valorisation du patrimoine.

Pour aller plus loin

A. Delpirou, D. Rivière (2013) « Rome capitale : les enjeux métropolitains vus du delta du Tibre », Métropolitiques, 3 juin 2013.

É. Bukowiecki,  I. Frumenti, J-P. Goiran, M. Mimmo (2021) « Étude archéologique du môle nord‑sud de Portus » [notice archéologique], Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger [En ligne]. 

M. Talandier, F. Navarre, L. Cormier (2019) Les sites patrimoniaux exceptionnels : Une ressource pour les territoires, Paris, La Documentation française, 2019.

D. Rivière (2019) « Portée et limites des politiques européennes dans les processus de patrimonialisation : le cas de Fiumicino dans la périphérie de Rome », dans M-L. Pelus-Kaplan & D. Rivière (dir) De Rome à Lûbeck et Dantzig,politiques et processus de patrimonialisation dans les villes historiques d’Europe de 1945 à nos jours, Paris, Inalco Presses, 2019, p. 119-140.

D. Rivière (2021) « Conflits d’aménagement, mobilisations territoriales et jeux institutionnels local Région État en Italie : le projet d’agrandissement de l’aéroport de Rome-Fiumicino », L’Espace Politique [En ligne], 43.

D. Rivière (2022) « « Rendre public » le patrimoine d’une périphérie métropolitaine », Méditerranée [Online], 134.



Citer ce billet
EFR (2022, 22 juillet). Valoriser le territoire : pour qui, par qui ? Retour sur un séjour d’étude à l’Ecole française de Rome (19-20 mai 2022). À l’École de toute l'Italie. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o4t0

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 01/09/2022

    […] sur le site de l’École Française de Rome, le compte-rendu du voyage d’études des étudiant•es du M2 ADL au printemps […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search