Retour sur l’atelier Master de l’École française de Rome avec Gilles Narcy 1/2

Cliché : H. Vermeren

Pour la quatrième année consécutive, l’École française de Rome accueillait un groupe d’étudiant-e-s de Master provenant de diverses universités françaises. Pendant une semaine, les étudiant-e-s ont eu l’occasion d’assister à des conférences, des visites de centres d’archives et de bibliothèques (Istituto Pontificio Orientale, Propaganda Fide, Società Geografica Italiana, Centro Studi Emigrazione, Bibliothèque de l’École française de Rome) organisés par les membres scientifiques de l’École et des chercheurs français et italiens (consulter le programme).

Gilles Narcy (étudiant en Master 1 d’Histoire à Sorbonne Université, Paris), revient sur le déroulement de cette semaine de formation et nous livre ses impressions.

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Gilles Narcy, j’ai vingt-deux ans et je suis inscrit cette année en Master 1 d’histoire moderne à Sorbonne-Université, où j’avais déjà effectué une licence d’Histoire-Italien l’an dernier. C’est à cette occasion que j’ai commencé à m’intéresser plus particulièrement à l’histoire moderne, et notamment à l’histoire religieuse. Je travaille sous la direction d’Alain Tallon.

Quel est votre mémoire de recherche ?

Mon mémoire porte cette année sur le crime de sollicitation sexuelle des pénitentes par les confesseurs aux XVIe et XVIIe siècles, et plus précisément le cas de la ville de Bologne. J’ai découvert cette question en m’intéressant à l’Inquisition romaine, qui était le tribunal chargé de ce crime à l’époque. Je me suis rendu compte qu’il avait relativement peu retenu l’attention en dépit des nombreuses études sur l’Inquisition ; or, il s’agit d’une des questions qui occupa le plus les inquisiteurs à partir de la fin du XVIe siècle. Par ailleurs, j’ai découvert en me penchant sur les traités de droit canon et de théologie morale sur la sollicitation qu’elle avait fait l’objet d’un débat européen : la législation en la matière concerna également les Inquisitions espagnole et portugaise (qui opéraient aussi dans les colonies), et fut discutée en France.

Accueil des étudiant-e-s
par Brigitte Marin, directrice de l’ École Française de Rome
Cliché : H. Vermeren

Connaissiez-vous l’École française de Rome ?

Je connaissais l’École française de Rome de réputation et par mon directeur, qui est un ancien membre. J’avais également déjà eu l’occasion de rencontrer sa maison d’édition et sa revue, qui font partie des plus importantes en histoire moderne. En revanche, je ne connaissais pas l’existence des ateliers de Master avant cette année ; ce n’est qu’au moment de ma candidature que j’ai d’ailleurs appris que certains de mes camarades y avaient déjà participé.

Comment s’est déroulée votre candidature ?

J’ai été averti de l’organisation de l’atelier par un mail de mon département. Le dossier qui nous était demandé comportait quatre pièces : un CV, une lettre de motivation, une lettre de présentation de notre directeur de recherche et un relevé de notes, le tout envoyé par notre responsable de Master (Lucien Bély dans mon cas). J’ai eu environ un mois et demi pour la transmettre, ce qui n’a donc pas posé de difficultés particulières.

Quel était le thème de l’atelier et son lien avec l’actualité ?

L’intitulé précis de l’atelier était « Circulations en Méditerranée à l’époque moderne et contemporaine ». Son lien avec l’actualité politique contemporaine va de soi, à l’heure où celle-ci est le théâtre d’une des crises migratoires les plus dramatiques de ces dernières années, mais aussi de la résurgence de conflits diplomatiques et militaires en Méditerranée orientale. Néanmoins, au-delà du seul espace méditerranéen, un point fort de l’atelier a été selon moi d’insister sur la diversité des types de circulation : c’est cette diversité, et pas seulement les circulations traditionnelles, qui fait l’interconnexion et l’interdépendance des parties du monde. C’est aussi ce que la crise actuelle, à mon avis, a mis en lumière : les savoirs médicaux ou les savoir-faire policiers sont tout aussi mondialisés que l’industrie et les services.

Conférence de Marie Bossaert à la Società Geografica Italiana
Cliché : H. Vermeren

Comment décririez-vous les conférences des membres et des anciens membres de l’École ?

Les conférences, je le dis très sincèrement, se sont révélées d’une qualité extrêmement élevée. Indépendamment de leur degré de proximité avec mon sujet de mémoire, elles m’ont beaucoup intéressé, notamment car elles ont fait voir les nombreuses facettes et problématiques de la question des circulations : or, un concept historiographique est à mon sens d’autant plus riche qu’il est complexe et ne se limite pas à un seul type d’approche. J’insiste également sur le fait que la relative minceur de l’écart d’âge (une dizaine d’années) nous a permis de discuter plus librement et avec plus de confiance qu’avec des chercheurs chevronnés, et donc d’aborder nos propres interrogations ou difficultés avec des gens qui les ont connues il n’y a finalement pas si longtemps.

Quelle activité vous a le plus marqué ?

Il est difficile de choisir, mais j’ai particulièrement apprécié la matinée consacrée à la visite des archives de la Propaganda Fide, l’ancêtre de la Congrégation pour l’Évangélisation des Peuples. Ce sont des fonds richissimes, les plus riches du Vatican derrière les Archives apostoliques, couvrant toutes les activités de mission depuis sa fondation en 1622 (et même un peu en avant). C’est à mon avis une mine d’or dont beaucoup peut encore être tiré pour l’histoire des circulations et des échanges, d’autant plus que les historiens ont montré que la mission est loin de se réduire au seul enjeu religieux. Je mentionne également la visite du Centro Studi Emigrazione et les conférences de Guillaume Calafat et Virgile Cirefice que nous y avons écoutées, qui m’ont à titre personnel particulièrement enthousiasmé.

Visite des Archives de la Propaganda Fide
Cliché : H. Vermeren

Quels liens avez-vous tissés avec les autres étudiant-e-s ?

L’ambiance s’est avérée fort chaleureuse : nous étions un groupe de vingt, ce qui laissait le temps de briser la glace et de faire de belles rencontres assez rapidement, d’autant plus que les occasions étaient nombreuses entre les pauses, les déjeuners et les fins d’après-midi. Il va sans dire que le cadre de l’École française et de la ville de Rome en général incitait à sociabiliser et à ne pas rester dans sa chambre une fois les conférences terminées. La diversité géographique était également appréciable, puisque cela permettait d’échanger sur nos Masters et nos sujets de recherche en fonction de nos différentes universités d’appartenance.

Quel profit votre recherche Master a-t-elle retiré de votre semaine à l’EFR ?

J’en ai d’abord retiré un bénéfice historiographique pour mes recherches, par les connaissances acquises bien évidemment, mais encore plus par la réflexion sur les problématiques et les enjeux soulevés par la question des circulations. Je me suis ainsi rendu compte que mon sujet présentait lui-même une forte dimension transnationale, et que son cadre était autant sinon plus européen (ou du moins à l’échelle de l’Europe catholique) qu’italien. Toutefois, je pense que le plus grand bénéfice acquis réside dans le plaisir que j’ai pris à participer aux activités et à échanger avec les autres participants, un plaisir qu’on ne trouve pas si facilement lorsqu’on est pris par les cours et les notes : pour que la recherche soit intéressante, il faut je pense qu’elle soit agréable, et la semaine d’atelier m’en a véritablement fait voir et apprécier la richesse de façon inédite.

Propos recueillis par Annalaura Turiano et Hugo Vermeren
Membres de deuxième année de l’École française de Rome
Section Époques moderne et contemporaine


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search